LA ZONE -
Résumé : Castor Tillon est de retour sur la Zone. Longtemps commentateur assidu, il passe à la contribution textuelle pour notre plus grand bonheur. Imaginez une adaptation de Lovecraft au cinéma par Quentin Tarantino. Sacrilège ! Hérésie ! Scandale ! Vous n'osez pas concevoir mentalement ne serait-ce qu'une seconde la collision monumentale de deux univers oniriques aussi riches et a priori aux antipodes intergalactiques l'un de l'autre de peur de vous faire un claquage de cerveau et sombrer dans une folie irréversible ? Associer entre elles des intrigues malsaines, des personnages hors normes à l’intarissable gouaille, des dialogues et des situations aussi improbables que saugrenues, et asperger le tout de tomato ketchup en guise d'hémoglobine de contrebande, vous semble être une expérience par la pensée sans retour possible à la raison ? Vous n'avez pas tort et c'est ce qui vous attend aussi en tant que lecteur. Mais c'est ce qu'il arrive quand on répond d'une manière ou d'une autre au grand appel à textes de Cthulhu.

Attends ta cule à la récré

Le 06/12/2016
par Castor tillon
[illustration] Un texte qui ne contient pas de tente, pas de cule, et encore moins de récré. Je suis désolé.
— Repasse-moi la betterave, vieille carne ! T’es en train de te noyer, là !
L’interpellée décolla le goulot de ses lèvres gercées. Cela fit « chtoub », et un clapotement lui inonda le menton. Elle tendit lentement le kil de vin à son compère en jetant un œil résigné sur le niveau du liquide.
— C’est bon, fais pas cette tête, il y en a une autre. Mais tu ne devrais pas boire autant, tu te détruis, et ça me cause de la peine.
Dit-il en reprenant sa place sous la bouteille.
Puis il essuya sa barbe jaunâtre d’un revers de paluche, et émit sentencieusement, dans un graillonnement odorant :
— C’est pour ce matin, va falloir se bouger. Ils doivent avoir terminé, là-haut, avec les bombes à micro-ondes. Ça va être à nous de finir le boulot. T’es prête ? T’inquiète pas, c’est du tout cuit, ah, ah. Ils sont presque tous en train de finir de frire, pendant que nous on est à l’abri dans cette vieille station de métro désaffectée. Les rares veinards rescapés, on va s’en charger !
— J’ai un peu peur, quand même. Pourquoi les nôtres ne peuvent-ils pas exterminer tous ces connards? Et si les terriens survivants étaient plus nombreux que tu ne crois, et nous repéraient ?
— Tu rigoles ? C’est ça le plan, justement : ces imbéciles ne nous regardent même pas. On n’est que des excréments à leurs yeux. A leurs nez aussi, d’ailleurs. Nous allons sortir nos puissants tentacules et les massacrer sans même qu’ils nous aient remarqués !
— N’empêche que j’ai peur. Rosette, elle n’a jamais peur de rien, j’aurais bien aimé qu’elle soit avec nous… ma copine Rosette, tu sais, celle qui chante si bien…
— Rosette ? Elle chante comme une dinde qui s’est pris les barbillons dans l’escalator.
— Oh, bien sûr, toi tu es plus fort que tout le monde. A part siffler une boutanche, tu sais faire quoi, comme musique, hein ? D’ailleurs, je préfère pas savoir.
La vieille insista, fielleuse :
— Tu me laisseras la bouteille vide, ça pourra me servir. Vu que ta bite, elle est aux soins palliatifs, en ce moment. Ça fait un mois que tu m’as pas touchée.
— Ouais ben branle-toi avec ce truc, et t’es pas prête de me revoir. Déjà qu’en temps ordinaire j’ai l’impression de rentrer à vélo dans le tunnel du Simplon…
— Le problème avec toi, c’est que ça a toujours la même taille, que tu bandes ou non.
Le vieux se mit à grommeler comme un orage menaçant dans le lointain :
— C’est tout toi, ça : on est à peine entrés dans la nouvelle ère que tu commences déjà à me faire chier. Ça promet pour les siècles à venir.

Le débouchage n’ayant depuis longtemps plus de secrets pour eux, ils débouchèrent à l’air libre sans encombre. La bise du petit matin les saisit, et la vieille rabattit sur sa poitrine les pans sans boutons de son manteau crasseux. Dans les rues avoisinantes, nul cadavre calciné, pas de chairs fumantes, aucune trace d’un quelconque combat. Sur la place, seuls quelques insignifiants piétons se hâtaient vers leurs destinations quotidiennes.
     Quelque chose n’avait pas marché.
Il ignora le regard désespéré de sa compagne, et, fouillant les alentours du regard, avisa sous l’arche du pont, presque invisible dans la pénombre, un jeune homme en costume sombre. Dans une ultime bravade, il se mit en devoir de déployer ses monstrueux pseudopodes, et chargea.



