LA ZONE -
Résumé : Réponse tardive (conçue comme un article indépendant) à l'article Appel au civisme, c'est l'article qui, à cause de la proximité des élections présidentielles à réellement lancée la polémique sur le civisme et l'abstention sur le forum.

Civisme... again

Le 17/04/2002
par Amanite
[illustration] Nouvelle tendance sur la Zone : les fables. Après Etylhic, M. Goret et moi-même (dans un édito), c'est au tour d'Amanite. Sauf que la fable qu'elle nous sert ici à titre d'exemple n'a aucun rapport avec le propos principal de son texte... Parfait c'est tout simplement parfait !
Connaissez vous l'histoire de "La petite poule rousse" ? ...
Pour ceux qui ne la connaissent pas, voici un résumé :
La petite poule rousse picorait comme a son habitude, et, un jour, elle trouve des grains de blé. Elle demande à ses amis le chat, le canard et le cochon s'ils veulent bien l'aider à planter ces graines...Les trois amis ne pensent qu'à s'amuser et refusent...
Au fur et à mesure de l'évolution de l'histoire : germination, coupage des épis, battage, mouture pour en faire de la farine, pétrissage pour en faire du pain...elle demande sans cesse un coup de main à ses amis, qui préfèrent toujours s'ébattrent dans les champs et les mares plutôt que de mettre la main à la pâte.
Quahd la petite poule rousse arrive à l'étape du mangeage du pain, elle demande une dernière fois à ses trois amis de l'aider. Là, bien sûr, ils acquièssent et accourent à grandes enjambées.
Mais, la petite poule rousse leur dit alors que non, ils ne mangeront pas de pain. Elle s'en régalera seule, elle et ses trois petits poussins.

Et bien ma foi, ce matin, j'me suis dit que l'acte civique du vote ressemblait un peu à cette histoire...
Alors moi qui n'avais aucune envie de traîner les isoloirs des bureaux de vote...
Moi qui râlais de voir la ribambelle de tronches placardées sur les murs des villes, atteinte de nausées et prête à vomir devant certaines... Moi qui trouvais débile d'aller fourrer dans l'urne une enveloppe avec regrets...
Moi qui rechignais quand même à ne pas me prononcer par l'acte politique du vote au sens platonien du terme, idest participer à la vie de la cité (et pas de la teuci....tvà voir ta reum!!!)
J'me suis dit que râler dans mon coin, cracher sur les politiques avides de pouvoir, en restant les bras croisés à regarder les programmes présidentiels proposés dont aucun ne me convient...yavait peut être quelque chose à faire que de camper dans l'inertie du refus de voter...

Mordieu d'charette de foin!
J'ai soudain pensé au vote blanc!
Au moins une voix que certains n'auront pas.
Au moins ma voix qui s'exprime. Par....rien! héhé!
Mais au moins, ce rien là signifie pour moi quelque chose...

C'est plus la saison du blanc...j'le sais bien ...mais quand on n'aime pas le linge sale, un pti vote blanc bien propre et bien rincé....c'est comme un pti blanc au coin du comptoir...ça requinque!



commentaire de nihil : le vote blanc c'est bien. Ca exprime notre rejet de tous les candidats déclarés, notre refus de prendre parti pour l'un ou l'autre de ces débiles qui prétendent nous représenter. Mais il faut être conscient de deux-trois trucs :

1/ le vote blanc n'étant pas comptabilisé dans les stats, il est parfaitement inutile. Le seul paramètre sur lequel cela influe réellement c'est le chiffre de l'abstention.

2/ le vote blanc est détourné de sa signification véritable depuis l'appartition d'un "Parti blanc" (dont le candidat n'a pas obtenu ses 500 signatures) qui prétend reprendre à son compte les bulletins blancs. Bien sûr, leur programme est vide et leur seule revendication est de "faire de la politique autrement". Toutefois, on ne peut s'empêcher de penser que désormais en votant blanc on vote pour une personne physique, une gueule, un discours pré-établi par d'autres que vous.

3/ voter blanc, c'est déjà voter, et cela signifie qu'on accepte le principe de la démocratie, avec ses bons cotés et ses mauvais cotés : représentation de la seule majorité (les minorités passant plus ou moins à la trappe), acceptation de déléguer son pouvoir et sa liberté personnels à un représentant, consensus mou, obligation d'accepter les décisions de la majorité. Voter blanc c'est cautionner le système, admettre de perdre son libre-arbitre au profit d'un chef choisi par la masse, par d'autres que vous. Il faut en avoir conscience.

Je concède d'ailleurs bien volontiers que les abstentionnistes n'ont pas plus le choix et qu'ils sont obligés comme les autres de déléguer leur pouvoir de décision. Mais s'abstenir (pour de bonnes raisons, pas par simple fainéantise) c'est refuser le système en place, voter, même blanc, c'est l'accepter.

= commentaires =

Glaüx-le-Chouette


    le 25/05/2006 à 00:55:00
J'ai ouvert la page uniquement parce que j'ai lu "cyclisme" dans le titre.

Or il n'y a pas "cyclisme" dans le titre. Et le sujet me fait chier.

Bon ben je me casse.
Glaüx-le-Chouette


    le 24/02/2007 à 17:06:04
Merde, deux fois.

Cette fois j'ai lu en entier, et je confirme que je me suis fait chier.

= ajouter un commentaire =



[Accueil]