LA ZONE -
Résumé : Nounourz avait demandé à Aem de travailler avec lui sur son remix du texte 'De passage', d'Aka, qui retranscrivait le ressenti d'une victime de viol. Après la publication de la version de Nourz, Aem a continué le boulot de son coté et le résultat est là : effroyablement sombre, brutal, glauque et sans concessions. Tour de force : la violence du texte n'entame jamais sa subtilité psychologique. A lire et relire régulièrement.

De passage (nrz tribute mix)

Le 05/01/2007
par Aem
[illustration] [remix du texte De passage (nrz subjective mix) de Nounourz. Le texte en question étant lui-même un remix du texte De passage d'Aka ]
[ SCENE PREMIERE / PREAMBULE. ]

Musique d’ambiance.
Du noir, du blanc, du gris.
Un homme, une femme.
Deux sexes.

En traître, il est arrivé dans mon dos. Sa peau a glissé le long de la mienne pour se coller à mes reins, une poignée de mes cheveux arrachés au creux de ses mains. De sa bouche naissait l’acte de chair. Il me préparait au corps à corps, de sa bouche, il me parlait de sa bite.

[ ACTION ]

Cinq longues minutes qu’il s’affaire en me haletant son haleine nauséabonde dans la gueule. Je le sens, là, en moi. Je le sens impuissant, tentant de déchirer mes chairs. Le regard fou, il attend seulement que je crie pour me frapper plus fort. Les yeux fermés, il s’agite en ahanant mais garde étrangement un sourire satisfait, comme si là était sa place normale, attendue. Comme si l’ultime finalité de mon existence - mon unique raison d’être - avait été d’accueillir sa chose en moi.

Qu’il fouille mes tripes, il n’y a rien d’intime dans la biologie humaine. Des boyaux, des tuyaux et de la merde. Voila ce qu’il baise. Un amas de chair en pourriture avancée. Je m’efforce de n’être, comme il l’attend de moi, qu’un trou béant à combler, l’animal mort, la charogne dans laquelle il voulait se vider. Je me demande si c’est à ça qu’il pense, si c’est pour ça qu’il bande si mollement.

Ce viol est un film porno raté.

L’homme jouit.
Satisfait il ouvre les yeux.
Se retire
Puis,
S’en va.

[ SCENE DEUX / REFLECTION ]

Je ne l’ai pas vu partir. Je n’ai pas entendu ses derniers mots. Il m’a mordu dans le cou et c’est le seul souvenir qui me restera de cet amant.
Alors c’était ça ?
Ni clash, ni flash back. Pas de lumière blanche qui éblouit et d’héroïne qui crie. Pas de poing qui cognent et de larmes qui étranglent.

Je l’imaginais m’attraper par les cheveux, je voyais le rebord du trottoir se rapprocher à grande vitesse de mon front, les chocs successifs, et le fondu au noir.

Finalement il n’y a rien eu, ma vie ce n’est pas du cinéma et aujourd’hui encore, je n’ai pas réussi à mourir. J’avais pourtant comme un flingue dans le bas ventre qui y a déchargé toute ses balles, et ça n’a rien touché de vital. Comme si mon sexe était en plastique, et le foutre en plomb trop loin du cœur.

Je me suis faite baiser proprement, en toute courtoisie, il s’est presque excusé de ne pas m’avoir fait jouir. Mais je ne lui en veut pas, je l’envie juste.

Moi aussi j’aimerai être un mec, avoir une queue et m’en servir comme d’un flingue. Me sentir puissant de pouvoir décharger dans la gorge de n’importe quelle salope.
Les femmes resteront faibles.
Humiliées, haineuses ou excitées leurs lèvres resteront molles et flasques. Au mieux, leur sexe pleurera, des larmes infinies et incontrôlables. Ça ne sait faire que ça une femme : Chialer. Se morfondre sur leur condition bafouée en réclamant plus de liberté, plus d’intérêt. C’est quand on s’intéresse à ce qu’elles sont vraiment - un vagin - que ça crie au scandale.

