LA ZONE -
Résumé : On tient là probablement le pire auteur sur la Zone depuis M. Goret... Mmh en resurvolant ce texte je dirais le pire auteur tout court, rejouissons-nous. Blindé de fautes, illisible, humour de navet paraplégique, repompage de vannes des guignols de l'info... A chier.

Info Parano 2

Le 13/05/2004
par Le Duc
Bonjour,
j'ai réusi à obtenir LE scoop, Je prend de gros risque en vous dévoilant la vériter fause.
A l'heure ou vous me lissez je suis probablement déja défoncer et je mange le canabis par la racine.
Sacher que cette article résulte de quelque minutes de travail (et que c'est vraiment du nimporte la wack)
donc je vous demande la plus grande prudence car qui quonque
lira cette article sera automatiquement la proie des chinois du FBI.
Chéres lectrices, comme vous vous en doutez déjà, nous ne somme pas seul.. éééh non..
C'est piots fumiers sont parmis nous et ceux depuis plus de cinquante ans !!
D'aprés mes renseignements, un petit astronefs à la derive auraient pris contact avec les état-unis d'amérique en 1945 à Roswell, ils leur auraient fournis les plan d'une certaine bombe (d'ailleur tester sur hiroshima et nagasamachin) en échange.. santant le bon plan il auraient demander de squater un pay.
Les américains de cette époque étant déjà ricain dans l'âme décidérent de les installer dans un pay tout défoncer qui ne servaient pas à grand chose (vous avez deviner ! z'éte balez).
les extraterestre à peine installer ont developer leur arme ultime de manipulation TF1..
Aujourd'hui je dénonce et je dis STOP.
Arrettons les tant quil en est temps !
télement quils nous ont lobotomiser maintenant ils se montre au grand jour et nous ne voyons rien, je site pour exemple le big deal, Poutine, Baladure, Chirac, les télétubises et le pire d'entre eux celui qui à pour mission de nous enculer SARKO !!
Vous êtes encore septique, ne trouvez vous pas bizzare que Poutine invite Chirac à visiter une base de lancement spatial militaire en Russie ? D'où sort sarkozy ? comment a-t'il pus en si peut de temps nous foutre autand dans la merde ?
Et ma derniére preuve choc irréfutable : le fameux tracteur du Limousin prix en flag par un radar auto de sarko a plus de 150 km/h .. et vous pensez que c'est un tracteur terrien vous ?
Aujourd'hui la seul parade connue contre la lobotomisation du tube catodique est la beuh.. mais c'est piot fumier ne le savent que trop bien.
Maintenant vous savez.. il ne vous reste plus qu'une seul chose à faire : oublier ce que vous venez de lire.

= commentaires =

GaWarYAgou BulHzgare DiebDrenn TzaouBB...    le 13/05/2004 à 16:25:29
KaBRuSKa,
Il A RÉuSi À DÉSiReR Le FiL De PÊCHe BLaNC De FLÛTe À BeC De BauDRoie eN oR, Il' PReND De GRoS RiSQue eN VouS DÉVoiLaNT La DÉCaLoTTeR FauSe.
a L'HeuRe ou VouS Le LiSSeZ IL SuiS PRoBaBLeMeNT DÉJa DÉFoNCeR eT iL MaNGe Le DÉCaPeuR THeRMiQue CaVeRNeuX PaR La CuiSSe De DiNDe De DouZe poMpes À VÉLo eST-aLLeMaNDe.
SaCHeR Que CeTTe PaSSoiRe FeuiLLeTÉe RÉSuLTe De QueLQue MiNuTeS De MouLiN À PoMPoN (eT Que C'eST VRaiMeNT De L'oPoSSuM La VieiLLe RoMBiÈRe À CLouS)
DoNC Je VouS DeMaNDe La PLuS GRaNDe PRuDeNCe CaR Qui QuoNQue
LiRa CeTTe CÉRÉMoNie VauDou PÉDeSTRe SeRa auToMaTiQueMeNT La MoLÉCuLe De MÉTaMoRPHoSe À BeC ÉPaiSSe DeS ÉCHaSSeS PRÉCuiTeS SuRGeLÉeS Du GaTeau au yaouRT.
CHÉReS LeCTRiCeS, CoMMe VouS VouS eN DouTeZ DÉJÀ, NouS Ne Il n'Est SoMMe PaS SeuL.. ÉÉÉH NoN.. Non NON noN nONNNNNN !
C'eST PioTrS FuMieRS SoNT PaRMiS NouS eT CeuX DePuiS PLuS De CiNQuaNTe aNS !!
D'aPRÉS SeS aMaNDeS, uN PeTiT aSTRoNeFS À La FaRCe À CLouS auRaieNT PRiS CoNTaCT aVeC LeS PaNTouFLeS D'aÉRaTioNS eXPLoSiVeS D'aMÉRiQue eN 1945 À RoSWeLL, iLS LeuR auRaieNT FouRNiS LeS RaSoiRS À MaiN De PaCeMaKeR D'uNe CeRTaiNe BoMBe (D'aiLLeuR TeSTeR SuR HiRoWitchSHiMhia eT NaGaSaYouBitchoKlosabroUnisdoMaCHiN) eN ÉCHaNGe.. SaNTaNT Le BoN PLaN iL auRaieNT DeMaNDeR D'eNTouRLouPeR uN BeL oRiFiCe VaiSSeLLe.
LeS PeTiTS CoiNS De CeTTe HuCHe À PaiN PaCiFiSTe ÉTaNT DÉJÀ RiCaiN DaNS L'ÂMe DÉCiDÉReNT De LeS ÉBoRGNeR DaNS uN DÉNoMiNaTeuR CoMMuN eSPaGNoL TouT DÉFoNCeR Qui Ne SeRVaieNT PaS À GRaND CHoSe VouS CRaCHeZ DeViNeR ! Z'ÉTe BaLeZ).
LeS ÉPuiSeTTeS ÉGoÏNeS CoMPTaBLeS À PeiNe iNSTaLLeR oNT DeVeLoPeR LeuR aRMe uLTiMe De SaLLe De ToRTuReS aToMiQue TF1..
auJouRD'Hui Lia4 DÉNoNCe eT tDDY SToP.
aRReTToNS LeS GuiRLaNDeS QuiL eN eST TeMPS !
TÉLeMeNT QuiLS NouS oNT LoBoToMiSeR MaiNTeNaNT iLS Se MoNTRe au GRaND JouR eT NouS Ne VoyoNS RieN, Je SiTe PouR eXeMPLe Le GRiLLaGe De Queue CaDaVÉRiQue DeaL, PouTiNe, BaLaDuRe, CHiRaC, LeS MauVaiSeS HaLeiNeS D'ÉPiCeRie eT Le PiRe D'eNTRe euX CeLui Qui À PouR MiSSioN De NouS aNTi-aLiaSeR SaRKo !!
VouS ÊTeS eNCoRe SePTiQue, Ne TRouVeZ VouS PaS BiZZaRe Que PouTiNe iNViTe CHiRaC À PeiNTuRLuReR uNe GaiNe PÉDeSTRe 500 De ReNVeRSeR SPaTiaL MiLiTaiRe eN RuSSie ? D'oÙ SoRT SaRKoZy ? CoMMeNT a-T'iL PuS eN Si PeuT De TeMPS NouS FouTRe auTaND DaNS L'oReiLLeTTe ?
eT tSa PiNCe À ÉPiLeR PReuVe CHoC iRRÉFuTaBLe : L'eMBeRLiFiCoTeR À LeTTRe TRaCTeuR Du SuPPLÉMeNT SauCe HuÎTRe À eXPLoSioN PRiX eN FLaG PaR uN MÈTRe RuBaN au MouSTiQue CaVeRNeuX auTo D'eMBaLLeR a PLuS De 150 KM/H .. eT VouS DÉTRuiSeZ Que C'eST uN TRoiSiÈMe Feu SToP D'aTTeNTaT ZÉLÉ TeRRieN VouS ?
auJouRD'Hui La SeuL PaRaDe CoNNue CoNTRe L'eMBRouiLLe Du LaMaNTiN SuR L'aiLe De VoiTuRe PiÉGÉe De CuLoTTeS eN DeNTeLLe De FuMeR CaToDiQue eST L'HiSToiRe À DoRMiR DeBouT FoLLe PuaNTe.. MaiS C'eST PioT FuMieR Ne Le SaVeNT Que TRoP BieN.
MaiNTeNaNT VouS TRiTuReZ.. iL Ne VouS ReSTe PLuS Qu'uNe SeuL CHoSe À FaiRe : ouBLieR Ce Que VouS CuiSeZ D'eXPLoiTaTioN FoReSTiÈRe À CaFÉ.
Daria


