LA ZONE -
Résumé : Dans son style surlittéraire un poil prétentieux, Glaüx nous présente un portrait d'artiste soit-disant maudit qui se la pète grave. On passe des plombes sur le décor, le costume, les traits de caractère du héros. C'est très ennuyeux mais ça sent le sarcasme à plein nez, voire l'auto-dérision. Peu à peu ça tourne à la farce et la fin est assez amusante. Bref c'est plutôt pas mal, ça méritait juste d'être moins long.

Le ver ou la chenille

Le 27/07/2005
par Glaüx-le-Chouette
[illustration] C'est dit. Ce soir, il fera éclater aux yeux du monde tout ce qui l'habite, son élégance, son désespoir, sa haute volonté et la noblesse de son âme.
Jean Delesquif est étudiant. En Lettres comme beaucoup, mais en «Lettres Classiques», aime-t-il à rappeler. Médiocre certes, mais très fier de n'avoir jamais redoublé la moindre année. Profondément blessé par l’ombre qui pèse sur ses talents, nombreux (clame-t-il) mais que ses (exécrables) professeurs n'ont jamais voulu reconnaître, et que ses camarades (autant jaloux qu’incapables) persisteront toujours à nier. De parents fonctionnaires, issu des classes moyennes, de taille moyenne et sans défaut majeur, yeux marron, cheveux châtains et courts, assez mince. Des lunettes (myopie moyenne).

Il habite un petit appartement en duplex de deux pièces — plutôt une et demie — reliées par une échelle de meunier, au troisième et dernier étage d'un immeuble de tenue correcte mais sans excès, quelque peu bohème mais encore confortable — même si l’éclairage du palier du troisième est sempiternellement hors service, si bien qu’il doit rentrer chez lui à tâtons. Un portrait de Nietzsche, un Baudelaire photographié par Nadar, un Lautréamont découpé dans un catalogue des éditions de « La Pléiade » et quelques paysages aussi déserts que grandioses couvrent en partie la peinture crème de ses murs. Cette pièce (et demie) est son chez-lui, son refuge, et même, pense-t-il depuis quelques temps — « j’aurais peut-être pu en faire un poème, le sujet est grand, nouveau et excellent, ou bien une nouvelle, enfin un texte, si j’en avais trouvé le temps... » — et même, pense-t-il donc, comme un « vaste corps alterne autour de son corps », une « projection de son être sur le monde extérieur » (il aime à s’enflammer ainsi).
C'est donc ici, dans son lieu, que sa métamorphose se produira enfin.

Tout semble lui faire signe aujourd’hui, et concourir à sa belle résolution. Comme si le monde poussait à la roue, comme s’il le portait à faire ce qu'il devait faire et à devenir ce qu’il était. Tout est au mieux.
A commencer par le temps. Hiver continental : un froid vif et sec, durable, avec un vent tenace ; des courants d'air parviennent jusqu’à lui au travers du trou de serrure de sa porte d'entrée. La lumière, elle aussi, l’exalte, semble faire signe vers son destin : tout est mort et glacé, au dehors, immobile et blanc. Voilà qui est bien. Ce soir, pense-t-il, sa chambre sera « comme un bûcher étincelant de gloire et d’écarlate au beau milieu de tout ce froid », et son acte lui-même « comme un cri dans les champs gelés et stériles », ou « comme une éclaboussure de sang dans la neige ». La nuit tombe, avec elle le silence.

