LA ZONE -
Résumé : Sur le thème 'je m'évade de mon corps', Omega nous pond un bout d'héroïc-fantasy semi-drôle, semi-potable. Rien qui puisse faire hurler la ménagère non plus, mais pour un texte écrit en une heure, c'est plutôt correct.

World

Le 22/10/2008
par Omega-17
[illustration] C’est en des temps troublés par la guerre qui nous opposait aux vils Orcs et à leurs non moins cruels alliés Trolls et Démons de la Horde que j’ai vu le jour, au cœur d’un fortin dont la face était déjà irrémédiablement marqué par les harcèlements incessants des troupes maléfiques.
Mes parents furent de bons Nains, vaillants à la tâche et envers moi d’une bienveillance rude comme celle que connûrent tous les petits Nains de ma génération. L’époque n’était pas à jouer avec les cartilages de lapins qui sautillaient, inconscients du danger, tout autour de notre retranchement, c’est certain, mais bien à l’entraînement quasi militaire et ce, dès le plus jeune âge. Je me revois encore avec le tromblon en mithril de grand-papa, à ajuster du haut de la colline les rares voyageurs et commerçants de la route commerciale qui tentaient d’échapper aux trop fréquentes embuscades tendues par l’ennemi et autres pillards.
Dès que je fus en âge d’être un « Nain fort comme le roc », je fis mes adieux à la colonie pour affronter les périls des régions contestées. Les débuts furent plus qu’hésitants et il m’est arrivé plus d’une fois, à la nuit tombée alors que mon feu de camp agonisait sur une flaque de neige fondue, la main crispée sur ma dague au moindre craquèlement de branchage, de regretter mon apparition ici-bas, de douter sur mes capacités à bouter l’envahisseur de nos terres chéries.
Des centaines de lunes passèrent ainsi, me laissant à l’étreinte de la peur et aux affres de la culpabilité. Nos guerriers se battaient sur des fronts distendus, tentant de ne pas laisser l’initiative aux Hordeux qui s’avéraient trop mobiles pour nos troupes qui n’avaient que de braves mais pesants béliers à roulettes pour tout moyen de locomotion.
Les rejoindre, en supputant que j’arrivasse à les localiser, n’aurait pas grandi l’estime que je me portais au vu de mon inaptitude à occir autre chose que des Fulborgs grincheux au détour des quelques cavernes que je visitais davantage pour m’y abriter que pour y exercer l’art du combat.
J’arpentai une route sans intérêt, choisie précisément pour cet aspect particulier, quand se produit le drame. Je me vis marcher au ralenti, d’une démarche saccadée, même les sapins qui bordaient mathématiquement la route commençaient à se dédoubler. C’était n’importe quoi. J’étais frappé de malédiction, l’ensorcèlement troublait ma vue jusqu’à finalement m’immobiliser. « Stupeur et tremblements », comme disait la vieille femme en ermitage dans une grotte infestée de Kroustos libidineux à quelques lieux de mon fortin originel et qu’on disait folle à enchevêtrer.

Vous avez été déconnecté du serveur.

Nom de compte :
Mot de passe :


J’ai repris possession de mon corps en maudissant ces cons de chez Blizzard incapables.


= commentaires =

Putsch


    le 22/10/2008 à 10:12:24
C'est difficile de commenter des textes qui n'ont rien pour eux, sans pouvoir leur reprocher quoi que ce soit. Bref, il y a mieux, c'est presque rien.
Omega-17


    le 22/10/2008 à 11:26:01
La vraie difficulté, c'est de parvenir à l'insignifiance absolue et incontestable.
Il faut espoir garder : nous ne sommes qu'à la moitié du tournoi et les têtes de série de la discipline n'ont pas dit leur dernier mot, l'objectif est à notre portée.

commentaire édité par Omega-17 le 2008-10-22 11:26:14
Glop-glop


    le 22/10/2008 à 17:53:22
Ce qui est bien c'est que c'est court.
Zak Blayde


    le 22/10/2008 à 20:02:41
Bien c'est rigolo quoi.
Mano


    le 23/10/2008 à 10:48:20
Pour ce qui est de l'insignifiance absolue et incontestable cela fait longtemps que tu es passé maître dans l'art ! Nous ne pouvons évidemment que nous incliner devant tant de talent.

Cela fait tout de même plaisir de te relire. Je vais de ce pas te commenter ailleurs.
Glaüx-le-Chouette


    le 23/10/2008 à 12:06:15
J'avoue un léger sourire amusé à la fin du texte. Même si les final twist, c'est le Mal.
En tous les cas ça coule assez bien à la lecture, et ça prend pas le temps de faire chier, c'est là puis pouf c'est fini.
Sympatoche.
Aesahaettr


    le 23/10/2008 à 16:31:47
Les furbolgs m'ont spoil le final twist.
Mais sympa quand même.
Prototype Nucléique


    le 24/10/2008 à 08:03:29
#°÷{¢Ж
Il faudrait augmenter les triolets.
evariste galeux     le 24/10/2008 à 11:01:18
Mouais, ça fait pas de mal. Si on n'a jamais joué au jeux-vidéos, le texte n'évoque pas grand chose. J'entends par là que l'on peut imaginer, mais rien de plus, alors ça doit briser l'effet de fin.
Strange


    le 24/10/2008 à 11:37:31
Dès que j'ai lu "Horde" à la suite de Orcs et Trolls, j'ai compris. Du coup j'ai été déçue, m'attendant à me planter comme de juste, tout fers en l'air mais avec grâce et dignité pour sûr, quant au final twist et-puis-non-j'avais-raison.

Ça m'a sérieusement handicapée d'avoir compris. Tout du long, j'ai eu la vision du nain [ou gnome ?] mignon et joufflu et rose et la mine avenante et aux couleurs chatoyantes et RHA ILS SONT LAIDS CES TRUCS ET l'illustration tombait à côté de ma vision bloom-effect complètement insupportable.

C'était éprouvant. À mort Omega.

= ajouter un commentaire =



[Accueil]