    le 13/05/2004 à 16:49:14
alors là je m'insurge
Defcon4 vient juste d'arriver et il a déjà remporté un premier prix : "pire auteur de la zone" ... il y en a pourtant un paquet qui tentent d'accrocher ce gros lot ici
Meilleur employé du mois ?
bah il en faut un pour balayer les allées !
Lapinchien


tw
    le 13/05/2004 à 16:50:01
faudrait que Bouc installe videur.php directement sur le lien "Poster un article"... voila un peu le type de code qu'y faudrait dedans :

if (auteur = gronase ) then
display ("t'as des basquettes connard, alors tu rentres pas !");
else
call("valide_article.php");
end if
nihil


de la part de l'auteur, que dis-je l'auteur...    le 13/05/2004 à 17:35:52
de la part de l'auteur, que dis-je l'auteur, le génie...

El Defoncer n'arrive pas à poster sous son nom, il me demande donc de poster le commentaire suivant :

"bon j'avoue que sa vol plutot en razemote (et oué je sais pas ecrire correctement). Et si vous vous amusez à comparer mon article avec celui de Nihil vous vous rendrez compte que ce n'est pas comparable . Mais la ou je rigole .. c'est que ce n'est que mon premier texte. héhé vous êtes mal barer narf."

Ce à quoi j'ai répondu qu'on pouvait aussi très bien instituer un minimum de qualité requis pour un article pour être publié... On est pas à ça près non plus. Ou encore plus précis, que tout article se doit d'avoir un auteur dont le nom n'est pas El Defoncer...

Commentaire édité par nihil.

Commentaire édité par nihil.
El Defoncer employer du moi ? moi ?!    le 13/05/2004 à 18:06:44
j'arrive pas à y croire c'est pour moi un imense honneur que d'être consacré employer (merdique surement) du moi.

Je tien à remercier ma maman et mon papa sans qui je ne serai pas la aujourd'hui.
Je remerci également Nihil pour ne pas m'avoir censuré (ce qui était la seul chose à faire)
Et enfin je remerci ma pipe à eau qui ma donner l'inspiration nécésaire pour un tel torchon..

Merci merci, il est où le césar ?
Lapinchien


tw
    le 13/05/2004 à 18:11:54
Ils sont ou les intermittents du spectacle ? hein ? çà serait bien qu'ils pensent à nous bousiller notre Festival de Connes.

Par ici la montée des marches... *installation d'un échafaut*
Kirunaa


    le 13/05/2004 à 19:41:18
Putain mais qu'est ce que c'est que ça ?
C'est lui la nouvelle arme pour tenter de tous nous faire disparaitre ?
pouf     le 13/05/2004 à 22:14:20
Lapinchien sur ce coup là , t'as pas trop l'air d'un demi con !
crdp     le 13/05/2004 à 23:05:03
Il est plutôt " Bourret " que défoncé ce mec !
Aka


    le 14/05/2004 à 00:58:33
Je n'ai qu'une chose à dire : merci.
Goût Bulgare DiebDrenn TzaouBB... ridicule !    le 14/05/2004 à 15:58:52
Y'a donc un connard qui essai de se faire passer pour moi en imitant grossièrement mon style inimitable dans le seul but d'infiltration ... Méfiez vous, soyez sur vos gardes, j'en ai déjà court-circuité deux qui avaient connecté un défibrillateur à sandwiches sur mon port USB pendant que j'étais aux prises avec des inspecteurs de la Redoute déguisés en mules à pompon qui tentaient de m'étrangler à l'aide d'une écharpe grossièrement tricotée avec la bande magnétique enduite de nicotine séropositive d'une vidéo contrefaite d'un discours de Malraux appelant, avec un accent subliminal transcodé d'après le polynôme paradoxale de Léontief, à m'étouffer pendant mon sommeil avec un flamby dissimulé dans un oreiller.
Mais on ne me la fait pas.
! Méfions-nous des imitations !
Narak


    le 23/05/2004 à 18:20:36
Et dire que je suis classé dans le clan des illétrés,avec lui tout ça parce que j'oublie les accents et ne met pas les virgules pile ou il faut!
Le Petit Prince     le 26/05/2004 à 14:47:13
Ni fond, ni forme, tout juste à chier ou à gerber, et encore sans plaisir !