Pour l’occasion — l’occasion est majeure — il s’est fait faire un habit digne d’un tsar ou, lui semble-t-il, du prince Salina dans Le Guépard de Visconti, (son film favori). La dépense, immodérée, relève pourtant d’une inconscience toute raisonnée. Jean Delesquif, Delesquif par l’arrêt de la Providence et de toute éternité, se sait n’être pas né tsar, même en exil, ni prince Salina, ni même Burt Lancaster, ni rien de noble. Il sait également, grâce à la prévenance mensuelle de son conseiller bancaire, que ses fonds ne sont pas ceux d’un tsar, même en exil, ni ceux d’un prince Salina, pas davantage ceux d’un don Calogero. Pourtant, il s’est offert un habit éblouissant (mais il a renoncé au frac ; il faut savoir mourir avec son temps). C’est qu’il a entendu dire sur France Culture — par quelqu’un d’indéterminé mais d’important — qu’il y aurait deux sortes d’élégance : celle de l’aristocrate déchu ou déchéant, et celle du miséreux qu’une audace calme porte à vivre au-dessus de ses moyens, comme un funambule, jusqu’à ce que la corde rompe. « Burt Lancaster, Oscar Wilde, ou rien ! ». N’étant ni Salina ni Lancaster, il lui reste Oscar Wilde. Lui aussi, il mourra au-dessus de ses moyens !
A savoir : chaussé de lunettes plus coûteuses que ses chaussures, de chaussures chères comme un mois de son loyer, d’un pantalon de laine noire à rayures pourpres coupé sur mesures et doublé de soie noire, d’une chemise rapportée de Paris, de soie noire elle aussi, à petits boutons-pression de métal brillant et au col raide comme du carton, d’un pull-over trouvé (en soldes) chez un créateur dont il s’est bien avisé de laisser l’étiquette, et fait d’un cachemire blanc éclatant à liseré noir aux épaules, enfin d’un manteau mi-long laine et cachemire (« cashmere », dit la broderie de la doublure), légèrement évasé sur le bas. Chaussettes fines de soie noire, caleçon à l’avenant.
Il va sans dire qu’il n’a pas omis la touche de parfum. Il aurait paru si peuple. Mais tout est là. Et il faut bien que tout soit là, pour qu’éclate enfin et pleinement aux yeux de tous, tout à l’heure, l’indéniable supériorité de ses dons !
Voilà qui est bien.

Mais l’habit ne fait pas tout. Un costume superbe ne fait pas une pièce sublime à lui tout seul. Cela ne lui a pas échappé : il faut aussi un décor de scène. Il a fallu costumer son second corps, son appartement. Nietzsche, Baudelaire et Lautréamont sont restés à leur place, bien entendu ; mais les ont rejoint, sur un mur, Burt Lancaster en Salina, sur un autre, Nicolas II, et face à son bureau, seul, en grand format, accoudé sur un divan et couché sur papier glacé, Oscar Wilde. Face à l’ignorance (n’est pas Jean Delesquif qui veut) il faut bien (hélas) s’expliquer un peu et concéder quelques indices discrets. Par ailleurs, un encens japonais va servir, mais en dose modérée (c’est cher, l’encens japonais). Pour l’éclairage, des bougies de poète ont assez naturellement été choisies, soigneusement torturées, vastes et déjà aux deux tiers fondues. Elles restent pour le moment éteintes, de peur que leur aspect ne se dégrade trop d’ici l’action ; mais considérant l’insuffisance de la lumière qu’elles fournissent, Jean Delesquif a décidé de leur adjoindre un éclairage électrique en applique, tamisé par une feuille de papier calque grisée. L’effet est excellent.

Quant à la musique, sa présence s’imposait, mais son choix fut délicat. Face au hasard des programmes radiophoniques et au rendu désastreux du vieux tuner analogique, il fallait choisir un disque compact. Lequel ? La Jeune fille et la Mort de Franz Schubert, dans une interprétation antique autant qu’allemande et pathétique à souhaits, avait d’abord pris la main. Un examen plus attentif révéla que la jeune fille, pour l’occasion, aurait eu meilleur goût d’avoir été jeune homme. Là-bas de Barbara tint la corde un instant. L’espoir, si faible soit-il, était en trop. Après diverses péripéties, le choix finit par se porter sur la Sonate n°2, opus 35, de Chopin, intitulée Marche funèbre (parfait !) que Jean Delesquif possédait justement. Ce dernier, en bon metteur en scène, coupa sans complexes et retint seulement les premier et troisième mouvements, « Grave » et « Marche funèbre » : un « Scherzo » n’aurait rien eu à faire dans une pièce aussi tragique, et quant au « Presto (Finale) », il restait décidément, disons-le, très au-dessus de sa compréhension. Il s’aida aussi des ressources magiques de la technologie moderne, à savoir des fonctions « program » et « repeat » de son lecteur de disques compacts ; Cziffra — romantique en diable — joue déjà, jouera encore pendant l’action, et jouera toujours lorsque le monde découvrira que dans cette pièce, ce soir, il s’est passé quelque chose de grand.

