LA ZONE -
Résumé : C'est le problème avec les rubriques cohérentes, dont les épisodes se suivent : on finit par plus avoir grand-chose à dire dessus. Notre narrateur part tranquillement en vrille. C'est de moins en moins subtil, mais ça compense par de la disjoncte bien gaulée. Même si on a plus l'effet de surprise, c'est toujours très bon et de plus en plus glauque. Bref, la série est en train de devenir un incontournable de la Zone, et cet épisode est dans la bonne lignée.

La nuit noire (4)

Le 24/06/2008
par Konsstrukt
[illustration] 13 : 21

Au bout de quelques mois, le chien ne me faisait plus rien. Il s’était totalement décomposé. Il n’en restait que le squelette. Même son odeur, ne me fascinait plus. J’avais dix ans, je venais de passer en CM2, c’était l’été, ma mère travaillait toujours autant ; le soir nous baisions avec le gode-ceinture, elle aimait que je lui enfonce mon doigt dans l’anus pendant que je la pénétrais. J’avais grandi. Je pouvais me tenir à genoux derrière elle, et la prendre en levrette. Ensuite, elle me suçait. Ses yeux étaient toujours fermés. Elle ne me regardait jamais quand nous avions des relations sexuelles.
Il faisait chaud. Je passais mes journées dehors, dans la forêt. Si on passe du temps à chercher quelque chose, si on est obsédé par ça, alors on trouve. Moi, ce que je cherchais, c’était des cadavres d’animaux. J’y passais toutes mes journées. Je me levais le matin un peu après que ma mère soit partie travailler. Je connaissais la forêt par cœur. Je connaissais les bons coins. Il y a des endroits où les animaux meurent davantage. Quand j’en trouvais un, un chat par exemple, un gros chat blanc, sans blessure apparente, je le soupesais, je le retournais, j’essayai de comprendre ce qui l’avait tué, une voiture la plupart du temps, quelquefois le poison, rarement, un autre animal. Quand le corps était trop près de la route ou d’une habitation, je l’éloignais. Je le dissimulai un peu. Mais la plupart du temps je ne le déplaçais pas.
Cet été-là, j’ai découvert une douzaine de corps. Chacun perdait de l’intérêt au bout de deux ou trois jours. Je n’étais plus capable de passer des heures à contempler le même animal, comme au début. Il me fallait davantage. A la fin, alors que la rentrée approchait, mes journées se résumaient à un périple fébrile, d’un corps à l’autre, un quart d’heure passé ici, une demi-heure, là. J’étais fiévreux, je n’allais pas bien, ce simulacre de traque, cette compulsion, me pesaient beaucoup.

14 : 20

J’ai encore tenu tout un trimestre, ainsi. Avant de commencer à chasser. Mes première tentatives ont été ratées. Je ne savais pas m’y prendre. J’ai du m’inscrire à la bibliothèque, emprunter des livres, me documenter sur la chasse. Les cadavres ne me manquaient pas. Je préparais mon coup. Ca a duré des mois. Je n’étais pas pressé, je trouvais quelque chose à apprendre. Ma mère a rencontré un mec, à cette époque ; nous ne prenions plus tellement de bains ensemble, et elle dormait souvent chez lui. J’étais livré à moi-même. Ca m’allait bien.
le vingt-et-un mars mille neuf cent quatre-vingt-un, le jour de l’équinoxe, j’ai passé toute la nuit dans la forêt. Bien sûr, je n’avais pas choisi ce jour par hasard. J’ai pris de provision, de l’eau, des vêtements chauds, et je suis parti en début d’après midi. J’ai mis en pratique tout ce que j’avais appris dans les livres. J’ai posé des collets, j’ai disposé des appats à proximité et dans les collets. J’ai placé mes pièces à proximité de la route, et à proximité des maisons ; là où j’aurais le plus de chance d’attraper un chat ou un chien. Ca m’a pris tout l’après-midi. Quand le jour est tombé, et que la température a baissé, j’ai cherché un abris où passer la nuit. J’étais dans un grand état d’excitation. Je suis resté dehors toute la nuit, c’était incroyable. J’écoutais le vent, les voitures qui passaient de temps en temps sur la route. D’autres bruits, que je ne comprenais pas. Je n’avais pas peur. Je faisais corps avec la forêt. L’humidité, le froid ; les odeurs de feuille morte. Je n’ai pas dormi. J’étais attentif à tout, je tremblais d’excitation. Au matin, j’étais gelé et épuisé. J’avais mangé tous mes gateaux, j’avais faim. J’ai fait le tour de mes pièges. Il y avait un gros chat roux, pendu par les pattes avant et le cou. Il miaulait. Il paniquait. Il avait chié sous lui. J’ai brisé son crâne avec une branche.