J’aimerai justifier ma vie ainsi, me trouver des raisons d’être responsable, me mettre en victime. Mais je n’ai pas d’excuses, les seules larmes qui ont coulées étaient celles d’en bas, j’ai aimé éveiller son instinct de sous être en proie à ses désirs. J’ai aimé avaler son sexe et me sentir plus forte que lui, paniquant en se demandant quand est-ce qu’il allait enfin jouir, j’avais déjà la chance de savoir qu’à moi, ça n’arriverai pas.

[ SCENE TROIS / LE DOUTE ]

J’aurai peut être du crier, rendre la scène plus cinématographique, ajouter de moi-même les effets de styles et dire les phrases qu’il faut.
En vérité je le sais, pourquoi je n’ai rien fait de toute cette violence et de cet amour gratuit, l’instinct de survie : il était préférable que je sauve ma peau plutôt que mon cul. De deux maux, il faut savoir choisir le moindre.

Le sexe est un combat. Il y a celui qui gagne, et l’autre qui y perd. Quelle satisfaction va-t-il en retirer d’avoir gagné sans combattre ?
Le sexe est une lutte, il m’a troué la peau dans ce corps à corps armé en y perdant sa dignité. Il a touché à l’intime du bout de sa verge.

Et puis, rien d’autre.
De la biologie.
Des organes, de la viande rouge, bien saignante.
Des fibres, nourrissantes.
Sous ma peau à grouillé la vie pendant quelques instants.
La machine enrayée, soudain dérouillée.
Des coups de reins comme une métaphore de la vie, à chaque choc se demander enfin : Encore combien de temps avant d’en crever ?

= commentaires =

Aka


    le 05/01/2007 à 22:55:50
Il n'y a pas plus malheureux que moi ce soir de ne pas avoir écrit ce texte. Je ne sais pas si je dois me sentir fière ou humiliée d'avoir servi de brouillon à ce texte.
Je ne sais pas si je dois me sentir contente que Nourz y ait participé aussi ou abbatue qu'il n'ait pas pu le lire.

En tous cas c'est mon préféré sur la Zone.

Dommage pour les quelques fautes.

Commentaire édité par Aka.
Carc


    le 05/01/2007 à 22:59:46
...

wow...
Abbé Pierre


    le 05/01/2007 à 23:41:52
Abbé Pierre dit :
Putain, Aem m'a foutu sur le cul, les jambes en l'air, la tête entre les orteils.
Aka dit :
idem
Aka dit :
marque ça dans les commentaires

(Version parodique, avec correction fautes et pseudo, pour que ça reste compréhensible)

ça dans les commentaires

De rien.

Sinon : bravo.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 06/01/2007 à 02:07:17
C'est très fort.

En tout, cas, moi, ça m'a donné envie d'aller violer quelqu'un.
Ange Verhell


    le 06/01/2007 à 02:34:12
Eh bien moi je dis que si la nana a le temps de baratiner le violeur avec ça, du coup il ne bande plus.
MonsieurMaurice     le 06/01/2007 à 09:29:32
PUTAIN C'EST QUOI CE BORDEL ?


Internal Server Error
The server encountered an internal error or misconfiguration and was unable to complete your request.
Please contact the server administrator, nihil0000@hotmail.com and inform them of the time the error occurred, and anything you might have done that may have caused the error.

More information about this error may be available in the server error log.

Apache/1.3.31 Server at zone.apinc.org Port 80
Abbé Pierre


    le 06/01/2007 à 12:13:05
Au hasard, je parie sur Dourak, comme d'habitude.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 06/01/2007 à 13:52:48
Calomnie. Je n'ai touché à rien. Je ne touche jamais au forum. D'ailleurs, j'étais chez les Nenets.
dwarf     le 06/01/2007 à 14:50:59
Très bon texte ouais, même si je préfère celui de nrz.

