LA ZONE -
Résumé : Tulia s'est chargée de la suite de l'article de nihil pour la Saint-Con avec cet article dans la droite lignée, avec le même humour déjanté, la violence et la débilité incluses, un excellent article à crever de rire en somme, à lire absolument. Image retouchée par Ocus. Article vainqueur de la Saint-Con 2003.

Road-movie à Con-Land 2

Le 10/04/2003
par Tulia
[illustration] 9 avril - 18h15
Je quitte le boulot après une dure et harassante journée pendant laquelle je n’ai strictement rien foutu d’autre qu’établir ma stratégie pour la Saint Con. Mon directeur technique essaye de me bloquer dans son bureau pour me parler de mon attitude agressive envers mes collègues mais j’arrive à faire diversion en lui hurlant : « Fais pas le malin avec moi aujourd’hui. Oublie pas que demain on est le 10 avril !!!! ». Il a pas trop l’air de capter mais le temps qu’il réagisse, je me suis déjà enfuie en descendant l’immeuble en rappel par la fenêtre de son bureau. Je monte dans ma voiture et je démarre en trombe direction la caserne de pompiers la plus proche. Dans ma précipitation, j’oublie de détacher la corde du baudrier qui m’enserre le cul et je me retrouve à traîner derrière ma bagnole toute l’encadrure de fenêtre à laquelle j’avais attaché l’autre extrémité de la corde. Après quelques virages, je me rends compte qu’en calculant bien mon coup, je peux shooter un max de piétons avec ça. Mode Carmaggeddon II ON.
18h25
Arrivée à la caserne de pompiers de Versailles. Là, il va falloir la jouer fine. J’agrippe un jeune et beau pompier : « Bonjour. Voilà, j’imagine qu’on doit pas vous demander ça tous les jours mais j’aurais besoin d’une combinaison anti-feu ». Son air interloqué ne me surprend guère et pour donner un plus de crédibilité à ma requête, je rajoute : « Vous comprenez, demain c’est le 10 avril et je vais mettre ma vie en péril, je suppose que vous vous en voudriez toute votre vie si vous étiez responsable de la mort d’un être innocent et sans défense ». Comme il ne sait toujours pas trop quoi répondre, je lui adresse mon regard aguicheur accompagné d’un mouillage sensuel de mes lèvres avec ma langue, puis je m’approche de lui pour lui glisser à l’oreille : « J’ai toujours rêvé de baiser dans un camion de pompiers ». Bizarrement, là il a l’air de beaucoup mieux comprendre ce que je raconte. Il m’entraîne dans un des camions garés dans le hangar, se désape et me dévoile une queue de la taille équivalente à celle d’un petit cochon de lait. Je sors ma pelote de laine et mes aiguilles à tricoter de ma poche pendant qu’il commence à me sauter mais arrivée à la 6e maille, je l’entends pousser un cri ressemblant vaguement à une toux de vieux cheval emphysémateux. Puis il se relève et se rhabille en me disant : « Je suis sûr qu’on t’avait encore jamais baisé comme ça salope ». Non, en effet… Bon, en même temps, j’étais pas venue là pour prendre mon pied mais pour me procurer une combinaison anti-feu. Je balance celle-ci sur le siège arrière de la Tulia’s Faucheuse Mobile et je repars en trombe direction le Tulia’s Taudis.

19h
Je roule à 150 km/h sur la Nationale 10 quand je me rends compte qu’il y a tout plein d’autres voitures qui ont décidé de s’arrêter en plein milieu de la route, bloquant les trois voies de circulation. J’accélère en klaxonnant, en faisant des appels de phares et en zigzaguant pour donner un mouvement ondulatoire à mon encadrure de fenêtre sur laquelle est restée accrochée une vieille qui tient encore son yorkshire toy en laisse. Les voitures devant moi s’écartent et je me faufile en sursautant chaque fois que ma remorque à viande cogne contre une bagnole.

