LA ZONE -
Résumé : Premier texte d'un auteur inconnu, de la fiction psychopathologique de type zonard. Un peu de violence, un peu de sexe, un peu de maladie mentale et une excellente intrigue, bref tous les ingrédients sont là pour un super premier texte. On en espère d'autres.

Scène de ménage

Le 13/06/2003
par Kirunaa
[illustration] Je suis fatigué.
La journée a été chaude, longue, et humide. Tout ce que je déteste le plus. Sans compter l’autre conne dont je ne peux pas me débarrasser…. Après toutes ces années, je devrais m’y être fait... Pourtant je l’aimais bien au début... Elle était… attachante. Oui, c’est ça : attachante. Maintenant elle est devenue collante. Peut-être la chaleur de ce pays de merde… avec l’humidité et la chaleur, elle est devenue collante. J’en peux plus, elle me sort par les yeux. Il va vraiment falloir que je trouve un moyen de m’en débarrasser. Et cette putain de moiteur environnante ! Bordel !
Je regarde l’orage qui se prépare au loin. Il a encore fait chaud aujourd’hui. Au début, j’avais du mal avec le climat, mais maintenant ça va. Je sens qu’il est encore énervé. Je ne sais pas pourquoi, peut-être justement le climat ? Il est toujours nerveux avant un orage. Pourtant je me sens bien avec lui. Je n’envisage plus de me séparer de lui. Bien sur, il a aussi des cotés difficiles à vivre, mais il faut bien faire des compromis. C’est vrai qu’il a fait chaud aujourd’hui ! Et humide ! A moins que l’orage ne se déclenche, la nuit va être lourde.

Je déteste avoir chaud, ça me pète les couilles. Et si j’allais me baigner ? Non, je suis sûr que toutes les bourges bouffio-siliconées de la région auront eu la même idée. Sans parler des leurs gniards. L’étalage de viande avariée, merci, mais non-merci. Et ça ferait trop plaisir à l’autre. Je la vois déjà avec son sourire réjoui, tous les mâles en chaleur lui traînant autour, bavant laborieusement une drague pathétique à faire mourir de rire n’importe quel neurone… sauf que cette conne a plus de neurone depuis longtemps. Putain, mais qu’est ce que je donnerais pas pour m’en débarrasser !

Je sens une goutte de sueur rouler sur ma tempe, caresser ma joue, passer l’angle de ma mâchoire, ruisseler sur mon cou, avant de se glisser insidieusement entre mes seins. Le temps n’aurait pas été aussi menaçant, je lui aurai bien demandé d’aller se baigner. Je sais qu’il déteste ça, il y a trop de monde pour lui là-bas, et les gens nous regardent. Il n’aime pas être observé. Il n’aime pas que je sois observée. Je crois que prendre une douche est une meilleure solution. Je vais l’y attirer doucement, il ne me résistera pas. Je saurai bien l’amadouer.

Et merde ! Cette salope m’a encore eu ! Je voulais rester sur mon pieu, mater une connerie quelconque à la télé, et me voilà dans la salle de bains ! Encore en chaleurs ma parole ! Et toujours ses sourires aguicheurs que je ne peux plus supporter ! Mais putain qu’est ce qu’elle va encore inventer ?

Je suis nue dans la douche. Le miroir en face, sur la porte me dit que ses yeux sont posés sur moi. Il voulait rester à regarder son film, mais finalement il a accepté de venir. Je suis contente, j’aime son regard. J’y lis toutes les émotions qu’il tente de réfréner. L’eau fraîche me caresse doucement, mes mains suivent les contours de mon corps, mes seins se gonflent de désir. Derrière la vitre, dans le miroir, je me noie dans son regard brûlant.

La salope, putain, la salope ! Elle va encore me refaire le coup de la douche ! Je hais cette barrière entre nous ! Elle sait que je ne peux rien faire ! Que je suis comme prisonnier à l’intérieur de ce corps qui n’est plus le mien ! La chienne ! Ses mains, qui enchaînent les chorégraphies de mouvements lascifs sur son ventre, ses hanches, ses fesses… Ses doigts qui caressent ses seins et ses cuisses ! Et ce corps qui m’empêche de bander ! Mais arrête ça ! Tu sais bien que je n’ai qu’une seule envie, c’est de te sauter ! Arrête de me provoquer, salope !