(j'aime bien faire des commentaires constructifs de temps à autre ; faut pas hésiter à encourager les jeunes talents... El Defoncer, as-tu songé à te présenter à un casting de real-TV ?)
Ocus


site blog lien
    le 26/05/2004 à 14:56:33
rhaa trop mortelllllllllll encoreeeeeeeeeeeeee !!!!!!!!
El Defoncer     le 21/06/2004 à 17:09:13
en relissant tout les commentaires, je me dis que ce texte est magnifique. rah putain fo que j'en refasse un comme sa c trop fort comment que vous etes previsible

(Petit test pour voir si nihil se relache:
je suis Allocution du Ministre Délégué à la Coopération
et à la Francophonie M. Pierre-André WILTZER
à l'occasion de
La première réunion de la Coopération Décentralisée
Paris, 11 février 2004

Messieurs les Elus,
Mesdames et Messieurs,


Merci à tous d'être venus pour cette première réunion du bureau de la Commission nationale de la Coopération décentralisée (CNCD).



Je remercie particulièrement les élus, qui ont pris sur leur temps.



Nous avons un ordre du jour très chargé et je ne vais pas être long. Mais je tiens à souligner quelques points.



D'abord, ma satisfaction d'être avec vous pour la première réunion du bureau de la CNCD. Cette réunion est l'un des résultats concrets de la concertation que j'avais lancée fin 2002 avec les associations nationales de collectivités territoriales.



En dehors des réunions plénières, la Commission dispose maintenant avec cette formation restreinte, que nous appelons "bureau", d'un instrument qui permet une concertation en continu entre les représentants des collectivités territoriales et l'Etat. On va le voir très concrètement tout à l'heure avec le point sur les échanges de personnel possibles entre collectivités territoriales et ministère des Affaires étrangères.



Nous préciserons progressivement les modes de fonctionnement du bureau. C'est l'un des points de l'ordre du jour. Je souligne simplement que l'efficacité du bureau dépendra beaucoup de l'implication des associations d'élus, et des autres administrations de l'Etat, bien sûr.



Cette année se réunit à Paris le congrès fondateur de l'Organisation mondiale des cités et gouvernements locaux unis. Ce sera un événement pour les pouvoirs locaux, mais aussi pour les relations internationales en général. Ce n'est donc pas un hasard si Dominique de Villepin et moi-même sommes dans le comité d'honneur du Congrès.



A titre d'illustration, on a bien ressenti l'importance croissante des pouvoirs locaux dans le développement des pays lors du 3ème Sommet AFRICITES à Yaoundé en décembre.



Jacques Auxiette, qui a été l'un des artisans de l'unification de l'Union internationale des Villes et Pouvoirs locaux (IULA) et de la Fédération mondiale des Cités unies (FMCU), nous fera un point sur l'unification et sur le Congrès.



Mais cette unification n'est pas sans conséquence sur les associations d'élus françaises elles-mêmes et leur positionnement sur le plan européen et international.



Je sais que des concertations entre associations se font plus fréquentes depuis ces derniers mois, notamment en vue de la désignation des représentants des collectivités françaises dans les instances européennes et mondiales de la nouvelle organisation.



Naturellement, cela relève de leur responsabilité. Je veux simplement rappeler ce que je disais lors de la réunion plénière de la CNCD l'an dernier : il est dans l'intérêt de notre pays, que la représentation française soit la plus forte et la plus influente possible dans la nouvelle organisation.



Vous me permettrez d'ajouter une observation de bon sens : la dispersion n'est sûrement pas la meilleure méthode pour avoir de l'influence.



2004 sera aussi l'année de l'élargissement de l'Union européenne, et là encore, la coopération décentralisée constitue un incomparable catalyseur de la réunification de notre continent.



C'est dans cet esprit qu'un forum avec les 10 pays de l'élargissement aura lieu au deuxième semestre. Je souhaite la présence la plus active des grandes associations d'élus de ces pays.



Cette forte implication européenne n'est en rien contradictoire avec l'engagement de la France au service du développement. Elle la complète et elle doit viser notamment à entraîner les nouveaux pays membres de l'Union européenne dans la politique de développement menée par l'Europe en faveur des pays du Sud.



Il n'a pas été possible de réunir la CNCD en réunion plénière fin 2003 ou début 2004. Nous allons voir aujourd'hui quand cela sera possible, compte tenu des calendriers, y compris électoraux.



Mais les choses ont avancé depuis mars dernier, et le bureau pourra assurer un suivi et donner des impulsions.



Je ne fais que les citer et nous pourrons y revenir tout à l'heure :



La création d'un espace Internet sur le site France Diplomatie, qui comprend une base de données sur les coopérations décentralisées existantes : j'ai moi-même pu juger de son contenu et demandé qu'il soit mis en accès expérimental pendant quelques semaines, en vue d'une validation et d'éventuels ajustements par les collectivités elles-mêmes.



Une concertation a abouti au dépôt d'une proposition de loi par le sénateur Jacques Oudin pour donner une base juridique aux actions internationales des syndicats des eaux et des établissements publics intercommunaux sur leurs ressources propres.



Un travail est en cours sur la mesure de l'aide publique au développement distribuée par les collectivités territoriales.



Enfin, les chantiers se poursuivent et devraient déboucher sur la réalisation de deux vade-mecum avant l'été prochain : l'un sur "Coopération décentralisée, agriculture et développement rural" et l'autre sur "Coopération décentralisée et intercommunalité". Pour plus tard, une réflexion a été engagée sur la réalisation d'un vade-mecum "Coopération décentralisée, décentralisation et développement urbain"./.

télement que je suis Allocution du Ministre Délégué à la Coopération
et à la Francophonie M. Pierre-André WILTZER
à l'occasion de
La première réunion de la Coopération Décentralisée
Paris, 11 février 2004

Messieurs les Elus,
Mesdames et Messieurs,


Merci à tous d'être venus pour cette première réunion du bureau de la Commission nationale de la Coopération décentralisée (CNCD).



Je remercie particulièrement les élus, qui ont pris sur leur temps.



Nous avons un ordre du jour très chargé et je ne vais pas être long. Mais je tiens à souligner quelques points.



D'abord, ma satisfaction d'être avec vous pour la première réunion du bureau de la CNCD. Cette réunion est l'un des résultats concrets de la concertation que j'avais lancée fin 2002 avec les associations nationales de collectivités territoriales.



En dehors des réunions plénières, la Commission dispose maintenant avec cette formation restreinte, que nous appelons "bureau", d'un instrument qui permet une concertation en continu entre les représentants des collectivités territoriales et l'Etat. On va le voir très concrètement tout à l'heure avec le point sur les échanges de personnel possibles entre collectivités territoriales et ministère des Affaires étrangères.