19h15
J’arrive enfin en bas de mon immeuble. Je gare la voiture, je ramasse les restes de vieille et de yorkshire et je rentre chez moi. Je fous le clebs au four et la vieille dans la gamelle du chat.

19h30
Bon c’est pas le tout de rigoler mais va peut-être falloir que je commence à mettre mon plan en pratique si je veux que tout soit près pour demain. Je me connecte sur Internet et j’envois un message ICQ à Viper pour lui proposer de l’inviter à bouffer le lendemain soir. Comme il se souvient à peine de l’adresse de La Zone, il ne se doute en aucun cas qu’il s’agit là d’un piège diabolique visant seulement à remporter la Xbox en bois du 18e siècle de La Flibuste en brûlant pour la Saint Con un symbole, une légende vivante : le cul de Viper. Il accepte mon invitation et on se donne rendez-vous chez moi à 20h le lendemain.

19h45
Je me fous à quatre pattes dans la cuisine pour bouffer la vieille dans la gamelle du chat et je balance le chat dans le four avec le yorkshire.

20h
Je m’affale dans mon canapé pour matter le journal. Blablabla la guerre en Irak blablabla les américains et les anglais se font mutuellement sauté la gueule blablabla une Fiat Punto noire folle renverse 28 piétons dans les Yvelines, bilan : neuf morts dont deux dans un état grave blablabla le CAC40 est en hausse de 0,4% blablabla merci d’avoir suivi cette édition, retrouvez tout de suite la météo d’Evelyne Dhéliat. Je suis choquée… Pas un mot sur la Saint Con… Je m’abrutis de pubs en attendant la météo, des fois qu’ils en parlent pendant l’éphéméride. Et là, horreur et damnation : demain c’est la Saint Fulbert. Je n’ose imaginer que de pauvres gens sans défense puissent être frappés de la malédiction de porter un prénom aussi ridicule mais là n’est pas la question. Il semblerait que les médias ne soient pas encore avertis des évènements qui se préparent. Tant mieux. Personne ne nous verra venir, nous Zonards, avec nos chalumeaux et autres lance-flammes. D’ailleurs, en parlant de ça, faudra pas que j’oublie d’aller chercher le matériel que j’ai commandé il y a trois mois exprès pour cette occasion et que j’entrepose depuis dans ma cave. J’aurai l’air con si je devais cramer le cul de Viper avec un briquet.

21h
Je retourne sur mon PC et je décide d’aller faire un tour sur le chat des Bisounours histoire de me mettre un peu en forme pour le lendemain.

21h02
Je suis bannie du chat des Bisounours et après quelques déconnections / reconnections pour changement d’IP pour revenir les faire chier, je vais jouer à Baldur’s Gate 2 dans lequel j’abuse des baguettes de feu et des sorts de mains ardentes, boule de feu, colonne de feu, invocation d’élémentaux de feu et souffle du dragon, je sais pas trop pourquoi…

10 avril - 1h15
Je vais me coucher. Il faut que je sois en forme pour demain. Je fais ma prière : « Maître nihil, grand gourou de La Zone, insuffle moi la force d’amener à bien mon plan, donne moi le Fire Power et sache qu’à neuf jours près, c’est toi qui y passais. Amen » et je plonge sous ma couette.

7h15
Le réveil sonne. Contrairement à mon habitude, je me lève d’un bond en criant : « C’est aujourd’hui ! » puis je file à la salle de bain en faisant des pas chassés. Je m’habille et je pars au boulot.