*******

Car Jean Delesquif, ce soir, ici même, exalté, plein d’un noble désespoir, vaillant comme jamais, veut se tuer.
C’en est trop, c’est trop souffert, la vie est trop cruelle pour le poète maudit. Elle le néglige, elle le méprise, elle ne sait voir sa valeur. Il la lui montrera ! Il a écrit, il a chanté, l’amour, la mort, en majuscules et en vers classiques, puis blancs, puis libres même ; personne ne l’a écouté. Mais rien, grâce à sa prévoyance, n’aura été perdu pour l’Humanité : tout est conservé, tout est en de précieux reliquaires, dans des cahiers et des classeurs, tout a été copié, de sa belle main pâle, de sa belle plume Parker d’argent brossé à pointe en or, sur le vélin le plus onéreux, de sa plus riche écriture, lentement, souplement, comme en une danse d’amoureuse orientale. Et tout est là, sur sa table, sous ses yeux humides d’émotion. « Tout se saura, enfin ! » Car une fois la pièce menée à son dénouement, il ne sera plus possible de ne pas estimer Jean Delesquif à sa vraie valeur ; il ne sera plus question, s’exclame-t-il à la cantonade, de ne pas admirer, vénérer, idolâtrer la voix d’un tel poète.
Il doit mourir, la tête posée sur ses œuvres immortelles, les poignets entaillés et son sang répandu à ses pieds.

*******

Dernier préparatifs. Il a fermé l’épais rideau, pour être seul. Il veut que tout soit révélé en un éclair, lorsqu’il l’aura décidé ; pas avant. Il a posé ses poèmes sur sa belle table en verre, en pile propre et droite, là où sa tête doit tomber. Il monte le volume de la musique, presque au maximum. Il allume ses bougies, l’une auprès de ses feuilles, l’autre au coin de son bureau. Il éteint toutes les lampes sauf celle qu’il a couverte de papier. Il allume son bâtonnet d’encens. Il quitte tous ses vêtements du jour et les range, prêt à mettre son costume de scène, qu’il a posé avec soin, bien à l’abri de la poussière, sur les plus hauts barreaux de son échelle de meunier. Il se parfume, puis veut se rhabiller.
Il n’en a pas le temps : tout à coup, la feuille de calque grisée prend feu, au contact de l’ampoule électrique, et fait presque instantanément fondre les gaines des fils. Un court-circuit s’ensuit, l’ampoule claque, le fusible de l’éclairage saute, et à sa suite le disjoncteur. La musique cesse. Mais Jean Delesquif refuse de se laisser contrarier par la contingence. Il ôte l’ampoule, court au tableau électrique. Il change le fusible grillé, mais avant de rétablir le courant, il se précipite à l’étage de son duplex pour y chercher une ampoule de rechange. Il escalade les barreaux deux à deux, dans l’obscurité, tout en essayant de déchiffrer l’inscription du wattage, noircie par le feu.
A l’avant-dernier barreau, son pied gauche glisse sur une chaussette de soie. Il part vers l’avant comme une fusée.
Irrémédiablement déséquilibré, le corps bascule en arrière.
L’arrière de la tête heurte violemment la trappe. Jean Delesquif entend un craquement de bois ou d’os résonner dans son crâne, Jean Delesquif a le temps de penser « oh », Jean Delesquif est assommé. Tous ses muscles se relâchent ; la chute n’en continue pas moins.
La nuque se plie contre la trappe à mesure de la descente du corps, et absorbe ainsi une partie de l’énergie du choc.
Mais cette énergie se traduit du reste par une accélération horizontale du corps, propagée jusqu’au pied droit, qui quitte son barreau et va glisser entre ce dernier et le barreau supérieur.
La nuque dépasse définitivement le niveau de la trappe et n’absorbe plus aucune énergie. Livré à lui-même, le corps commence alors une rotation selon un axe horizontal et perpendiculaire au buste,
ce qui accentue l’avancée du pied droit,
mais libère progressivement de l’échelle la jambe gauche, plus haute.
Après environ soixante degrés de rotation, le cou du pied droit se coince comme un crochet sur l’antépénultième barreau.
Le mollet droit s’aplatit contre le précédent, mais du côté opposé de l’échelle.
Quasi simultanément, le dos s’arrête contre les barreaux.
Les deux bras décrivent parallèlement deux arcs de cercle jusqu’au sol, où s’écrase le dos des mains.
La jambe gauche tend à décrire le même mouvement, mais elle est arrêtée à peu près à l’horizontale, tendue, par la butée de l’articulation de la hanche.
Par ailleurs, comme on peut l’observer souvent en cas de perte de conscience sévère, Jean Delesquif se vide intégralement.