Nous préciserons progressivement les modes de fonctionnement du bureau. C'est l'un des points de l'ordre du jour. Je souligne simplement que l'efficacité du bureau dépendra beaucoup de l'implication des associations d'élus, et des autres administrations de l'Etat, bien sûr.



Cette année se réunit à Paris le congrès fondateur de l'Organisation mondiale des cités et gouvernements locaux unis. Ce sera un événement pour les pouvoirs locaux, mais aussi pour les relations internationales en général. Ce n'est donc pas un hasard si Dominique de Villepin et moi-même sommes dans le comité d'honneur du Congrès.



A titre d'illustration, on a bien ressenti l'importance croissante des pouvoirs locaux dans le développement des pays lors du 3ème Sommet AFRICITES à Yaoundé en décembre.



Jacques Auxiette, qui a été l'un des artisans de l'unification de l'Union internationale des Villes et Pouvoirs locaux (IULA) et de la Fédération mondiale des Cités unies (FMCU), nous fera un point sur l'unification et sur le Congrès.



Mais cette unification n'est pas sans conséquence sur les associations d'élus françaises elles-mêmes et leur positionnement sur le plan européen et international.



Je sais que des concertations entre associations se font plus fréquentes depuis ces derniers mois, notamment en vue de la désignation des représentants des collectivités françaises dans les instances européennes et mondiales de la nouvelle organisation.



Naturellement, cela relève de leur responsabilité. Je veux simplement rappeler ce que je disais lors de la réunion plénière de la CNCD l'an dernier : il est dans l'intérêt de notre pays, que la représentation française soit la plus forte et la plus influente possible dans la nouvelle organisation.



Vous me permettrez d'ajouter une observation de bon sens : la dispersion n'est sûrement pas la meilleure méthode pour avoir de l'influence.



2004 sera aussi l'année de l'élargissement de l'Union européenne, et là encore, la coopération décentralisée constitue un incomparable catalyseur de la réunification de notre continent.



C'est dans cet esprit qu'un forum avec les 10 pays de l'élargissement aura lieu au deuxième semestre. Je souhaite la présence la plus active des grandes associations d'élus de ces pays.



Cette forte implication européenne n'est en rien contradictoire avec l'engagement de la France au service du développement. Elle la complète et elle doit viser notamment à entraîner les nouveaux pays membres de l'Union européenne dans la politique de développement menée par l'Europe en faveur des pays du Sud.



Il n'a pas été possible de réunir la CNCD en réunion plénière fin 2003 ou début 2004. Nous allons voir aujourd'hui quand cela sera possible, compte tenu des calendriers, y compris électoraux.



Mais les choses ont avancé depuis mars dernier, et le bureau pourra assurer un suivi et donner des impulsions.



Je ne fais que les citer et nous pourrons y revenir tout à l'heure :



La création d'un espace Internet sur le site France Diplomatie, qui comprend une base de données sur les coopérations décentralisées existantes : j'ai moi-même pu juger de son contenu et demandé qu'il soit mis en accès expérimental pendant quelques semaines, en vue d'une validation et d'éventuels ajustements par les collectivités elles-mêmes.



Une concertation a abouti au dépôt d'une proposition de loi par le sénateur Jacques Oudin pour donner une base juridique aux actions internationales des syndicats des eaux et des établissements publics intercommunaux sur leurs ressources propres.



Un travail est en cours sur la mesure de l'aide publique au développement distribuée par les collectivités territoriales.



Enfin, les chantiers se poursuivent et devraient déboucher sur la réalisation de deux vade-mecum avant l'été prochain : l'un sur "Coopération décentralisée, agriculture et développement rural" et l'autre sur "Coopération décentralisée et intercommunalité". Pour plus tard, une réflexion a été engagée sur la réalisation d'un vade-mecum "Coopération décentralisée, décentralisation et développement urbain"./.

, Allocution du Ministre Délégué à la Coopération
et à la Francophonie M. Pierre-André WILTZER
à l'occasion de
La première réunion de la Coopération Décentralisée
Paris, 11 février 2004

Messieurs les Elus,
Mesdames et Messieurs,


Merci à tous d'être venus pour cette première réunion du bureau de la Commission nationale de la Coopération décentralisée (CNCD).



Je remercie particulièrement les élus, qui ont pris sur leur temps.



Nous avons un ordre du jour très chargé et je ne vais pas être long. Mais je tiens à souligner quelques points.



D'abord, ma satisfaction d'être avec vous pour la première réunion du bureau de la CNCD. Cette réunion est l'un des résultats concrets de la concertation que j'avais lancée fin 2002 avec les associations nationales de collectivités territoriales.



En dehors des réunions plénières, la Commission dispose maintenant avec cette formation restreinte, que nous appelons "bureau", d'un instrument qui permet une concertation en continu entre les représentants des collectivités territoriales et l'Etat. On va le voir très concrètement tout à l'heure avec le point sur les échanges de personnel possibles entre collectivités territoriales et ministère des Affaires étrangères.



Nous préciserons progressivement les modes de fonctionnement du bureau. C'est l'un des points de l'ordre du jour. Je souligne simplement que l'efficacité du bureau dépendra beaucoup de l'implication des associations d'élus, et des autres administrations de l'Etat, bien sûr.



Cette année se réunit à Paris le congrès fondateur de l'Organisation mondiale des cités et gouvernements locaux unis. Ce sera un événement pour les pouvoirs locaux, mais aussi pour les relations internationales en général. Ce n'est donc pas un hasard si Dominique de Villepin et moi-même sommes dans le comité d'honneur du Congrès.



A titre d'illustration, on a bien ressenti l'importance croissante des pouvoirs locaux dans le développement des pays lors du 3ème Sommet AFRICITES à Yaoundé en décembre.



Jacques Auxiette, qui a été l'un des artisans de l'unification de l'Union internationale des Villes et Pouvoirs locaux (IULA) et de la Fédération mondiale des Cités unies (FMCU), nous fera un point sur l'unification et sur le Congrès.



Mais cette unification n'est pas sans conséquence sur les associations d'élus françaises elles-mêmes et leur positionnement sur le plan européen et international.



Je sais que des concertations entre associations se font plus fréquentes depuis ces derniers mois, notamment en vue de la désignation des représentants des collectivités françaises dans les instances européennes et mondiales de la nouvelle organisation.