8h50
Je gare ma voiture sur le parking de la société, j’enfile ma combinaison anti-feu et je décroche l’encadrure de fenêtre grâce à laquelle j’ai du encore renverser une bonne douzaine de piétons pour mon petit-déjeuner. En arrivant à mon bureau, je crie encore : « C’est aujourd’hui !!!!!! ». Mes collègues me regardent plutôt étrangement. L’un deux me sort : « C’est la journée spéciale Michelin aujourd’hui ?
- Non c’est la Saint Con et t’as de la chance, j’ai déjà choisi mon con mais je prends une option sur toi pour l’année prochaine. »
Mon directeur technique entre au même moment dans le bureau et avant qu’il ne dise quoi que ce soit, je lui tends sa fenêtre en disant : « Je vous l’ai rapportée, on sait jamais, je pourrai avoir encore besoin de m’en servir pour m’enfuir ». Il a l’air furax. Il me convoque dans son bureau demain matin à 9h, je lui réponds que demain matin je serai peut-être morte et lui très probablement aussi, d’autant plus qu’il a pas de combinaison lui.

12h
Après avoir passé la matinée à essuyer les moqueries de mes collègues sur ma tenue vestimentaire et à transpirer comme une sauvage dans cette combinaison à la con, je décide d’improviser un repas dans la plus pure tradition de la Saint Con : steak flambé au whisky et crème brûlée.

15h
Il fait vraiment trop chaud dans cette combinaison, je décide d’y déverser le contenu d’une bouteille d’eau fraîche. Je me retrouve à faire floc-floc quand je marche, ce qui n’étonne plus personne depuis belle lurette.

18h
C’est l’heure de partir. Je cours dans tous les sens dans le bureau en sautant et hurlant : « C’EST AUJOURD’HUI !!!! », je crois que tous mes collègues ont hâte que je me casse. J’accroche mon parachute à mon dos et je saute par la fenêtre. Ce qui est con, c’est qu’en sautant du deuxième étage, on a pas le temps d’ouvrir un parachute, je m’écrase donc lourdement sur le bitume du parking. Je ramasse mes restes et les installe au commandes de la voiture : main gauche sur l’embrayage, genou droit sur l’accélérateur (j’ai fait enlever la pédale du milieu, elle prenait de la place pour rien puisque j’ai jamais compris à quoi elle servait), bouche sur le levier de vitesse et pieds pour tenir le volant. Nickel, il me reste même les oreilles de disponible pour me fumer une clope.

18h35
J’arrive chez moi, enfin. J’enlève enfin cette satanée combinaison qui ne m’aura servi à rien du tout sinon à me faire brûler par l’intérieur au lieu de me protéger du feu venant de l’extérieur et je descends à la cave pour chercher mes accessoires, je remonte le tout à l’appart et je commence mon atelier d’alchimie rigolote. Je fais le récapitulatif de mes ustensiles : un god en métal, un four de maréchal-ferrant, une bouteille d’alcool à brûler, une de Muscat et une de Bailey’s, des feutres, un jeu de fléchettes, des morceaux de tissu, un forceps, des bougies, des allumettes. Je place le god dans le four que je planque temporairement sous mon évier dans la cuisine, à côté des feutres et du forceps. Je découpe de petits morceaux de tissu que j’enfile par la pointe des fléchettes et je dispose ensuite joliment sur la table du salon la bouteille de Muscat et celle de Bailey’s. Je planque les fléchettes améliorées et la bouteille d’alcool à brûler sous mon canapé.

19h30
Je commence à préparer la bouffe, je fais même un vrai truc à manger pour pas éveiller ses soupçons avant le moment fatidique : des spaghettis bolognaise (de toute façon, il saura pas faire la différence entre du bœuf et de la vieille dans la sauce).

20h05
Viper arrive chez moi, presque à l’heure. Je lui propose qu’on se boive un petit apéro avant de commencer à manger. Je sers deux verres de Muscat et nous buvons en évoquant de vieux souvenirs communs.

