LA ZONE -
Résumé : Finalement, on était plutôt content qu'il la ferme; le Mill. Finalement, la Zone était en vacances de Mill et C'ETAIT BIEN ! Le bavard le plus lourdingue de la Zone nous revient avec un Cri de la Chtouille déjà lu dans une radio locale et c'est, ma foi, c'est frais, c'est doux, c'est chiant, c'est du Mill, paraît qu'y en a qui aiment. Pour écouter la douce voix de l'énergumène : https://soundcloud.com/user-862514891/le-cri-de-la-chtouille-decembre-2016-george-michael

George Michael

Le 04/01/2017
par Mill
[illustration] Décidément, les scénaristes de Walking Dead sont vraiment des salauds. Ils ont même tué George Michael. George Michael, dont le nom de famille est un prénom, ce qui pourrait signifier qu'il appartenait à la race des serial killers, comme Guy Georges, par exemple, ou Emile Louis, ou encore Jean-Thierry Mathurin (là ça en fait carrément trois, c'est la classe absolue, hein, chapeau bas, je m'incline, bravo Jean-Thierry), ou enfin cette vieille crapule d'Herbert Léonard, qui contribua, en son temps, au grand massacre de la chanson populaire française des années quatre-vingt, en collaboration discrète mais effective avec à peu près tout le monde à l'époque, mais je tiens toutefois à citer le nom de Didier Barbelivien qui, lui, n'est toujours pas mort et je ne m'en réjouis pas.
    
    George Michael a donc passé l'arme à gauche et c'est une nouvelle qui me laisse pantois. Il va de soi, tu t'en doutes, cher auditeur, que la disparition de l'artiste ne m'apporte aucune espèce de satisfaction, et ce parce qu'elle survient beaucoup trop tard. Mourir aujourd'hui, très cher George Michael, ne rime à rien, puisque le mal est fait depuis quarante ans, mes oreilles ont déjà été souillées des milliers de fois par Wake me up, Faith ou je ne sais quelle roucoulade lancinante et sucrée, donc, j'avoue, je suis un peu déçu. J'aurais tant aimé ressentir, une fois de plus, cette joie immense et délectable qui m'avait envahi à la mort de Lemmy. Ce jour-là, je m'étais dit : « Ha ! Vous voyez bien qu'il est pas immortel, bande de cons ! » On peut qualifier cette réaction de mesquine, je dis pas, mais je ne vais tout de même pas me cacher, bordel de cul : la mort de Lemmy a prouvé à tous les grands rockers que l'esprit rock ne soutient pas la chair, que la boisson ne conserve pas plus que le formol, et qu'on va tous mourir un jour, avec ou sans guitare saturée, je hais les légendes qui imposent des canons, des lignes de conduites et de sordides auto-justifications, merci Lemmy, c'était un bon concert, maintenant ta gueule et place aux jeunes.

    J'aurais aimé également savourer la mort de George Michael avec la même sérénité qu'à l'annonce de celle de Bowie : même les icônes meurent. Les « gueules » de l'histoire du rock, celles qui traversaient la culture pop, et par là-même toute la culture moderne issue des années soixante. Bowie avait la stature d'un Lennon ou d'un Morrison - bon, disons toutes proportions gardées - et il est quand même mort. Tout le monde y passe, les gars, c'est cool. Il n'y a rien de plus démocratique que la mort.

    J'aurais aimé également m'en foutre à peu près autant que de celles de, je sais pas moi, Michel Delpech ou Cruyff. Et en toute honnêteté, j'en suis pas très loin.
    Mais j'y arrive pas. Pas totalement.

    Attention, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit : George Michael, l'artiste, je m'en cogne mais alors sévère. Musique insipide, paroles ineptes, des mélodies franchement nazes, parfois volées à d'autres, bref : pour moi, George Michael, en tant que membre éminent de la grande communauté des musiciens de cette planète n'évoque qu'un bof suprême et dédaigneux, même si je me dois de reconnaître, et ce sans réserve d'aucune sorte, que l'enfoiré chantait divinement bien, avec cette voix merveilleuse, puissante, inspirée. Après tout, on peut chanter très bien de la merde très nulle.

    Il va de soi que toutes mes affirmations se veulent absolument subjectives et qu'elles expriment une opinion qui ne regarde que moi. Je n'essaie de convaincre personne, je partage juste un point de vue.

