LA ZONE -
Résumé : Débarquer d'un trou de ver. Pondre toute une théorie fumeuse à partir d'un jeu de mot tiré par les cheveux. Snifer les interlignes pour probablement trouver l'inspiration nécessaire à l'écriture poussive de la vingtaine d'autres lignes. Il est étonnant qu'on ne trouve pas dans ce court extrait de pensée pure une vanne résultat d'un badtrip sur le mot "analphabète" , une digression sur l'ambiguïté pédophile latente dans le nom de la marque "Babybel", un paragraphe indigné sur l'expression "bête comme chou". Au delà du terrorisme donc, l'humorisme. On a le droit de dire que c'est misogyne ou on s'en bat les trompes de Fallope ? Vivement qu'une troupe de Femen, Zarofettes et Pussy Riot enragées s'occupent du cas du narrateur. Quant à l'auteur, s'il poste d'autres textes "dans le genre" on va finir par croire qu'il croit au premier degré alors que sur la Zone, on ne s'exprime pas en dessous du huit-sixième.

La Belle et la Bête

Le 12/09/2015
par La-Pute-Phallique
[illustration] Une intro ? Pff... Obligé ? Non ? Ah cool...
Il paraît qu’une « Belle » est « bête » voir même « délicieusement conne » sous toutes mesures…

Et puis y’a la « Bête » qui sans être un cerveau optimisé, fait autre chose que chier et baiser !

Elle respire entre deux crachats sociétaux une certaine forme de panache, corps étranger à celle qui fait bander.

C’est pas que la « Bête » est moche mais… Elle a un faciès mythologique.

Son expression à la con, c’est de raconter des histoires ! Fausses où vraies… Honnêtement ? Rien à taper !

La « Belle » c’est la vide-couille de toutes ses histoires mais le genre vertueux qui écarte les cuisses comme on compose un sonnet.

Au final, c’est pas plus mal. Une « Belle-Bête », une « Bête-Pas-Belle » ça entretient pas le paradoxe, ça le sodomise !

Mais dans toute cette orgie vénale de l’égo, elles veulent la même chose. Des créatures qui s’assument, pas des trainées qui se résument.

Alors la « Belle » donne le droit à la « Bête » d’être un peu moins « moche » si on retient ses tentatives d’être un moins « conne ».

C’est le troc de l’âme. Une putain d’intolérance qui transforme la « Belle » et la « Bête » en la « Bête » et la « Belle ».

Ça ne revient pas au même ? Bah ça dépend très chers humanoïdes !

Tes la « Belle » où la « Bête » ?

= commentaires =

Lapinchien


tw
    le 12/09/2015 à 10:11:27
ton narrateur est un sale fils de gigolo
HaiKulysse


site blog
Bescherelle    le 12/09/2015 à 10:55:58
« Une intro ? Pff... Obligé ? Non ? Ah cool... »
Un texte écrit en cinq minutes top chrono, à mon avis ça vient des publicités FB qui nous ramènent des odeurs de poissons pourris à marée basse, mais bon...

« Il paraît qu’une « Belle » est « bête » voir même « délicieusement conne » sous toutes mesures… »
J'espère en tout cas qu'elle reviendra bientôt nous « raconter (s)es histoires ! » sérieux lâche un com bien haineux sur La Zone, la pute phallique.

Et pourtant, bien malgré « ça » je souhaite sincèrement qu'elle ait du succès à l'avenir... Je n'en dirais pas plus... Je vais chercher mon Bescherelle enfouis sous mes cahiers d'écoliers, planqué dans un tiroir de mon bureau, et qui je l'espère, me donnera de l'inspiration.
Lapinchien


tw
    le 23/11/2016 à 13:09:23
Mérite un zero pointé mais surement pas d'être en vitrine. Avec le texte de Cauda, la tête du worst of ressemblait au blog d'eric zemmour.

Commentaire édité par Lapinchien.
Cuddle


fb
    le 25/11/2016 à 17:20:14
Je ne savais pas qu'on pouvait écarter les cuisses comme un sonnet. Curieux.

= ajouter un commentaire =



[Accueil]