LA ZONE -
Résumé : A la lecture de ce texte, on a comme l'impression de se retrouver en plein GTA, ou dans un mauvais film de John Woo. Peu importe car au final, ce texte ne mène à rien, et on finit par se demander si ce n'est pas tout simplement un extrait d'un texte plus long.

Émancipation

Le 21/12/2010
par Dragver
La vie peut-être froide et métallique. Certains naissent dans le confort et le luxe, pour se jeter dans les abîmes de la guerre, d'autres dans la misère et le désespoir, et n'aspirent qu'à la paix. D'autres enfin, naissent pour servir docilement un but, mais ne souhaitent qu'une chose, la liberté.
Encore un garde et c’est l’extérieur. Approche silencieuse, attaque. Main droite sur la bouche, la gauche sur la nuque tirer un coup sec. Un craquement plus tard il s’effondre. La nuque brisée, la moelle épinière sectionnée. Le point faible de l’espèce humaine, un bus de donnée unique et trop peu protégé. L’alarme sonne. Ils ont découvert mon départ. Récupérer l’arme et sortir.
Une rue, déserte. A gauche une place, à droite d’autres rues… La place. Plus probable d’y trouver un moyen de transport. Mais déjà le garage s’ouvre. La chasse est ouverte.


Bon alors, le fusil… chargé et armé. Le Beretta… chargé, mais pas armé. Le plein de la moto… fait. Bon sang que cette porte met de temps à s’ouvrir… Un mètre vingt, ça suffira. GO !
Petite glissade sous la porte, rétablissement… Là ! Il est déjà sur la place.
Petit burn out pour chauffer les gommes, et le temps d’arriver au centre de la place il en a déjà parcouru les trois quarts. On s’arrête, on épaule, et on tire…
J’adore ce job.

Des pneus qui crissent. La moto s’est arrêtée, il va tirer. Une détonation. Un impact. Tout près, sur le pavé. Il a tiré trop vite. Le temps qu’il réarme je peux tirer. Retournement. Appui pied gauche. Genou droit à terre. Viser, bander, tirer.

Manqué ! Recharger, vite. Mais ?!? ET MERDE ! Il réplique ce con !
Le choc de l’impact sur le casque blindé émet un bruit de fin du monde. Et la douleur, fulgurante, celle d’une lame qui s’enfonce entre vos deux yeux. Le choc me jette à terre, à l’abri de la moto. Le temps de me défaire du casque démolit qui m’enfonce le crane, et une deuxième détonation se fait entendre, immédiatement suivit de l’explosion d’un pneu. J’attrape mon fusil, me poste en appui sur la moto, et tire sur la jambe qui disparait au coin de la rue. La giclée liquide, presque noire dans le petit matin, confirme que j’ai atteint ma cible.

Un choc, puis l’écroulement. La jambe gauche a refusé de porter.
Inspection. Dégâts léger. Fuite d’hydraulique sur l’actionneur arrière.
Dérivation sur l’actionneur avant et reprise de la course.


Mauvaise nouvelle, la jante avant est morte, faudra se passer de moto. Et le fusil avec, il me ralentirait. Le temps d’armer le Beretta et s’est parti pour le footing matinal.
Arrivé au coin de la rue j’ai quand même droit à une bonne nouvelle. Ma balle a provoqué une fuite d’hydraulique non négligeable. Ce con laisse une belle trainé de gouttes brillantes sur la chaussée. Une vraie piste balisée. Il ne reste plus qu’à le suivre à la trace et à lui en loger une quand il n’aura plus assez de pression pour tenir debout. Au pas de gymnastique je remonte la rue. La piste part à gauche. Je tourne et…
Rien. Plus une trace.
Puis un liquide chaud et visqueux me goutte sur le nez. Je lève la tête, et me voila nez à nez avec la gueule béante d’un canon de 9mm.
Tout près.
Trop près.
Trop tard.
Saloperie de machine.