20h30
La bouteille de Muscat est vide. Avant d’attaquer le Bailey’s, je vais mettre de l’eau à bouillir pour les spaghettis et Viper nous roule un pétard. On commence à déconner sur notre sujet favori : le cul. On part dans le délire crétin de s’associer tous les deux pour monter une société de services : SansHole, entreprise de désanussage. Il se lève et crie : « Mal au fion ? Hémorroïdes ? N’hésistez pas votre SansHole !! ». C’est fou ça, même quand il parle, il fait des fautes d’orthographe. J’avoue qu’on commence à être pas mal ravagés mais on a vu largement pire. On continue donc notre trip et on imagine une carte de formules avec une grille de tarifs. Alors qu’il me propose des méthodes aussi diverses et variés que le couteau économe ou la scie à métaux, je lui réponds que c’est complètement idiot puisqu’on enlève pas un trou en creusant autour. Je lui suggère donc plutôt des méthodes telles que le coulage de plâtre pour un désanussage temporaire ou le coulage de béton pour un définitif et permanent. Il me met alors en garde contre le risque d’éclatement des sujets traités. Mon petit sourire en coin lui fait comprendre que ce serait d’autant plus marrant.

21h30
L’eau pour les pâtes s’est complètement évaporée. Je reremplis donc la casserole et la refous sur le feu. Pour gagner du temps, je mets en route le four du maréchal-ferrant avec le god à l’intérieur. Pendant ce temps-là, Viper roule à nouveau et on se sert les deux derniers verres de Bailey’s avant de jeter la bouteille par la fenêtre. Quand l’eau bout, je fous la bolognaise dedans et je mets les spaghettis crus dans la machine à laver avec une noisette de beurre, thermostat 8, sans prélavage.

22h
J’allume les bougies dans le salon et je m’installe dans le canapé. Viper me demande quand est-ce qu’on va baiser et je lui réponds : « Bientôt mais on va juste faire un truc avant. En ce moment sur La Zone, y a un événement assez particulier et on a besoin d’une publicité forte et le seul support qui a jusqu’à présent porté ses fruits, c’est ton cul ». Il commence à se défroquer et je me relève en prétextant aller chercher de quoi écrire. Je vais à la cuisine, je fous les feutres dans ma poche et je sors le god du four en le tenant fermement avec le forceps. Comme prévu, le métal du god est bien chaud et rouge, je retourne au salon où Viper m’attend déjà penché en avant et le pantalon au bas des chevilles. Il est trop bourré pour se rendre compte de ce que je trimballe dans la main. Je m’assois derrière lui, je sors un feutre et j’écris de la main droite sur son cul tout en tenant le forceps de la main gauche : « BONNE SAINT CON ! ». Puis je lâche le feutre, je change le forceps maintenant le god chaud de main et je le lui enfonce bien profond dans le cul. De la fumée s’échappe de son cul, il y en a aussi qui s’échappe de sa bouche mais j’arrive pas à déterminer si c’est la fumée du pétard ou celle de son rectum en train de brûler qui est remontée. Il hurle en sautant dans tous les sens. Pendant ce temps-là, je sors mes fléchettes et ma bouteille d’alcool à brûler de dessous mon canapé, je trempe le tissu des fléchettes dans l’alcool et j’y fous le feu ensuite avec les bougies. Opération précision, je vise le cul de Viper. C’est pas facile facile, il arrête pas de bouger dans tous les sens. Après quelques ratés (une dans le mur, deux sur la moquette et une dans mon dos), j’arrive enfin à viser sa fesse droite. Il pousse à nouveau un cri. Je m’amuse comme une petite folle. Je suis pas super douée en précision mais je sens que ça vient. Quand j’ai plus de fléchettes, je déverse directement le reste du contenu de la bouteille d’alcool à brûler sur son cul et j’y fous le feu. Il s’enfuit de chez moi en hurlant et en m’insultant.

23h
J’éteins le feu qui s’est propagé sur ma moquette et je me bouffe mes spaghettis à la bolognaise.

23h15
Je vomis les spaghettis, la sauce, le Bailey’s et le Muscat sur la moquette du salon. Je ramasse et je fous tout dans un tupperware pour le lendemain.

