LA ZONE -
Résumé : Plongeons dans un monde de feu, de sang et de fumée, un monde où seul le meilleur survivra.

Cyber-addiction 7

Le 23/07/2002
par Lapinchien
[illustration] de rubrica lubrica et ludica 2 (ndrc : inutile de chercher le n°1, ce serait trop compliqué de vous expliquer)
par Lapinchien

Je n'ai plus qu'un automatisme en tête : courir. Il faut débarquer le plus rapidement possible sur les cotes en priant pour regagner la terre ferme assez vite, éviter les balles des mitrailleurs postés sur les hauts du fort et celles des snipers embusqués. Il ne faut pas rester à découvert dans l'ocean... Pourvu qu'un de ces crétins ne m'ait pas choisi parmis toutes ses options frétillantes et qu'il ne s'acharne pas sur moi. Cà siffle de tous les cotés, tout tremble, mais il faut ne pas se prendre dans les barbelées tout en contournant les floppées d'alliés morts au combat. On se croirait revenu au stade de spermatozoïde...
Deux trois grenades et on se fraille un passage... on arrive miraculeusement devant le mur lézardé du fort... les gradés ennemis ordonnent le pilonage de la plage en balançant des fumigènes de couleur par dessus les murailles... les bombardiers les repèrent et déversent sans faire de détail toutes leurs entrailles sur le sable. Une lumière aveuglante envahit mon champ de vision. J'ai survéccu sans trop le vouloir aux explosions et je pose une charge près du mur. Je l'arme tant bien que mal en espérant qu'aucun soldat ennemi n'ait été assez rapide pour arriver sur la plage... c'est pourtant le cas, et j'essuie plusieurs rafales... mes compagnons me soutiennent et abattent les téméraires suicidaires... il y a des renforts planqués dans les dunes qui les snipent de loin...Je m'enfuis rapidement vers les bunkers à droite où c'est un carnage...de nouveaux alliés débarquent et assaisonnent copieusement le bunker avancé de roquettes... les premières lignes adverses sont répendues sur plusieurs dizaines de metres.. pas un ne survit aux avant postes...

J'aperçois un ingénieur en train d'armer une charge. Il n'a pas le temps de finir sa besogne, un adversaire apparait au sommet du mur armé d'un lance-flammes et noie le pauvre soldat sous un torrant de feu... il sucombe carbonnisé. L'adversaire se retrouve sur la plage, projeté du haut du mur par une explosion... son compte est bon, son arme est trop lourde et il avance péniblement dans le sable... un feu croisé de fantassins a raison de lui.. Je me dirige vers la charge et je fini de l'armer...ouf le bougre avait pratiquement réussi , çà n'est qu'une question de secondes ! Soudain, une ombre se profile dans la mince ouverture du bunker ,quelqu'un se dirige vers la cracheuse de ferraille pour me rêgler mon compte..surpris je reste pétrifié...Surgissent alors deux alliés planqués près de la muraille... ils balancent plusieurs grenades dans la fente qui crache bientot dans un grondement , des bouts de viande et de la poussière d'hémoglobine...je suis sauvé...

Je reviens rapidement vers l'endroit où j'avais placé ma première charge suivi par mes deux sauveurs... J'ai à peine le temps d'entrapercevoir un ingénieur ennemi penché sur elle pour la désamorcer, elle explose pulvérisant litérralement sous mes yeux la jeune recrue... Le mur lézardé cède et s'affale sur lui même répendant un épais nuage de pierre qui nous plonge un instant dans l'obscurité... silence... personne de l'autre coté c'est étrange... Mon premier sauveur que je n'ai même pas eu le temps de remercier se précipite dans la brèche...triangulé par un soldat posté derrière le mur en get-appens, par un sniper planqué derrière des sacs de sable en haut de la première tour et par un mitrailleur à l'abris dans un bunker interne, il n'a aucune chance de s'en sortir... il s'écroule terrasé par le métal.. s'en suit une seconde explosion tonnitruante... nous fonçons tous à ce moment profitant de la surprise des adversaires... La porte en contre-bas vient de cèder, ma seconde charge l'a annéantie...

Nous entrons tous deux dans le fort en un éclair, l'allié se retourne et abat l'homme caché derrière la muraille, je vise le soldat derrière la lourde mitraillette figée au sol dans la mince fente du bunker... Surpris par l'explosion, il avait braqué son viseur dans sa direction, il ne me voit donc pas et je l'atteins à la tête..il s'écroule... çà n'est pas le cas du sniper au sommet de la tour, il nous voit arriver et s'y prend à deux fois pour abattre le second allié qui s'affale non loin de son compagnon d'infortune...Je cours m'adosser au mur devant la tour, hors de portée du canon du sniper..j'ai encore eu de la chance...

Une échelle conduit jusqu'au sommet de la tour... si je m'engage je serais à découvert pendant un moment mais toujours hors d'atteinte du snipper en face duquel je me retrouverais en son sommet... Cependant il y a trop de monde dans la cours interieure, si je prends l'échelle ils me canarderons dans le dos... Soudain j'entends des explosions sur ma droite... c'est un massacre pour nos troupes dans les tranchées du fort prolongeant le bunker avancé.. ils sont coincés comme des rats et les adversaires se défoulent sur eux au lance-roquettes ou à la grenade... Cà n'est pas très glorieux mais tous mes ennemis sont occupés à massacrer les miens et il ne m'ont pas vu... La mission est prioritaire...Je fonce donc sur l'echelle que je m'empresse de grimper...Je dégoupille une grenade en haut et la balance dans les sacs de sable... Je vois le sniper en lambeaux passer par dessus ma tête et tomber comme une masse en bas de l'échelle..Je m'empresse...

