LA ZONE -
Résumé : Putain alors là tout faux. Weikap, c'est de la SF classique avec des drones traqueurs, des rebelles, des intelligences artificielles, tout ça. Bref, pas évident de se débarrasser d'images déjà vues. On dirait un remix direct et assumé de Matrix. La construction de l'histoire est infecte. Le style est étonnament pourri, au point qu'on finit par se demander si c'est une parodie, et si c'est le cas, où qu'elles sont les vannes ?

Weikap 2

Le 27/08/2007
par Tyler D
[illustration] Ca y est. Je n’y vois plus rien. Je n’aime pas ça. Et merde…
     J’ai l’impression qu’il y a une lumière au loin, dans la conduite. Mais c’est encore tellement faible que je ne sais même pas si ce n’est pas mon imagination. Et l’autre qui est là devant. Tout à coup, j’entends son appel, très faiblement. C’est le signal que je dois avancer aussi. Je regarde de nouveau au loin. Cette fois, il n’y a plus de doute. Il y a bien des lumières, là-bas. Je progresse aussi vite que possible, tout en essayant de ne pas faire de bruit. Pas facile, avec cette pseudo combinaison opaque aux infrarouges. Sans crier gare, une main m’agrippe par le bras et me tire sans ménagements dans un passage transversal. Le type me chuchote :
     « N’aie pas peur ! »
     J’attends, collé à la paroi, juste à côté de l’intersection. Pas un bruit. Mon pouls est très rapide. Je n’arrive pas à le contrôler. Soudain, un ensemble de petites lumières fournies par des diodes colorées apparaît à quelques décimètres de moi, se déplaçant lentement. Je ne parviens pas à réprimer un brusque sursaut accompagné d’une inspiration brutale et sonore. Une lumière puissante jaillit alors et éclaire fugitivement la conduite, le temps que mon compagnon ne défonce la caméra du drone d’un coup de sa barre en métal. Il rallume ensuite sa torche et éclaire le robot, dorénavant aveugle. Au moins, maintenant, on y voit quelque chose, nous. Il se met à courir dans la direction d’où est venue la machine. Je le suis. Il s’arrête devant une bouche circulaire. Il actionne le mécanisme d’ouverture. Une odeur immonde de pourriture et d’excréments remonte du boyau.
     « On ne va pas descendre là-dedans, quand même !
     _Tu nous a faits repérer. L’Intelligence va ouvrir les vannes pour inonder ce réseau. On doit en sortir immédiatement, ou bien on est morts. Si tu veux survire, fais-moi confiance et suis-moi. »
     Tout à coup, je me rappelle quelque chose que j’avais oublié. C’est parce que tout ce qui se passe ici a l’air tellement réel… C’en est même étrange.
     « Cette fois, je ne marche pas. J’en ai marre de ces conneries. Tout ça c’est complètement fictif. Un pur produit de mon cerveau. Pourquoi je me ferais chier à plonger là-dedans, alors que quoi qu’il arrive, je ne peux pas mourir ?
     _Peux-tu être si certain de ne pas être dans la réalité ? As-tu déjà expérimenté une simulation qui ait pu te faire oublier aussi complètement que ce que tu y vis n’est pas réel ?
     _Non, mais je suis en train d’essayer un nouveau produit.
     _Et si c’était justement parce que tu es dans la réalité, sans le savoir ? Ecoute. Je ne vais pas te demander de croire que je suis réel, mais seulement de bien réfléchir à cette question : es-tu prêt à parier ta vie sur cette supposition ? »
     L’enfoiré. Il a raison. Il me fixe quelques instants, puis me passe la torche et descend dans le goulot. Il prend pied au fond du boyau et s’y allonge. J’y descends à mon tour. Ce qui coule là au fond, ce doit être ce qui sort du broyeur des toilettes publiques. La consistance du fluide est très visqueuse, comme une crotte de chien sur laquelle on aurait fait pipi. Le conduit est très étroit. Je suis obligé de m’y allonger. J’ai le menton qui traîne dans cette abomination. Impossible de maintenir la torche allumée sans me brûler le visage. Je dois donc l’éteindre et ramper dans l’obscurité. J’ai toujours été légèrement claustrophobe. C’est un vrai cauchemar. Je me vomis dessus. Si j’avais su que ça finirait comme ça…