    George Michael est mort, étouffé, peut-être par un poil pubien, allez savoir, c'est en tout cas ce que semblent sous-entendre la plupart des pseudo-biographes du dimanche qui se fendent de courts articles sur le net, ici ou là, puisqu'ils en sont encore à évoquer une vie affective tumultueuse, une sexualité débridée, et tout ce qui leur passe par la tête pourvu que ça enflamme l'imaginaire des cons que nous sommes, pardon, que vous êtes, et pourvu que ça tape en-dessous de la ceinture puisque, comme chacun le sait aujourd'hui, George Michael couchait volontiers avec des mecs, ce qui faisait de lui une tapette, une folle, un pédé, une tante, un inverti, un sodomite et j'en passe.

    Ah foutu monde de merde. J'aurais aimé me réjouir franchement de la mort d'un artiste qui me faisait chier depuis tout petit parce que je détestais sa musique à peu près autant que celle de Sabrina, de Bros, de A-ha ou de je ne sais quels sombres héros du top 50, toutes des musiques de merde, aseptisées, formatées, des sous-Michael Jackson, dont, par ailleurs, je vomis l'oeuvre à peu près autant que celle de Prince - enfin, pas tout Prince, y a vraiment des trucs complètement barrés chez Prince - ou je ne sais quel autre connard à qui il vous arrive d'attribuer du talent, voire du génie, juste parce que vous avez tiré un coup en écoutant sa musique en plastique à l'âge de quinze ou seize ans, franchement comme critères esthétiques on fait mieux.

    J'aurais aimé me fendre d'un magistral éclat de rire mais comme ce salaud était de la jaquette, je n'ai pas le droit. Et ça me gonfle ! « Ouais tu dis ça parce que t'es homophobe. » Non, je dis ça parce que je n'aime pas sa musique, je n'ai jamais aimé sa musique et je n'aimerai jamais sa musique parce que ce n'est pas de la musique au sens où moi je définis la musique, à savoir une création originale qui ne rappelle pas trente-six mille trucs entendus trente-six mille fois à des époques différentes, et que l'on peut écouter en fermant les yeux et sans se dire que le clip est vraiment trop cool. Je rappelle que le clip est l'ennemi numéro un de la musique. De fait, méfiez-vous des bons clips. L'image vous détourne du son, que vous le vouliez ou non.

    Et pourtant, bordel de merde, j'aimais bien George Michael, l'homme.
Evidemment, il ne me manquera pas parce qu'il n'était ni mon ami, ni un membre oublié de ma famille à rallonge, ni un hamster et j'aime beaucoup les hamsters, ni un grand homme de lettres dont les incessantes lectures m'auraient marqué à vie, je pense par exemple à Borges, Stephen King ou François Cavanna, mes trois auteurs préférés, mais voilà, George Michael, contrairement à Bowie, ou même à Leonard Cohen, que j'ai toujours admiré, eh ben, George Michael, vraiment, ça s'explique pas, je l'aimais bien. Alors je sais pas trop pourquoi, hein, peut-être parce qu'il ressemblait à l'idée qu'on pouvait se faire d'un grand frère à la fois beau et cool, et pourtant assez humble dans sa façon d'envisager le gloire, la renommée, la richesse, peut-être parce qu'il avait été - du moins à mes yeux - un homosexuel discret avant de devenir un défenseur de la cause, deux positions apparemment contradictoires mais qui méritent autant de respect l'une que l'autre, peut-être parce que le morceau Freedom, dont j'aimerais tout de même souligner qu'il ressemble tout de même beaucoup à Sympathy for the devil des Rolling Stones, m'avait plu parce qu'il évoquait très justement ce qu'il était censé représenter, c'est-à-dire un appel déchirant à la liberté et à la tolérance, peut-être parce qu'il s'est engagé contre la guerre en Irak, ou peut-être aussi parce qu'il n'a pas essayé de tirer le moindre profit de son incroyable collaboration avec les membres survivants du groupe Queen.

    En résumé, la mort de George Michael, au fond, je m'en fous, mais elle vient conclure une année de merde comme on n'en avait pas connu depuis un bon moment. Et peut-être même qu'elle annonce une année bien pire. Moi, sincèrement, 2017, je passe. J'ai pas envie d'aller voter. Entre la peste, le choléra, Ebola et diverses maladies infectieuses, ça donne pas envie d'aller fourrer dans l'urne. A gauche, y a que des cons. A droite, c'est pareil mais en pire. Pour arbitrer le tout, une fasciste notoire qui veut faire croire à tout le monde que le fait qu'elle soit une femme ne contredit aucunement son discours passéiste.