Il y a une porte au fond de la terrasse, c'est un accès vers les sous-sols où se trouve la chambre forte quelque part dans un dédale de couloirs.. mais j'ai le plan bien en tête... toujours sur la terrase mais sur la gauche il y a une autre aile, bondée d'ennemis je le sais, une passerelle métalique y conduit... il y a la salle d'émission radio et l'accès aux différants miradors... mais je ne m'y plongerai pas... il y a une voie vers la chambre forte plus évidente mais impraticable, grouillant d'adversaires... Je cours donc vers la porte, j'ai encore de la chance, personne d'autre sur la terrasse...

L'alarme a retenti au sein du fort. Derrière la porte une profonde gorge d'escaliers à peine éclairée par les gyrophares rouges d'alerte à l'intrus..je saute d'un étage à l'autre faisant claquer mes bottes sur le sol métalique et annonçant mon arrivée... mais je suis en panique et affollé...je ne réfléchis pas trop. Enfin je suis dans le sous-sol, seul...J'ai le plan bien en tête. En face de moi derrière la porte il y a une salle, l'ennemi se planque surement en embuscade derrière les boites entreposées là, au fond de cette salle un couloir en forme de coude, enchevetrement de tuyaux rouillés, d'autres ennemis y sont certainement à l'affut... il débouche sur d'autres artères, les dortoirs, l'infirmerie et sur la droite au bout d'un long corridor l'impénétrable chambre forte...

J'entends des bruits de pas... On vient vers moi..aussi je me souviens qu'il y a un autre accès et je decide de l'emprunter... un conduit d'aération sous l'escalier...Je m'y engouffre à reculons en m'acroupissant tout en voyant passer 4 soldats ennemis qui partent surement sécuriser le secteur... Peut être ont ils été pris de cours ? Peut être n'y a-t-il personne dans la chambre forte ? Mais à peine me suis-je retourné, à 4 pattes, que je vois en face de moi dans l'ombre un adversaire au bout du conduit. Il se tient sur les genous et porte dans ses mains un lance-roquettes. Surpris je trésaillis. Milles feux écrairent tout le conduit d'aération.. Il vient d'appuyer sur la détente faisant sauter une roquette. L'abruti vient de s'annihiler sous mes yeux surement surpris de me voir et incapable de controler son tir. Je m'en tire encore un fois.. Non...attendez je suis touché ! Le choc peut etre ? Je m'éfondre dans un tourbillon de douleur...

Je ne suis pas mort ? Je peux me voir tortillant de souffrance et levant les mains au ciel pour implorer de l'aide.. Tout n'est plus qu'une question de volonté... Je me laisse sombrer dans la mort ou bien je résiste et j'attends ? La question ne se pose plus je vois débarquer un groupe d'hommes dans le conduit. L'un d'entre eux tend une seringue de morphine... Ce sont des alliés et il y a un medecin parmis eux !

Je fais un bond et me relève ! Je suis à nouveau opérationnel. Au bout du conduit je vois dejà plusieurs hommes s'engouffrer dans l'entrepot de la chambre forte... Le premier se retrouve dans la chambre, il y a des ennemis un peu partout en attente... Il tire dans le tas une roquette transformant en un éclair toute la chambre en étal de boucherie... nous débarquons tous en force...s'en suivent de multiples échanges de tirs et explosions...C'est un enfer de fumée... Dans la confusion je heurte une table...Les plans sont là à portée de main... Que c'est-il passé en suite déjà ? Oh oui, je me vois les prendre... quitter la chambre forte en ruines, un seul homme me suit, le médecin..tous les autres son morts... Nous courrons... je monte les marches du second escalier dans l'aile Nord, 5 par 5... et je débouche dans la salle radio !

Horreur un adversaire me surprend ! Moi qui pensais déjà avoir réussi la mission ! Il s'apprète à me tirer dessus avec son M16... mais c'est le médecin qui me touche en premier... dans le dos... je vois des balles me traverser le corp et d'autres passer à coté terrassant l'adversaire... Je m'éfondre.. Le médecin prend les plans et se dirige vers la radio...Tout s'assombrit !

Quel abruti ! Comme d'habitude je finis encore second au classement général, ce connard de médecin vient me coiffer sur le poteau ! J'ai pourtant bien préparé le terrain, fait sauté tous les objectifs un part un.. mais c'est lui qui a fait gagner l'équipe... Je regarde son nom au sommet de la liste sur mon écran...
Pikatchu ! çà ne s'invente pas... encore un connard d'enfant américain qui a préféré communier dans l'allégresse avec l'humanité en ingurgitant des tas de cochonneries surcalorifiques plutot que de torcher ses devoirs...tiens il serait peut être temps s'aller me pieuter il est 4heures du mat et je suis toujours au boulot...Non pas question je vais me le farcir ce Pikatchu ! Je recommence une partie dans le camp adverse juste pour le zigouiller ce morveux !


(O_____O) LAPINCHIEN

= commentaires =

Kirunaa


    le 27/11/2005 à 03:10:35
Ca alors !
Un vrai Lapinchien pixélisé d'origine ! Et encore vierge !
Incroyable.

= ajouter un commentaire =



[Accueil]