LA ZONE -
Résumé : Le Scorbut fait ici l’apologie des beaux surfeurs décolorés qui hantent les pistes enneigées.

Le Scorbut à la neige

Le 25/02/2002
par Scorbut
[illustration] Que fait le Scorbut en vacances à la montagne ?
Il dévale tranquillement les pistes en profitant du soleil et de la poudreuse ?
Il regarde le soleil scintiller sur la glace à peine fondue en sirotant un vin chaud servit par une belle jurassienne à la poitrine généreuse ?

Il aurait bien aimé le Scorbut profiter de ce paisible tableau mais le principe du con c’est qu’il fait tout comme toi et que parfois même le con c’est toi (mais c’est une autre histoire).
Tout était pourtant bien parti :
Pas une station de fiotes (Je rappelle que la Lopette n’est qu’une pure vision de l’esprit torturé de Doc Adn), pas une station à la Courchemerde, à la Val Purins, à la Guigne. Non un petit village Suisse pour éviter le franchouillard en goguette, dans un petit chalet cossu pour le standing (Message personnel à mon percepteur : je ne bosse pas que pour payer tes impôts connard).
En bref un concentré de paradis pour des vacances bien méritées !

Je le répèterai devant un tribunal s’il le faut !
Devant Sainte Thérèse, c’est pas moi qui ai commencé !

Pour la petite histoire, le Scorbut a consacré sa semaine à pourrir la vie de ces jeunes branleurs de surfeurs en combis fluo qui se la pètent avec leurs surfs qui ont des Mickeys dessus.
Ceux la même qui n’ont rien compris à la nature, d’ailleurs, ils s’en foutent de la nature, ils ne sont pas là pour ça, ils sont là pour essayer des figures à la con sur la moindre petite bosse, ils sont là pour faire peur aux mômes et pour essayer de choper des gonzesses en cachant leur faciès de dégénérés congénitaux derrière des lunettes de stars et des bonnets que même un âne refuserait de porter.
Ces mêmes cloportes respectent tellement Dame Nature qu’ils clopent comme des cons sur les télésièges, sûrement pour se donner un semblant de prestance, ils balancent leurs mégots sur la neige sublime et immaculée et au passage sur mon fidèle pantalon Fusalp, un collector des années 80 !

Un petit coup de bâtons dans les mollets pendant les queues aux remontées, une petite godille pour effacer les traces de leurs passages avant qu’ils ne puissent s’émerveiller de la pureté de leurs virages, des arrêts interminables sur les bosses, les « Scuse, je t’avais pris pour un autre, j’connais un mec qu’à la même tenue que toi », … Toute la panoplie de la guerre psychologique a été mise en œuvre par le Scorbut pour faire comprendre à ces emmerdeurs que le tas de merde qui tient miraculeusement sur leur planche n’est rien d’autre que le même petit tas de merde qui se tire sur la nouille toute l’année en regardant à la lampe torche une photo déchirée de Douchka entourée de Donald et Plutot.

Moralité 1 : Faudrait voir à pas casser les rouleaux du Scorbut quand il a décidé de se décontracter les muqueuses !
Moralité 2 : Va faire du surf ailleurs !
Moralité 3 : Quand le Scorbut ne se repose pas en vacances, il revient tendu comme un arc !
Moralité 4 : Quand le Scorbut est tendu, ça chie … du cul (n’y voyez pas là une grossièreté gratuite, c’est juste pour la beauté de la rime).


= commentaires =


= ajouter un commentaire =



[Accueil]