LA ZONE -
Résumé : En voilà un qui a de la bonne viande hachée dans le crâne. Ce prétendu poète nous a offert un lamentable exemple de sa production (une histoire où une contrebasse se fait enculer par un réverbère, un truc du genre) puis s'est cassé, vexé qu'on ne hurle pas au génie. Mais avant, le poireau mononeuronal en question nous a gratifié de cette gêlée qui se veut zonarde. Y a pas d'histoire et le style est approximatif et fatigant. Sans parler de ce foutu impressionnisme littéraire de tafiole. Heureusement, la coupure brusque et involontaire du texte en cours de route nous sauve de l'asphyxie.

... pute

Le 31/07/2009
par Marquisard
[illustration] Il y a trois jours, le long des ruelles éclairées aux néons l'asphalte rendait une lueur jaune-pisse tendance multicolore quand j'apperçus la silhouette d'une pute vêtue de plumes.
- Oh putain ! Math ! Mathilda vieille folle !

- Ben tiens, Lou, mon chou. Qu'est-ce que tu fous dans ce merdier ?

Mathilda, anciennement Mathieu, travelot parisien avec qui j'ai passé quelques folles soirées voila quelques années, toxico notoire, la caricature du trav. extraverti en fin de carrière, un amour.

Comment dépeindre Math en tenue de soirée... prenez un cacatoès de l'espace, à moitié déplumé, tartinez d'une bonne dose d'exotisme parisien, voilà l'travelot.

M'invitant à la suivre d'un geste de la main, elle entame le récapitulatif des années manquées, spleen de vie voguant de déshérence en extraits de printemps, folie ordinaire pour une pute ordinaire. Je la laisse marcher quelques pas d'avance, écoutant sans trop entendre, yeux rivés sur sa petite démarche chaloupée, ses jambes effilées, resserrées dans un jupon de mauvais genre. Je la trouve classe comme ça.
Les souvenirs me reviennent peu à peu, son souffle chaud sur la courbe de mon dos, son orifice légèrement triangulaire, attrayant dans sa couleur chair de cerise-mûre, lui aussi à dû en prendre un sacré coup depuis le temps. Cette femme me plait, elle m'a toujours plu.

Nous avons passés la nuit à arpenter les quartiers pauvres, s'amusant des souvenirs abandonnés sur ces sols trop fatigués. Rehaussant notre ballade nocturne de quelques verres, de quelques rails aussi.

Au matin, le regard interlope et la démarche saccadée, tout frétillants de dope à l'approche des premières lueurs. Elle m'a refilé son numéro, m'a embrassé légèrement et s'est tirée. Me laissant en face à face avec un de ces poivrots des quartiers riches venu exhiber son walk-man à la vue des travailleurs, pauvre con.

Ce matin c'est elle qui m'a rappelé, prétextant un surplus de gains la nuit passée, accompagné d'une folle envie de se défoncer en société.

A présent je referme la porte de sa piaule, l'âme déconstruite à la perspective des prochaines nuits d'insomnie.

Héroïne sweet héroïne ; et merde.

Sur les ondes, les poumons ravagés par la maladie, Hank Mobley joue son dernier morce

= commentaires =

F.


    le 01/08/2009 à 22:28:46
Cette absence de commentaires est gênante. J'y remédie.
Et tant que j'y suis, ce texte, c'est nul. Voilà. Ouais, nul. Même pas de grande envolée lyrique cinglante et sanglante, pas de dérapage homérique bourré d'insultes. Rien, c'est nul.
Et puis merde, ce commentaire me fait chier. Voilà. T'as tout gagné. Fait chier. Chier.
Hag


    le 02/08/2009 à 00:47:29
Comment on peut encore avoir envie de lire (et je ne parle pas de commenter) des textes après ce genre de truc.

Ce n'est pas si immonde, mais pour des raisons qui m'échappent, ça me dégoute, c'est tellement prétentieux et dispensable, c'est de la merde, je m'étais dis que j'allais le lire, comme ça, et ça m'a juste agacé.

MAIS BORDEL DE MERDE PUTE VOILA MERDE F. A TOUT DIT ET JE SAIS MËME PAS QUI C4EST MAIS IL A R2SUM2 EN SUBSTANCE MA PENS2E / FAIT CHIER FAIT CHIER CHIER CHIER MERDE PUTAIN MERDE SALOPERIE. MERDE QUOI. MERDE? MERDE? MERDE.

Je suis agacé. Et j'ai mal au dos en plus.

PUTAIN.
FAIT CHIER.
Copypasta


    le 02/08/2009 à 05:19:37
...un peu de merde derrière les oreilles. Ah et est-ce que c'était voulu cet effet de merde à la fin ?
Lapinchien


tw
    le 02/08/2009 à 10:49:49
non mais vite, commandons un test ADN pour savoir à qui imputer la paternité de ce texte bâtard. Il faudrait chanter les louanges de son nom au monde et le tabasser dans une ruelle.
Cuddle


fb
    le 04/08/2009 à 20:39:34
Ce texte est vraiment à chier, y'a pas a dire, il fait bien partie de la semaine texte de merde.

Commentaire édité par Cuddle.
Carque     le 05/08/2009 à 16:28:49
Moi je l'aime bien...


Non, en fait c'était une blague. Ducal, le côté drôle en moins. Je vais manger des pâtes ce soir, tiens.
Lahyenne


    le 18/08/2009 à 00:44:45
Hey il a placé interlope !
Koax-Koax


    le 19/08/2009 à 19:20:25
"prenez un cacatoès de l'espace, à moitié déplumé, tartinez d'une bonne dose d'exotisme parisien [...]"
Je n'en retiendrai que ça.
Brav Bitt     le 31/08/2009 à 16:20:50
J'assume.
Je trouve ce texte bon. Ni trop ni pas assez. Je veux une suite !
Marquisardc     le 04/09/2009 à 01:22:21
oh, la belle rousse !
Lunatik-


    le 25/11/2016 à 22:19:06
D'entrée de jeu, ça sent le space opera subversif à plein nez : "l'asphalte rendait une lueur jaune-pisse tendance multicolore"

Après ça, on est mûrs pour le cacatoès de l'espace interlope avec de la merde dans les poumons.
Lunatik-


    le 25/11/2016 à 22:25:08
Par ailleurs, l'auteur a mis un smiley en titre. Qu'on lui coupe la tête.

= ajouter un commentaire =



[Accueil]