LA ZONE -
Résumé : Aka réactive la série mort-née 'l'Autre' avec un second témoignage concernant cette soirée spiritisme entre amis. Aujourd'hui, c'est le pseudo-cartésien fragile de service qui passe au grill. On dérape dans une jouissive confusion, en pleine hystérie collective, très bien rendue et toujours avec l'oeil distancié de l'observateur neutre. On a toujours un peu de mal à voir où Aka veut en venir, mais ça va venir.

L'Autre - Yoann

Le 10/02/2005
par Aka
[illustration] Yoann commençait déjà à se demander pourquoi il avait finalement accepté de faire cette séance. Ca faisait des mois que tout le monde le saoulait avec ça et qu’il n’avait pourtant jamais capitulé. Mais aujourd’hui ils s’y étaient mis à plusieurs, pendant des heures : « Et nianiania si tu la fais pas, on pourra pas la faire. Et nianiania c’est trop dangereux si tu restes dans une autre pièce… » Sarah avait été catégorique : elle ne ferait rien si tout le monde n’était pas d’accord. Il n’avait pas trop envie de plomber la soirée et surtout, il voulait qu’on arrête de lui casser les couilles. Alors, à contre cœur, il avait dit oui.
Son esprit scientifique l’empêchait de cautionner ce genre de pratiques et surtout, il se l’avouait, il ne tenait pas particulièrement à ce que ça change. Il se sentait à l’abri dans ses considérations carrées où chaque chose était à sa place. Il n’avait même pas envie de se questionner sur une éventuelle vie après la mort. Il était l’exemple même de ceux qui refusent de regarder justement au cas où il y aurait quelque chose à voir, et il l’assumait complètement.