     Je suis assis au bord d’une sorte de canal où nous venons de nous laver, tant bien que mal. Je ne comprends pas ce qui se passe. Ca doit faire plus de deux heures que je suis dans cette simulation. Normalement, ça ne dure qu’une heure et demie. Pourquoi ça ne s’arrête pas ?
     « Tu ne devrais pas être aussi triste. Tu as réussi à t’échapper du système qui t’asservissait, et maintenant, pour la première fois de ta vie, tu as en face de toi quelqu’un avec qui tu peux avoir une discussion sensée. Demande-moi n’importe quoi. Qu’est-ce que tu veux savoir ? »
     Mais pour qui il se prend, là, le personnage de jeu ? Il croit peut-être qu’il peut me faire la leçon ?
     « J’ai faim. Où est-ce qu’on peut manger de la pizza ?
     _Moi aussi, je commence à avoir faim. Suis-moi. Ce n’est pas très loin d’ici. »
     Après quelques minutes de marche, nous nous arrêtons près d’un système de vannes bricolé sur une série de canalisations. Il tourne l’un des volants, et le contenu d’un des tuyaux vient se déverser dans un réceptacle métallique. Je m’approche pour mieux voir. Il y a bien de la pizza. Mais il n’y a pas que ça. Je ne peux réprimer un réflexe de dégoût.
     « Cette nourriture n’est pas d’un iota moins bonne que celle que tu as toujours mangée. Elle sort exclusivement et directement des restaurants de la cité. Elle a été préparée il y a seulement quelques minutes.
     _Attends, attends. Je voudrais clarifier un peu les choses, là. Tu ne serais pas en train d’essayer de me convaincre de manger un mélange de détritus ? »
     Je m’adosse contre la paroi et me laisse glisser jusqu’à la position assise. Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ?
     « Alors, mon vieux, qu’est-ce que tu voudrais ? Explique-moi ce qui serait le scénario idéal pour toi, à partir de cet instant.
     _Je voudrais que cette putain de simulation s’arrête sur le champ. Je sortirais de cette caverne de merde, je me taperais une demi-douzaine de barres chocolatées et je me brancherais sur Caléidosimple, ou alors sur Conforland. Ca, c’est des simulations qui valent le coup.
     _Crois-tu vraiment avoir une connaissance de la vie suffisamment variée et profonde pour savoir quelles sont les expériences qui valent le plus la peine d’être vécues ? Il y en a une incommensurable variété dont tu es à des années-lumière de seulement soupçonner la potentialité, tu peux être certain de ça. La vie te propose ces expériences par l’intermédiaire d’évènements particuliers ou de rencontres que tu fais. Or le monde et les gens qui t’entourent ne sont rien d’autre pour toi que ce que tu es persuadé qu’ils sont. En conséquence, si tu refuses d’emblée de considérer d’un oeil ouvert à toute éventualité intéressante ce qui est inhabituel et qui se situe hors de ce que tu considères comme une expérience attrayante, tu ne découvriras jamais rien de fondamentalement nouveau, tu resteras toute ta vie prisonnier de ta bêtise et de ton défaut de vision. »
     Il fait une courte pause, avant de reprendre :
     « Maintenant, je te repose ma question : qu’est-ce que tu veux savoir ? »
     Je me sens un peu perdu avec tout ça. Je ne trouve rien d’autre à dire que :
     « Qu’est-ce qu’il y aurait à savoir, alors ? »
     Il me regarde en souriant, comme si on se connaissait depuis très longtemps, et qu’il était fier de moi.
     « Je vais te montrer quelque chose. »

