LA ZONE -
Résumé : Exquisite corpse, also known as exquisite cadaver (from the original French term "cadavre exquis"), is a method by which a collection of words or images is collectively assembled. Each collaborator adds to a composition in sequence, either by following a rule (e.g. "The adjective noun adverb verb the adjective noun." as in "The green duck sweetly sang the dreadful dirge.") or by being allowed to see only the end of what the previous person contributed. It became a game designed by Hag and it evolved as a MEUPORG played by the fringe of zonard called "the happy fiew" that connected their brain to become a single entity named "HaiKulysse" and sometimes also called the "Teratochiard" or "Teratopoupon" when he was young. Welcome to the reverse deep nightmaring of Burroughs. But why the fuck am I suming up in english ?

Africanisme !

Le 01/02/2018
par HaiKulysse
[illustration] Rapidement, se fermant à contre-courant et issue d'une équation à peine résolue, nous liant pour toujours aux jacinthes kafkaïennes, elle nous avait bien requinqué la digitalisation de ces corps de femmes nues, imaginées pour nous comme des silhouettes d'origine africaine. Ces jeunes filles expérimentaient à l'orée du bois d'autres existences entre leurs cuisses enfantines...
Entre temps j'avalais cinq pilules de la drogue Leao. Le philosophe chinois m'avait dit d'essayer alors pourquoi pas ?
Ce fut le début d’une nouvelle, d’une histoire d’amour, loin de tout néo-réalisme pâle et sanglant.

A ce moment là, des extraits de pigeons (de colombes ? de corbeaux ? de perroquets ?) remontèrent à la surface de ces eaux stagnantes, avec cette bande de loosers qu’elles fréquentaient depuis leur tendre enfance.
Parmi eux, un jeune homme rebelle, aux longs cheveux crasseux, leur inspirait quelques poèmes en réunissant les feuillages des ombres noires autour de nous.

Autour de nous aussi, des insectes, qui tout en pétrissant nos testicules, brûlaient nos oreilles-coupées et nos pipes d'opium ! Pour coudre nos paupières, ils mélangeaient, en éventrant la gueule d’un crocodile, une centaine de friandises polaires, des brins de soleil, un monde d’orties et nous tous dedans ; nous tous dedans comme dans une cité légendaire menacée d’extinction et pourtant hors de portée des rats ou comme coincés entre les deux gencives altérées de ce crocodile calcifié !




Un crocodile des tropiques qui, en montant à la cime d’un arbre cure-dents déclenchant du haut de ces branches des avalanches, embrasait sa perspicacité soucieuse comme si il se recueillait après le départ de notre fusée, brûlant à nos dépends son jeune âge opalescent !

L’un de nous, ce troll de Scentless, sous l’éclairage crémeux du schiste argileux de son dentifrice, décodait pour nous les vagues matricielles provenant et s’échappant hors de notre mental, vulgarisait pour nous le langage ubuesque d’étranges musiques chuchotées : un véritable enseignement !
Mais quelque chose clochait dans notre fusée : une nouvelle divinité, en exploitant selon nos diverses techniques africanistes son ovoïde organisme chaud comme le punch, cascadait les plates-formes de notre domicile céleste ; une lueur sacrée entourant ses hélices sur son crâne en manque d’outil étymologique !

Et de surcroît, en scarifiant nos paupières chloroformées désormais, en débouchant aussi nos bouteilles de vodka chromées avec un tire-bouchon, la divinité de cette nuit nous avait transféré par un branchement électrique, grégorien, aussi obsédant que sobre, dans la gueule de ce crocodile changeant les glouglous de nos alcools par le chant d'un ténor scandinave crucifié jadis comme le Christ !

= commentaires =

Lapinchien


tw
    le 01/02/2018 à 21:00:06
le transfert automatique des images ne fonctionne plus sur Facebook. Probablement du vaudou.

= ajouter un commentaire =



[Accueil]