LA ZONE -
Résumé : L'enfance et l'adolescence de Victor, qui porte six doigts à sa main gauche. Une lecture très agréable, mais c'est le moins qu'on puisse attendre d'un texte d'Arkanya. Toute l'histoire possède un formidable potentiel de disjoncte et de chaos, mais hélas, comme il fallait s'y attendre, on en reste à la mièvrerie qui caractérise la nouvelle orientation littéraire d'Arka.

A Rebours - 6

Le 31/01/2006
par Arkanya
[illustration] Quand il est né, Victor avait six doigts à la main gauche.
A l’échographie, personne n’avait rien vu. Ça a été une sacrée surprise pour toute la famille, surtout pour sa mère, qui était cruellement déçue que son premier enfant ne soit pas parfait. Pour le médecin, il était hors de question de l’opérer maintenant, d’abord parce qu’il y avait des risques quant à la croissance de sa main, ensuite parce que d’après lui, on devait laisser le choix à l’enfant et qu’il ne serait pas trop tard dans quelques années.
Au début de sa vie, Victor n’avait pas conscience d’être différent, ses petits camarades de la crèche non plus. C’était un enfant enjoué, et très entouré. Il était très éveillé pour son âge. Arrivé dans les petites classes de l’école, et passé le premier choc, il avait commencé à faire l’admiration de sa maîtresse, elle fondait de grands espoirs en lui. Mais déjà, il commençait à comparer sa main à celles des autres enfants et posait beaucoup de questions. Sa mère lui expliquait longuement qu’il était différent et que c’est ce qui faisait sa force, qu’on ne se définit par le nombre de ses doigts mais par son caractère, elle l’accompagnait dans chacune des épreuves qu’il pouvait rencontrer. Il arriva au terme de ses années de maternelle sans trop de dommages.
Et puis la vie de Victor changea avec l’arrivée d’une petite sœur. Une petite sœur en tout point parfaite, avec cinq doigts à chaque main, une petite sœur tellement miraculeuse que même les membres de la famille que Victor voyait rarement entouraient le nouveau-né. Et Victor vit dans le regard de ses parents un éclat qu’il n’avait encore jamais connu. Victor aimait beaucoup sa petite sœur, même s’il se rendait bien compte qu’on s’occupait moins de lui maintenant qu’elle était là. Avec ça, depuis qu’il était à la grande école, il commençait à subir des brimades, alors c’était un réconfort pour lui que de pouvoir le soir la rejoindre, se pencher au-dessus du berceau et lui chanter des chansons douces. Un peu plus tard, il a commencé à lui faire des dessins qu’il accrochait dans sa chambre pour lui faire plaisir, des dessins faits avec sa main gauche, celle qui a un doigt de trop, comme un appendice inutile. Mais sa mère lui a très vite demandé de ne plus s’en servir, en plus d’être malformé, il ne devait surtout pas être gaucher, ou il en souffrirait encore plus. Il fallait cacher cette main difforme.
Au fil des ans, Victor a appris à la glisser dans sa poche, elle y restait en permanence, sauf quand il en avait vraiment besoin. Il a appris aussi à inventer des histoires abracadabrantes pour expliquer son infirmité quand ses camarades s’en étonnaient, il leur racontait que ce doigt en plus était un cadeau du ciel, qu’il lui donnait des pouvoirs fabuleux, ou bien qu’il renfermait un second cerveau plus petit mais qui lui permettait de lire dans les pensées ou dans l’avenir, parfois aussi il expliquait que dans la matrice de sa mère il avait dévoré son frère jumeau et avait gardé en hommage l’un de ses doigts en souvenir. L’air de rien, malgré sa différence, il était devenu une sorte de coqueluche, un bout-en-train très apprécié pour toutes les histoires qu’il inventait. Ses quelques copains l’auraient défendu à coups de griffes contre les remarques désobligeantes de ceux qui ne comprenaient pas, ils étaient fiers et curieux, et voyaient l’infirmité de Victor comme un plus, comme quelque chose d’exceptionnel qui le rendait unique et génial.
Un jour, Victor entra au lycée. La fatalité avait voulu que toute la petite famille ait déménagé durant l’été. Il se retrouva dans un établissement qu’il ne connaissait pas, entouré de gens qu’il ne connaissait pas, et il eut un mal de chien à s’intégrer. C’est que ses anciens camarades avaient grandi en même temps que lui, ils avaient l’habitude. Ici, les gens risquaient de se prendre en pleine face sa monstruosité avant de savoir à qui ils avaient affaire, aussi Victor cachait sa main. Mais c’était encore pire, tout le monde se doutait qu’il avait quelque chose de pas normal au bout du bras, et la main dissimulée était le fruit de multiples divagations. C’est à ce moment-là que Victor apprit la solitude. En quelques semaines, il perdit sa joie de vivre. Il se levait le matin sans entrain, allait en cours la tête baissée, faisait semblant de ne pas remarquer les chuchotements sur son passage. Les deux premières années, il ne parla avec personne.