     « C’est ici. Regarde. »
     Malgré l’inconfortabilité de ma posture, je parviens à jeter mon regard à travers l’ouverture de la conduite d’aération. Je découvre une immense pièce digne de Castelmaster. Une énorme cheminée abondamment sculptée orne l’un des murs. Le dallage, qui dessine des figures labyrinthiques, est recouvert par endroits de tapis représentant des arabesques en forme de flammes. Les murs sont peints de trompe-l’œil qui rendent l’endroit encore plus vaste qu’il n’est, ou de miroirs qui répètent à l’infini ce dédale de perspectives. Au milieu de la pièce, un groupe d’adolescents vautrés sur les deux divans démesurés qui se font face fixent chacun l’écran de leur terminal de l’Intelligence. La table basse qui sépare les deux canapés est remplie de barres chocolatées et de sodas au caramel.
     « Ca y est, les gars. Le montage automatique est terminé. Je balance la séquence sur le grand écran. »
     Les sofas changent de position, et se tournent mécaniquement vers le mur. Ils mettent leurs lunettes de vision 3D. Je ne vois à l’écran que deux images superposées et floues. Ca a l’air de se passer sur les passerelles de la cité. Les images choisies semblent suivre les mouvements d’un individu en particulier. Soudain, il se met à parler, et je ressens l’équivalent d’un coup de poing dans le ventre, juste au-dessous du nombril :
     « Salut, Ivan. Comment tu vas ?
     _Je ne sais pas trop… »
     C’est ma voix. C’est ce qui s’est passé tout à l’heure.
     Les ados ont l’air de bien se fendre la poire.
     « Hihihi ! Regardez la tronche qu’il tire ! »
     L’un d’eux, plié en deux, se tape les cuisses.
     « Waou… belle esquive !
     _Pas mal non plus, le plongeon pour éviter le filet !
     _Et voilà… encore ce type. »
     L’un des gamins met la représentation sur pause.
     « C’est la deuxième fois qu’il se pointe, au bon endroit au bon moment. Comme s’il savait que ça allait se produire là à cet instant là.
     _Toujours aucune information sur lui ? Les contrôles ? Identification digitale, rétinienne ? Rien ?
     _Comme la dernière fois. Les données font référence à un dossier en règle auquel on n’a pas eu le temps d’avoir accès. On sait seulement qu’il existe parce qu’il apparaît dans la mémoire d’exécution du programme. Ce fichier a été créé juste avant l’apparition du type, et détruit peu de temps après. C’est de la magie noire.
         _Si mon père découvre qu’on s’amuse à débrancher l’implant des esclaves, et que suite à ça est apparu le premier pirate de l’Intelligence, on est cuits. Il faut qu’on démasque ce fumier et qu’on le capture nous-même. La prochaine fois, il faudra qu’on soit sur le terrain.
     _On n’y arrivera jamais.
     _Merde. Mais comment on va faire ? »
     Sans se concerter, par réflexe, ils mettent tous leur main dans leur poche et en tirent un paquet de gomme à ruminer Boliwoude. Les salauds. C’est ce qu’il y a de meilleur. Moi, je n’en ai jamais eu droit qu’à une unité tous les quarante jours. Et eux, ils en ont des dizaines en poche ! Ils mastiquent ferme. Puis, en quelques secondes, leur visage se détend, ils s’affalent de nouveau dans leur divan, un grand sourire béat aux lèvres.
     « Bon, on réfléchira à tout ça plus tard.
     _Vas-y, envoie-nous la suite.
     _ Vise-moi ce plongeon… Le gars n’a pas froid aux yeux ! »
     Soudain, une mouche vient me voler dans les oreilles. Je déteste ces monstres. Heureusement, elle sort bientôt du conduit. Mais elle se dirige, en virevoltant, droit vers la table. Les gamins l’aperçoivent et sursautent. Ils se lèvent et s’enfuient, paniqués.
     « Quelle horreur ! »
     L’un d’eux ordonne à l’Intelligence :
     « Détruis-moi immédiatement ce représentant du Désordre ! »
     L’insecte tombe au sol, d’où un robot sorti d’un mur vient instantanément la balayer. Les adolescents retrouvent peu à peu leur calme et retournent s’assoir, puis reprennent leur discussion :
     « Ils se sont enfuis dans l’ancien système de canalisations.
     _Un drone qui patrouillait dans leur coin les a aperçus il y a une demi-heure. Ils lui ont bousillé la caméra. Mais on a donné l’ordre à l’Intelligence de noyer le réseau en question.
     _Le type a l’air de bien connaître les canalisations. Il y a toutes les chances qu’ils s’en soient sortis quand même.
     _Si c’est le cas, d’après mon plan, ils ont certainement rampé dans la merde. Héhéhé !
     _Les pauvres ! Ils ont dû atrocement souffrir !
     _Et si ça se trouve, maintenant ils sont ici même, en train de nous observer.
     _Ah oui ? Et comment ?
     _Depuis les conduits d’aération. Ils communiquent avec les réseaux de canalisations. Ca pourrait d’ailleurs expliquer la présence de cette mouche. Regardez. Il y a une ouverture juste ici. »
     Le garçon pointe le doigt dans ma direction. Il se lève et se dirige droit vers moi. Merde de merde. Je panique. Mon compagnon me tire par le bras. Il me fait signe de reculer un peu dans la canalisation, et surtout de rester silencieux. Le gamin retire la grille. S’il met la tête dans la conduite, il va nous apercevoir. L’un de ses copains lui lance :
     « T’as vu ? Il n’y a personne. Laisse tomber. Y’a aucune chance qu’ils soient là. »
     Il remet la grille en place. J’inspire profondément et expire lentement, pour faire baisser la tension.