23h30
Je vais voir sur le site de La Zone histoire de voir comment les autres s’en sont sortis et quels sont les survivants.

23h35
J’entends qu’on frappe à ma porte. Merde… Il reste encore 25 minutes de 10 avril, faut que je reste prudente. Je renfile ma combinaison anti-feu et je rallume une de mes fléchettes puis j’ouvre la porte d’un air menaçant. C’est une de mes voisines. Elle venait sûrement pour me demander de faire moins de bruit mais je crois que ma dégaine l’a dissuadé à tout jamais de s’approcher de moi à moins de cinquante mètres si il n’y a pas au moins vingt centimètres de béton entre nous deux.

00h00
OUAIS JE SUIS ENCORE VIVANTE, A L’ANNEE PROCHAINE !!!!

= commentaires =

Gwen


Pour nihil...    le 10/04/2003 à 13:16:02
... c'est loupé pour la moquette : Tulia l'a déjà abîmé. Tu vois, t'aurais pu la choisir finalement, ça ne change rien à l'histoire : t'auras un appart' avec une moquette dégueulasse...
Tulia


...    le 10/04/2003 à 13:18:21
Et ben nan parce que ce que nihil savait pas quand il a écrit son article, c'est que je vais faire poser un parquet donc on s'en fout de la moquette.

#Mode 3615 ma vie est top passionnante OFF#
OcuS a tulia    le 10/04/2003 à 13:37:36
oué bah tu fra gaffe a pas faire bruler un con chez toi l'an prochain....

le parquet ca brule bien......
viper     le 10/04/2003 à 20:03:18
bon alors belle mort pour mon cul qd meme, mais je tiens a signaler que ce n'est pas un gode qui me fais peur, je te signale que dans mon cul, tu en a foutu plus d'un SALOPE,et puis se faire chauffer le fion comme ca pourquoi pas c une bonne idée la non??? bon sinon et bien maintenant que j'ai vu ca je viens encore plus vite chez toi car la il est 20H et je suis deja en retard,

PS : j'aurai preféré que tu utilise du sky pour me flamber.
PS 2 : Si tu crame mon cul et bien c la mort de toutes les jouisseuses et baveuse qui se masturbe en me regardant sur LAZONE

sur ceux bonne fete a moi et a tous les autres cons.

#MODE J'ECRIS BIEN AVEC DE LA PONCTUATION OFF#
Black-Angel x    le 18/04/2003 à 20:02:39
y'en a d'autres des photos de cul comme là-haut ? si oui contactez-moi à cladieu@hotmail.com
Merci.
Tulia


...    le 22/04/2003 à 10:51:18
Donc c'est confirmé, Clad is gay !!!!!!

Pour les fans inconditionnels du cul de Viper, merci d'aller consulter "Le cul de Viper" et "Le retour du cul de Viper" dans les galeries de La Zone, accessibles après 25 minutes de méditation, ensuite il faut se mettre sur la page d'accueil du site, donner à haute voix le mot de passe "PARADIGME" en regardant le logo jaune (bien le faire, sinon ça marchera pas) puis cliquer sur le dernier article, le lire à l'envers (de bas en haut et de droite à gauche), faire une courte dissertation en 666 mots écrite à la main pour résumer l'idée principale, le fil conducteur du texte et en extraire l'essence, rouler la feuille sur laquelle se trouve la dissertation et la fumer puis cliquer sur le bouton "Forum", s'inscrire si ce n'est déjà fait et spammer nihil de mini-messages bien débiles (157 devraient suffir) puis revenir sur la page d'accueil de La Zone et cliquer sur le bouton "Galeries", fermer les yeux et se concentrer très fort en pensant que la drogue c'est mal et aller pisser.

Voilà !! Facile, non ?

= ajouter un commentaire =



[Accueil]