*******

Les bougies, livrées à elles-mêmes, fondent rapidement. Malencontreusement déséquilibrée sur la fin, celle qui est posée auprès des feuilles s’y effondre. Le vélin brûle en quelques instant, noircit le verre, mais par chance ne fait rien brûler d’autre. L’encens s’épuise.

Six minutes environ après le choc, la voisine de Jean Delesquif a subitement besoin d’un litre de lait. Elle sort de chez elle, passe dans les ténèbres du palier. L’ampoule est cassée, comme d’habitude. Elle va sonner chez ce petit jeune si poli ; personne ne lui répond, mais elle sait bien qu’il est là, elle a entendu de la musique tout à l’heure, et cette odeur de brûlé l’inquiète. Elle décide d’entrer. Il fait noir. Elle presse l’interrupteur de la lampe halogène de l’entrée. Pas de lumière. Elle tâtonne, trouve le tableau électrique, puis le disjoncteur, et le remet en position marche. La lumière revient. En même temps, la vieille mini-chaîne repart de toutes ses forces, mais avec ses réglages par défaut : mode « radio », dernière station écoutée. « Rires et Chansons ».
Jean Delesquif, hagard, bousculé par le vacarme, reprend à peu près conscience.

Dans la lumière crue, la voisine découvre Jean Delesquif suspendu verticalement à son échelle par le pied droit, avec la jambe gauche tendue à l’horizontale, les bras posés au sol. Il est nu comme un ver. Ses yeux sont exorbités en une grimace hébétée. Il est couvert d’urine, et baigne dans une atmosphère âcre de WC publics où des farceurs auraient brûlé du papier toilettes. Le tout, sous le regard amusé d’Oscar Wilde, et au milieu des hurlements des rires enregistrés.

= commentaires =

Glaüx-le-Chouette


    le 27/07/2005 à 20:50:12
Foutredieu, l'illustration.
C'est bon, plus besoin de films de cul, je marque la page.
Putain, avec les escarpins basse taille et les bas de soie.
Oh putain de nom de dieu de merde en boîte. Je jouis, là.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 28/07/2005 à 01:29:55
N'empêche, je suis troublé. Avec ou sans escrapins. Justement le jour où j'emprunte - très exceptionnellemennt - un auteur anglo-saxon à la bibliothèque de Dégobillezez-dans-la-Meuse : Salome d'oskar weilde. A grands coups de cognac, sinon jamais de la vie, plutôt crever.

Enfoirés d'anglais, qui s'approprient le génie irlandais. Qu'en pense Taliesin ? Car il faut dire et redire qu'Oskar était



IRLANDAIS


. Les voies du Seigneur sont impénétrables.

Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 28/07/2005 à 01:31:34
Euh à proposdu texte du doktor Glaukö-Schuätte : demain/... demain...
Narak


    le 28/07/2005 à 11:34:21
Trop chiant, j'ai pas tout lu chui trop crevé.
Lahyenne


    le 28/07/2005 à 11:37:05
Tiens je suis en train de relire Essais de psychanalise de Freud ...

Intéressant, intéressant ...


hinhinhin !



Sans déconner Glaüx, ce texte ... ben je suis pas fan.
Un peu tro emphatique pour moi.
Ptètre que j'ai eu l'impression d'un manque de sincérité dans la démarche?
Ptètre bien que c'était le but ?

