LA ZONE -
Résumé : On reste plongés dans une obscurité presque totale avec ce texte à base d'impressions étranges et effrayantes. Le narrateur est confus et subit des visions horrifiques émergeant d'une pénombre à peine cassée par une lampe-torche défaillante. Le ton reste bizarrement léger et sautillant, ce qui laisse une impression assez désagréable, mais sinon c'est glauque à souhait.

Thoughts III : du néant monstrueux (et une lampe torche)

Le 29/01/2007
par Nico
[illustration] - Parler, ça je peux encore.
Bon. C’est déjà ça. Eclairer… éclairer… comment dire ? Les alentours… oui, les alentours. Eclairer les alentours, ça je peux encore. Bon. Me lever… Non, ça je peux pas. Tant pis. Voir, ça je peux encore. Je les vois. Tout autour. Ils rampent, ils se tordent. Ils se forment et se déforment. Ils s’assemblent et se désagrègent. C’est monstrueux. J’arrive à les faire reculer en les éclairant. Mais je ne peux pas les regarder en face. Heureusement que j’ai une lampe torche dans le néant monstrueux. Qu’est ce qu’ils feraient de moi sinon ? Ils ont l’air visqueux, flasques et avec des os solides. Ils font des bruits horribles, des bruits d’asticots. Des vers. On dirait une masse grouillante. Le chaos qui tremble, qui s'agite, qui fusionne, qui coule en bêtes hideuses. Des gueules rondes acérées par là, comme des bouches de pieuvres, des griffes dégoulinantes par ici… Ils brûlent d’obscurité. Il faut que je pense à autre chose. Regarder l’heure à ma montre. Ca je peux. Bon. Il est 1. Comme il est tard. La dernière fois que j’ai regardé il était encore 2. Comme il est tard. Parfois on voit leurs yeux luisants qui se reflètent dans le rayon de la lampe torche. Parfois une main déformée avec des os disproportionnés. C’est comme… c’est comme une pâte à modeler dans laquelle on façonnerait les choses les plus horribles en permanence. On ? Il faut les éclairer tout le temps pour les tenir à distance… Devant, derrière, à gauche, à droite… Restez où vous êtes ! Devant, derrière, à gauche, à droite… Il faut les éclairer. J’ai peur. Mon coeur n'accélère pas, il ralentit. Maman. C’est idiot. Maman… si elle pouvait être là. La lampe torche ! Elle faiblit… Elle faiblit… Les piles doivent fondre. Elles doivent disparaître dans le néant. Je n’entends plus. Je ne m’entends plus parler… mais je continue. Parler, ça je peux encore. Bon. C’est déjà ça. Eclairer… Il faut que je continue, tant que je peux. Devant, derrière, à gauche, à droit… Aussi longtemps que possible, devant, derrière, à gauche, à droite. Ils s’infiltrent partout, ils rampent sournoisement, ils s’insinuent pour vider le plein, ils progressent. Je les sens. Ils dévorent les piles de ma lampe torche. Elle devient poisseuse. Elle colle, elle pique… Elle faiblit. Penser à autre chose, il faut penser à autre chose. Ce n’est qu’un mauvais moment à passer. Je dois penser ça. Ils hurlent. Je ne les entends pas mais je vois leur bouche se déformer, se tordre sans fin. Il y a des dents acérées partout, des piques ruisselantes, comme des lances tournées vers moi. Des entrailles sanguinolentes, des trippes gluantes enlassées... Des tentacules. Des bras pleins de tentacules qui s’agitent frénétiquement, et la lampe clignote. Ils se rapprochent. Ils s’impatientent. Trop de temps qu’ils attendent de pouvoir se jeter sur moi. De temps ? J’ai peur. J’ai peur des clowns. Ils rient… J’ai froid. J’ai du mal à parler… Je… Voilà la lampe qui a de plus en plus de mal à rester allumée… devant… à gauche… Quelque chose m'a frolé ! J'ai senti... J'ai senti une langue crasseuse s'enrouler autour de mon coup, comme un fouet visqueux... C'est parti, mais ça va revenir. Panique. On m’agrippe le pied. C’est horrible ! C’est froid, c’est chaud, c’est glacial, c’est brûlant ! Acide... Ca glisse et ça s’enfonce. Dans mes chairs… ça… La lampe ne marche plus ! J’ai mal. J’air peur…. Ça s’infiltre… Dans le noir… Dans le néant et il doit être zéro.

