LA ZONE -
Résumé : Narak raconte n'impore quoi et espère que ça suffira pour rendre son texte suffisamment pourri. Bon faut avouer, ce pilonnage d'informations et réflexions en puzzle finit par méchamment prendre la tête. Mais Narak est également un excellent auteur, visiblement incapable de juguler les quelques éclairs de génie qui parsèment son texte et dévaluent sérieusement le prix de la merde.

Le tordu qui vit sous la voie-express

Le 03/07/2007
par Narak
[illustration] C'est quand même un outil fantastique les doigts. Sans ça t'es pas un humain.
Frappe en cinq et dans les chats ils resteront toujours là. Mais qui a violé ? Ah, grande question là aussi ! Maman Kufubonif dit toujours : Si toi pas gentil, moi prendre la table. La table toujours la table. Fleur de shit ! C’est une image sensible dans le questeur. Quelque chose s’est détaché de la carlingue de l’humanité mec, et tombe profondément dans les branches du grand arbre millénaire. Pou poum, ça fait poum poum. Ca écorche les yeux, comme ça. Avec des fils en cuivre torsadé mon bon ami, je t’en trouverais des fils comme ça, c’est vraiment classe. Avec des gens. Souvent. Les uniformes de filles peuvent être composés d'une cravate, d'une jupe ou un kilt, et un chemisier. Le fait qu'il y ait des tenues différentes pour les filles et les garçons est parfois sujet à débat, et certains établissements permettent aux filles de choisir entre jupe et pantalon. On permet trop de choses aux vieux, surtout les arbres, ouais, ceux qui ressemblent à des arbres. Dans certains pays, un blazer ou un laser des fois mais c’est tout brightside, ça peut faire partie des uniformes. La gestion des règlements liés aux uniformes est une tâche importante. Pour ça ils mettent en place des équipes qui font les trois-huit, équipées de harpons et de grenades à fragmentation, ça c’est une belle saloperie mon gars. J’avais cinq cent moutons avant la guerre, moi. Maintenant tout le monde s’en fout des moutons et des animaux en général, on branche des gens sur des cathéters muraux, avec des camisoles, et des cocktails aux dés de jambon, c’est révoltant, et encore, moi je dit ça, mais c’est principalement les riches. Quand t’es pauvre, on s’occupe même pas de toi, et là tu peux couiner autant que tu veux, même les communistes ils se foutront de ta gueule. Parfaitement !
On autorise trop de choses aux vieux. Moi, on m’aurait laissé faire autant des choses quand j’étais jeune, genre des chaussures si t’aime bien, ben je veux dire j’aurais eu un boulot, une famille un chien, un teckel je veux dire. Un teckel c’est pas un chien. Genre le gars il demande un chien et il demande un teckel, c’est pas la même chose. Si on te donne un chien quand t’as demandé un teckel tu peux porter plainte, mec, et t’aura raison. Le client a toujours raison parce que c’est lui qui possède le moyen de faire survivre le vendeur. C’est la grande loi cosmique, tu vois ? Sinon, ne touche pas trop à ça, c’est une maquette au 1/10000000000000ème du 42ème parallèle, j’ai déjà failli la perdre en enculant une mouche avec. Ouais ouais, écoute moi ce morceau de toute beauté. C’est la belle musique qu’on entend sous les toits ! Houhu ! Houhu mon ami ! La petite pute on va lui faire sa fête. Ouais hein, si tu vois ce que je veux dire… On va lui acheter un gâteau, mec. Ensuite ça va être sympa, on ira au cinéma, manger ce gâteau… Gâteau-bateau, bateau… Enfin… Et puis d’un coup, tu prends l’arbalète composite sous le siège, là ou ils la rangent chaque nuit après l’heure du café des fonctionnaires, et tu lui colle un carreau en plein dans les cheveux, elle va se vider de son trop plein de gasoil, la voiture, mais la voiture quoi ! Et ensuite j’arrive et je lui fais « c’est la fête à ton cul ! ». Et on repart encore pendant une douzaine d’année sur les routes en Arizona. On s’arrêtera à chaque état. Comme dans le film on se fera « My own private Idaho », puis on changera, « My own private Calaifornia », « My own private Utah » « My own private Dakota du Nord », je sais pas comment il disent là bas faudra demander, tu vois… Et on peut continuer comme ça longtemps. Ca serait chouette. On demande à la petite pute de s’arrêter de rouler. Et on plante le drapeau. Pas dans son cul je veux dire.
Je vais commencer par pendre une grosse tortue d’un coté de ma voiture, et l’autre coté j’écris « Grosse Tortue ».C’est quand même un pays violent. Je veux dire… Hein ? T’as raison Madison ! Madison ! Madison ! Qui a violé qui ? Tu vois ce qui nous arrive, j’appelle ça une hyperfocale. Et quand il pleut j’appelle ça une mise au point télémétrique. Et quand il neige j’appelle mon comptable… Haha ! Pour lui PETER LA GUEULE A CET ENCULE DE PETIT COMPTABLE !!! TU VOIS FISTON, LES COMPTABLES J’AI JAMAIS PU les blaireaux blairer. Allez occupons nous, concours de mécatroniquetamère !
Allez t’énerve pas ! Pose ton gun rudeboy ! Ne mange jamais de salade, t’es pas un putain de lapin herbivore ? Si ? Ben alors ! Allez il se fait tard, on sent déjà l’odeur de la violette. La violette c’est une fleur qui veux dire « petit viol », parce qu’elle pousse aux endroits ou des gouttes de sperme et de cyprine se rencontrent, saloperie ce truc là je te dis. Moi une fois je vais chercher une costume au pressing, ben mon salaud ! Recouvert de fleurs ! Des digitales, des feuilles de rose, des violettes ! Enfin c’était vraiment dégueulasse quoi. Ben j’ai chopé le vendeur et sa femme je leur ai fais la morale comme quoi on baise pas sur un costume Armani sans demander la permission, ensuite j'ai été obligé d'appeler la milice. On aurait tous fait pareil je pense.
C’est quand même beau une autoroute aérée en pleine nuit. J’ai vu deux jolies choses dans ma vie. Ca, et les clitoris. Encore que non, un clito, c’est pas beau. Enfin, pas au sens kantien du terme. Mais revenons au point G si tu veux bien. Ca ne doit pas être une quête dans un couple, ça doit rester une sorte de jeu. C’est une fille qui m’a dit ça, Claire Démar, qu’elle s’appelait, enfin ça reste une grosse pute.
Claire Démar est une grosse pute !
Une collabo !
Une juive !
Je témoignerais. Personne ne peut m’empêcher de dire ce que je sais ! Non mais, on est pas en Thaïlande ici !