    « Et maintenant, que veux-tu savoir ?
     _Qui sont ces gens ?
     _Ce sont des enfants appartenant à la caste très réduite des privilégiés qui profitent de l’Intelligence sans la payer de leur conscience.
     _C’est à dire qu’ils ne travaillent jamais ?
     _C’est exactement ça.
     _Que font ils, alors ?
     _Ils passent le plus clair de leur temps à consommer ce qui est produit par l’Intelligence et à jouer, seuls ou ensemble, dans des simulations utilisant beaucoup plus de Ses capacités et qui sont de bien meilleure qualité que celles qu’ils dispensent à leurs esclaves.
     _Leurs esclaves ? Les gamins eux aussi ont employé ce terme tout à l’heure. Pourquoi sommes-nous des esclaves ?
     _On vous fait travailler au maximum tout en vous maintenant dans l’ignorance la plus totale.
     _Mais on n’a même pas le sentiment de travailler ! On ne se souvient jamais de ce qu’on fait dans le Complexe !
     _C’est bien ce que je dis. On vous maintient dans l’ignorance. Le conditionnement hypnotique sert à faire en sorte que vous restiez parfaitement concentrés sur votre tâche, sans jamais en être distraits par les flots de pensées désordonnées dont votre conscience est habituellement le jouet. Vous avez ainsi un rendement maximum. Le conditionnement permet également, en vous ôtant la mémoire, de vous empêcher de comprendre qu’en substance, l’Intelligence, c’est vous.
     _Que veux-tu dire ?
     _Le Complexe n’est rien d’autre qu’un monstrueux ordinateur. Mais, comme toute architecture de circuits électroniques, s’il est capable d’effectuer des quantités d’opérations astronomiques en des temps record, il est en lui-même incapable de réaliser des tâches intelligentes, comme par exemple améliorer conceptuellement les théories qui définissent son propre fonctionnement, ou bien corriger ses modèles de la réalité. C’est vous qui effectuez ces opérations.
     _Pendant qu’on est sous hypnose ?
     _Exactement. L’Intelligence applique une généralisation du théorème de Löwenheim-Skolem. Durant l’hypnose, vous êtes projetés dans une simulation dans laquelle vous êtes confrontés à des problèmes qui sont une image et qui, comme tels, ont la structure des problèmes que l’Intelligence doit résoudre. La plupart du temps, vous en venez à bout, et Elle enregistre toutes vos opérations mentales, avant de réaliser des tests visant à réduire au minimum les risques. L’erreur est profondément humaine.
     _Mais attends… Je ne sais pas exactement combien d’habitants il y a dans la cité, mais à mon avis, si on somme les contributions de chacun, ça fait quand même une quantité d’opérations mentales gigantesque. A quoi sert donc l’Intelligence ?
     _Elle fait fonctionner la cité de A à Z, allant jusqu’à prévenir les besoins de chacun de ses habitants en fonction de sa personnalité et de son emploi du temps. D’autre part, il y a perpétuellement une fraction importante de la population en train d’utiliser les simulations de réalité. Or, pour la rendre réellement crédible, chacune d’entre elles nécessite au moins une tâche intelligente. Ainsi, plus des trois quarts des humains qui travaillent dans le Complexe servent à faire fonctionner une simulation. L’Intelligence a également pour but de créer un modèle de la réalité qui soit suffisamment précis pour maîtriser le chaos et rendre déterministes l’ensemble des phénomènes qui se produisent dans la cité, spécialement les faits humains. A cet effet, la cité est remplie de capteurs qui mesurent en permanence un maximum de paramètres physiques, qui filment et enregistrent tout ce qui se produit. A partir de ces données, l’Intelligence cherche à faire des recoupements, pour mettre en évidence de nouvelles lois scientifiques, ajuster ses théories et ainsi améliorer son contrôle de la cité. Elle a déjà presque complètement asservi les humains.
