LA ZONE -
Résumé : On a toujours un peu de mal à suivre Anthrax dans ses raisonnements et ses textes dans leur progression, mais celui-là tient debout grace à son style ravagé et son ambiance de mélancolie apocalyptique. Y a pas mal de tournures qui font grincer des dents et y a un coté trop sautillant dans le rythme, mais les images passent pas mal et l'ambiance est désespérée à souhait.

Sinistrose

Le 09/03/2005
par Anthrax
Sinistrose. Temps gris humide qui colle à ce pays d'ennui, atmosphère d'automne précoce. Viennent les doutes, le flou, les peurs irrationnelles.
Je commence à trouver ce lieu insupportable !
Sensation de gaspillage. Errer sans jamais trouver ma place. Les autres me renvoient une image dans laquelle je ne me reconnais pas…
Je ne sais plus où j’en suis !
Mon penchant pour l'alcool n'est pas un vice, c'est un plongeon tête la première, à la poursuite d’une joie inaccessible ! Hélas, les réveils sont mauvais, je ne le sais que trop bien, ils me remplissent de dégoût...
A trop chercher l'amour des autres, je finis par tenter de le prendre de force, désespérément, tout en sachant que c'est perdu d'avance.
Autant faire un pacte avec la haine pour qu'elle m’ enfonce à jamais !
Grisaille. Absence de couleur. Couverture sale jetée à la face du monde.
Gouffre de larmes, tourbillons aveuglants, tripes lacérées ! Galops brûlants qui martèlent les tempes, coursiers fantômes surgis du néant, étendards de malheur, sursauts et ricanements !
Il y a des créatures immondes qui s'agitent dans la boue, un cauchemar dans lequel on ne peut même pas hurler. Des éclaboussures épaisses qui dégoulinent sur les cœurs, âcres, noires, fétides.
Cavernes et trous à rats, sans paillasse, sans lumière, des barreaux imprimés, code-barre...
Quelque chose qui nous tire par les pieds, bras invisibles qui nous entraînent du côté des mourants, de la vermine et du suintant, dans la sale gueule d'une folie pas remboursée par la sécurité sociale !
Je suis comme fatiguée de la vie, une part de moi s’est coincée quelque part. Hors service. Bonne à jeter ! Je crois bien à cet instant que le monde entier a raison contre moi… Stupide mal de vivre !
Solitude, un sceau marqué à jamais dans ma chair.
Mors à l'âme qui ne saurait être domptée...
Le silence ou l’explosion.
Je m’enfonce, yeux grands ouverts, une boule d’une matière incroyablement dense et compacte fait l’ascenseur entre ma gorge et mon estomac.
Je suis perdue et je n'ai pas la force de partir à ma recherche.
Dans mes rêves, je marche sur une route déserte, paysage vide, une lande brûlée. Je parle aux pierres et au ciel de métal. Je marche, je marche, cédant au poids qui me ramène à la terre, sans jamais rien rencontrer qui puisse briser le mortel enchantement.
Besoin d'un déluge pour refleurir mon jardin, tout est désespérément sec, stérile !
Plus rien à donner qu’un amour désespéré, plus rien à tendre que les griffes.
Une dernière fois, avant de déchiqueter mon propre visage, devenir lambeaux que le vent emporte. Qu'il n'en reste rien !
La vie, brève et fulgurante étincelle dans la nuit.
Se couler dans le cafard comme dans un suaire, tout en volupté, s'enrouler dans les draps noirs de la dissolution.
La mort est le lieu d'où l'on vient et auquel chacun doit retourner, entre les deux est un voyage nommé existence, serpent qui se mord la queue, palais des miroirs.. Une éclipse, une sale blague !

= commentaires =

nihil


    le 09/03/2005 à 18:45:28
Y a vraiment trop de points d'exclamation et de phrases courtes pour un texte qui se veut dépressif, on a l'impression d'être dans chanson de ces petits pédés de Sum 41 (youpi youpi yarglaa yarglaa)... Mais sinon y a des belles expressions et c'est mignon comme tout.