    Et pis quoi encore, on va encore passer l'année à pleurer des artistes à la con, des sportifs débiles et Dieu sait quels blaireaux dont le cœur ne manquera pas de cesser de battre parce qu'il faut bien qu'on meure à un moment ? Non parce que ça, ça commence à me saouler aussi. Et ça pleure sur les réseaux sociaux, et ça crie au génie, et ça balance des platitudes du genre « c'est toujours les meilleurs qui partent les premiers », et ça sait jamais fermer sa gueule quand il faut... En fait, excusez-moi hein, je sais que je me répète un petit peu, mais vous êtes des cons, voilà. Pas raisonnables pour deux ronds, toujours prêts à croire à croire n'importe quelle connerie pourvu qu'elle provienne d'un site dit « d'information libre », toujours prêt à partir en guerre pour une vétille. Il y a deux mois, un de mes contacts Facebook critiquait lourdement un texte d'humour noir qui s'appliquait à taquiner gentiment l'angoisse des méridionaux face à la pluie et aux intempéries. Et ce contact Facebook disait, dans un commentaire assassin : « On déconne pas avec les intempéries. »

    Mon dieu, effectivement, si on commence à s'étriper en évoquant la pluie et le beau temps, c'est que, ben, soit ça va vraiment très mal au sein de notre espèce de singes à poils ras, soit on a un grave problème de QI négatif à régler. De fait, peut-être que notre espèce est en danger justement à cause de ce grave problème de QI. C'est peut-être une idée à creuser, ça...

    Je ne vous souhaiterai donc pas la nouvelle année mais ça n'a rien de personnel. Je préfère m'en tenir à une position réaliste et vous souhaiter en conséquence « bon courage, tenez-bon, essayez d'atteindre 2018, même si, a priori, les chances pour que la situation s'améliore semblent s'amenuiser à mesure que le temps passe ».

    Et pis je vais vous dire un truc : je crois que moi non plus je ne suis pas raisonnable. Je regarde Walking Dead, cette série pour masochistes qui parvient à nous faire accepter que la mort nous guette et qu'il n'est pas d'issue possible. Je garde ouvert mon compte Facebook alors que mon fil d'actualité m'apporte chaque jour la preuve renouvelée que l'être humain n'est qu'une poche vide qui se nourrit des autres pour chier sa bile véreuse, ses hontes, ses mensonges et ses jugements de cons. Et parfois même je continue de croire qu'il existe de belles âmes, des rêves et des espoirs. Des rêves et des espoirs de quoi, j'en sais rien, mais j'arrive encore à m'illusionner. Et pourtant, je picole plus, j'ai arrêté la drogue et je crois pas en Dieu.

    Bon, j'arrête là. J'ai pas de conclusion, pas de coda, pas de blague de fin. Mais j'ai quand même envie de vous rappeler que, selon le calendrier musulman, nous sommes actuellement en 1438 de l'hégire et que la nouvelle année tombera le 22 septembre. Selon le calendrier Nanakshahi, celui des Sikhs, l'année débute le 14 mars, et le 1er mars pour les Francs-maçons. L'Eglise orthodoxe considère que l'année ne commence que le 1er septembre, et pourquoi pas, soyons fous, alors que les Indiens lui préfèrent le 22 mars, date à laquelle le single Please Please Me, des Beatles, devient numéro un en Grande-Bretagne, mais ça n'a probablement rien à voir. Pour les Ethiopiens, l'année commence le 11 septembre, ce qui intéressera évidemment les conspirationnistes chevronnés, alors que le calendrier berbère place le jour de l'an au 14 janvier, mais les Berbères le fêtent trois jours à l'avance, ce qui n'arrange rien. En terme de complexité, je vous invite évidemment à vous plonger dans les calculs ésotériques qu'implique le calendrier hébraïque. Franchement j'ai rien pigé et pourtant je lis du Umberto Eco d'une main et je me branle de l'autre, c'est dire si je suis malin.

    Tu m'as compris. Le nouvel an, je lui pisse au cul. Si t'as besoin d'un prétexte pour boire et faire la fête, t'as qu'à enterrer ton cerveau. Merci, bonsoir.