La troisième année, un miracle se produisit. En cours d’anglais, il se retrouva assis à côté d’une jeune fille qu’il trouvait éblouissante. Elle lui adressa un grand sourire en s’installant, se présenta sous le doux nom d’Hélène et lui expliqua qu’elle venait de très loin et appréhendait un peu sa nouvelle vie ici. C’était une gamine très bavarde, aussi Victor n’avait pas besoin de trop lui parler, au début du moins. Petit à petit, il se dérida, et ils commencèrent à se raconter leurs vies. Il était flatté qu’elle passe autant de temps avec lui, elle ne se lassait pas de l’écouter raconter des tas d’histoires toutes plus tarabiscotées les unes que les autres. Elle l’encouragea à prendre un stylo pour les coucher sur papier, et il s’exécuta. Il passait des soirées entières à écrire, et livrait ses feuilles noircies tous les matins à sa nouvelle amie qui s’extasiait chaque fois de son style et de son imagination. Victor faisait des progrès phénoménaux grâce à ses conseils, et il prenait peu à peu confiance en lui, en elle, et surtout en eux.
Un jour, après les cours, il l’invita chez lui. Il n’avait même pas cherché de prétexte, il lui avait juste proposé ça, comme ça, et elle avait accepté. Dans sa chambre, alors qu’ils étaient tous deux assis sur le lit et qu’il cherchait le courage de lui parler plus intimement de ce qu’il ressentait pour elle, elle lui posa la seule question qu’il redoutait, elle voulut savoir ce qu’avait sa main de si spécial pour qu’il la cache tout le temps comme ça. Un peu pris de cours, il rougit d’abord, puis commença à se tortiller en marmonnant alors qu’il cherchait une réponse valable. A elle il ne pouvait pas raconter n’importe quoi, elle le connaissait trop, elle verrait tout de suite qu’il fabulait, et puis il ne voulait pas lui mentir. Alors il se mit debout devant elle, et sortit lentement sa main de sa poche pour la lever devant ses yeux. Elle la regarda en silence tandis qu’il remuait ses doigts un à un, puis elle lui fit remarquer que sa main était bien pâle de ne jamais voir le soleil. Et elle rit. Alors il eut le courage et la force, il se rassit sur le lit et lui dit qu’il tenait beaucoup à elle, qu’elle était le rayon de soleil de ses journées, que s’il continuait à aller au lycée tous les jours, ce n’était que pour la voir, que les minutes éloigné d’elle étaient plus longues que toutes les autres, qu’il adorait son rire, son sourire, sa voix, ses cheveux, qu’enfin il était amoureux d’elle. Hélène était un peu gênée, Victor voyait bien qu’elle ne savait pas quoi répondre, et ce scénario s’éloignait beaucoup de tous ceux qu’il avait prévus dans sa tête depuis longtemps. Elle dit juste “Je ne peux pas” et quitta la chambre, laissant le jeune homme pétrifié et interdit.
Voilà, c’était tout, c’était fini. Il avait attendu cet instant depuis des semaines, et ça n’était que ça. A cause de sa main maudite, à cause de ce doigt ridicule, il venait de perdre la seule personne qui comptait à ses yeux. Victor prit à cet instant la plus grande décision de toute sa vie. Il ne remit pas les pieds au lycée, refusa tout contact avec Hélène, et eut une discussion très longue avec ses parents. Devant sa détresse, ils n’eurent pas le cœur de lui refuser ce qu’il demandait, quitte à ce qu’il perde une année scolaire.
Victor souffrit mille douleurs au fil des opérations, mais un jour il eut une main normale, si l’on excepte les cicatrices qui l’ornaient. Il avait passé son baccalauréat par correspondance, et s’apprêtait à entrer à l’université, plus sûr de lui que jamais. Là il se fit de nombreux amis, et plus il avait de succès, plus il gagnait en confiance et en assurance. Il connut quelques filles, mais il ne pensait qu’à Hélène. Il laissa passer une année entière avant d’aller un jour la trouver chez elle.
Quand elle ouvrit la porte, la jeune fille qui était devenue une femme éclata et sanglots et se jeta dans es bras. Il passèrent une soirée entière à se raconter ce qu’ils avaient raté de leurs vies, ce qu’ils avaient vécu, ce qu’ils avaient fait, ce qu’il avaient ressenti, ce qui les avait fait vibrer. En fait non, c’est surtout lui qui parlait, il voulait lui dire tout ce par quoi il était passé pour elle, tout ce qu’il avait subi pour devenir quelqu’un qu’elle pourrait accepter. A un moment, elle lui demanda s’il écrivait toujours, il répondit qu’il n’avait plus besoin de ça pour être quelqu’un, et qu’il avait depuis longtemps laissé tomber ses stylos. Quand il la raccompagna chez elle, il ne faisait aucun doute pour lui qu’elle ne pouvait plus se refuser, et c’est pourtant ce qu’elle fit. Elle n’eut besoin que de quelques phrases :
- Tu n’es plus le Victor que j’ai connu. Avec ta main difforme, tu étais fragile et sensible, tu me comprenais, j’avais envie de passer du temps avec toi, je t’aimais. J’avais peur de toi, peur de nous, peur de te perdre en consommant ce que nous partagions tous les eux, j’ai beaucoup souffert de ta disparition, j’en souffre encore aujourd’hui. Mais la personne que tu es devenue n’a rien à voir avec celle que j’ai aimée, et que j’aime encore. Tu as oublié qui tu étais. Tu t’es mutilé, et je ne te connais plus.
Et elle referma la porte sur lui.