Faudrait un peu que t'essaies de sortir de ce genre littéraire aussi de temps en temps, qu'on voit ce que ça donne quand tu te fous pas des décharges électriques dans le cul en bouffant des acides.
Aka


    le 09/03/2005 à 19:04:33
Oui parce que à force on a l'impression de toujours lire la même chose. Du coup je ne peux pas dire ce que je pense de ce texte : je n'ai pas réussi à aller jusqu'au bout.
Konsstrukt


    le 09/03/2005 à 20:49:07
bin moi j'aime bien le côté litanique des points d'exclamations. ça donne une déprime un peu hystérique, justement, c'est pas mal.
Nounourz


    le 09/03/2005 à 21:05:01
on dirait de nouveaux mots pour ce que j'aurais pu écrire dans mon blog

cela mis à part, j'aime beaucoup, peut-être parce que ça me parle justement.
Anthrax


    le 09/03/2005 à 21:46:06
laisse tomber l'idée des acides nihil, c plus l'époque
on va dire que ma façon d'écrire c ma façon point (d'exclamation)
mais la plupart de ce que j'écris ne colle pas à l'esprit zonard parce que je ne suis pas une zonarde

pour la petite histoire,ce texte c du vécu en temps réel mais qui date de quelques années et j'étais en Hollande gutte flute dans cul
Anthrax


    le 09/03/2005 à 21:46:53
en tout cas pour le lyrisme je me soigne
et j'ai aussi freiné ma consommation de !!!!!!!!!!
Kirunaa


    le 10/03/2005 à 13:14:13
Si t'as habité en Hollande, je comprends beaucoup de choses sur ce texte. Y a pas plus déprimant que ce pays.
Malgré tout j'arrive pas à me concentrer dessus. Je l'ai lu jusqu'au bout, mais j'avoue que je pensais à autre chose en même temps.
En fait, ça me rapelle un exercice qu'on nous avait fait faire en 2nde : on avait des bouquins de poésie selectionnés, et il fallait en sortir des phrases et les coller ensemble pour faire un nouveau texte sur un sujet tiré au sort. Le résultat donnait un assemblage de phrases, sans plus...
Ici c'est pas aussi extrème, heureusement.
Kirunaa


    le 10/03/2005 à 13:14:38
Apres Herpes et les ..., voici Antrax et le !
Anthrax


    le 10/03/2005 à 14:31:25
j'aime bien aussi les...
Vivre en Hollande, non merci ! je suis simplement allée très souvent là bas pour y jouer (à quoi? je vous laisse fantasmer) et je peux pas blairer ce plat pays qui est pas le mien ! ni la bouffe, ni la langue, ni le brouillard en guise de paysage, ni leurs jolies maisons avec leurs belles vitrines, leur nationalisme à deux balles... mais tout n'est pas à jeter non plus, et je ne parle pas spécialement des abrutis-shop enfumés.
nihil


    le 10/03/2005 à 14:56:22
Les ... c'était pas Herpès, c'était Gawhell :

http://zone.apinc.org/article.php?id=681

Mais c'est vrai qu'elles pourraient largement être interchangeables ces deux pouffiasses, personne ne s'apercevrait du changement.
Anthrax


    le 10/03/2005 à 18:11:24
surveille ton langage espèce de blaireau


nihil


    le 10/03/2005 à 18:20:36
Je rappelle que "Gawhell" n'a rien d'un mot vulgaire ni d'une insulte. Mais c'est vrai qu'on a vite fait de confondre, là aussi.
Anthrax


    le 10/03/2005 à 18:43:50
je préfère ça... en plus j'aime bien les blaireaux, ce sont de très gentils animaux
Anthrax


    le 10/03/2005 à 18:44:42
dommage qu'ils traversent la route sans regarder
Nounourz


    le 10/03/2005 à 20:39:30
conclusion : les enfants sont des blaireaux.
Bertha     le 10/03/2005 à 21:42:28
Oui sauf qu'ils regardent tjs mais jamais du bon coté les chiens
Anthrax


    le 10/03/2005 à 22:30:34
dois-je en déduire que nihil est un enfant ?
Cadarn


    le 11/03/2005 à 21:29:09
non, je suis nihil! ahahah, je me suis clone alors que je n'etais pas ne pour faire croire que j'etais deux, mais voici la verite: je suis nihil, tremblez pauvres mortels!
nihil


    le 11/03/2005 à 21:34:30
Toutes mes autres personnalités sont au courant pauvre noeud. Je te rappelle que ce site est totalement imaginaire et n'existe que dans mon esprit.

Commentaire édité par nihil.
nourz     le 12/03/2005 à 10:26:09
tout cela n'est qu'un rameau sur l'arbre des possibles.
Tyler D


    le 12/03/2005 à 11:35:30
c'est le recueil de nouvelles le plus naze que j'aie jamais eu en ma possession, ça...
Anthrax


    le 12/03/2005 à 15:42:06
???
Antrax     le 12/03/2005 à 15:47:55
???

(edit par nihil : Anthrax merci de bien vouloir restructurer vos commentaires, chaque jour plus élaborés et ansi trop complexes à suivre)

= ajouter un commentaire =



[Accueil]