= commentaires =

Lapinchien


tw
    le 04/01/2017 à 15:20:18
Fantastique ! J'ai adoré la chronique sur Soundcloud. Pour ma part, George Michael c'était pas ma came non plus sauf peut être après qu'il soit viré de chez Sony. D'ailleurs il y a eut un mini buzz sur twitter passé inaperçu le jour de la mort de G.M. sur le compte twitter de Sony Records, il y a eut l'annonce de la mort dans un accident de voiture de Britney Spears, info corrigée en moins d'une heure sans manquer d'ébranler toute cette jeunesse sur Twitter surexposée et prescriptrice de réactions indignées aux informations nécrologiques. Rappelons que la mort ça existait avant twitter sauf qu'avant c'était un constat parfois quelques hommages appuyés, maintenant c'est devenu une vague sur laquelle faire surfer des tas d'autres infos et rumeurs pour faire des buzz collatéraux. Merci les morts donc de nous proposer de nouveaux chenaux pour les régies publicitaires.
David


    le 04/01/2017 à 16:09:11
"Tes états d'âme sont pour moi Eric comme les états d'amérique... "

C'est par cette citation de circonstance que je m'en viens évoquer une scène de la vie de Brian des monthy python, celle du lynchage, la lapidation, d'un type qui avait prononcé le nom de dieu.

Là, c'est pareil, prenez des cailloux, achetez des fausses barbes les femmes, ce texte fait exactement ce qu'il critique :

Il buzze sur du buzz sans expertise, sans mandat, sans même être un fils de dictateur privé ou publique.

On dirait un édito sans journal, chépa, il pourrait y avoir un peu de mise en scène, de je-est-un-autre, de l'imagination, un truc féminin, pardon, suggestif pour que le texte tel qu'il est, ça soit ce que le lecteur pense en lisant celui qu'il aurait pu être... le texte, pas le lecteur, hein.
Lapinchien


tw
    le 04/01/2017 à 16:25:23
sinon je pense que 2016 n'est pas une année particulière en terme de mortalité, le pic de population de la génération babyboom (1946-1964) vient à peine d'entrer dans sa zone de mortalité maximale (après 70 ans) donc attendons nous dans les 5 prochaines années à une montée brutale du nombre de morts célébres puis une chute de même ampleur sur 15 ans après il ne devrait plus y avoir de personnes célebres puisque la plupart d'entre elles tiennent leur légitimité usurpée du putch générationnel lié à l'inversement de la pyramide des âges que l'on peut fallacieusement faire équivaloir à la pyramide hiérarchique des gens au pouvoir et dans la lumière et ma gueule https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/66/US_Birth_Rates.svg

Commentaire édité par Lapinchien.
Lapinchien


tw
    le 04/01/2017 à 16:28:11
D'ailleurs le fils de Paul Emile Victor (le gars de l'émission "le dessous des cartes (de France huhu)) l'aurait très bien expliqué s'il n'était pas lui même décédé le 28 décembre dernier démontrant par la même cette théorie qu'il n'a pas eu le temps d'énoncer
Cuddle


fb
    le 04/01/2017 à 18:13:54
"Le nouvel an, je lui pisse au cul. Si t'as besoin d'un prétexte pour boire et faire la fête, t'as qu'à enterrer ton cerveau"

J'aime cette conception de la vie. Bravo. CLAP* CLAP* CLAP*
Mill


site lien fb
    le 04/01/2017 à 23:32:56
"Il buzze sur du buzz sans expertise, sans mandat, sans même être un fils de dictateur privé ou publique. "

Ben non, de fait, pas du tout.

"On dirait un édito sans journal, chépa, il pourrait y avoir un peu de mise en scène, de je-est-un-autre, de l'imagination, un truc féminin, pardon, suggestif pour que le texte tel qu'il est, ça soit ce que le lecteur pense en lisant celui qu'il aurait pu être... le texte, pas le lecteur, hein."

Heu, c'est pas très clair mais d'après ce que je comprends, au fond, ça revient à dire que tu n'aimes pas ce texte et, ma foi, je ne crois pas qu'il soit si bon que ça - même si j'en assume chaque erreur, jugement, etc. En revanche, je me vois contraint de préciser que ce texte correspond à une chronique radiophonique. C'est pourquoi le "résumé" de présentation propose d'aller jeter une oreille sur soundcloud. En effet, un texte écrit pour être entendu ne sonne pas pareil s'il n'est que lu. C'est là, à mon avis, l'un des plus gros défauts de ce Cri de la Chtouille mais j'avais tellement envie de revenir faire un tour sur la Zone.