= commentaires =

Nounourz


    le 01/02/2006 à 02:17:51
Je trouve que le style est plutot lisse, presque trop même. C'est propre, c'est un fait. Mais il manque quelque chose qui percute, ou plus simplement, quelque chose de personnel dans le style.

Ca me fait penser à un dessin qui serait irréprochable d'un point de vue technique, mais qui manquerait tellement de personnalité qu'il en perdrait tout intérêt.

Et ce n'est pas l'histoire qui rattrape l'affaire. D'un point de vue crédibilité, il n'y a rien à redire. Mais une fois le texte terminé, on a la vague impression d'avoir lu un truc parfaitement inutile. Je n'arrive pas à être touché par les émotions que cette nouvelle semble tenter de communiquer.

Arkanya n'intervient plus sur la zone et c'est bien dommage, j'aimerais beaucoup savoir de quelle manière elle voit sa propre évolution littéraire.
C'est peut-être parce que je ne suis qu'un gros balourd dénué de subtilité, mais le fait est là : le plaisir de lire est tout simplement absent.
Imax


    le 01/02/2006 à 02:43:12
C'est un peu mièvre tout simplement. Mais ça n'aurait pas été grave dans l'éventualité où Victor aurait pété sauvagement les plombs à la fin jusqu'à ce mutiler lui-même. A la rigueur il y aurait eu moyen de faire un texte très lisse et propre, au style très mièvre qui contraste avec une fin atroce. Le texte aurait eu une force qui manque un peu ici. L'histoire est pas mal je trouve.
Glaüx-le-Chouette


    le 01/02/2006 à 06:52:39
Il est évident que nous ratons ici une superbe occasion de voir casé le mot PIANISTE.

C'est quasiment criminel, de ne pas faire un pianiste d'un personnage à six doigts.





A part ça, je suis d'accord avec l'étiquette "mièvrerie" donnée en intro, même si les étiquettes c'est mal. Je la définis comme la volonté de créer un sentiment de douleur et de tirer des larmes avec une chute tellement prévisible qu'on s'y attend dès l'abord, mais qu'on se dit que han non, ce serait trop horrible, et puis elle arrive quand même, malgré tous les efforts du personnage et les espoirs du lecteur ; conclusion : "oh non c'est trop horrible". Et "oh le pauvre".