15 : 19

Entre l’été quatre-vingt-un et l’hiver quatre-vingt-huit, j’ai capturé une ciquantaine d’animaux domestiques. Désormais, j’avais toujours un couteau avec moi. Je l’ai d’abord dissimulé sous le fond de mon cartable, et puis dans une poche de mon sac de collège, dissimulé parmi des vêtements. Il me servait à ouvrir la gorge de animaux que je capturais. Je variais les zones de chasses, pour ne pas me faire prendre. Je crois que jamais personne n’a eu aucun soupçon à mon égard.
Vers l’âge de douze ans, ma mère se suicidait régulièrement (j’y reviendrai), j’avais avec elle mes premières relations sexuelles avec pénétration, et mes fantasmes mêtaient en scène, de façon chaotique, l’homme qui approche et la mort de mes camarades de classe (j’y reviendrai aussi). C’est à cette époque que j’ai eu l’idée de construire mon sanctuaire.
J’ai trouvé le nom quelques temps plus tard. Au début, ça n’était rien d’autre qu’une planque, dans les bois, pour stocker les animaux que je capturais. C’était d’abord simplement un endroit dans la forêt, rien de fabriqué, simplement quelques branchages entassés et des vieilles couvertures pour dissimuler les corps, rien de plus. Ensuite, j’ai eu l’idée du sanctuaire. De nouveau, j’ai passé du temps à la bibliothèque. A me renseigner sur les temples, sur la maçonnerie. Et puis j’ai commencé le travail. Ma mère n’était plus avec son mec. Elle avait besoin de moi tous les soirs. Souvent, on dormait ensemble. Elle me laissait faire ce que je voulais, désormais. On était devenu un couple. Je consacrais mes mercredis à mon sanctuaire. J’avais seulement douze ans, mais je me comportais déjà comme un adulte. J’avais appris à tout séparer, à tout dissimuler. Mes pensées, mes actes, mes émotions. A douze ans, j’avais déjà compris que tout le monde mentait, et que tout le monde me voulait du mal. J’avais compris que s’ils connaissaient mes pensées et mes actes, ils me haïraient. Ils me tueraient.
Mon sanctuaire, j’ai mis trois mois à le construire. Et c’était juste le début.

16 : 18

Le premier suicide de ma mère. J’étais dans ma chambre. Je recopiais des livres de mythologie. Je dessinais des temples et des nécropoles. Peut-être, si j’en étais resté à faire des dessins, que ça n’aurait pas été plus loin. Si ma mère, ce jour-là, ne s’était pas suicidée. J’étais sur mon lit. La porte était ouverte. Je l’ai vue passer ; elle titubait et son visage était très maquillé. Je suis sorti la voir. Elle s’est laissée tomber sur son lit. Elle portait une nuisette. Son visage était barré de traits de rouge à lèvre. Ses yeux étaient dilatés. Une épaisse couche de noir les bavait et débordait tout autour. Elle a eu un rire malade. Sa voix cassée. Je l’ai regardée et j’ai eu très peur. Je lui ai demandé ce qui n’allait pas, mais elle ne comprenait pas ce que je disais. Je ne suis même pas sûr qu’elle me voyait. Je l’ai secouée, elle a rit, je l’ai frappée. Elle a voulu se lever, elle est tombée du lit. J’étais sur elle. Elle m’insultait. Je crois qu’elle parlait à mon père. Ou alors à un autre type, qu’elle venait de quitter. Elle riait. Sa voix était éraillée et méchante. Ses yeux étaient haineux et tristes. Je lui ai cogné la tête contre le sol. Elle riait encore. Je suis sorti. J’ai été dans la forêt. Là, j’ai repensé au sanctuaire. Je me suis dit qu’il fallait que je le construise, que je le fabrique pour de vrai. Un endroit où je pourrais me réfugier. Je savais que si elle ne mourait pas ce jour-là, elle recommencerait. D’un côté, je voulais qu’elle soit morte. De l’autre, l’idée qu’elle ne soit plus là me terrifiait.
Quand je suis rentré à la maison, j’avais accepté son suicide. Tout le scénario. Ce qu’il faudrait faire. Quelles réactions exhiber aux autres. Mais elle était là. Ses poignets bandés. Démaquillée. Elle m’a pris dans ses bras. Pour se faire pardonner, elle m’avait acheté un Big Jim.