Pour le forum, je parie sur la base sql.
nihil


    le 06/01/2007 à 14:55:16
Pour le forum c'est pas moi, j'étais à Berlin Est.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 06/01/2007 à 14:59:10
Et moi je parie sur la config Apache, côté apinc.

nihil


    le 06/01/2007 à 15:00:59
Dourak, est-ce que je dois contacter les admins à ton avis, ou est-ce que je continue à rien branler et à prier ?
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 06/01/2007 à 15:15:37
Je m'interrogeais là-dessus. Vu qu'ils ont l'air d'avoir pas mal de problèmes techniques en ce moment, je dirais qu'il vaut mieux attendre encore quelques jours.

Y a aussi la possibilité qu'ils aient jugé que le forum est gourmand en ressources et qu'ils l'aient sciemment neutralisé, ne serait-ce que temporairement. Mais j'imagine qu'ils t'auraient prévenu.
MonsieurMaurice     le 06/01/2007 à 15:47:09
On a qu'à attendre pendant 10 ans, ouais.

Heu, c'est con paske dans 10 ans je serai sûrement mort.
MantaalF4ct0re


    le 06/01/2007 à 15:50:02
je préfère la version de nounourz qui est plus fluide, là le côté "phases" casse un peu la spontanéité. ceci dit ça reste bien plaisant et ça apporte quelques détails qui ajoutent du glauque..

commentaire édité par Mentalfactor le 2007-1-6 15:50:18
nihil


    le 06/01/2007 à 16:05:00
Bon, euh, le texte. Si on doit prendre d'assaut les commentaires d'un texte pour parler de choses et d'autres comme des gens civilisés en l'absence du forum, j'aimerais mieux que ce soit un autre texte, genre un vieux texte dont personne a rien à foutre.

Bah je dirais pas que c'est le meilleur truc lu sur la Zone, mais c'est clairement dans les plus hautes sphères. C'est très axé sur le ressenti, comme le veut le genre et le texte de départ, ce qui pourrait être un point faible, parce que ça fait vite des textes de tapettes. Mais d'habitude discourir et s'épancher sur des réflexions intimes, ça fait perdre en brutalité, alors que là ça reste du haut-vol dans ma gueule à chaque seconde, belle perf. Y a de la tripe gluante à égalité avec de la réflexion, balle au centre.
Il n'y a pas d'intrigue ou de développement, c'est juste un instantané de vie, ça a le même impact qu'une photo par rapport à un film : direct, marquant. Parce que contruire une intrigue c'est casse-gueule, y a toujours des passages moins forts, des passages chiants. C'est peut-être le seul truc qu'on pourrait reprocher, bien qu'évidemment ce soit un choix de l'auteur et que ce soit directement conditionné par le texte remixé, c'est que ça tente pas le grand chelem en mettant ce truc en scène dans une histoire plus élaborée. Un instantané de vie c'est pas évident à rendre excellent, mais c'est toujours plus facile qu'une vraie nouvelle. Enfin c'est vraiment histoire de faire chier, hein, pas tomber dans l'adoration aveugle, parce que par réflexe c'est ce que je pourrais avoir tendance à faire en lisant cette merveille.

Commentaire édité par nihil.
MonsieurMaurice     le 06/01/2007 à 16:27:22
putain, le forum est encore en panne.
Winteria


    le 08/01/2007 à 00:28:39
Bôf, comme le remix de nourz, comme le texte d'Aka.

Je trouve que celui-là manque un peu trop de personnalité (en même temps, le remix d'un remix...), et puis, y'a des phrases, putain... Je suis sûr que si je les avalais, elles finiraient dans mes chiottes dans le même état :

"Le sexe est un combat. Il y a celui qui gagne, et l’autre qui y perd. Quelle satisfaction va-t-il en retirer d’avoir gagné sans combattre ?"
Là, ça oscille franchement entre le contenu d'un skyblog et le slogan d'un tract de "Ni putes ni soumises".

"les seules larmes qui ont coulées étaient celles d’en bas"
Là, ça fait un peu plus blague potache de puceau, ou alors transexuel qui n'est plus bien sûr de s'être fait opérer.