Naturellement, cela relève de leur responsabilité. Je veux simplement rappeler ce que je disais lors de la réunion plénière de la CNCD l'an dernier : il est dans l'intérêt de notre pays, que la représentation française soit la plus forte et la plus influente possible dans la nouvelle organisation.



Vous me permettrez d'ajouter une observation de bon sens : la dispersion n'est sûrement pas la meilleure méthode pour avoir de l'influence.



2004 sera aussi l'année de l'élargissement de l'Union européenne, et là encore, la coopération décentralisée constitue un incomparable catalyseur de la réunification de notre continent.



C'est dans cet esprit qu'un forum avec les 10 pays de l'élargissement aura lieu au deuxième semestre. Je souhaite la présence la plus active des grandes associations d'élus de ces pays.



Cette forte implication européenne n'est en rien contradictoire avec l'engagement de la France au service du développement. Elle la complète et elle doit viser notamment à entraîner les nouveaux pays membres de l'Union européenne dans la politique de développement menée par l'Europe en faveur des pays du Sud.



Il n'a pas été possible de réunir la CNCD en réunion plénière fin 2003 ou début 2004. Nous allons voir aujourd'hui quand cela sera possible, compte tenu des calendriers, y compris électoraux.



Mais les choses ont avancé depuis mars dernier, et le bureau pourra assurer un suivi et donner des impulsions.



Je ne fais que les citer et nous pourrons y revenir tout à l'heure :



La création d'un espace Internet sur le site France Diplomatie, qui comprend une base de données sur les coopérations décentralisées existantes : j'ai moi-même pu juger de son contenu et demandé qu'il soit mis en accès expérimental pendant quelques semaines, en vue d'une validation et d'éventuels ajustements par les collectivités elles-mêmes.



Une concertation a abouti au dépôt d'une proposition de loi par le sénateur Jacques Oudin pour donner une base juridique aux actions internationales des syndicats des eaux et des établissements publics intercommunaux sur leurs ressources propres.



Un travail est en cours sur la mesure de l'aide publique au développement distribuée par les collectivités territoriales.



Enfin, les chantiers se poursuivent et devraient déboucher sur la réalisation de deux vade-mecum avant l'été prochain : l'un sur "Coopération décentralisée, agriculture et développement rural" et l'autre sur "Coopération décentralisée et intercommunalité". Pour plus tard, une réflexion a été engagée sur la réalisation d'un vade-mecum "Coopération décentralisée, décentralisation et développement urbain"./.

... ...
Allocution du Ministre Délégué à la Coopération
et à la Francophonie M. Pierre-André WILTZER
à l'occasion de
La première réunion de la Coopération Décentralisée
Paris, 11 février 2004

Messieurs les Elus,
Mesdames et Messieurs,


Merci à tous d'être venus pour cette première réunion du bureau de la Commission nationale de la Coopération décentralisée (CNCD).



Je remercie particulièrement les élus, qui ont pris sur leur temps.



Nous avons un ordre du jour très chargé et je ne vais pas être long. Mais je tiens à souligner quelques points.



D'abord, ma satisfaction d'être avec vous pour la première réunion du bureau de la CNCD. Cette réunion est l'un des résultats concrets de la concertation que j'avais lancée fin 2002 avec les associations nationales de collectivités territoriales.



En dehors des réunions plénières, la Commission dispose maintenant avec cette formation restreinte, que nous appelons "bureau", d'un instrument qui permet une concertation en continu entre les représentants des collectivités territoriales et l'Etat. On va le voir très concrètement tout à l'heure avec le point sur les échanges de personnel possibles entre collectivités territoriales et ministère des Affaires étrangères.



Nous préciserons progressivement les modes de fonctionnement du bureau. C'est l'un des points de l'ordre du jour. Je souligne simplement que l'efficacité du bureau dépendra beaucoup de l'implication des associations d'élus, et des autres administrations de l'Etat, bien sûr.



Cette année se réunit à Paris le congrès fondateur de l'Organisation mondiale des cités et gouvernements locaux unis. Ce sera un événement pour les pouvoirs locaux, mais aussi pour les relations internationales en général. Ce n'est donc pas un hasard si Dominique de Villepin et moi-même sommes dans le comité d'honneur du Congrès.



A titre d'illustration, on a bien ressenti l'importance croissante des pouvoirs locaux dans le développement des pays lors du 3ème Sommet AFRICITES à Yaoundé en décembre.



Jacques Auxiette, qui a été l'un des artisans de l'unification de l'Union internationale des Villes et Pouvoirs locaux (IULA) et de la Fédération mondiale des Cités unies (FMCU), nous fera un point sur l'unification et sur le Congrès.



Mais cette unification n'est pas sans conséquence sur les associations d'élus françaises elles-mêmes et leur positionnement sur le plan européen et international.



Je sais que des concertations entre associations se font plus fréquentes depuis ces derniers mois, notamment en vue de la désignation des représentants des collectivités françaises dans les instances européennes et mondiales de la nouvelle organisation.



Naturellement, cela relève de leur responsabilité. Je veux simplement rappeler ce que je disais lors de la réunion plénière de la CNCD l'an dernier : il est dans l'intérêt de notre pays, que la représentation française soit la plus forte et la plus influente possible dans la nouvelle organisation.



Vous me permettrez d'ajouter une observation de bon sens : la dispersion n'est sûrement pas la meilleure méthode pour avoir de l'influence.



2004 sera aussi l'année de l'élargissement de l'Union européenne, et là encore, la coopération décentralisée constitue un incomparable catalyseur de la réunification de notre continent.



C'est dans cet esprit qu'un forum avec les 10 pays de l'élargissement aura lieu au deuxième semestre. Je souhaite la présence la plus active des grandes associations d'élus de ces pays.



Cette forte implication européenne n'est en rien contradictoire avec l'engagement de la France au service du développement. Elle la complète et elle doit viser notamment à entraîner les nouveaux pays membres de l'Union européenne dans la politique de développement menée par l'Europe en faveur des pays du Sud.



Il n'a pas été possible de réunir la CNCD en réunion plénière fin 2003 ou début 2004. Nous allons voir aujourd'hui quand cela sera possible, compte tenu des calendriers, y compris électoraux.



Mais les choses ont avancé depuis mars dernier, et le bureau pourra assurer un suivi et donner des impulsions.



Je ne fais que les citer et nous pourrons y revenir tout à l'heure :



La création d'un espace Internet sur le site France Diplomatie, qui comprend une base de données sur les coopérations décentralisées existantes : j'ai moi-même pu juger de son contenu et demandé qu'il soit mis en accès expérimental pendant quelques semaines, en vue d'une validation et d'éventuels ajustements par les collectivités elles-mêmes.