17 : 17

Le sanctuaire était circulaire. Les murs étaient faits de pierres empilées, sans mortier. Pour tenir lieu de plafond, j’avais fixé une bâche de plastique bleu, récupérée dans une décharge à la sortie du village. Le sol était de terre. J’avais simplement enlevé les pierres et les herbes et tout ça. Il n’y avait pas de fenêtre, juste une issue étroite. Je devais ramper pour entrer dans le sanctuaire.
Au centre, j’avais creusé une fosse peu profonde. J’y entassais les carcasses d’animaux afin qu’elles pourrissent, aussi bien tous ceux qu’avais chassé avant, que ceux que je chassais depuis. Le sang de mes nouvelles prises me servait à asperger les pierres. Au bout de trois semaines, l’odeur a pris sa texture définitive. Très puissante. Le sanctuaire attirait les mouches, les fourmis et les guêpes. La viande grouillait d’asticots et d’autres larves.
J’ai aussi tapissé les murs de ma merde. Ca a pris du temps. Une couche, puis deux couches. Attendre que ça sèche. Et encore du sang. Et encore de la merde. L’odeur devenait insoutenable. J’ai ajouté mon sang, et mon sperme, et ma pisse. Tout ce qui venait de mon corps. Mon sanctuaire était prêt.
C’est là que je venais penser. Toutes les choses qui me sont passées par la tête, ici. Dans l’obscurité. Avec la lumière bleu nuit qui filtrait parfois par la bâche. Avec le bruit de la pluie. Parfois. Les insectes, autour de moi. Parfois sur moi. La terre, sèche ou humide, quelquefois boueuse. Remplie d’insectes. Les odeurs. La pourriture, si intense qu’il m’arrivait de m’évanouir. La merde, qui suintait quand il faisait humide, qui craquelait quand il faisait sec. L’odeur qui variait avec la météo. La merde que je renouvelais. L’odeur du sang. Je la distinguais aussi, cette nuance. L’odeur de ma pisse, acide, qui me prenait à la gorge, qui ne s’affadissait pas. J’aimais ces odeurs, c’étaient les miennes. J’étais dans ma tête. Toutes les pensées, toutes les sensations qui me venaient. J’avais construit ma tête et j’habitais dedans.

18 : 16

Je m’enfermais dans le sanctuaire tous les mercredis, du matin au soir. Je séchais les cours le matin, presque chaque semaine. Je falsifiais le carnet de correspondance.
Il n’y avait pas beaucoup d’air. Il faisait très froid. L’odeur me remplissait les poumons et le cerveau. Je plaçais des morceaux de viande pourrie sur mon corps. J’étais nu. Les insectes venaient sur moi. Je m’efforçais de ne pas bouger, de ciller le moins possible, de fixer la bâche, de me concentrer sur la pluie quand il y en avait, ou sur le vent, ou sur la lumière, de me focaliser sur les battements de mon cœur, sur mon souffle, sur toutes les odeurs. Quand on est conscient de ses rythmes cardiaque et respiratoire, ils changent, ils se détraquent. Et plus on se concentre, plus ça se détraque.
Je fantasmais beaucoup. Les gens du lycée étaient là. Ils me rouaient de coups, ils violaient ma mère sous mes yeux. Leurs coups me provoquaient des orgasmes honteux, alors je les suppliais d’arrêter et de continuer. Ma mère mourrait. Ils violaient son cadavre. L’homme à la hache venait les tuer tous. Chaque coup de hache vrombissait dans l’air, déplaçaient les odeurs comme l’eau dans une mare. Les corps étaient coupés, démembrés. Le sang chaud giclait sur moi. Ensuite, l’homme à la hache me sodomisait, et au moment le plus fort de ma jouissance, m’arrachait la tête, avec ses deux mains, son sexe planté en moi. Et mes dernières secondes de conscience décuplaient mon orgasme.
Je me masturbais énormément, dans le sanctuaire. J’étouffais. Je manquais d’oxygène. Les orgasmes m’explosaient la tête. Des migraines à vomir, surtout pour les premiers. Et je continuais. Dix, douze fois. J’étais gelé, épuisé jusqu’à l’inconscience. J’étais couvert de sueur. Mes poumons, mon cerveau, étaient remplis d’air malsain. J’étais à moitié évanoui. La pourriture m’intoxiquait. A la fin je jouissais sans éjaculer. J’entrais en transes. J’avais des visions. Ma tête martelait, mon cœur martelait. L’homme en noir. Pour de vrai. Il était là. Anteros.