Et voila, maintenant ils sont là comme des imbéciles, en pleine nuit, dans le noir, autour d’une bougie, complètement silencieux. Ri-Di-Cu-Le. Cette ambiance a l’air de suffire à en impressionner certains apparemment. Yoann commence à se faire royalement chier.
Un coup sourd se fait entendre à l’étage et Emma hurle. Quelle conne ! Elle l’a fait sursauter.
« Ils sont là. Vous les sentez aussi n’est ce pas ? » La voix de Sarah résonne bizarrement dans la pièce. Yoann ne sait pas qui est là et s’il sent qui que ce soit, mais le bruit, ça oui, il l’a entendu. La peur et l’adrénaline sont contagieuses, il commence à se sentir mal à l’aise et il leur en veut pour ça. Ca tourne en boucle dans son crâne. Tous ses sens sont en éveil et il semble percevoir des choses complètement inhabituelles. Les bruits paraissent amplifiés, il se sent seul et vulnérable au milieu du cercle et surtout, il a la même sensation que quand quelqu’un vous fixe dans le dos avec insistance…
Dans ces conditions, la voix de Sarah est comme une libération : « Mettez vos mains paumes faces à la table sans la toucher… Vous sentez le courant d’air froid ? Il tourne plus au moins vite au-dessus de la table… » Yoann se risque à avancer les mains et les retire aussitôt comme s’il s’était brûlé. « Oh merde » Ca lui a échappé mais là, franchement, il comprend pas. Les bruits, c’est une chose, ça peut toujours s’expliquer, surtout dans une vieille maison. Mais ce courant d’air, il le SENT. Et surtout, ils le sentent TOUS. Il faut que ce truc s’arrête, c’est bon il en a assez vu, merci.
Au moment où il se décide à demander à Sarah de tout stopper, quitte à passer pour le dégonflé du groupe, des bruits se font entendre à l’étage. Des bruits de pas : clairs, nets, sans appel. Emma se met à gémir, elle n’a même pas l’air de s’en rendre compte. Il faut vraiment que ça s’arrête, ça commence à le gonfler, ou au pire dédramatiser le truc parce qu’il va finir par péter un câble : « C’est ta baraque, putain elle a au moins deux cents ans ! Elle craque de partout ».
« Non c’est pas la baraque ». Fred a l’air bizarre, il a une voix super calme mais il pleure. Ca fout une putain de dose d’adrénaline à Yoann de le voir comme ça. La tension est montée d’un cran, tout le monde s’agite, tout le monde parle. Yoann a le tournis, il ne sait même plus qui parle.
« Il y a quelque chose de vraiment bizarre Sarah, je le sens, et tu le sais ».
« Il n’y a rien du tout, tu te chies dessus de trouille c’est tout ! »
« Putain mais est-ce que quelqu’un vous a autorisé à ouvrir les yeux et surtout vos… »
Les bruits de pas qui descendent l’escalier ont interrompus Sarah. Yoann fixe la table : si un truc descend l’escalier, il est hors de question qu’il l’aperçoive à travers la vitre de la porte. Il en crèverait sur le coup, c’est sur.
« N’ouvrez surtout pas les yeux ». Ah ouais, ça c’est sur, c’était même pas la peine de le dire. Yoann ferme les yeux tellement forts que des ombres de couleurs commencent à se former devant lui. Encore une fois, les voix autour de lui semblent venir de très loin.
« Pourquoi ? Qu’est ce qui a ? Pourquoi ? Qu’est ce qui a ? Pourquoi ? Qu’est ce qui a ? » L’hystérie d’Emma lui donne la nausée. Ferme les yeux, ne les écoute pas.
« Ta gueule ».
« Sarah dis ce que tu vois ».
« C’est rien Fred, c’est l’ombre des bougies ».
« Mon cul l’ombre des bougies, je le sens c’est juste derrière moi ».
Putain fermez vos gueules, pitié.
« Ok. Une espèce d’ombre verte foncée, juste derrière toi. Mais j’ai la gueule dans la lumière de la bougie putain. Bon, vous allez ouvrir les yeux lentement, et vous allez me dire si vous voyez quelque chose. Fred, toi, tu ne te retournes pas ».
Yoann ouvre les yeux.
« Vous le voyez alors ou pas ? ».
Il ne sait pas. Il ne sait plus. Ce qu’il voit, ce qu’il ne voit pas. Il est censé voir quoi déjà ? Putain mais quand est-ce que ça va s’arrêter ?
« Moi, je ne vois strictement rien ». Par cette phrase, Thomas semble avoir décidé pour lui : ok, c’est qu’on ne voit rien alors…
Un nouveau bruit se fait entendre, beaucoup plus flou. Yoann un peu rassuré par les paroles de Thomas n’aurait pas été plus alarmé que ça si Sarah n’avait pas souligné que ce bruit venait du siège situé derrière elle. Effectivement, maintenant qu’elle l’a dit, ça semble évident que c’est un bruit de ressorts qui grincent… Il se sent complètement las d’un coup et le fou rire nerveux de Claire qui retentit lui parvient comme un coup de massue. Il entend de loin la voix de Sarah annonçant : « bon, je pense que la séance est suffisamment avancée pour que tu prennes le relais, je te fais confiance » et il se demande alors s’il doit rire ou bien pleurer.

Bastien commence son speech. Il s’en fout. Il a envie qu’ils crèvent tous et lui avec. Il aimerait fondre en larme comme un gamin. Il faut qu’il expulse toute cette tension avant qu’elle le bouffe de l’intérieur.
Sarah commence à s’agiter à côté de lui. Il la regarde. Elle semble assoupie mais sa main gauche se lève petit à petit. Dans cette main elle a celle d’Emma qui a tout bonnement l’air au bord de la panique. Sarah continue de lever sa main, encore et encore. Celle-ci commence à prendre un angle bizarre, anormal. Emma le supplie du regard de l’aider. A eux deux, ils tentent de lui maintenir la main sur la table. Mais d’où lui vient cette force bordel ? Et pourquoi elle n’ouvre pas les yeux. Elle devrait avoir mal là putain ! Il est en train de faire un cauchemar, il n’y a pas d’autre explication possible…

Un cri.