Une concertation a abouti au dépôt d'une proposition de loi par le sénateur Jacques Oudin pour donner une base juridique aux actions internationales des syndicats des eaux et des établissements publics intercommunaux sur leurs ressources propres.



Un travail est en cours sur la mesure de l'aide publique au développement distribuée par les collectivités territoriales.



Enfin, les chantiers se poursuivent et devraient déboucher sur la réalisation de deux vade-mecum avant l'été prochain : l'un sur "Coopération décentralisée, agriculture et développement rural" et l'autre sur "Coopération décentralisée et intercommunalité". Pour plus tard, une réflexion a été engagée sur la réalisation d'un vade-mecum "Coopération décentralisée, décentralisation et développement urbain"./.

Allocution du Ministre Délégué à la Coopération
et à la Francophonie M. Pierre-André WILTZER
à l'occasion de
La première réunion de la Coopération Décentralisée
Paris, 11 février 2004

Messieurs les Elus,
Mesdames et Messieurs,


Merci à tous d'être venus pour cette première réunion du bureau de la Commission nationale de la Coopération décentralisée (CNCD).



Je remercie particulièrement les élus, qui ont pris sur leur temps.



Nous avons un ordre du jour très chargé et je ne vais pas être long. Mais je tiens à souligner quelques points.



D'abord, ma satisfaction d'être avec vous pour la première réunion du bureau de la CNCD. Cette réunion est l'un des résultats concrets de la concertation que j'avais lancée fin 2002 avec les associations nationales de collectivités territoriales.



En dehors des réunions plénières, la Commission dispose maintenant avec cette formation restreinte, que nous appelons "bureau", d'un instrument qui permet une concertation en continu entre les représentants des collectivités territoriales et l'Etat. On va le voir très concrètement tout à l'heure avec le point sur les échanges de personnel possibles entre collectivités territoriales et ministère des Affaires étrangères.



Nous préciserons progressivement les modes de fonctionnement du bureau. C'est l'un des points de l'ordre du jour. Je souligne simplement que l'efficacité du bureau dépendra beaucoup de l'implication des associations d'élus, et des autres administrations de l'Etat, bien sûr.



Cette année se réunit à Paris le congrès fondateur de l'Organisation mondiale des cités et gouvernements locaux unis. Ce sera un événement pour les pouvoirs locaux, mais aussi pour les relations internationales en général. Ce n'est donc pas un hasard si Dominique de Villepin et moi-même sommes dans le comité d'honneur du Congrès.



A titre d'illustration, on a bien ressenti l'importance croissante des pouvoirs locaux dans le développement des pays lors du 3ème Sommet AFRICITES à Yaoundé en décembre.



Jacques Auxiette, qui a été l'un des artisans de l'unification de l'Union internationale des Villes et Pouvoirs locaux (IULA) et de la Fédération mondiale des Cités unies (FMCU), nous fera un point sur l'unification et sur le Congrès.



Mais cette unification n'est pas sans conséquence sur les associations d'élus françaises elles-mêmes et leur positionnement sur le plan européen et international.



Je sais que des concertations entre associations se font plus fréquentes depuis ces derniers mois, notamment en vue de la désignation des représentants des collectivités françaises dans les instances européennes et mondiales de la nouvelle organisation.



Naturellement, cela relève de leur responsabilité. Je veux simplement rappeler ce que je disais lors de la réunion plénière de la CNCD l'an dernier : il est dans l'intérêt de notre pays, que la représentation française soit la plus forte et la plus influente possible dans la nouvelle organisation.



Vous me permettrez d'ajouter une observation de bon sens : la dispersion n'est sûrement pas la meilleure méthode pour avoir de l'influence.



2004 sera aussi l'année de l'élargissement de l'Union européenne, et là encore, la coopération décentralisée constitue un incomparable catalyseur de la réunification de notre continent.



C'est dans cet esprit qu'un forum avec les 10 pays de l'élargissement aura lieu au deuxième semestre. Je souhaite la présence la plus active des grandes associations d'élus de ces pays.



Cette forte implication européenne n'est en rien contradictoire avec l'engagement de la France au service du développement. Elle la complète et elle doit viser notamment à entraîner les nouveaux pays membres de l'Union européenne dans la politique de développement menée par l'Europe en faveur des pays du Sud.



Il n'a pas été possible de réunir la CNCD en réunion plénière fin 2003 ou début 2004. Nous allons voir aujourd'hui quand cela sera possible, compte tenu des calendriers, y compris électoraux.



Mais les choses ont avancé depuis mars dernier, et le bureau pourra assurer un suivi et donner des impulsions.



Je ne fais que les citer et nous pourrons y revenir tout à l'heure :



La création d'un espace Internet sur le site France Diplomatie, qui comprend une base de données sur les coopérations décentralisées existantes : j'ai moi-même pu juger de son contenu et demandé qu'il soit mis en accès expérimental pendant quelques semaines, en vue d'une validation et d'éventuels ajustements par les collectivités elles-mêmes.



Une concertation a abouti au dépôt d'une proposition de loi par le sénateur Jacques Oudin pour donner une base juridique aux actions internationales des syndicats des eaux et des établissements publics intercommunaux sur leurs ressources propres.



Un travail est en cours sur la mesure de l'aide publique au développement distribuée par les collectivités territoriales.



Enfin, les chantiers se poursuivent et devraient déboucher sur la réalisation de deux vade-mecum avant l'été prochain : l'un sur "Coopération décentralisée, agriculture et développement rural" et l'autre sur "Coopération décentralisée et intercommunalité". Pour plus tard, une réflexion a été engagée sur la réalisation d'un vade-mecum "Coopération décentralisée, décentralisation et développement urbain"./.

Allocution du Ministre Délégué à la Coopération
et à la Francophonie M. Pierre-André WILTZER
à l'occasion de
La première réunion de la Coopération Décentralisée
Paris, 11 février 2004

Messieurs les Elus,
Mesdames et Messieurs,


Merci à tous d'être venus pour cette première réunion du bureau de la Commission nationale de la Coopération décentralisée (CNCD).



Je remercie particulièrement les élus, qui ont pris sur leur temps.



Nous avons un ordre du jour très chargé et je ne vais pas être long. Mais je tiens à souligner quelques points.



D'abord, ma satisfaction d'être avec vous pour la première réunion du bureau de la CNCD. Cette réunion est l'un des résultats concrets de la concertation que j'avais lancée fin 2002 avec les associations nationales de collectivités territoriales.



