LA ZONE -
Résumé : Les phrases de quatre mots débitées à la mitrailleuse, ça fait mal au crâne mais ça reflète bien l'état d'anéantissement moral dans lequel se trouve le personnage. Mais ça fait mal au crâne.

Surfaces (15)

Le 18/06/2005
par Konsstrukt
J’ouvre les yeux. J’éteins le réveil. J’ai mal à la tête. A cause du réveil. Dans ma tête il résonne.
Mon ventre gargouille. Mes couilles me démangent. J’ai mal aux dents. Je me lève. Mes habits sont sales. Je m’habille. Je marche jusqu’à la salle de bain. Je retrousse mes babines devant le miroir. Mes dents sont sales. Je les brosse. Je pisse dans le lavabo. Mon sexe pue. Je remonte ma braguette. Je retourne à la chambre. Je fouille dans un placard. Il reste des corn-flakes. J’inonde les corn-flakes de lait reconstitué. Je mange. Ca n’a pas de goût. Je sors. Les rues sont pleines. Je marche lentement. J’ai pas envie de bosser. De bosser pour cet enculé. Ca me paie mes plaisirs du soir. Mais rien d’autre. C’est pas assez. Mais j’ai pas le choix. C’était mieux à l’école. Mais c’est fini. C’est con que ça s’arrête. Je marche dans les rues pleines. Je travaille loin de chez moi. Je marche une heure tous les matins. Je préfère ça. Aux transports en commun. Je vois le jour se lever. Je vois les lampadaires s’éteindre. Et j’ai le temps de penser. A ma propre disparition. J’ai vingt-et-un ans. Encore vingt-neuf. J’en ai déjà marre. J’ai encore mal aux dents. J’aurais du les brosser après les corn-flakes. Ils ne sont pas bons ces corn-flakes. Je ne peux pas en acheter de meilleurs. Il me faudrait un meilleur boulot. Mais je ne sais faire que ça. Et ça tout le monde sait le faire. Mais tout le monde ne veut pas le faire. Ils pensent c’est sale. Ils ont raison. Mais le soir je me défoule. Au moins ça ça va. Il fait froid aujourd’hui. Je n’ai pas d’habits chauds. Je remonte le col de mon manteau. Mais ça sert à rien. Encore dix minutes de marche. Encore vingt-neuf ans. Je pourrais tout arrêter. Avant l’échéance. C’est pas les moyens qui manquent. C’est pas dur. Mais y’a encore de bons moments. Le soir. Vivement ce soir. J’arrive au supermarché où je travaille. J’entre. Il fait encore plus froid que dehors. Je vais à l’entrepot. Je crache de la buée blanche. J’enfile ma tenue de travail. Elle sent le poisson. J’ai un haut le cœur. Je commence à travailler.

= commentaires =

Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 18/06/2005 à 18:31:37
J'ai. Bien. Aimé. Comme d'hab. Manque de maîtres.
nihil


    le 18/06/2005 à 18:33:07
Konsstrukt, t'as oublié de mettre "stop" entre chaque phrase.
Glaüx-le-Chouette


    le 18/06/2005 à 23:42:42
Banalement désespérant.
Nounourz


    le 19/06/2005 à 01:30:26
j'ai adoré, c'était super ; certainement mon texte préféré de la saint con !
Konsstrukt


    le 21/06/2005 à 16:12:51
je déteste la fête de la musique. aidez-moi.

tiens, pour les fans, les photos de la lecture : faut aller là, y'en aura une nouvelle chaque jour : http://www.konsstruktklecture.blogspot.com

les vacances, c'est surtout bien quand ça s'arrête, quand même.
Glaüx-le-Chouette


    le 21/06/2005 à 16:47:38
"Not Found

The requested URL was not found on this server. Please visit the Blogger homepage or the Blogger Knowledge Base for further assistance."



GaââaAaAAÂaâ

C'est de la photo nihiliste conceptuelle, ok.


Pas d'accord, pour la fête de la musique.
Trouve-moi une meilleure occasion de faire péter une bombe.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 21/06/2005 à 17:11:52
Un sommet de l'OTAN.
Glaüx-le-Chouette


    le 21/06/2005 à 17:19:06
Ah oui mais toi tu vises la qualité, alors.
Je préfère la quantité.



NB pour Konsstrukt : c'était un putain de compliment, mon "banalement désespérant", hein. Au fait. Parce qu'à le relire, comme ça...
Lapinchien


tw
    le 22/06/2005 à 13:41:24
j'aimerais faire une critique générale de la rubrique. çà s'appelle "surfaces" comme si en depouillant la narration d'evenements de sentiments, on pouvait aboutir à une vision lisse et incontestable de la réalité. Malheureusement, les faits bruts n'existent pas et malgré toutes tes tentatives d'ôter toute forme de subjectivité à tes personnages, il en reste toujours une floppée. Certes je te fais un proces d'intentions, mais j'ai l'impression que c'est ce que tu cherche à faire à travers de ce recueil.

Prise une à une, séparement, j'adore globalement ces histoires... Par contre je trouve qu'en les regroupant sous une même étiquette, çà tourne à la démonstration foireuse qui tient pas la route.
Konsstrukt


    le 22/06/2005 à 14:34:22
le lien, c'est juste que je sais pas écrire. voilà le vrai :
http://www.konsstruktlecture.blogspot.com/

des occasions de faire pêter des bombes, je peux t'en trouver une toutes les dix minutes. surtout quand je dois faire les courses.

glaux : j'en prends bonne note, héhéhé. merci !

lapinchien : je sais pas trop. développe ?
Lapinchien


tw
    le 22/06/2005 à 15:26:27
Ben en fait, si çà se trouve je me goure... tu suis un but avec ce recueil ? quelle est la signification du titre par rapport à l'ensemble ? t'avales ?
Konsstrukt


    le 22/06/2005 à 16:04:48
alors, alors.

c'est pas un recueil, c'est bel et bien un roman.
le but est narratif. si message il y a, c'est ta faute, pas la mienne. bon, ça fait un peu petite bite, comme réponse, mais j'ai pas mieux pour toi.
le titre ? bin, au départ, surfaces, c'était le titre d'un bouquin d'horreur avec des zombies, que j'ai pas écrit. mais j'ai assez de mal à trouver un titre qui le fait, pour ne pas le jeter facilement.

sinon, ouais, j'avale. pas toi ?
Lapinchien


tw
    le 22/06/2005 à 16:08:32
ouais. la preuve je gobe tout ce que tu me racontes et çà me satisfait en plus
Lapinchien


tw
    le 22/06/2005 à 16:10:31
"massacre au percolateur" çà aurait pu le faire comme titre alternatif...

= ajouter un commentaire =



[Accueil]