Sarah sursaute et regarde autour d’elle, comme déboussolée. C’est Claire qui a poussé le cri. Elle semble jouer un mauvais remake de l’exorciste. Tout le monde se marre, la tension redescend. Putain qu’elle est conne. Fait arrêter là, ça sonne trop faux.
Et pourtant elle continue : « C’est noir, pitié aidez-moi. C’est tout noir ici ». Elle aurait du se rendre compte qu’elle est complètement ridicule, si ça se trouve, elle est vraiment possédée. Sarah a l’air d’accord avec lui parce qu’elle se met à parler d’une voix sèche : « Ne rompez pas le cercle, taisez-vous ». Elle semble partout à la fois : elle « ramène » Claire et clôture la séance. Claire est en sanglots, elle respire mal. Mais putain qu’est-ce qu’ils lui ont fait faire ? A quoi l’ont-ils fait participer ces pourritures ! Il faut qu’il se barre d’ici.
Yoann se retourne pour s’échapper de la pièce et il découvre alors les murs ruisselants d’eau. Il y en a déjà un centimètre à terre qui s’étale en grosses flaques.
« Putain mais qu’est ce que c’est que cette merde ! »
Thomas lui répond : « C’est la condensation, ça fait des heures qu’on est tous enfermé dans cette pièce alors qu’il gèle dehors ». Il y a comme un truc qui cède à l’intérieur de Yoann. Ca fait des heures qu’ils ont perdu tout contrôle, qu’ils enchaînent des visions qu’ils n’auraient même pas imaginées et ce gros connard arrive avec son ton condescendant pour lui expliquer la vie ! Il explose : « T’as des explications à tout toi connard. Tu m’expliques alors ce qui est arrivé à Sarah tout à l’heure hein ! »
« Quoi, qu’est ce que j’ai eu tout à l’heure ? »
Yoann capitule. Il entend vaguement de loin l’explication d’Emma… Il n’a plus la force de parler. Plus la force de raconter. Plus la force de mettre en mots des choses qu’il aimerait avoir déjà oubliées. Bastien le conforte dans cette idée : « Jurez de ne jamais parlé de ce soir à qui que ce soit, et évitons même d’en parler entre nous ».

Il est presque 4h00 du mat’ et Yoann se demande comment il va pouvoir vivre maintenant. Plus précisément, il se demande surtout comment il va pouvoir fonctionner. C’est tout son système de pensée qu’il doit désormais remettre en question à cause de pauvres blaireaux en manque d’adrénaline. Il n’est plus rien, il se sent vide. Il va falloir qu’il range différemment tout ce qui faisait sa personnalité.
Est-ce qu’ils vont seulement pouvoir poursuivre une vie normale maintenant ? C’est Fred qui lui apporte un début de réponse à cette question : « Putain ça c’était de la montée d’adrénaline ! Bon il y a quelqu’un qui va chercher la vodka pendant que je roule un pèt’ ? ».

…Apparemment oui.

= commentaires =

nihil


    le 10/02/2005 à 18:47:24
Pour ceux qui comprendraient pas super bien : il est fort conseillé de lire les débuts de la série l'Autre, pour voir de quoi il s'agit.
Narak


    le 10/02/2005 à 19:06:11
Le problème de cette rubrique, c'est que tous les episodes racontent la même chose, oui bon je sais c'est le concept de la rubriqe aussi, mais je vois la différence de point de vue avec Sarah, mais ça ressemble quand même un peu trop au premier texte: Ils ont peur, ils se chient dessus, etc...

J'ai trouvé le début beaucoup trop court, l'ambiance prend vachement moins bien que pour le premier texte que j'avais déjà trouvé sympa mais sans plus. Je serai tenté de dire que ça manque d'introspection.

Je le classerai bien entre le "Mouai,sympa" et le "Mouai, bof"

Putain, belle conclusion de commentaire.
Aka


    le 10/02/2005 à 19:44:54
Putain toi si y a pas de "je" ça te plait pas, t'inquiète ça sera pour le prochain. " Le problème de cette rubrique, c'est que tous les episodes racontent la même chose" : au moins si t'as compris ça, c'est que tout n'est pas perdu.

