LA ZONE -
Résumé : Ce texte a échappé à la semaine 'textes de merde' parce que face aux mastodontes du genre, il apparait plutôt véniel. Reste qu'il a un certain charme, avec son lexique en roue libre et sa naïveté d'ado qui tente de rendre convainquant son personnage de gros dur manipulateur et cynique, en vain. Encore un texte qui surfe sur le thème usé de la destruction de l'innocence, celui-ci a le mérite et le défaut d'être anodin.

Moi, le pervers

Le 19/09/2009
par Krome
[illustration] Elle marchait là, toute seule, son petit corps frêle courbé sur lui-même, fondu dans la masse. Je l’avais tout de suite remarqué tellement elle était invisible, et la poursuivi tel un loup qui fait perdurer son appétence avant de se jeter sur une proie trop vulnérable.
Elle sursauta sur place en entendant ma voie, et dévoila un petit visage blond dissimulé sous une masse volumineuse de cheveux, ses petits yeux ronds inspiraient la pitié, ce beau visage innocent faisait naitre au bas de mon ventre une rageuse cruauté.
….
Elle avait 18 ans, moi 24, je prie le temps de l’amadouer, de la charmer, de la modeler à ma guise, il fallait qu’elle soit suffisamment attachée pour lui infliger les plus douloureuses blessures. De temps à autre, quand elle était suffisamment plongée dans le doux miel de l’amour, je devenais brutal juste pour m’extasier devant ses larmes de bébé.

Je ne pouvais patienter plus longtemps, je serrais les dents à chaque sourire qui s’affichait sur son petit visage, et avais presque une érection quand elle baissait sa petite tête et qu’elle laissait quelques larmes dégoulinaient sur ses joues roses. Je pus enfin la convaincre de m’accompagnez chez moi.

Cela fait deux jours que je la traine sur quatre pate au bout d’une laisse, les coups de cravaches sur son petit cul commencent à peine à cicatriser que je prends déjà ma ceinture pour réouvrir les plaies, elle ne mange que dans un bol pour chien et n’a que ma pisse pour s’hydrater, j’ai à peine à pincer ses joues enflées pour entendre cette douce mélodie de cries étouffées et de gémissements piteux.
Je me sens enfin male, enfin puissant, enfin vivant.

= commentaires =

Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 19/09/2009 à 20:11:08
La cravache est un instrument longuement mis au point par des siècles de civilisation. S'en servir, et parvenir à faire saigner, c'est démontrer qu'on n'a rien compris. C'est comme si un boucher travaillait au scalpel.
Carc


    le 19/09/2009 à 22:27:20
ce texte me donne envie de jouer à Gems Swap 2 sur facebook. C'est très mauvais.
Lapinchien


tw
    le 20/09/2009 à 09:29:17
Ce texte a très probablement été écrit pour la semaine TDM mais posté en retard. La seule autre explication possible serait que Krome soit un auteur qui n'écrive que sous l'influence massive et exclusive de Kro.
Aesahaettr


    le 20/09/2009 à 13:34:39
"ce beau visage innocent faisait naitre au bas de mon ventre une rageuse cruauté."
Ça c'est très beau, j'aime.

Le reste, euh ?
Et puis quoi, le mec il "devient brutal" dans la rue et APR7S il la ramène chez lui ? Chronologie, s'il vous plait ?

Y'a des incohérences monumentales :

"il fallait qu’elle soit suffisamment attachée pour lui infliger les plus douloureuses blessures"
L'auteur n'y connait vraiment rien en torture. Même si c'est une métaphore, merde; quand tu attaches trop fort, il y a un arrêt de la circulation du sang et tu meurs vite.

"j’ai à peine à" s'utilise en général pour dire qu'on "a du mal à". Là, euh ? S'il se régale à lui pincer les joues, pourquoi aurait-il du mal à le faire ? POURQUOI ,§§

L'indication d'âge on s'en tape vraiment, sans parler des chiffres romains qui font sales.
Aesahaettr


    le 20/09/2009 à 13:34:49
arabes.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 20/09/2009 à 18:17:00
Mais pour éviter toute polémique, on peut utiliser les chiffres auvergnats.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 21/09/2009 à 02:04:17
D'ailleurs, c'est bien l'Auvergnat Gerbert d'Aurillac qui nous a ramené les chiffres arabes. Comme quoi, tout se tient.
Josh


    le 21/09/2009 à 21:21:36
c'est tout simplement nul, sans etre remarquablement merdique. bien joué, le juste milieu de la médiocrité c'est parfois dur à atteindre. j'approuve, en même temps je m'emmerde royalement aussi.

= ajouter un commentaire =



[Accueil]