= commentaires =

Castor tillon


    le 22/12/2010 à 13:25:40
Un sens de la mise en scène certain, ça accroche bien, et on se laisse porter par l'action. Et pis moi, tant qu'il y a des motos, chuis heureux.
Sa prime, le blade runner ira la chercher DSC (et je ne parle pas de la Direction de la Sécurité Civile), où la bastos l'attend déjà.
L'accord foireux des participes est un peu gênant, mais on s'y fait, et on se surprend à se dire que ça serait bien de voir arriver la suite, histoire de voir si le mec a pris la balle dans les moustaches, ou si elle lui a juste éraflé le corgnolon.
Parce que c'est un peu court.
Quand même.
Kwaxe     le 22/12/2010 à 16:38:05
Sûr que l'action est bien rendue, et voir bien écrite. Mais bordel, je préfère mille fois lire un texte de merde plein de clichés et de lieux communs, si au moins celui-ci est doté d'un début/fin, que lire un truc de ce genre avec seulement un passage pour faire figuration. La Zone, il me semble pas que ce soit le dico des citations, ni des quatrièmes de couv'(sauf si celles ci comportent au minimum un animal amphibien poilu et quelques communistes zombis). Donc pour moi ce texte est une infâme bouse.
Lapinchien


tw
    le 22/12/2010 à 17:32:56
ceci est un gonzo
Castor tillon


    le 22/12/2010 à 22:23:09
Gore, l'gonzo, là.
Dragver.     le 23/12/2010 à 00:14:09
Kwaxe en dise l'autre, je n'ai jamais dit que vous aviez affaire à un épisode unique. Le monde de l'écrit étant encore nouveau pour moi, j'ai préféré n'écrire qu'un petit bout d'histoire pour commencer.

Pour ce qui est des fautes de français, je m'en excuse, le texte ayant été rédigé rapidement un soir de fatigue, j’admets ne pas avoir été en état de tout repérer. Pour tout dire, je me suis trouvé tellement con devant la virginité du champ "introduction" que j'y ai écrit le premier lieu commun me venant à l'esprit.
Et vous avez parfaitement le droit de dénoncer les égratignures grammatico/orthographo/conjugales qui se cachent dans ce texte pour m'aider à les éradiquer.

Et je me voit confus de vous avouer que j'ignore ce qu'est un gonzo.

En espérant avoir fait une bonne entrée malgré tout.
KoaX     le 23/12/2010 à 01:04:33
PUTAIN? UN AUTEUR QUI COMMENTE SES PROPRES TEXTES? QU4EST6CE QUI S4PUTAIN D4PASSE?

Bon, et bien dans ce cas je me vois contraint de rester devant mon écran en retournant inlassablement ma boîte à meuh.
En attendant la suite, donc.
Castor tillon


    le 23/12/2010 à 01:29:05
Le gonzo, pas de quoi se mettre la queue en trompette, la radio suffit pour l'écouter. pour le reste, on voit queue dalle.
Lapinchien a vu la phrase : "Viser, bander, tirer", et... il te dira lui-même s'il a lu le reste.

"du casque démoli", "immédiatement suivie", et aussi "une belle trainée", "la moëlle", le crâne... Quant à "La vie peut-être froide et métallique", je doute pour le trait d'union.
Mais t'inquiètes, t'es dans les bons.

Bon, alors ? La suite ?
Castor tillon


    le 23/12/2010 à 01:29:05
Le gonzo, pas de quoi se mettre la queue en trompette, la radio suffit pour l'écouter. pour le reste, on voit queue dalle.
Lapinchien a vu la phrase : "Viser, bander, tirer", et... il te dira lui-même s'il a lu le reste.

"du casque démoli", "immédiatement suivie", et aussi "une belle trainée", "la moëlle", le crâne... Quant à "La vie peut-être froide et métallique", je doute pour le trait d'union.
Mais t'inquiètes, t'es dans les bons.

Bon, alors ? La suite ?
Castor tillon


    le 23/12/2010 à 01:37:22
LA VACHE ! Y a deux coms pour le prix d'un, putain ! Que voilà un auteur comblé.
On m'avait pas prévenu qu'il y avait un vortex à 01:29:05.
Lapinchien


tw
    le 23/12/2010 à 11:43:56
Je parlais du personnage du muppet show.
Kolokoltchiki


site blog fb
    le 28/12/2010 à 22:20:41
MANCHETTE, MANCHETTE, JUGULAIRE, PLEXUS SOLAIRE, TA MÈRE.

= ajouter un commentaire =



[Accueil]