La prochaine fois, je proposerai autre chose.
Cuddle


fb
    le 05/01/2017 à 07:52:54
Mais c'est très bien, fais mon ami, fais.
Lapinchien


tw
    le 05/01/2017 à 10:16:33
c'est à se taper le cul par terre de rire. Depuis quand on a besoin d'un mandat pour s'exprimer sur la Zone ? Pourquoi pas une commission rogatoire tant qu'on y est ?

Commentaire édité par Lapinchien.
Lapinchien


tw
    le 05/01/2017 à 10:38:00
Ceci dit pour le jour de l'an, je tiens quand même parmi toute les conventions à expliquer la notre et ce pourquoi elle n'est pas si stupide que cela:
C'est un compromis entre la durée de rotation de la terre autour du soleil et le moment où la Terre atteint son périhélie soit le moment où elle est le plus proche du soleil https://fr.wikipedia.org/wiki/P%C3%A9rih%C3%A9lie#Cas_de_la_Terre
Mill


site lien fb
    le 05/01/2017 à 11:05:57
Bon bon, je pisserai pas au cul du soleil, de la terre ou de quelconque rotation.
MAIS QUAND MEME.

BONNE ANNEE BONNE ANNEE RHAAAA MAIS ARRETEZ DE ME SOUHAITER QUOI QUE CE SOIT ON SE CONNAIT PAS !!!

Mais on est content de pas être des babyboomers, ça ouaip carrément.
Lapinchien


tw
    le 05/01/2017 à 12:57:48
vivement le prochain cri de la chtouille en synchro avec ton passage sur radio campus
Lapinchien


tw
    le 05/01/2017 à 16:34:21
sinon pour les présidentielles, je pense tellement comme Mill, que je ne suis même pas inscrit sur les listes électorales. De toutes façons, j'avais pas (2+1)x2 euros en poche pour participer aux primaires
David


    le 05/01/2017 à 16:36:32
Ah ben voilà, c'est pour ça que ça ressemble à un édito... c'est un édito radiophonique en qq sortes.

Je parlais de référence parce que justement, ça semblait faire partie d'un contexte que je voyais pas, c'est pas plus un mal de faire de la radio qu'être fils de dictateur en fait.

C'est pas vraiment que j'ai pas aimé, c'est justement assez rythmé et ça doit attrapé l'oreille.
Lapinchien


tw
    le 05/01/2017 à 16:51:53
C'est quand même pas mal la raison pour laquelle Mill est devenu admin sur la Zone : faire des billets d'humeur. D'ailleurs celui-ci s'inscrit dans une série qui commence à avoir du poids sur le site.

http://www.lazone.org/articles/rubriques/63.html
Lapinchien


tw
    le 06/01/2017 à 17:46:16
j'ai bien aimé sa pub pour Pokemon GO
https://www.youtube.com/watch?v=gwZAYdHcDtU

C'était pas si mal
LePouiIleux Réflexion intense sur le sens de cet édito    le 06/01/2017 à 23:25:53
J'suis assez d'accord avec David, ça pédale un peu dans le vide (je rajouterais même que c'est un peu trop chougnard pour être incisif à certains moments ). Mais ça c'est sans doute parce que je m'en bats complètement les couilles de la chronique nécrologique des star people, qui n'existent d'ailleurs jamais autant que quand ils sont morts.

Il y a deux trois passages que j'ai trouvé assez cool cependant, notamment le paragraphe George Mickael "grand frère", ça m'a fait penser à Pascal - l'autre de la télé - et ça c'est drôle la putain, il y a aussi l'avant dernier passage sur le relativisme culture, on sent qu'il y a quand même un minimum de documentation wikipédesque pour étoffer le propos.

J'ai pas écouté la version audio par flemme donc j'ai aucun avis là-dessus, par conséquent : "voila quoi".
Lapinchien


tw
    le 07/01/2017 à 08:23:27
je ne vois personnellement pas où est le problème quand tu dis qu'une star pop n'existe jamais autant qu'avant de mourir. C'est très vrai et c'est très beau. ça s'inscrit dans l'histoire lointaine des peintres et écrivains maudits. Sauf qu'ici t'exagères, George Michael a gagné plein d'argent de son vivant. D'ailleurs plus aucun artiste et plus largement plus personne qui produit de l'information pure ne gagne plus d'argent de son vivant ou n'en fait gagner à d'autres après sa mort depuis l'avènement du tout gratuit sur Internet et au delà même de l'artistique on trouve à peu près tout gratuitement sur le net dans le domaine du conseil, du consulting, du journalisme. Tout le monde fait des chaines Youtube et/ou crée un fil twitter de consession gratuite de son expertise dans l'espoir secret d'avoir un retour sur exposition qui ne viendra jamais.

