LA ZONE -
Résumé : Un article entre l'obscur et le débile, qui vole pas spécialement haut mais n'en avait pas l'ambition. Ca aurait pu faire une nouvelle sombre correcte mais ça dérape vite vers du pas trop sérieux. Ca a un peu le cul entre deux chaises, mais ça se laisse lire, sans plus. Une vision de l'enfer qui donne envie... un peu.

Pandemonium

Le 30/10/2003
par Aka
[illustration] Même s’il avait horreur du noir, la chaleur confortable de l’endroit où il se trouvait le rassurait. Mais au fait, où était-il ? Rien à foutre.
Il se sentait bien allongé à même le sol. La douce moiteur de la pièce lui procurait une sensation de fatigue agréable, l’envie de se laisser aller. Au loin, des coups sourds tel des battements de cœur le berçaient, se répercutant dans les murs qui l’entouraient et dans son corps. A force de fixer le peu de conscience qui lui restait sur ce bruit répétitif, il comprit que c’était en fait l’écho d’une musique qui devait se jouer dans une pièce voisine de celle où il se trouvait. Ca éveillait sa curiosité et il découvrit que les ténèbres dans lesquelles il se trouvait n’étaient dues qu’à ses yeux fermés. Il entreprit de les ouvrir.
Un couloir. Des murs gris. Pas beaucoup plus de lumière au final. Mais au bout de ce couloir… Une lumière rougeâtre apparaissait. Les battements venaient de là-bas. Un sentiment de plénitude l’envahit. Il ne savait pas ce qui se trouvait après cette bifurcation, mais ça avait l’air de valoir sacrément le coup. Des ombres se dessinaient au loin. Des corps se fondant les uns dans les autres grâce à la magie de cette étrange musique. Des êtres se mélangeant, se démêlant dans des gestes lancinants, mis en mouvement par un rythme les réunissant. Il n’avait qu’une envie : qu’ils viennent le chercher. Devenir une ombre aussi pour se fondre le long de ces murs gris, ne faire qu’un avec les autres, se donner entièrement dans une extase infinie. L’attraction de cette perspective était plus forte que cette somnolence qui l’habitait et il ordonna donc à ses jambes de le porter jusqu’à cet endroit.
Plus il approchait, plus la sensation de fatigue disparut. Une excitation sourde envahissait tout son être. Les battements de son cœur s’accéléraient. Il avait envie de crier, de chanter, de courir, de pleurer. Putain qu’est-ce qu’il se sentait bien, aussi bien qu’il ne l’avait jamais été. Encore quelques mètres avant de découvrir ce qui se cachait dans cette lumière rouge. Il était en route pour le paradis, il en était sur, ça allait être le pied.
« Merde mais qu’est-ce que c’est que ce truc ?! » Il était dans une pièce immense. Non pas une pièce. Une grotte ? Ouais un truc dans ce genre. Les ombres qu’il avait perçues quelques secondes avant était désormais matière sous ses yeux. Les plus belles femmes qu’il n’avait jamais vu, des hommes d’une magnificence qui n’était même pas imaginable. Tous ces êtres se frottaient, se mélangeaient au rythme de la musique qui était désormais assourdissante. Ils se laissaient tous porter par ce son dans des expressions quasi orgasmiques. Lui-même commençait à se sentir comme transporter. Son corps, son esprit flottaient. Bon ok, ces personnes n’étaient apparemment pas humaines. L’éclat de leurs yeux rouges, les excroissances qui leur servaient de queues, les cornes sur leur tête… Tout cela n’était pas très normal, mais il ne se sentait pas en danger. Puis son regard croisa celui d’une de ces créatures. Une splendeur à vous faire mourir dans la seconde. La couleur de ses longs cheveux noirs faisait ressortir l’incandescence de ses yeux. Elle lui sourit et se dirigea vers lui.
« Bon là je suis dans la merde » Impossible de faire demi-tour, ses pieds étaient comme ancrés dans le sol. Il allait se faire déchiqueter sans pouvoir émettre le moindre mouvement de rébellion. La créature se planta devant lui, le transperçant de ses yeux. Il se sentait mis à nue face à ce regard qui scrutait son âme. Il n’avait plus peur de mourir. Mais au lieu de le tuer, elle se pencha vers lui et lui offrit le baiser le plus langoureux qu’il n’avait jamais connu, frottant ses seins contre son torse. Puis, sans une parole, elle lui saisit la main et l’amena parmi ses congénères afin qu’il participe à leurs danses et leurs ébats.
Plus rien n’avait d’importance. Le temps n’existait plus. Son corps n’existait plus. Son esprit n’existait plus. Seuls comptaient cette femme, tous ces êtres s’entremêlant, cette musique enivrante, ce sentiment extatique qui l’animait. Il était arrivé dans les recoins les plus reculés de son être lorsqu’un homme gigantesque apparut devant lui.
« Tu dois nous quitter maintenant.
    Ah mais tu serais pas Satan toi ?!
    Tu as compris ce que je t’ai dis ? Tu dois partir…
    Ah bah non, pourquoi ? Je me sens si bien ici.
    Tu n’es pas à ta place ici, c’était une erreur.
     Et si je refuse, il se passe quoi ?
     Tu souffriras pour l’éternité. Je m’occuperai personnellement de toi… »
Prince des Ténèbres ou pas, il devait sauver sa place au sein de sa nouvelle communauté. Se dressant sur la pointe des pieds, il décida d’étrangler celui qui avait essayer de s’interposer entre lui et sa nouvelle vie.
« Putain mais t’es con ou quoi ?! » Il avait du serrer un peu fort, Lucifer avait désormais la voix d’un ado de quinze ans.
« Sérieux t’es pas fini toi ! T’as faillit me buter putain ! Quand on supporte pas la dope on en prend pas bordel ! »
Il avait soudain comme un moment de doute sur son interlocuteur jusqu’à ce que la connexion se fasse dans son cerveau. « Ah bah merde Jérôme t’es là aussi? Comment t’as réussi à rentrer ? Il t’a pas refoulé Lucifer ? » Des éclats de rire fusaient derrière lui. Il implorait secrètement ses neurones de se mettre à fonctionner dans la seconde.
La chambre de Jérôme. Ses potes. Tous défoncés. Jérôme apparemment calmé le regardait, sourire ironique au coin :
« Bienvenue dans le monde magique du LSD mon pote »