En dehors des réunions plénières, la Commission dispose maintenant avec cette formation restreinte, que nous appelons "bureau", d'un instrument qui permet une concertation en continu entre les représentants des collectivités territoriales et l'Etat. On va le voir très concrètement tout à l'heure avec le point sur les échanges de personnel possibles entre collectivités territoriales et ministère des Affaires étrangères.



Nous préciserons progressivement les modes de fonctionnement du bureau. C'est l'un des points de l'ordre du jour. Je souligne simplement que l'efficacité du bureau dépendra beaucoup de l'implication des associations d'élus, et des autres administrations de l'Etat, bien sûr.



Cette année se réunit à Paris le congrès fondateur de l'Organisation mondiale des cités et gouvernements locaux unis. Ce sera un événement pour les pouvoirs locaux, mais aussi pour les relations internationales en général. Ce n'est donc pas un hasard si Dominique de Villepin et moi-même sommes dans le comité d'honneur du Congrès.



A titre d'illustration, on a bien ressenti l'importance croissante des pouvoirs locaux dans le développement des pays lors du 3ème Sommet AFRICITES à Yaoundé en décembre.



Jacques Auxiette, qui a été l'un des artisans de l'unification de l'Union internationale des Villes et Pouvoirs locaux (IULA) et de la Fédération mondiale des Cités unies (FMCU), nous fera un point sur l'unification et sur le Congrès.



Mais cette unification n'est pas sans conséquence sur les associations d'élus françaises elles-mêmes et leur positionnement sur le plan européen et international.



Je sais que des concertations entre associations se font plus fréquentes depuis ces derniers mois, notamment en vue de la désignation des représentants des collectivités françaises dans les instances européennes et mondiales de la nouvelle organisation.



Naturellement, cela relève de leur responsabilité. Je veux simplement rappeler ce que je disais lors de la réunion plénière de la CNCD l'an dernier : il est dans l'intérêt de notre pays, que la représentation française soit la plus forte et la plus influente possible dans la nouvelle organisation.



Vous me permettrez d'ajouter une observation de bon sens : la dispersion n'est sûrement pas la meilleure méthode pour avoir de l'influence.



2004 sera aussi l'année de l'élargissement de l'Union européenne, et là encore, la coopération décentralisée constitue un incomparable catalyseur de la réunification de notre continent.



C'est dans cet esprit qu'un forum avec les 10 pays de l'élargissement aura lieu au deuxième semestre. Je souhaite la présence la plus active des grandes associations d'élus de ces pays.



Cette forte implication européenne n'est en rien contradictoire avec l'engagement de la France au service du développement. Elle la complète et elle doit viser notamment à entraîner les nouveaux pays membres de l'Union européenne dans la politique de développement menée par l'Europe en faveur des pays du Sud.



Il n'a pas été possible de réunir la CNCD en réunion plénière fin 2003 ou début 2004. Nous allons voir aujourd'hui quand cela sera possible, compte tenu des calendriers, y compris électoraux.



Mais les choses ont avancé depuis mars dernier, et le bureau pourra assurer un suivi et donner des impulsions.



Je ne fais que les citer et nous pourrons y revenir tout à l'heure :



La création d'un espace Internet sur le site France Diplomatie, qui comprend une base de données sur les coopérations décentralisées existantes : j'ai moi-même pu juger de son contenu et demandé qu'il soit mis en accès expérimental pendant quelques semaines, en vue d'une validation et d'éventuels ajustements par les collectivités elles-mêmes.



Une concertation a abouti au dépôt d'une proposition de loi par le sénateur Jacques Oudin pour donner une base juridique aux actions internationales des syndicats des eaux et des établissements publics intercommunaux sur leurs ressources propres.



Un travail est en cours sur la mesure de l'aide publique au développement distribuée par les collectivités territoriales.



Enfin, les chantiers se poursuivent et devraient déboucher sur la réalisation de deux vade-mecum avant l'été prochain : l'un sur "Coopération décentralisée, agriculture et développement rural" et l'autre sur "Coopération décentralisée et intercommunalité". Pour plus tard, une réflexion a été engagée sur la réalisation d'un vade-mecum "Coopération décentralisée, décentralisation et développement urbain"./.

Allocution du Ministre Délégué à la Coopération
et à la Francophonie M. Pierre-André WILTZER
à l'occasion de
La première réunion de la Coopération Décentralisée
Paris, 11 février 2004

Messieurs les Elus,
Mesdames et Messieurs,


Merci à tous d'être venus pour cette première réunion du bureau de la Commission nationale de la Coopération décentralisée (CNCD).



Je remercie particulièrement les élus, qui ont pris sur leur temps.



Nous avons un ordre du jour très chargé et je ne vais pas être long. Mais je tiens à souligner quelques points.



D'abord, ma satisfaction d'être avec vous pour la première réunion du bureau de la CNCD. Cette réunion est l'un des résultats concrets de la concertation que j'avais lancée fin 2002 avec les associations nationales de collectivités territoriales.



En dehors des réunions plénières, la Commission dispose maintenant avec cette formation restreinte, que nous appelons "bureau", d'un instrument qui permet une concertation en continu entre les représentants des collectivités territoriales et l'Etat. On va le voir très concrètement tout à l'heure avec le point sur les échanges de personnel possibles entre collectivités territoriales et ministère des Affaires étrangères.



Nous préciserons progressivement les modes de fonctionnement du bureau. C'est l'un des points de l'ordre du jour. Je souligne simplement que l'efficacité du bureau dépendra beaucoup de l'implication des associations d'élus, et des autres administrations de l'Etat, bien sûr.



Cette année se réunit à Paris le congrès fondateur de l'Organisation mondiale des cités et gouvernements locaux unis. Ce sera un événement pour les pouvoirs locaux, mais aussi pour les relations internationales en général. Ce n'est donc pas un hasard si Dominique de Villepin et moi-même sommes dans le comité d'honneur du Congrès.



A titre d'illustration, on a bien ressenti l'importance croissante des pouvoirs locaux dans le développement des pays lors du 3ème Sommet AFRICITES à Yaoundé en décembre.



Jacques Auxiette, qui a été l'un des artisans de l'unification de l'Union internationale des Villes et Pouvoirs locaux (IULA) et de la Fédération mondiale des Cités unies (FMCU), nous fera un point sur l'unification et sur le Congrès.



Mais cette unification n'est pas sans conséquence sur les associations d'élus françaises elles-mêmes et leur positionnement sur le plan européen et international.



Je sais que des concertations entre associations se font plus fréquentes depuis ces derniers mois, notamment en vue de la désignation des représentants des collectivités françaises dans les instances européennes et mondiales de la nouvelle organisation.