= commentaires =

Konsstrukt


    le 25/06/2008 à 10:21:21
(merde, je viens de relire, j'avais pas lu depuis un moment, je suis désolé, c'est la foire aux fautes et aux répétitions, je devais pas être en grande forme le jour où j'ai repassé ce texte)
nihil


    le 25/06/2008 à 11:43:10
Bof, y en a pas assez pour que ça gène la lecture, en ce qui me concerne.
Mano


    le 26/06/2008 à 09:48:01
Bon, il y a un truc qui ne m'avais pas géné avant et qui m'interroge maintenant. C'est les têtes de paragraphes avec les heures (ou ce que j'ai identifié comme des heures), la première nuit noire postée ici commence un peu après minuit. Là on est à 18 : 16. Ton narrateur nous dit qu'il reviendra plus tard sur certains épisodes de sa vie (personnellement ça m'a balancé hors du récit à grands coups de pompes dans le cul). Par contre ça m'a fait me poser la question de ce qui se passe en fait hors du récit. Dans le présent du narrateur. Ce n'est pas un journal intime comme j'avais pu le croire au début par une lecture trop rapide. C'est peut-être une déposition... devant un tribunal, un flic, des journalistes. Juste un mec seul qui n'a pour toute compagnie que son radio réveil. Bref, quel public il a ? Et s'il a un public pourquoi celui-ci n'intervient pas. C'est une future victime attachée et baillonnée devant qui il a besoin de se justifier avant le passage à l'acte. Un cadavre avec qui il a besoin de s'épancher ?
Cela dure, ton truc, presque 20 heures que le mec parle ou écris. pas une interruption, pas une seule fois il a soif ou faim. Le présent est étrangement absent sauf pour l'heure qui défile...
Il y a un truc complètement absent du récit aussi c'est les retours à la normale dans son passé. par exemple, juste après le sanctuaire, on est en droit de se dire que le mec est un tas de carsse informe. comment fait-il le trajet ? Quel plaisir de la douche. Je ne peux pas croire que le fait de se laver n'ait aucun impact sur un gars aussi au fait des sensations et des odeurs soit quelque chose de neutre.

En tout cas ça tient toujours. J'ai hâte de voir où cela va nous mener.
nihil


    le 26/06/2008 à 10:28:00
Tiens c'est futé comme commentaire. Bonne question à propos des en-têtes, à tous les coups t'es sur une piste. Tu serais pas un peu trop malin pour être sur la zone toi par hasard ? T'es pas une saloperie d'espion au moins ?
Konsstrukt


    le 26/06/2008 à 10:40:15
pas con, pour la douche. grosse incohérence. faudra que je révise ça, merci.

(par contre, c'est marrant, pour les en-têtes de paragraphe, je pensais que ça serait plus évident que ça)
Tonton Serge


    le 26/06/2008 à 11:13:49
Ah, ah, voilà un petit gars comme on les aime chez moi. Plein de vie qui ne recule pas devant la besogne et l'expérimentation.

Il a déjà épluché un lapin encore vivant ton p'tit gars ?
Non ? Tu connais la chanson pourtant : Haut les mains, peau d'lapin, la maitresse en maillot d'bain. Eh bien ça vient de là, le peau d'lapin...

Zaroff


    le 26/06/2008 à 20:08:39
Pas mal, pas mal...
nihil


    le 26/06/2008 à 20:53:50
Ta gueule pute.
Hag


    le 26/06/2008 à 21:06:53
Pour faire court : c'est toujours putain de génial.
La transition subtile/bazar est par ailleurs impeccable, au point de renforcer la puissance du texte alors qu'elle aurait très bien put l'affaiblir considérablement.

Commentaire édité par Hag.
Aesahaettr


    le 29/06/2008 à 20:29:29
Je croyais que m'exiler 4 jours en terre chrétienne me donnerait envie de commenter ce texte mais toujours pas.
J'aime, je veux la suite.
LH     le 08/07/2008 à 07:27:54
itou

J'adore cette rubrique
Koax-Koax


    le 20/08/2009 à 17:59:29
Avant de passer aux épisodes suivants, il y'a une chose qui me trotte dans la tête à propos de l'âge du personnage. Il est en Cm2 au début du texte. Puis on apprend qu'il a 12 ans. Dans le dernier paragraphe, il fait référence au lycée, je ne sais pas, ça me semble être rapide comme cheminement, et à la fois incohérent, comme l'a souligné Mano, avec les en-têtes.
Ces quelques points ne sont pas vraiment gênants, le style, le texte, sont toujours aussi géniaux, du moins jusqu'ici. Excellente série.
Je passe à la suite.
klktchk     le 09/06/2011 à 13:41:54
C'est bien très prenant, très glauque. Les en-têtes de paragraphe, je vois ça comme un chapitrage et un compte à rebours. Par contre la fin avec le "anteros", ça fait un peu trop suspens raté pour moi. Je vais lire la suite.
Lapinchien


tw
    le 09/06/2011 à 17:33:20
cf. ma rumeur en bois : http://zone.apinc.org/forum/index.php?topic=2907.75

= ajouter un commentaire =



[Accueil]