Le jeune type vit le couple gesticulant accourir vers lui. Il dégaina soudain un court katana, et trancha net le bras maigrelet du premier agresseur. Puis, avec un sourire féroce, il plongea le sabre dans le sternum de l’ivrogne, ce qui eut le mérite de traiter efficacement - et définitivement - son problème de délirium tremens.
Pendant que le poivrot s’écroulait, les yeux exorbités, l’homme empoigna par la tignasse son binôme hurlant, et lui expédia dans l’estomac une droite fulgurante qui lui coupa le sifflet. Attrapant par le colback le cadavre embroché, il le traîna en chantonnant vers un trou circulaire dans l’impasse défoncée, et l’y jeta.
— N’oublie pas ton bras, pépère, hennit-il en balançant le membre poisseux trois mètres plus bas.
Il poussa sans ménagement la vieille à sa suite, descendit lui-même l’échelle métallique après avoir replacé le couvercle de la bouche d’égout dans son emplacement.
Ces pitoyables débris étaient son fantasme le plus excitant, et ils lui étaient maintenant livrés à domicile !

La vieille pue-la-pisse allait lui offrir une nuit royale, avant qu’il la découpe avec tout le soin requis.

= commentaires =

Lapinchien


tw
    le 06/12/2016 à 13:04:01
Encore une saloperie d'intégriste, adepte des calembours. Mais bon, quand c'est lié à la santé mentale et non à la drogue, c'est pardonnable. Sinon, ça m'a beaucoup fait penser à Poulpe Fiction.
Lapinchien


tw
    le 06/12/2016 à 13:04:32
ou Krill Bill
Cuddle


fb
    le 06/12/2016 à 13:59:38
J'aime bien ta façon de vendre le texte en rapport avec le thème de lovecraft.

Sinon, j'ai adoré le texte, j'aime bien le langage utilisé. Pour ma part j'avais l'impression d'être avec deux vieux en temps de guerre en mode commérage. Le texte m'a fait rire et j'ai trouvé la fin WTF intéressante car j'avais l'impression d'être dans un monde imaginaire. Fin bref, un gros pouce en l'air.
Castor tillon


    le 06/12/2016 à 19:13:12
Si ça vous a fait marrer, ça me va. Je ne suis qu'un déconneur.

Sinon, ce foutu Castor a commis une répétition large comme sa queue dans l'avant-dernier paragraphe, malgré trois ou quatre relectures et un passage aux rayons X. Pas d'excuses. Bon, allez-y. Mais pas sur la fontanelle, hein.
Lunatik-


    le 06/12/2016 à 20:35:28
Ce castoridé est une feignasse, il se fend d'un texte chaque fois qu'il lui tombe une dent, mais en général, il le torche bien et c'est bien léché...

On pourrait, de fait, presque lui pardonner sa navrante manie des jeux de mots moisis et des contrepèteries salaces (dont il farcit aussi ses commentaires, souvent au nez et à la barbe des yeux innocents)

Par contre, il devrait en effet envoyer son nègre et/ou son relecteur au goulag pour avoir laissé passer ce regard/regard qui donne l'impression de lire un vieux 33 tours rayé.
Lunatik-


    le 06/12/2016 à 20:41:03
Mention spéciale pour ces moments de bravoure poétique :

"Elle chante comme une dinde qui s’est pris les barbillons dans l’escalator."

"Ouais ben branle-toi avec ce truc, et t’es pas prête de me revoir. Déjà qu’en temps ordinaire j’ai l’impression de rentrer à vélo dans le tunnel du Simplon"

(néanmoins, ne serait-ce pas plutôt : "T'es pas près de me revoir ??") (au pal le relecteur !!)
Lunatik-


    le 06/12/2016 à 20:42:59
Cependant, j'accorde le bénéfice de la licence poétique au poivrot...
Lapinchien


tw
    le 06/12/2016 à 20:44:12
mais il n'y a pas de relecture ni correction avant publication sur la Zone. C'est simple, toute faute supposée est considérée comme une intention littéraire de l'auteur. On ne va pas se mettre à douter les uns des autres tout de même ?
Lapinchien


tw
    le 06/12/2016 à 20:49:06
Le travail éditorial zonard (puisqu'il y en a un) consiste à expliquer en quoi les textes s'inscrivent dans la ligne éditoriale (souvent avec un chausse-pied conceptuel ou un tire-bouchon logique) puis à affirmer que l'intention éditoriale est supérieure à l'intention autorale en trouvant de bonnes raisons souvent empruntées aux techniques de détournement de l'attention des prestidigitateurs à paillettes.
Lunatik-