= commentaires =

Mill


site lien fb
    le 03/07/2007 à 14:55:41
Franchement, je sais pas. J'arrive pas à finir non plus. D'une certaine façon, c'est forcément réussi, hein, bon, mais en face, y a Tabasco, Saintshaka... Je peux pas voter là.
Aka


    le 03/07/2007 à 15:40:50
C'est très très bon. J'ai l'impression d'avoir lu les brèves de comptoir au pays des hippies. Même si c'est assez difficile à lire, y a suffisamment de bonnes vannes et de réflexions intéressantes (et oui je suis à jeun). Donc c'est raté.
LH     le 04/07/2007 à 13:32:16
Ouais, j'ai pas fini non plus, mais...

Admettons que ce texte est un gros étron tout de même.
nihil


    le 04/07/2007 à 19:22:59
Moi je crains pas, franchement. C'est sur qu'au bout de cinq-dix lignes, ça commence déjà à être lourd, mais ça me parait pas mal vu dans le genre monologue d'un clodo abruti/camé/taré/bourré (au choix, plusieurs choix possibles). Et y a quelques bouts de passages carrément cool.
Narak


    le 04/07/2007 à 21:22:30
Et merde.
Dentifrice


    le 06/07/2007 à 13:08:16
Ouep'
Trop bon pour être honnête...

= ajouter un commentaire =



[Accueil]