LA ZONE -
Résumé : Plongée directe dans l'univers du snuff-movie, cet épisode est comme toujours totalement dépourvu de considérations morales et s'attache uniquement aux faits. L'impact n'est pas phénoménal, vu que les lecteurs de la Zone sont bien rôdés niveau gore.

Surfaces (13)

Le 01/06/2005
par Konsstrukt
Un gardien filmait, il souriait, l’image traversait l’espace jusqu’à la tour. Elle emplissait un écran qui occupait tout un mur ; les objets filmés y apparaissaient bien plus grands qu’en réalité, et plus granuleux, et aussi leurs contours plus nets. Ils apparaissaient, tous, irrémédiablement dissociés, aliénés, comme si chacun était un monde isolé, sans moyen de communication. En ce sens, la vidéo semblait aux maîtres plus vraie que la seule réalité. Cet outil montrait la fracture. Assemblés devant l’écran, les maîtres regardaient. La luminescence aqueuse des images déposait des masques pales sur leurs visages indifférents.
Un homme nu de cinquante ans occupait le centre du cadre. Il avait été roué de coups, et voilé, et en présentait les stigmates. Maintenant, deux gardiens en sueur le retenaient, et un autre, avec un scalpel, découpait la peau autour de son téton gauche. L’homme hurlait et se débattait. Il était néanmoins très affaibli par ce tout ce qui avait précédé. Le téton pendait, attaché encore par un lambeau de peau. Le sang coulait en faible quantité. Les gardien arrachait le téton. L’homme se tendait comme après un choc électrique. Le gardien mangeait le téton.
Les maîtres souriaient.
Le visage de l’homme emplissait tout l’écran. Il ne criait plus. Il paraissait épuisé ; son regard trahissait l’abandon. Des mans gantées lui ouvraient de force la bouche et plçaient un écarteur pour bloquer ses machoires. Le zoom resserrait encore le champs. La bouche devenait géante, on ne voyait plus qu’elle et la bizarre structure d’acier chirurgical qui la maintenant grande ouverte. Un liquide clair et crépitant s’y déversait. C’était de l’huile bouillante. L’homme hurlait, l’huile emplissait sa gorge. Il était mort. La langue se recroquevillait au milieu des fumerolles de salive vaporisée, d’abord rouge vif puis noire, comme une limace jetée au feu. La caméra glissait vers l’œil vitreux. Enorme, il regardait les maîtres, qui en étaient réjouis.

= commentaires =

Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 01/06/2005 à 21:21:40
Font chier, les maîtres.
Kirunaa


    le 02/06/2005 à 16:02:51
Pas mal comme mort, mais moi j'aurai plutot coulé du métal fondu, à la place de l'huile. Ca permet d'avoir une belle sculpture de tube digestif après.
nihil


    le 02/06/2005 à 16:05:00
Ah ouais, avec une ampoule au bout, ça ferait un chouette abat-jour mordern-style.
Lapinchien


tw
    le 02/06/2005 à 18:04:03
C'est pas 24 heures a Guantanamo ?
nihil


    le 02/06/2005 à 18:13:48
C'est pas un camp de vacances Guantanamo ?
Lapinchien


tw
    le 02/06/2005 à 18:20:15
mais non tu confond avec Abu Graïb, voyons...
Aka


    le 02/06/2005 à 18:28:26
Gerbant, bien joué.
Lapinchien


tw
    le 02/06/2005 à 18:34:36
çà va finir en un texte sur les dernières implantations club Med tout çà
Nounourz


    le 03/06/2005 à 23:52:49
wow.
du concentré de violence... j'aime bien.
c'est juste un peu court, j'en veux encore !
Narak


    le 04/06/2005 à 00:04:50
Moi je sais pas vraiment, il est bizarre ce texte. C'est pas du tout l'idée que je me fait des snuff movies.
Ca fait plus bizutage de fac de medecine.
Herpès


    le 05/06/2005 à 09:45:36
bien écrit masi un peu court
aurait mériter quelques paragraphes supplémentaires
nihil


    le 05/06/2005 à 11:55:08
Ca va ptêt vous surprendre, mais je le trouve pas franchement violent moi ce texte. La violence, c'est bien des explosions de rage incontrôlable hein ? Pas des petites tortures raffinées et amusantes hein ? Là du coup, ça fait un peu salon de thé. Ils auraient aussi pu lui éplucher le gland avec un économe, lui piquer des épingles dans les paupières (Audition-style), lui ronger les dents avec une rape à fromage que ça m'aurait pas fait plus hausser les épaules.
Lapinchien


tw
    le 05/06/2005 à 17:38:20
les snuff movies aujourd'hui c'est des Islamistes barbus avec de grands couteaux entre les dents qui les font. Quelles bandes de chaudasses ces putes d'Islamistes en chaleur !

= ajouter un commentaire =



[Accueil]