    le 06/12/2016 à 20:50:42
Tu as parfaitement raison, Lapinchien, aimons nous les uns les autres (sans pal et sans artifices)
Lunatik-


    le 06/12/2016 à 20:54:02
Dourak, ne te retourne pas, mais t'as un piaf idiot sous ta noble carcasse...
Lunatik-


    le 06/12/2016 à 20:54:58
Aaaaaah il a effacé son commentaire de test (le bien nommé) et on va croire que je cause dans le vent....
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 06/12/2016 à 20:58:33
Je m'inquiète quand ils sont au-dessus. J'ai surtout un serveur MySQL qui avance d'une demi-heure. Ils ont pris un vortex dans la tronche, chez OVH.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 06/12/2016 à 20:59:30
Mais non, l'oiseau va rester où il est, au vu de tous.
Castor tillon


    le 06/12/2016 à 21:01:04
Pourquoi sans pal ? J'aime bien le pal, moi. J'aurais aimé empaler ma cohorte de relectrices dans un terrain vague, comme un petit Vlad Dracul d'Aubervilliers.
Lapinchien


tw
    le 06/12/2016 à 21:15:31
GENIAL § chaque Zonard inscrit et logué peut mettre un lien vers son site et son compte twitter sur son profil et il apparaitra dans ses commentaires ? Une vraie invitation au bavassage publicitaire, la Zone entre dans une nouvelle ère d'émulation ou les bons mots, les traits d'esprits et la répartie seront les seules contredevises et je dois vite vérifier c'est peut-être une offre promotionnelle limitée dans le temps.
Cuddle


fb
    le 06/12/2016 à 21:59:54
NoOoOoOOn ouf, y'a ton site, ton profil fb, ta page youtube et ton twèter ! Mais LC hyperconnecté quoi ! La zone est en pleine mutation.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 06/12/2016 à 22:04:27
Ce sont les tentacules qui poussent. Après tout, le site va avoir 15 ans fin du mois, il est temps.
Lapinchien


tw
    le 06/12/2016 à 22:04:30
C'est le cadeau de Saint Nicolas Sarkozy de Dourak Smerdiakov pour les logués il faut aller là dessus http://www.lazone.org/compte/profil/ et remplir le formulaire.
Castor tillon


    le 06/12/2016 à 22:05:01
Huhuhu
Clacker


    le 06/12/2016 à 22:11:21
Le texte m'a plu. Je saurai pas en dire plus maintenant, je vais attendre demain matin, quand je serai en pleine parano.
Clacker


    le 06/12/2016 à 23:06:14
En fait nan. Il est très cool ce texte, parce que les dialogues sont drôles et que l'action est brève mais bien racontée. C'est court et fluide, on a pas le temps de s'ennuyer. Ca ressemble à une parenthèse, en fait. Le rapport avec Lovecraft est plus que douteux, bien qu'on puisse retrouver un soupçon de fantastique dans le délire (ou pas) des petits vieux.
Mais j'ai quand même l'impression que la fin (ouverte) à la kill bill est un peu torchée. Un petit goût d'amertume, on croque dans un foutu pamplemousse, sans doute.
Cuddle


fb
    le 06/12/2016 à 23:12:01
C'est vrai, ça m'a fait la même impression, la fin était un peu rêche.
Castor tillon


    le 06/12/2016 à 23:46:52
C'est exact. La fin alternative est moins gore, mais plus adaptée à l'ensemble. Vous êtes devins, ou quoi ?
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 07/12/2016 à 00:15:02
Je trouve qu'on dirait un mélange de la Chanson des Vieux Amants de Brel, de "J'ai dix ans" de Souchon, et de la scène de la cuisine dans les Tontons flingueurs, avec un peu de Lovecraft pour gâcher le tout.
Castor tillon


    le 07/12/2016 à 00:25:00
Faut reconnaître que c'est plus craft que love.
Castor tillon


    le 07/12/2016 à 03:36:10
Joli, le pitch, Cuddle. C'est grand.
LePouiIleux     le 07/12/2016 à 11:02:24
Les Grands Anciens, c'est un complot gérontocrate en fait. Saloperie de vieux.
pascal dandois


    le 07/12/2016 à 13:11:29
c'est bien, y'a des gros mots, mais j'aurai bien vu un "pauvre enculé" et un petit "fils de pute" avec quelque "connard" et "bordel de merde" par-ci par là en plus, mais ce n'est qu'un détail, c'est déjà bien.
Castor tillon


    le 07/12/2016 à 17:59:47
J'ai bien conscience de mon incurie. Le prochain texte sera écrit en gras, ou ne sera pas.

= ajouter un commentaire =



[Accueil]