LA ZONE -
Résumé : Un texte sordide, sombre, confus. Le personnage s'enferme dans un endroit abandonné dégueulasse et rumine sur l'état de décomposition avancée de son univers. Le mot 'merde' revient six fois par ligne. C'est nihiliste et psychopatho, et également assez inutile.

Abatrash

Le 24/08/2005
par nihil
La merde. Tout pue la merde ici.
La salle de lavage délabrée avec les cuves et leur fond noirâtre, les putains de relents d’égout qui remontent des multiples bondes alignées. La pièce de stockage des déchets et son carrelage suintant d’une graisse noirâtre. Les résidus d’aliments avariés qui se décomposent sur les étals. Le mélange de débris de viande qui se mêlent peu à peu au fond des larges éviers de faïence. Les chiottes en ruines, les vestiaires murés, moi qui me vautre et me repaît de ma crasse. Le bout de mes doigts aux ongles ébréchés qui puent la merde, je m’essuie les doigts sur les fringues, toutes mes saloperies de fringues dégueulasses qui puent la merde. Mes aisselles et ma bite qui refoulent et mon bide en train de pourrir, les traces d’urine dans mon froc. L’odeur de mes clopes, l’odeur de ma bouffe : tout a la même odeur à gerber.
Des crochets rouillés qui oscillent sans cesse sur leur rail, qui me visent. Les outils d’abattage abandonnés, encore marqués de sang séché. Tout est mort, tout est vivant. Les remous sales, souterrains des canalisations, tout autour de moi, cachées sous les murs carrelés de blanc. De plus en plus laborieux. Les fuites tout au long des joints noirs, des filets d’eau huileuse qui contournent paresseusement les carreaux. Les rats qui courent partout, s’infiltrent partout et meurent, qui nettoient l’os de la moindre parcelle de viande. Leurs déjections qui s’accumulent partout, leur infecte puanteur vivante. Je suis pourri de l’intérieur. Je n’assimile rien de ce que je mange, je chie tout. Des blocs sombres, compacts de matière fécale qui me déchirent les tripes et le cul.
Les choses sales enfermées dans la chambre froide défectueuse, éteinte depuis des jours, emplies d’une seconde vie. Le grouillement dans la viande, les carcasses qui s’ouvrent, derrière le battant frigorifique, dégageant une ignoble odeur de corruption. La merde, ça sent la merde, ça pue la merde, la crasse et le sang vicié. Toute la merde de ce monde mort se concentre ici, autour de moi, et palpite à m’en faire péter les plombs. Tout est périmé, tout est appelé à disparaître. Tout ce qui est vivant ou l’a été pue la merde, et ne vaut pas mieux. Je continue à manger mon repas qui se décompose sous mes yeux. J’en ai rien à foutre : on passe tous par la même bonde.

= commentaires =

P-E


    le 24/08/2005 à 11:45:19
ça manque de mouches... Pourquoi ya pas de la vermine qui lui bouffe le pied?
ginette     le 24/08/2005 à 12:00:57
Y'aurait pas comme une drole d'odeur par ici ?
musca domesticus     le 24/08/2005 à 12:03:08
bzzzzzzzzzzz slurp bzzzz paf
Lapinchien


tw
    le 24/08/2005 à 12:20:35
tiens çà serait par Arka qui se la joue Splinter Cell infiltrator ? Arka ! Je te rappelle que t'es admin ici...
Lapinchien


tw
    le 24/08/2005 à 13:00:56
Et dire que c'est la traduction française de çà :


My, my, at Waterloo Napoleon did surrender
Oh yeah, and I have met my destiny in quite a similar way
The history book on the shelf
Is always repeating itself

Waterloo - I was defeated, you won the war
Waterloo - Promise to love you for ever more
Waterloo - Couldn't escape if I wanted to
Waterloo - Knowing my fate is to be with you
Waterloo - Finally facing my Waterloo

My, my, I tried to hold you back but you were stronger
Oh yeah, and now it seems my only chance is giving up the fight
And how could I ever refuse
I feel like I win when I lose

Waterloo - I was defeated, you won the war
Waterloo - Promise to love you for ever more
Waterloo - Couldn't escape if I wanted to
Waterloo - Knowing my fate is to be with you
Waterloo - Finally facing my Waterloo

So how could I ever refuse
I feel like I win when I lose -

Waterloo - Couldn't escape if I wanted to
Waterloo - Knowing my fate is to be with you
Waterloo - Finally facing my Waterloo
Lahyenne


    le 24/08/2005 à 13:10:13
LC à mort !


j'ai bon?
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 24/08/2005 à 13:50:24
Non. Il faut écrire Lapinchien en entier, sinon ça donne une touche personnelle, or il n'y a rien de personnel là-dedans. C'est un combat civilisationnel. Waterloo ne fut qu'une bataille dans une longue guerre inachevée.

Kirunaa


    le 24/08/2005 à 15:56:45
RHAAAaaaaaa !
C'EST BON !!!!!!!
Lapinchien


tw
    le 24/08/2005 à 16:55:18
Tu nous fais un orgasme des doigts ?
Kirunaa


    le 24/08/2005 à 17:12:33
ouais
Glaüx-le-Chouette


    le 26/08/2005 à 21:00:09
J'aime beaucoup.


Le texte, pas l'orgasme des doigts, ça, je connais pas.


Le seul truc qui me gêne c'est l'isolement du passage, sans avant et sans après ; mais après tout, ça souligne l'aspect absurde et c'est bien.

Et tu fais chier, à savoir faire des super phrases de fin. Enfoiré.
nihil


    le 26/08/2005 à 21:38:32
Essaie de t'imaginer la même fin récitée par Michaël Youn sous amphet et après une bonbonne d'hélium, tu verras, ça le fait déjà beaucoup moins.

Sinon pour les intéressés, je fais une prestation "super phrase de fin pour votre texte" pour 15 euros. C'est très raisonnable.

= ajouter un commentaire =



[Accueil]