     _Comment ça ?
     _Passe ta main sur ta nuque… ne sens-tu rien de dur ?
     _Qu’est-ce que c’est ?
     _C’est ton implant. Chacun de vous en possède un.
     _C’est avec ça qu’Elle nous contrôle ?
     _Oui. Chaque implant contient divers agents biochimiques régulateurs : drogues diverses, hormones et neurotransmetteurs. Il contient également des capteurs transportés par des robots biotroniques qui circulent dans le sang et s’installent dans certaines cavités. Les données qu’ils recueillent sont transmises directement à l’Intelligence par l’émetteur de l’implant. Celle-ci peut ensuite ordonner de provoquer des décharges de certaines substances, afin de réguler votre comportement. C’est ce qui se passe chaque fois que la quantité de certaines substances dans la circulation franchit un seuil donné, lorsque par exemple l’un de vous éprouve une émotion jugée trop forte. Le sujet change alors immédiatement de comportement, sous l’action conjuguée d’un ensemble de substances, sans même s’en rendre compte. En outre, tout ce que l’on vous fait manger, tout ce dont vous avez parfois des envies incontrôlables, comme les donuts, les pizzas, les barres chocolatées, les chips et autres sodas au caramel, a deux types d’actions : primo, ils créent une accoutumance, afin de provoquer un état de manque augmentant votre appétit pour ces mêmes produits qu’on veut vous faire ingérer ; secundo, ils ont une action régulatrice particulière. Par exemple, le donut contient un agent qui modifie le fonctionnement de la zone cérébrale dévolue au décodage sonore du langage. De cette manière, lorsque vous discutez entre vous, vous n’entendez pas ce que vous dit votre interlocuteur, mais ce que vous souffle votre cerveau. L’Intelligence utilise ainsi à son profit la loi selon laquelle les préjugés ne sont pas mis en évidence par analyse, mais par contraste . On vous maintient dans l’ignorance, incapables de percevoir vos méprises, en vous empêchant de communiquer. Aucune chance que vous puissiez un jour vous rendre compte de ce qui se passe vraiment, encore moins que vous parveniez à vous organiser.
     _Il n’y a donc aucun espoir de changement ?
     _Collectivement, non. Individuellement, si.
     _Dis-moi, les choses ont-elles toujours été ainsi ? Comment en est-on arrivés là ?
     _Les choses n’ont pas toujours été ainsi. Il y a longtemps, aussi répugnant que cela puisse te paraître à cet instant, les hommes vivaient dans ce que vous appelez le Chaos extérieur. Ils étaient peu nombreux et se nourrissaient en chassant, pêchant et cueillant. Un jour - fût-ce pour leur bonheur ou pour leur malheur ? - ils commencèrent à s’approprier les autres formes de vie. Ils inventèrent l’agriculture et l’élevage. Rapidement, les groupes ayant adopté cette stratégie supplantèrent les autres en nombre. Lorsque le rendement de cette exploitation des autres êtres vivants s’accrut, les hommes commencèrent à se spécialiser dans leurs activités. C’est ainsi que naquirent conjointement l’économie et les cités. Ils se multiplièrent très vite, jusqu’à s’approprier toute la surface de la planète. La plupart d’entre eux acceptaient de croire que leurs sociétés étaient organisées par des systèmes politiques correspondant à un idéal de fonctionnement harmonieux, qu’ils appelaient démocraties, mais en réalité, leurs chefs politiques, qui, eux, étaient triés sur le volet et contrôlés en permanence, ce qui était censé garantir le bon fonctionnement du système, n’étaient que les jouets de chefs financiers profondément ignorants et égoïstes qu’ils n’avaient pas choisis, et qui ne dirigeaient leurs semblables nulle part ailleurs que vers l’anarchie. A cette époque-là, la grande majorité des humains ne consacraient leur vie qu’à deux activités : gagner et dépenser de l’argent. Un jour, qui resta gravé dans les mémoires, le 11 septembre 2001, se produisit un évènement fondateur. Le groupe de chefs financiers influant sur la politique du pays à l’économie la plus florissante décida de s’attaquer à ses propres concitoyens dans le but de raviver la peur au sein de la grande Masse et de fortifier son pouvoir.