= commentaires =

Lapinchien


tw
    le 30/10/2003 à 13:25:39
le blé germé attaqué par des champignons c'est mal ! Ils arrêtent pas d'en parler sur Arte en se moment, y a quelques jours reportage sur les sorcières et le moyen Age... apparment tous les paysans étaient foncedé en permanence à cause de leur blé pourri... ils partaient tous dans des délires pensant qu'ils volaient ou qu'ils se transformaient en loup garous...

Dernière pub TV en date, y a deux jour. Le LSD aurait été conçu par la CIA pour s'en servir de serum de verité sur les agents russes...

merci Arte
Arkanya


    le 30/10/2003 à 13:30:10
Putain, trop fort, alors la voilà l'explication de cette scène débile de Matrix II ??? En fait l'oracle c'est un dealer et Néo un toxico, tout s'explique.
lapinchien     le 30/10/2003 à 13:40:10
ouais le cril monocélulaire blanchâtre et pateux c'est hallucinogène, donc mal aussi..
Arkanya


    le 30/10/2003 à 13:52:57
Ils consomment du cril monocélulaire blanchâtre et pateux dans Matrix ?
Lapinchien


tw
    le 30/10/2003 à 14:19:05
ben c'est la seule nourriture qu'y zont ... t'as pas vu le un ? heu sinon ne croyez pas qu'on parle pas du texte en ce moment... on est en plein trip
Arkanya


    le 30/10/2003 à 14:38:46
Au fait, il te reste un bout du radiateur ? J'ai la dalle là
Kirunaa


    le 31/10/2003 à 14:47:19
Les substances chimiques c'est mal.

Les substances naturelles... apres tout, la nature s'est faite chier à mettre des millions d'annees pour les creer ! On va pas lui dire au final qu'elle aurait mieux fait de rester couchée !
Lapinchien


tw
    le 31/10/2003 à 16:59:23
y a rien d'artificiel, que du naturel dans les substances chimiques... vive la chimie organique et pis la minérale aussi et pis toutes les autres
Aka


    le 01/11/2003 à 17:04:17
Ouais la drogue c'est bien et fumer tue.
nihil


void    le 05/11/2003 à 01:18:08
Ouais bah quand on va sur www.planetedanette.com on ferme sa gueule
Aka


    le 05/11/2003 à 01:19:32
Je ne fais que mettre en pratique tes fantasmes les plus refoulés, pas si refoulés d'ailleurs vu qu'ils sont exprimés clairement en fait...
Donc quand on est con on ferme sa gueule.

= ajouter un commentaire =



[Accueil]