Comme un genre de décor en carton pate où on verrait dès la première ligne que c'est une vaste fumisterie ?
Lapinchien


tw
    le 28/07/2005 à 11:37:32
bientot de nouvelles aventures de Jean Delesquif dans un prochain blockbuster à paraitre : N3rdZ
Nounourz


    le 28/07/2005 à 12:21:13
Jean Delesquif, le super-héros qui a le super-pouvoir d'être super-chiant.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 28/07/2005 à 12:52:25
Moi j'aime bien ce texte. J'aime beaucoup l'idée de base, et c'est bien écrit.
nihil


    le 28/07/2005 à 13:49:35
C'est un peu lancinant quand même, dans le genre je décris la couture avant-gauche de la chaussure droite de Jean Delesquif, puis je passe à la couture arrière-gauche, puis [évenement] je décris subreptiscement la couleur purpurine pourprée de la toile du slip kangourou de Saint-Jean Delesquif...
Kirunaa


    le 28/07/2005 à 13:53:56
C'est nul, il est même pas mort.
nihil


    le 28/07/2005 à 14:10:43
Putain ! T'as compris le texte ! Aaargh !
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 28/07/2005 à 14:36:29
C'est beaucoup mieux que s'il était mort. Par contre, j'aurais exploité davantage la voisine. Au lieu qu'elle soit plus âgée et qu'elle le trouve poli, ça aurait pu être une jeune femme brillante dont le personnage aurait toujours rêvé d'attirer l'attention sur sa très estimable personne.

C'est sûr que certains passages descriptifs sont longuets, mais soyons honnêtes, ce n'est pas l'apanage de ce texte. Et il est logique de décrire avec une ironique solennité la mise en scène du personnage.

Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 28/07/2005 à 14:39:18
Si Nagash passe par ici, qu'il sache que sa voisine hante mes nuits.
Aka


    le 28/07/2005 à 18:34:52
Moi j'ai beaucoup aimé, bien écrit, bon sujet, très drole. Mais comme Dourak je regrette que la personne qui le découvre ne soit pas quelqu'un de plus important ou symbolique à ses yeux.
Glaüx-le-Chouette


    le 28/07/2005 à 21:23:59
Ah tiens ben j'y avais même pas pensé. La voisine, c'était un moyen narratologique piteux pour permettre de donner une existence aux "yeux du monde"... J'avais déjà assez honte du truc de la brique de lait (quand j'y pense, quelle ficelle de merde), je me suis dépéché de faire un grand rejet pudique sur ce personnage et de ne pas le développer, héhé.

C'est vrai que ça aurait pu être intéressant d'en faire sa mère ou un truc dans le genre beauté glacée inaccessible ; mais ça aurait alourdi encore le texte, aussi...

Acceptons donc une bonne fois que ce texte soit parfait.
Nounourz


    le 29/07/2005 à 01:36:33
y'a eu un bug chelou chez moi, je lisais tous les commentaires, j'edite le mien, et quand je valide il ne reste plus que celui-ci. Nihil si tu peux m'expliquer...

(c'est dur de se sentir comme Pierre Richard)
nihil


    le 29/07/2005 à 01:43:52
Hannn c'est toi ! Salopard, fallait pas éditer ton message, ça a fait effacer 2600 commentaires sur le site ! Salud, ordure, pourri !

Nan en fait j'ai eu un pb technique de merde, ça se rétablira, mais ça va mettre du temps. Va sur le forum pour plus de détails.
Lahyenne


    le 29/07/2005 à 06:46:00
Comme par hasard, ça vire le commentaire où je disais que ce texte est nul ...

Comme par hasard
Nounourz


    le 29/07/2005 à 12:00:03
bon, sinon, à propos du texte : j'ai parfois du mal avec le style, compliqué pour mon pauvre cerveau, notamment la phase décrivant la chute (je n'ai toujours pas réussi à me visualiser la façon dont le pauvre héros a fini par se retrouver la tête en bas).

mais à part ça, j'ai bien aimé et bien ri à la fin.
Cadarn


    le 30/07/2005 à 16:39:57
j'ai beaucoup aimé, et justement je trouve que le non-développement de la voisine est un choix judicieux ( à part la brique de lait...) mais au moins ça sort un petit peu de la routine: c'est-à-dire, il faut que ce soit absolument quelqu'un d'important qui découvre le protagoniste, eh bien non! renversons les lois de la narration!
sinon, j'aurais bien aimé un peu plus de description
Aka


    le 30/07/2005 à 19:50:29
Ca n'a rien à voir avec les lois de la narration neuneu, c'était par rapport à la psychologie du personnage et à la logique du texte.
Cadarn


    le 31/07/2005 à 18:46:54
sauf que retomber sur la voisine qui le découvre et qui a une grande importance...etc est un moyen souvent utilisé ( voire à outrance).
Aelez


