LA ZONE -
Résumé : Neuvième contribution au dossier Palimpseste Daeshienne : Lors des attentats du 13/11/15 à Paris, Daesh a posté un pitoyable texte de revendication que nous avons décidé d'éditer chacun notre tour parce qu'il est du devoir des zonards de lancer des fatwa littéraires sur les TDM assumés : HaiKulysse quand il décrochait le pompon gagnait des tours de manège gratuit. Il décide de transposer ce puissant business modèle à incentive dans ce marché de niche boudé par le grand capital qu'est le cahier de condoléances. Le début d'une success story. Bientôt sa tronche en couverture de Forbes.

Le Livre des Morts du 9-3

Le 02/12/2015
par HaiKulysse
immondice originelle ici

Au nom du Livre des Morts, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux Livre des Morts
Le Livre des Morts a tenté d'expliquer à tout un tas de générations avides de sens l'existence, ses formalités spirituelles ; comment accéder au Nirvana aussi par l'usage des drogues... Le très saint copiste du Livre des Morts a dit : tous les lecteurs indésirables, qui auraient l'audace folle de ridiculiser l'ouvrage en l'éventrant d'arguments socio-philo-politiques, sont damnés et voués au culte du démon... Etc.
Entre les bandages de la momie était inséré un scarabée en malachite portant en inscription un extrait du Livre des Morts, une très vague réminiscence qui, curieusement, me plongea à l'époque où nous étudions le roman le plus propagandiste de toute l'Egypte Ancienne sur les bancs de l'école. Et le scribe avait écrit : Prenez votre tube de colle, et sniffez de la colle : Je suis le tube de colle qui est descendu du ciel. Si quelqu'un sniffe ce tube de colle, il vivra éternellement ; et le tube de colle que je donnerai, c'est ma chair, pour le salut du monde. Là-dessus, les affreux méchants disputaient entre eux, disant : « Comment cet homme peut-il donner sa chair à sniffer ? » Pharaon leur dit: « En vérité, je vous le dis, si vous ne sniffez pas la chair du Tube de Colle, vous n'avez point la vie en vous-mêmes. Celui qui sniffe ma chair et recrache son sang ou son vomi à la vie éternelle, et moi, je le ressusciterai au dernier jour. Car ma chair est vraiment une nourriture, et votre sang ou votre vomi est vraiment un breuvage, une sorte de yop ou d'omelette à faire cuire directement dans la poële. Celui qui mange ma chair et boit son yop sanguignolent, demeure en moi, et moi en lui. Comme le Tube de Colle qui est vivant m'a envoyé, et que je vis par le Tube de Colle, ainsi celui qui me mange vivra aussi par moi. C'est là la semence divine qui est descendu du ciel... celui qui sniffe ce Tube de Colle vivra éternellement. »

La momie de Daech, le pote avec qui je sniffais à l'époque, offrait sa dépouille dans l'obscurité souterraine de la cave de mon 9-3, en aspect presque foetal, accroupis autour des autres défunts en demi-cercles irréguliers. Daech et moi, on avait jadis emprunté cet ascenceur spirituel, on avait ensemble cassé la gueule aux démons qui ne voulaient pas adhérer à notre doctrine, bref on était de vrais caïds et l'on ne se moquait pas impunément de notre Corporation... jusqu'au jour où nos forces déclinèrent sous les assauts de cette garce d'Entente Cordiale, Le Comité des Parents d'Elèves...

Daech mort, je ne voulais plus vivre : j'appuyais sur la gachette d'une arme à feu que j'avais trouvé chez mon tonton chasseur, et aussitôt visualisais un rayon de soleil apaisé briller à travers les vitraux de la cave de mon 9-3.

= commentaires =

Glaüx-le-Chouette


    le 02/12/2015 à 08:44:26
Plus grand chose à voir avec le communiquédelatête de Daesh originel ; j'ai pas bien capté si c'était un edit dudit, ou bien un edit d'edit dudit (auquel cas, duquel) ?

Dans un développement problématisé et organisé, vous ferez toutes les remarques utiles sur le mot "de" et ses dérivés dans la phrase qui précède. Vous avez trente minutes.

Même si j'ai pas capté le contexte littéraire, j'ai bien aimé le texte lui-même. C'est clair et con mais digne néanmoins. Fort bien.
Lapinchien


tw
    le 02/12/2015 à 11:53:46
j'ai l'impression que c'est le résultat d'un palimpseste coupé avec un fond de cut up de Burroughs. ça pique.

= ajouter un commentaire =



[Accueil]