= commentaires =

MantaalF4ct0re


    le 30/01/2007 à 01:05:53
Bad trip is good
Glaire


    le 30/01/2007 à 01:43:49
Hopital brut spotted
nihil


    le 30/01/2007 à 15:24:06
On se croirait dans Doom 3... Du coup, ce serait vachement mieux avec un fusil à pompe.
ah     le 30/01/2007 à 18:08:43
Tiens c'est l'homme schizophrène du 21ém siècle.
Carc


    le 30/01/2007 à 18:48:11
j'aime

reflexion faite: après avoir relu deux fois, je n'aime pas. j'adore. constructif, ca, comme critque, trouvez-pas?

commentaire édité par Carc le 2007-1-30 20:33:6
Glaüx-le-Chouette


    le 30/01/2007 à 18:51:35
C'est bon ça.

Le "ça je peux encore" me rappelle follement un texte, que j'aime bien aussi je crois ; j'arrive pas à retrouver quoi, mais on s'en branle joyeusement, tant mieux, même, si ça paraît tellement évident qu'on se dit que ça doit venir d'ailleurs.

C'est très simple mais très bon.
Hag


    le 30/01/2007 à 19:30:05
C'est bien bon.

Ya juste le monobloc déchiré par les points de suspensions qui est une putain d'invitation à la lecture en diagonale.
Glaüx-le-Chouette


    le 30/01/2007 à 19:39:36
Toi, ça se voit que t'as jamais eu affaire aux textes de Tyler D. Sinon, t'aurais trouvé ça trop court.
Rouage


    le 30/01/2007 à 20:59:34

C'est sympa dans le genre fondu au noir au ralentit (fondue au noir). Mais d'après moi on dit plutôt "il fait zéro".
Et encore zéro c'est rien.

A mon avis c'est à l'arrêt de la clope Nico. Je vois que ça.
Winteria


    le 30/01/2007 à 21:00:19
CTB


EDIT : Eh merde, à quelques secondes près, ça marchait.

commentaire édité par Winteria le 2007-1-30 21:1:54
Astarté


    le 30/01/2007 à 22:57:49
Ah c'est bon ça.
J'ai vraiment senti la panique du narrateur.
Sympa
Kwizera


    le 30/01/2007 à 23:00:33
Rouage --> le "il doit être zéro" c'est pour coller au "il est 1" et "il était encore 2", non ?

c'est vrai que c'est désagréable comme lecture, donc très réussi. bien bon quoi
Aem.     le 31/01/2007 à 15:53:06
Comme tous les autres, rien à redire pour ma part, c'est très bon, bien écrit, bien raconté, sensations bien transmises.

C'est donc particulièrement énervant de ne pas pouvoir dénigrer en commentaire.
Nico


    le 31/01/2007 à 18:04:18
vous aurez tout le loisir de m'embrocher comme un chat avec mon prochain texte, rassurez-vous.

Le "être zéro" c'est justement pour provoquer, évidemment c'est absurde. Il fait zéro ça fait trop Monsieur Météo.

commentaire édité par Nico le 2007-1-31 18:6:14
Aelez


    le 31/01/2007 à 21:29:34
Merde je suis déçue, j'aimais bien l'explication de Kwizera. Ca rendait le texte vachement mieux, en fait. Je suis frustrée, déçue, frustrée.
Rouage


    le 31/01/2007 à 21:36:44

Ouais mais pour ma défense je suis bigleux et idiot.
J'avais pas capter 2 et 1.
nihil


    le 31/01/2007 à 22:18:19
Vous laissez pas faire par ces connards d'auteurs et leurs interprétations toutes-puissantes sur leurs propres textes. Pouvoir aux lecteurs !
Nico


    le 31/01/2007 à 23:13:52
"Merde je suis déçue, j'aimais bien l'explication de Kwizera."

Euh ben oui évidemment Kwizera a raison... Il est 0 c'est avant tout "l'heure". Ca m'a pas paru indispensable de le préciser, m'enfin.

Et sinon je suis d'accord avec nihil. Le texte transcende l'auteur, il ne peut s'accomplir qu'en s'extériorisant dans le lecteur et en s'y reconnaissant avant de retourner à lui-même.

commentaire édité par Nico le 2007-1-31 23:14:36
Glaüx-le-Chouette


    le 31/01/2007 à 23:24:21
Y en a un qui s'est cru dans une conclusion de dissert' de prépa, là. Et qui a voulu renverser les choses dans sa seconde phrase pour faire classe, mais qui en vient à dire des conneries, du coup, alors qu'il était bien parti. Sans compter que transcender l'auteur ça veut rien dire.