Son regard me brûle, et fait monter en moi des ondes de chaleur insoutenables. Mes doigts suivent ses yeux, comme ses yeux suivent mes doigts.

Je veux te baiser, salope !

J’ai tellement envie de lui !

Pourquoi est ce que je ne peux pas ?

Mes doigts effleurent mon clitoris, et un spasme fait onduler mon corps sous le plaisir.

Elle va jouir sous mes yeux !

Je veux l’orgasme !

Elle se caresse comme une hystérique ! Je la vois qui cherche un objet à s’enfoncer dans la chatte ! Et moi qui ne peux rien ! Je voudrais la butter de me posséder comme ça !

Oh ! Je voudrais tellement qu’il puisse me baiser ! Les ondes se rapprochent, si je n’arrête pas je vais jouir !

Elle ne contrôle plus rien, c’est le moment d’en finir !

Le plaisir absolu m’envahit ! Je sens les convulsions de bonheur qui me secouent irrésistiblement !

Tu vas crever, salope ! Je vais te butter ! Je vais t’éclater la tête sur les tuyaux ! Vas-y, secoue-toi dans tous les sens, prend ton pied, ça sera le dernier ! Et maintenant, rejette la tête en arrière, le plus violemment possible ! Comme pour mieux profiter du plus haut de ton plaisir ! ET CREVE ! QUE JE SOIS ENFIN DEBARRASSE DE TOI !

Un choc à la base du crâne…le silence m’envahit… je ne sens plus rien… je n’entends plus rien… je suis fatiguée… et je suis seule… il n’est plus dans ma tête ? L’Autre ?

Enfin terminé… elle est morte… nous sommes morts…

= commentaires =

Arka     le 13/06/2003 à 20:43:20
Le post ci-dessus laisse penser que Nihil laisse sa schizo se développer et commence à poster sous des pseudos différents, non ?
nihil


void    le 13/06/2003 à 20:46:11
Je vais finir par me tabasser si je continue à raconter des conneries comme celle du post juste au-dessus
nihil


void    le 14/06/2003 à 13:33:27
Franchement c'est pas désagréable aussi d'avoir des trucs un poil plus doux de temps à autre, on a tout le temps tendance à tenter de taper le plus fort possible, c'est bien, mais de temps en temps, un peu de trucs comme ça ça fait du bien
Arka     le 14/06/2003 à 18:11:39
Ah ouais, carrément d'accord là ! Le titre laisse vraiment à désirer. D'ailleurs, c'est pareil, pour l'image, moi j'aurais plus vu un visage androgyne tout en jeu d'ombres et de lumières, et pour la police, quelque chose d'un peu moins précis, qui exprimerait davantagele côté double. Aussi, le bleu nuit de l'intro est pas vraiment adapté à l'ambiance globale, ç'aurait peut-être été plus judicieux de choisir un ton cuivré.
onsentape     le 15/06/2003 à 02:34:54
j'adore les commentaires,miam je vous aime
Kirunaa


héhéhé...    le 16/06/2003 à 11:20:12
hum, dis donc Colombo, tu sais ce qu'il te dit le pseudo d'on ne sait ou ? Hein ?

...

Il te dit bosse ta géo un peu.
Kirunaa


    le 17/06/2003 à 09:38:21
Spon tannée ? C'est qui cette Spon ? Un groupe de musique ? Un auteur ? Une actrice ?
Tannée par qui ?

je sais, c'est mauvais. Ca arrive aussi.
MantaalF4ct0re


    le 28/05/2006 à 18:55:15
J'aime beaucoup ce texte, ça sent le vécu(l)...et écrit par une nana qui sait qu'elle n'a que son corps pour garder son mec, c'est encore plus pervers..
Aesahaettr


    le 03/07/2008 à 19:08:34
up

= ajouter un commentaire =



[Accueil]