     _Quel rapport y a-t-il entre la peur et le pouvoir ?
     _Tout système politique est basé sur la peur. Les hommes de pouvoir apparurent lorsque l’agriculture devint suffisamment rentable pour pouvoir faire des stocks. La stratégie consistant à user de la force plutôt que de travailler devint viable, et les producteurs, qui ne pouvaient pas combattre, ont éprouvé le besoin d’être protégés. En échange de cette protection, ils acceptaient de se soumettre à un chef. En 2001, les chefs financiers firent revivre cette peur originelle, afin de faire accepter au peuple une soumission plus grande, et donc d’augmenter leur pouvoir. Il s’agissait de produire un simulacre de désordre, pour pouvoir ensuite faire semblant de ramener l’ordre.
     _Tout cela ne m’explique pas comment on en est arrivés au système actuel.
     _Je vais maintenant t’éclaircir sur ce point. A cette même époque, les chefs financiers ne devaient de comptes à personne et n’agissaient que selon leur intérêt propre, et cependant, c’était eux qui dirigeaient le monde. Ils étaient comme des aveugles au volant d’un autobus. Et ce qui devait arriver arriva. Suite aux nombreuses dérives du système financier, l’économie mondiale finit par crasher. Ce fut une crise atroce, sans précédent. Un véritable holocauste. S’en suivirent des conflits fratricides, depuis les combats de rue pour les rares ressources encore disponibles, jusqu’aux guerres bactériologiques. Ceux qui dirigeaient les nations les plus puissantes réussirent à survivre, et appliquèrent leur stratégie favorite. Ils utlisèrent la peur de leurs congénères. Ils leurs promirent que jamais plus ils ne seraient soumis au Chaos, ni jouets du Désordre. Ils profitèrent de l’occasion pour mettre en place ce qu’ils avaient voulu voir fonctionner depuis longtemps, mais que les lois qu’ils étaient eux-mêmes censés faire appliquer interdisaient : l’Intelligence. La population qui avait accepté de se soumettre à eux pour survivre consentit à donner sa conscience en échange de cette protection. Ils se sont tous terrés dans des villes souterraines, afin d’échapper aux germes mortels qui infestent maintenant la surface de notre planète, et y ont reconstruit leur monde pervers. Aujourd’hui, les dirigeants créent encore de toutes pièces des fléaux comme les épidémies, afin de maintenir la peur au sein de la population esclave. »
     Je reste pensif. Toutes ces explications me font un effet étrange. C’est comme si j’avais découvert une partie de moi à laquelle je n’ai jamais eu consciemment accès. Bien que je n’en ai qu’une perception très vague, j’ai le sentiment que des espaces s’ouvrent en moi, des étendues d’une certaine manière fermées qui communiquent comme par des portes avec d’autres étendues, qui se mettent toutes à fusionner ensemble. Comme si tout se reliait et devenait progressivement parfaitement clair dans mon esprit. Cette impression est très agréable, et je cherche à l’alimenter. Mon ami se tient juste en face de moi et me regarde droit dans les yeux. Je le regarde aussi. Je me sens comme aspiré par son regard, et j’ai soudain la sensation d’être attiré comme un aimant dans ses yeux, et de pénétrer à l’intérieur de lui. Simultanément, il me semble que je sombre dans le sommeil.