Putain, laissez le jargon sur le papier peint des chiottes, merci, c'est sa place, après on n'en a plus et c'est dégueulasse de devoir aller chercher un journal avec le fion gras et humide.
nihil


    le 31/01/2007 à 23:25:43
Mais ouais putain, moi je voulais juste organiser une manif, je m'en branle de la transcendance.
Nico


    le 31/01/2007 à 23:37:43
Rooh si Hegel ne peut même plus servir à faire des blagues !
...
...
...
C'est moi ou vous avez pas compris que c'était une blague ?
nihil


    le 31/01/2007 à 23:42:40
Hegel, c'est une marque de surgelés, non ?
Nico


    le 31/01/2007 à 23:50:41
ouai mais on en vient très vite à être-là d'Hegel.
Mill


site lien fb
    le 03/02/2007 à 15:31:04
Je suis désolé, mais j'ai l'impression d'écrire que des critiques négatives depuis trois quarts d'heure. Ca me fait chier de poursuivre dans cette voie, alors, Nico, je te dirai donc que ton texte est fabuleux, que j'ai jamais lu un truc aussi bien écrit (et j'ai lu Edgar Poe, Borges et Garcia Marquez, alors j'te dis pas le compliment), que tu emploies toujours de chez toujours le mot juste, et maintenant, faut que je te laisse, parce que à force d'écrire des conneries, je vais finir par les dire. Ciao et sans rancune.
Astarté


    le 04/02/2007 à 16:23:45
5 lignes pour...rien.
Faut aimer écrire pour rien dire.
Lapinchien


tw
    le 04/02/2007 à 16:48:12
en assemblant des bouts de trucs des caisses claires qui clashent, des bassent qui boostent, des grattes qui gresillent, des triangles qui tringlent, des pianos qui pinent... çà pourrait faire une bonne chanson de Stupeflip...
Mill


site lien fb
    le 04/02/2007 à 17:55:04
Marrant. Astarté pige que dalle à l'ironie. Et il tombe exactement dans le travers qu'il croit si brillamment critiquer. Love you, Astarté.
Winteria


    le 04/02/2007 à 18:21:56
Il était pas question de l'ironie de ton commentaire, mais de sa vacuité hautaine. Je précise à tout hasard que les textes publiés ici n'ont pas la vocation d'oeuvres d'art.

Rabaisse ton petit doigt cinq minutes.
Winteria


    le 04/02/2007 à 18:24:21
Et salue bien ta maman.
Mill


site lien fb
    le 04/02/2007 à 18:59:20
Blague à part, Winteria et Astarté, c'est pareil?
Et pour le reste, est-ce que je suis vraiment obligé d'aimer ce que je lis? C'est dans le cahier des charges? Et pour ce qui est de la vacuité, tu n'as pas de leçon à prendre de quiconque, là-dessus, je m'incline.
Concernant mon petit doigt, tu confonds avec mon majeur.
Bizou.
Winteria


    le 04/02/2007 à 19:16:36
À la rigueur, colle-toi les deux mains au fond de la gorge, ça évitera les confusions. Et si t'envisages de descendre de ton royaume des cieux par l'escalier, un de ces quatre, n'hésite pas à les en retirer pour te tenir à la rampe.
Mill


site lien fb
    le 04/02/2007 à 19:24:53
Je t'adore, Winteria. T'inquiètes. J'y reste, dans mon royaume des cieux, si ça t'amuse. Dis donc, t'as un dico pour tes répliques de cowboy ou t'inventes au fur et à mesure? Admirable. Bizou encore. Où tu veux.
Glaüx-le-Chouette


    le 04/02/2007 à 19:39:51
C'est vrai ça, c'est important, pour s'intégrer, sur la Zone : tout de suite, se trouver son ennemi mortel. C'est une question de politesse et c'est très distrayant.
Mill


site lien fb
    le 04/02/2007 à 19:46:52
Wah l'aut'hé... En plus, ça va m'retomber d'ssus. On est ennemis, Winteria? Meuh non, on s'adore. Le soir on tape le carton devant le top de la vacuité télévisuelle. Putain, j'adore ce mot maint'nant : "vacuité". Ca m'rappelle mes vacances à Knokke le Zoute.

= ajouter un commentaire =



[Accueil]