Par contre, ça : "Des coups de reins comme une métaphore de la vie, à chaque choc se demander enfin : Encore combien de temps avant d’en crever ?" j'adore.


Au final, j'ai pas trouvé mes trois lectures désagréables, mais j'ai du mal à saisir l'engouement qu'il provoque. Enfin, les goûts et les couleurs des autres, c'est pas qualitatif...

nihil


    le 08/01/2007 à 00:40:13
Ah bah tiens justement, CMB.
Aem.     le 08/01/2007 à 13:41:14
Je préfère les deux phrases que t'as citée en les trouvant à chier que la dernière qui est franchement pédante et pas originale, écrite pour conclure le truc quoi.

Sinon merci bien pour vos avis.
Aka


    le 08/01/2007 à 17:55:59
Ouais tout pareil que Aem qui remplace désormais feu Bizontin dans mon coeur.
Sarine


    le 09/01/2007 à 13:12:45
"Moi aussi j’aimerai être un mec, avoir une queue et m’en servir comme d’un flingue" juste pr cette phrase jpeux crever tranquille. j'aime. et mm bcp. tu avais raison crevard, c'était à lire.
Astarté


    le 10/01/2007 à 17:26:39
J'ai aimé le premier un peu moins le second et encore le troisième désolée
Prototype Nucléique


    le 11/01/2007 à 15:28:21
c'est beau
Mill


site lien fb
    le 04/02/2007 à 18:25:53
Foutrement bien écrit et foutrement chiant. Ben ouais. Les deux.
Je rajoute une petite remarque : je sais c e qui m'a vraiment gêné. J'ai côtoyé des victimes de viol à plusieurs reprises - l'une d'entre elles a été ma compagne pendant quelques temps - et leur discours ne collait pas du tout à celui-ci. Il y a ici une complaisance qui ne reflète en rien la douleur, la haine et l'humiliation que ressentaient ces filles. Je sais que cette complaisance sert de moteur au récit et que'lle apporte une couleur intéressante au texte, mais elle ne correspond pas à mon avis à la réalité. Cependant, c'est quand même un sujet très difficile et il y a autant de ressentis différents que de victimes de viol, j'en suis conscient.

commentaire édité par Mill le 2007-2-15 20:21:36
Asa     le 08/06/2007 à 00:43:13
D'une façon générale, c'est pas assez développé. C'est sûr, ça se lit vite...

"Le sexe est un combat. Il y a celui qui gagne, et l’autre qui y perd."

Ca et les deux phrases qui suivent, j'aime pas trop.

Mais bon, sinon ça claque bien.
Mentaltrash


    le 07/02/2008 à 10:35:03
>Il y a ici une complaisance qui ne reflète en rien la douleur, la haine et l'humiliation que ressentaient ces filles. Je sais que cette complaisance sert de moteur au récit et que'lle apporte une couleur intéressante au texte, mais elle ne correspond pas à mon avis à la réalité. Cependant, c'est quand même un sujet très difficile et il y a autant de ressentis différents que de victimes de viol, j'en suis conscient.


oui. Moi je me rappelle encore les paroles de ma prof de francais quand j'avais 12 ans:
"Les filles qui se font violer elles devraient etre contentes!"
Quelle pute.
Koax-Koax


    le 31/08/2009 à 02:09:02
Pour un thème vu et revu, celui-ci est vraiment bien traité. Sombre, torturé, j'ai aimé cette écriture fine, ces images organiques, cet espèce de nihilisme implicitement glissé dans le récit.

Mais au niveau des pensées de la victime, il manque tout de même comme une rage, un dégout plus violent que celui qui apparait, mais le thème en lui-même est tellement usé, qu'ici il apparait comme neuf, sous cette manière d'écrire distante et pourtant très juste. Le fait que la victime soit dégoutée d'elle-même est très bien amené.

Globalement, c'est donc un très bon texte.

= ajouter un commentaire =



[Accueil]