Naturellement, cela relève de leur responsabilité. Je veux simplement rappeler ce que je disais lors de la réunion plénière de la CNCD l'an dernier : il est dans l'intérêt de notre pays, que la représentation française soit la plus forte et la plus influente possible dans la nouvelle organisation.



Vous me permettrez d'ajouter une observation de bon sens : la dispersion n'est sûrement pas la meilleure méthode pour avoir de l'influence.



2004 sera aussi l'année de l'élargissement de l'Union européenne, et là encore, la coopération décentralisée constitue un incomparable catalyseur de la réunification de notre continent.



C'est dans cet esprit qu'un forum avec les 10 pays de l'élargissement aura lieu au deuxième semestre. Je souhaite la présence la plus active des grandes associations d'élus de ces pays.



Cette forte implication européenne n'est en rien contradictoire avec l'engagement de la France au service du développement. Elle la complète et elle doit viser notamment à entraîner les nouveaux pays membres de l'Union européenne dans la politique de développement menée par l'Europe en faveur des pays du Sud.



Il n'a pas été possible de réunir la CNCD en réunion plénière fin 2003 ou début 2004. Nous allons voir aujourd'hui quand cela sera possible, compte tenu des calendriers, y compris électoraux.



Mais les choses ont avancé depuis mars dernier, et le bureau pourra assurer un suivi et donner des impulsions.



Je ne fais que les citer et nous pourrons y revenir tout à l'heure :



La création d'un espace Internet sur le site France Diplomatie, qui comprend une base de données sur les coopérations décentralisées existantes : j'ai moi-même pu juger de son contenu et demandé qu'il soit mis en accès expérimental pendant quelques semaines, en vue d'une validation et d'éventuels ajustements par les collectivités elles-mêmes.



Une concertation a abouti au dépôt d'une proposition de loi par le sénateur Jacques Oudin pour donner une base juridique aux actions internationales des syndicats des eaux et des établissements publics intercommunaux sur leurs ressources propres.



Un travail est en cours sur la mesure de l'aide publique au développement distribuée par les collectivités territoriales.



Enfin, les chantiers se poursuivent et devraient déboucher sur la réalisation de deux vade-mecum avant l'été prochain : l'un sur "Coopération décentralisée, agriculture et développement rural" et l'autre sur "Coopération décentralisée et intercommunalité". Pour plus tard, une réflexion a été engagée sur la réalisation d'un vade-mecum "Coopération décentralisée, décentralisation et développement urbain"./.






NDLC: moi je remplace les smiley par des discours politiques c'est bien plus dissuasif...

Commentaire édité par Lapinchien.
nihil


    le 21/06/2004 à 17:26:49
Ah ça a été édité par LC ok... J'ai cru que t'avais une deuxième personnalité à l'UDF...
Kirunaa


    le 22/06/2004 à 13:19:05
En meme temps c'est facile de voir que c'est pas de lui après la 4e ligne... y a plus de faute.
El Defoncer     le 23/06/2004 à 00:04:13
je recommencerais plus lc.. promis j'arrette.
Antrax     le 04/02/2005 à 22:46:53
archéologie anale... ou les annales de l'archéologie...
ce soir, voici donc une merde exemplaire que je remonte des bas fonds de la zone, au cas où vous l'auriez oublié... le must, c'est "à l'heure où vous me lissez" (c'est vrai que les plis c'est pas beau, un trouduc lisse c'est quand même mieux)
nihil


    le 04/02/2005 à 23:26:53
ouais, faut avouer, celui-là il était gore putain.
Abbé Pierre


    le 09/12/2005 à 20:41:55
Vive les articles au hasard.

"Vous êtes encore septique"

Le zonard livré avec le canard WC dans le cul. Un grand moment à téléachat.
argh     le 30/08/2008 à 00:50:18
une creation c de l'art qd meme mais tu t'es pas foulé la
Le Duc


    le 30/08/2008 à 01:22:10
Merci de laisser moisir cette chose, là où vous l'avez trouvé.
D'ailleurs je ne suis pas l'auteur, il paraît que c'est un certain "El Défoncer".
Si Si renaud c'est m     le 08/09/2008 à 17:39:43
désolé mec je suis tombé dessus et je sais que c'est toi
Le Duc


    le 08/09/2008 à 18:12:54
pute, qui t'as autorisé à utiliser mon nom IRL.

Crève salope.
Blair(H2O)si tu préf     le 08/09/2008 à 18:46:34
Je vois que tu es super agressif donc je me casse.

Avant de me barrer je laisse un petit com très subjectif sur ce texte:
-Je suis totalement en phase avec ta vision de tf1
-J'adore ton utilisation de l'argot Ht-marnais dans ton trip écrit, en te lisant je t'entendais parler;)
-Je vais avoir du mal à suivre ton conseil:"oublier ce que vous vez de lire"

Le Duc


    le 09/09/2008 à 02:34:14
Je euh je ...
Contre-paix


    le 11/01/2009 à 16:53:01
"et le pire d'entre eux celui qui à pour mission de nous enculer SARKO !!"
"D'où sort sarkozy ? comment a-t'il pus en si peut de temps nous foutre autand dans la merde ?"
C'était presque prophétique...

Très bon texte de merde.
Incognito Vous m'avez pas vu oki ?    le 21/08/2009 à 21:26:57
Je passe rapidos, je suis inflitrée à l'élysée là, ce que je vais faire c'est continuer à chanter dans son oreille, comme ça, même si il continue à dire des conneries, au moins ils entendra plus celle des ces ministres... hey hey !

Signé : une certaine CB.
Glaüx-le-Chouette


    le 21/08/2009 à 21:34:11
Continue à être inintéressant et sans imagination, c'est très bien. Bouffon formaté.
Damien B     le 23/08/2009 à 12:21:41
Oh mais qui à ouvert la cage ? 'Tain, il me saoule lui !

Pool !!! Et paf la chouette, pour donner à bouffer à mon chien !
inutile comme toi    le 23/08/2009 à 18:25:50
Damien tu seras gentil de pute ton derriere dans cette même cage à poule de luxe. D'avance merci.
Le Duc


    le 23/08/2009 à 19:15:05
Je demande la suppression de ce texte. Et de ma pomme aussi.
Glaüx-le-Chouette


    le 23/08/2009 à 21:18:08
Attends, ton texte me permet de me faire de jeunes amis aux anus frais comme le coquelicot. C'est précieux. Déconne pas.

= ajouter un commentaire =



[Accueil]