= commentaires =

nihil


    le 27/08/2007 à 19:52:08
J'avais pas craint le premier épisode, mais là franchement, cassage de gueule intégral. Ca m'a trop déplu pour que je fasse le tour de tout, mais putain l'avalanche de révélations et de secrets par le vieux sage en dialogue à la fin, je vois pas de méthode plus bas-de-gamme pour dévoiler un univers.

Oh, et puis pour le plaisir :

"l’inconfortabilité"
"une incommensurable variété dont tu es à des années-lumière de seulement soupçonner la potentialité"

Et le fleuron

"comme une crotte de chien sur laquelle on aurait fait pipi"
Hag


    le 27/08/2007 à 21:47:41
Oh des drones volant dans des canalisations qu'on défonce à coup de barre de fer. Très original.

Bon c'est du sous Matrix, on nous balance une pelletée de révélations qui sont aussi originales qu'intéressantes, c'est dire à quel point on en a rien à foutre, sans doutes aurait-il été judicieux d'essayer de concerner un peu le lecteur, car en plus du monde plat les personnages sont esquissés à la masse d'arme lituanienne à ailettes, réussissant la performance de n'être ni décrit ni mystérieux. Comment après tout ça s'intéresser au récit...

"Toutes ces explications me font un effet étrange"
Merci pour l'éclat de rire vespéral.

Commentaire édité par Hag.
Tyler     le 28/08/2007 à 12:42:05
nihil t'es un méchant administrateur de site. ta ganié le droa dalé crevé en enfère avec toutes tes pote. D'abord tu pu du cu et ça ça te fait vachement mal, hein comme riposte? Petite frap sans envergure, va.

et puis Hag, c'est pour t'Hag eule? je me torche le cul avec ton vespéral d'abord. Tu sais même pas ce que c'est qu'un vespéral. Moi je m'en sers tous les jours de ce mot alors tu vas pas me la faire hein?



*switch*

héhé c'est comme ça qu'on pourrit la zone de l'intérieur, en postant un texte un tout petit peu zonard et en enchaînant sur des suites qui n'ont plus rien de zonard. Et maintenant, va falloir se coltiner toute la série !


*switch*

oh oui ! continuez ! j'aime les critiques fracassantes ! mettez les bien profond dans mon cul pas encore assez dilaté ! faites le saigner ! Ca me donne de l'énergie pour écrire le 4.

= ajouter un commentaire =



[Accueil]