    le 31/07/2005 à 18:50:43
Moi je l'ai trouvé très bien ce texte, la preuve je l'ai lu entièrement, ce qui m'est normalement impossible à cette période de la journée(période post apéro). Donc, c'était un bon texte.
J'aime beaucoup ton style, Glaüx, même dans les descriptions c'est pas trop lourd et la lecture reste agréable.
Par contre, comme Nourz, je ne visualise pas du tout la chute... dommage, c'est pourtant détaillé mais là ça bloque.
Glaüx-le-Chouette


    le 31/07/2005 à 18:51:01
Je comprends plus rien au débat.
Cadarn


    le 31/07/2005 à 18:54:15
pas grave, fais un autre texte, nous on s'occupe de l'après-vente.
Lapinchien


tw
    le 31/07/2005 à 19:35:14
[merci de ne pas lire ce commentaire s'il ne vous conserne pas]

« vaste corps alterne autour de son corps », C'est con j'avais pensé developper la meme idee dans notre collaboration en cours à propos de l'appart. Tu devrais la reprendre dans le dernier passage que t'as ecrit pasque je la trouve excellente et en plus ton personnage se casse un peu trop facilement de chez lui et on se demande meme pourquoi il ne l'a pas fait avant tellement çà lui est facile de le faire.

[si vous n'avez rien capté c'est comme le dirait Guy Marchand, que ce commentaire ne vous etait pas destiné... ... destinée... on a tous en nous une destinéee... nanana na nana na nana... nananana nana nanana na nana... ]
visiteur     le 31/07/2005 à 22:14:50
Ce qui m'étonne c'est que Lapinchien fait énormément de fautes alors qu'il figure parmi les meilleurs auteurs de ce site. Dois je en déduire qu'il est un ami proche pour pas le casser comme vous savez si bien le faire ?
nihil


    le 31/07/2005 à 23:11:19
Ca me semble complètement probable comme explication.
Glaüx-le-Chouette


    le 31/07/2005 à 23:34:28

Aelez et Nourz : pour la description de la chute, c'est normal.

Dans ma tête de petit naïf idéaliste, ça devait se présenter sous la forme :
- d'une séquence animée ou filmée image par image, en fond (dans le style des décompositions de mouvement des photographes de l'époque frères Lumière et compagnie. D'où les détails morphologiques et géométriques : précision scientifique -de merde, je sais, j'ai pas poussé jusqu'au bout, fallait pas charrier, quand même, déjà là, c'est trop),
- avec par dessus une voix off (le texte lui-même), explicative du mouvement de la chute. Et ça aurait été vachement plus clair, du coup.

Mais comme je n'ai aucun talent ni filmique ni dessinatique ni putique pour ramasser du flouze et acheter tout le matos qu'il aurait fallu, ben c'est resté juste de l'écrit.



Et visiteur, ta seconde phrase n'est pas correcte, putain, mais tu sais pas écrire, le sujet de la phrase c'est "je", alors sans changement exprimé, après "pour pas" (où il manque le "ne" explétif), c'est toujours "je", et ça veut plus rien dire, putassier. Et il faut un tiret à "Dois-je".
'tain mais ça m'énerve les gens qui écrivent comme des porcs.

(et merci pour les compliments, ouaou)
Lapinchien


tw
    le 01/08/2005 à 01:36:36
salut visiteur,
qui se cache derrière ce pseudonyme intriguant ?
Christian Clavier ou Jean Reno ?
quoiqu'il en soit, pour répondre à ta question,
je t'avouerais que je ne me fais pas casser pasque
je paye les gens de ce site pour qu'ils soyent sympa avec moi.

si tu veux qu'on soit sympa avec toi, et qu'on te charie plus, envoie un chèque à :

La Zone,
association "intervenants battus"
36 impasse DTCS,
75540 Paris cedex 11

à l'ordre de Monsieur Lapinchien

Tu as le choix entre plusieurs formules:

10€ : plus personne ne te charie mais on te sperme à la gueule chaque fois qu'on te croise.

100€ : tes fautes d'orthographe te sont pardonnées, mais tes idées médiocres sont décortiquées à la loupe et tu n'échappe pas à une bonne fessée déculottée en publique de temps à autres.