Sinon je suis complètement d'accord avec le résumé de nihil : moi non plus je ne vois pas où je veux en venir. Nul part sans doute.

Très très chouette l'image.
Narak


    le 10/02/2005 à 19:52:17
J'ai jamais dit que j'etait fanatique du "Je"...
Arkanya


    le 10/02/2005 à 22:52:07
Ouais pareil, ej vois bien la différence de point de vue, mais je vois pas trop ce qu'elle apporte de plus à la situation. En fait c'est dommage parce qu'on a l'impression que dans les deux textes "rigoureusement" la même chose est racontée, sans les différences inhérentes à une perception différente, j'ai l'impression que les deux personnages ont vécu un truc qui ne les a pas vraiment touchés parce qu'ils ne se l'approprient pas assez finalement, enfin j'veux dire, si vraiment deux personnes très différentes racontaient une expérience traumatisante, on aurait presque l'impression qu'ils n'ont pas vécu la même chose, alors que là il n'y a aucun doute là-dessus.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 11/02/2005 à 00:19:50
Même pas eu peur.
nihil


    le 11/02/2005 à 21:46:27
Ouais, moi ça fait longtemps que j'ai pas lu le premier, du coup ça m'a pas fait cet effet, mais oui je peux comprendre. Le prochain épisode concernera peut-être le camé qui a fait semblant de jouer au spiritisme avec ses abrutis de potes, mais qui a en fait passé sa soirée à gambader dans les immenses champs roses et bleus de sa conscience dilatée à l'infini, tu vois man... Ca changerait un peu quoi.

Commentaire édité par nihil.
Lapinchien


tw
    le 14/02/2005 à 16:42:21
On serne mal ce qu'est la théorie de la relativité. en fait elle porte mal son nom. On croit qu'elle se base sur "Tout est relatif" alors qu'en fait tout décline de "La vitesse de la lumière est absolue dans le vide"
Antrax     le 14/02/2005 à 18:49:53
dépassée la théorie de la relativité...
Tyler D


    le 16/02/2005 à 00:36:57
je trouve que ça manque de descriptions visuelles... en même temps ils ont tous les yeux fermés pendant une bonne partie du bordel

J'aime bien l'idée de la rubrique, j'avais moi-même pensé à faire un truc dans ce style jusqu'à ce que je lise Kundera qui est un putain de boss dans le style et qui m'a un peu dégoûté

Mais bon là, la séance de spiritisme moi ça me parle pas trop
bertha la grosse     le 16/02/2005 à 01:40:09
c'est bien tyler continue de te parler mais en silence stp
emma ca    le 07/02/2008 à 14:39:12
Moi j'ai trové le texte... pas mal. Disons, pas mauvais, pas mal écrit. mais assez... moyen.
Il ne m'a pas aprlé. Ne m'a rien fait ressentire. ne m'a donné envie de lire +, de lire de suite, quoi...
Pourquoi?
Pourr essayer de definir ca:
1. ca part un peu dans tous les sens;
2. evidemment, il y a le probleme du"deja vu";
3. mais comme le sujet est éculé, forcement les critiques sont plus dures, car on a vu mieux.
Donc moins de surprise ,+ de lassitude car ya eu mieux!
4. mauvais enchainement. Meme en ne connaissant pas les autres textes, les personnages arrivent en décalé, un peu comme un cheveu sur la soupe, en décalé, bastien, yoann et Cie, c'est juste le texte qui n'est pas fluide.

J'espere que tu acceptes la critique, l'avis. Il est sincère. Et non agressif.
Strawberryfields     le 19/12/2012 à 17:51:40
Moi je veux la suite :p
Lapinchien


tw
    le 19/12/2012 à 18:19:00
ici c'est trollfriendly mais smileyfree.

= ajouter un commentaire =



[Accueil]