Il y a une notion de tragique, soit ; et le tragique c'est bien. Mais sur un sujet euh, pianistique, ça devient néanmoins inintéressant (à mon goût).


Sur le style, oui, rien à dire, c'est lisse et propre ; le texte mène à sa fin, où réside le coeur de la page ; donc c'est "bien écrit".
N'empêche, ça m'a fait chier. Prévisible, et l'émotion finale est daniellesteelique.


Grosse sensation de gâchis. Mais d'autres lecteurs apprécieraient probablement.
dwarf     le 01/02/2006 à 11:03:50
Bah, il n'y a que deux choix : une fin "gâchis" ou une fin bisounours.
Je préfère la fin "gâchis".

Ou alors, une fin massacre, avec Victor qui martyrise Hélène avec sa main à six doigts? Ici, ça serait trop classique ^^
Narak


    le 01/02/2006 à 13:33:48
Complètement naze.
nihil


    le 01/02/2006 à 13:38:20
Il y a quelques mois, Arka a posté les cinq premiers épisodes de cette rubrique 'à rebours' d'un coup, puis plus de news depuis. On peut donc supposer que la série restera inachevée et qu'on aura pas d'autres textes. Ca me fait chier de le dire, mais au vu des derniers textes, j'espère que ce sera le cas.
Quelle superbe spirale descendante.

Commentaire édité par nihil.
Abbé Pierre


    le 01/02/2006 à 16:29:28
Et il pouvait pas tuer sa soeur, la faire manger à l'autre salope et violer son chien?

Sinon, d'accord avec Narak.
On attend un truc, je sais pas, un truc qui donnerait comme un sursaut au texte. Mais on attend toujours. Et ça fait chier. Ouais c'est super bien écrit, j'ai rien à dire là dessus mais c'est mièvre, plat, pâturages.
Aka


    le 02/02/2006 à 02:38:33
Je suis assez d'accord avec tout le monde. C'est tellement liste que tout le récit est attendu.
Glaüx-le-Chouette


    le 02/02/2006 à 11:57:25
Liste, c'était un mot aléatoire ?
Aka


    le 02/02/2006 à 14:56:16
Mouahahha.

"Lisse".
Vassago


    le 06/02/2006 à 11:52:01
♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥
Lapinchien


tw
    le 07/02/2006 à 19:40:47
"A un moment, elle lui demanda s’il écrivait toujours, il répondit qu’il n’avait plus besoin de ça pour être quelqu’un..."

Arkanya se barre en nous faisant un doigt... classe...
Caraffe Quelle bonne surprise    le 25/02/2006 à 12:43:01
Tiens, tiens, regardez sur qui je tombe par hasard...
Très agréable surprise.
Caraffe     le 25/02/2006 à 12:55:33
Quant au texte lui-même, c'est la première fois que je lis un texte de toi et c'est par hasard que ça arrive. C'est vrai et c'est déjà dit et redit dans les commentaires que c'est bien écrit. Je ne suis pas étonnée, je trouve qu'on te reconnait dans ce texte : intelligence, sensibilité, esprit et romantisme.
C'est vrai aussi que la fin est un peu décevante par contre. Mais ça encore une fois, c'est une question de goût je pense. Je ne suis pas très romantique, peut-être est-ce aussi une question de vécu, je ne sais pas.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 25/02/2006 à 20:44:43
Comment ça, pas romantique ? Tu suces pas ?
Aka


    le 25/02/2006 à 21:47:18
"je trouve qu'on te reconnait dans ce texte : intelligence, sensibilité, esprit et romantisme."

J'ai jamais vu une drague aussi affligeante, ou du moins rarement.
lapinchien     le 04/09/2006 à 02:39:50
Tu vas nous le finir ce (tain de compte à rebours de l'autodestruction de la Zone ?
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 04/09/2006 à 02:46:02
Si tu veux qu'on détruise la zone, suffit de nommer tout le monde admin et puis de publier le mot de passe ftp en page d'accueil. Ça aurait un certaine classe, d'ailleurs, je trouve.

= ajouter un commentaire =



[Accueil]