Sinon je trouve le billet d'humeur de Mill (il s'agit bien plus de cela que d'un éditorial et la rubrique à des contraintes et un ton que Mill a fixé et inscrit dans un contexte précis) est d'excellente facture. Je trouve que c'est très bien construit. Personnellement j'ai écouté le podcast soundcloud en premier et ça m'a tenu en haleine jusqu'au bout.
David


ça m'a tenu en haleine jusqu'au bout    le 08/01/2017 à 03:36:32
ok, c'est sexuel
Lapinchien


tw
    le 08/01/2017 à 07:56:08
je n'ai pas précisé à qui appartenait le bout (ce n'est pas celui de Mill même si on parle ici de George Michael et que Mill et Moi sommes de Montpellier (l'équivalent français de San Francisco)) et si tu penses que je me livre à un exercice d'autosuçage en réalité, je t'assure que je ne suis pas intéressé, pas assez souple de toute façon et d'ailleurs ni mon bout ne refoule du bec pas plus que je ne rote mon propre foutre (une horrible occlusion testiculaire à mettre en cause si c'était le cas mais je n'en suis pas encore à ce stade) et quoi qu'il en soit l'agence buccogénitale française m'en soit témoin : BRAVO TU M4AS BIEN EU TOI ET TA R2PARTIE ARROGANTE §
Muscadet


site blog fb
    le 08/01/2017 à 08:29:28
Les bonnes adresses
http://www.gayviking.com/la-vie-gay-a-montpellier/
Lapinchien


tw
    le 08/01/2017 à 08:52:32
Je connaissais juste la villa rouge par contre je découvre un truc sympa qui ravira Cuddle et Kolokoltchiki, deux zonards de Puéchabon

"La Villa Loca : ce gîte 100% gay est situé à une demi-heure de Montpellier à Puéchabon exactement. Eric et Patrice vous accueille très chaleureusement dans leurs chambres d’hôte. Il y a une piscine, un jacuzzi. Le gîte est bien isolé et permet le naturisme. tarifs de 65 à 115 euros la nuit suivant la saison et la gamme de prestations (petit déjeuner compris). Pour les habitants des alentours, vous pouvez également profiter de la villa le temps d’une journée (15 euros comprenant la fourniture d’une serviette et une consommation non alcoolisée)"
Muscadet


site blog fb
    le 08/01/2017 à 09:33:17
On attend leurs retours sur expérience.
Lapinchien


tw
    le 08/01/2017 à 10:14:43
https://www.youtube.com/watch?v=VmUYnxlAaMo
Cuddle


fb
    le 08/01/2017 à 12:05:28
Donc j'ai enfin lu le texte et effectivement on a l'impression de lire une rubrique Voici, manque plus les photos de son chien et c'est parti. Même si Mill nous dit clairement qu'il s'en branle de George Michael, j'ai néanmoins ressenti une note nostalgique là-dedans. C'est vrai que ce n'est pas l'artiste qui m'aura marqué comme Bowie ou Prince mais ça fait quand même chier, 2016 se sera gavée comme une truie. Des icônes meurent et sont remplacées par des Louane, Frero delavega, Black M et j'en passe...
Une tragédie qui me fend le coeur.
Pour revenir au texte, le style familier ne me dérange pas puisqu'on est dans la discussion de comptoir et qu'il n'y a pas forcément besoin d'y mettre les formes. Perso, le passage sur Facebook (avant dernier paragraphe) m'a bien plu. (pouce en l'air)

Commentaire édité par Cuddle.
Cuddle


fb
    le 08/01/2017 à 12:09:02
"La Villa Loca : ce gîte 100% gay est situé à une demi-heure de Montpellier à Puéchabon"

Je reste sans voix O_O
Lapinchien


tw
    le 08/01/2017 à 15:03:57
Puéchabon est la nouvelle Sodome et Gomorrhe, bientôt un sévère concurrent au Cap d'Agde.

= ajouter un commentaire =



[Accueil]