1.000€: non seulement tes fautes te sont pardonnées mais en plus on les reprend nous même pour pas te foutre les boules. Tu es déifié chaque fois qu'un de tes articles est publiés. On te jete des fleurs lorsqu'on te croise.

10.000€: Pour chacune des fautes que tu fais, on envoit une demande de réforme de l'orthographe à l'académie Française. On t'envoie des fleurs lorsqu'on te croise mais plus des fleurs avec des épines. On écrit des textes à ta place que l'on signe de ton nom pour que t'aie l'air brillant et que tu puisses te vanter d'avoir de brillantes idées auprès de ta maman.

100.000€: Tu deviens admin et tu accedes à tout un tas de commandes et services qui te permettent d'éditer tous les commentaires. Tu peux utiliser le commentaire-o-tron qui génère automatiquement des critiques ditirambiques à la fois sur tes articles et aussi chaque fois que tu postes un topic, ou un commentaire.

1.000.000€: Tu deviens une voix dans la tête de nihil officielle.
Nounourz


    le 01/08/2005 à 12:15:14
Hé dites, j'ai 20 euros en poche la, je peux faire caca sur le visiteur ?
Narak


    le 07/08/2005 à 23:05:13
Si je rajoute 5euros je peux chier sur Nourz ?
Cep     le 15/08/2005 à 21:02:00
Le titre m'a interpellé!!!!!!!!
Chenille.....mais c trop long et j'ai la flemme de tout lire
Macache     le 15/08/2005 à 21:26:31
Le titre m'a interpellé!!!!!
Ver...mais apré c trop long et g la fleme de tou lire.
Mill


site lien fb
    le 26/02/2007 à 13:24:24
Excellent. Très drôle. Le style m'a transporté. Ca me rappelle une histoire vraie, celle de Lupe Veldez, une des stars de Hollywood à l'époque de Douglas Fairbank. A la suite d'une grave déception amoureuse, elle décide de se suicider à la manière du personnage de Galux : des centaines de corbeilles de fleurs sont installées dans son hacienda. Et voilà pour le decorum. Elle se prend un bain chaud méga-parfumé, convoque coiffeur et maquilleur, se moule dans un lamé doré, participe à un banquet... Ensuite, hop, lettre d'adieu et prise de seconal. Puis elle s'allonge dans son cercueil, merveilleusement nue - elle était bonne, la Lupe - avec un bouquet fiché entre les pognes. Wah.
Sauf que alcool + seconal, au bout d'un moment, ça fait vomir. Et la voilà qui gerbe parmi les fleurs, qui salope tout, miam. Alors, elle se lève et court, se précipite dans la salle de bains, où elle glisse sur son propre vomi. Elle tombe la tête la première dans la cuvette des chiottes et c'est là qu'on l'a trouvée.
Re-miam.
"Vivre vite, mourir jeune et faire un beau cadavre." Je me gausse.
En tout cas, super texte, Glaux.
Glaüx-le-Chouette


    le 26/02/2007 à 13:28:27
'tain elle est géniale ton histoire, je connaissais pas. Je cours choper des photos de la dame, j'ai des posters à faire, les anciens sont tout tachés.
nicko     le 27/07/2009 à 15:57:38
J’ai tout d’abord eu l’impression que le personnage, à l’instar de son narrateur, pétait un peu plus haut que son cul -ce qui n’est évidemment pas impossible dans l’acrobatique position où il parvient finalement à se mettre.
Mais en fait c’est juste parce que j’ai trouvé le premier paragraphe à chier avec cette virgule après soir qui me donnait envie de gerber.
Ensuite ça va franchement mieux et je ferme ma gueule devant l’ironie malicieuse dont l’auteur a fait preuve pour tendre ce genre de farce à sa créature hautaine ridicule qui n’en reste alors pas moins ridicule, mais ridiculement attachante.
Le titre est bien trouvé aussi.
Narak


    le 27/07/2009 à 16:15:25
J'ai pas compris le sens du titre mais ce texte viens de passer de " Trop ampoulé, je lirai un autre jour. " à " Muhuhu, ah ouais muhuhu. "
Narak


    le 28/07/2009 à 04:23:03
D'ailleurs ça ferait un bon remix...

= ajouter un commentaire =



[Accueil]