LA ZONE -
Résumé : Les lecteurs sont des cons, c'est une constante universelle. Infoutus de réfrener leur curiosité. Infoutus de saisir la pensée profonde de l'auteur. Infoutus d'être attentifs aux efforts de celui qui pourtant se torture l'esprit pour leur plaisir. Ce coup-ci, la balle change de camp et l'auteur vexé se venge. Maintenant je suppose que si je vous dis de ne pas lire ce texte pour votre bien, vous allez lire quand même malgré l'avertissement ?

C'est celui qui lit qui y est

Le 11/04/2005
par Nounourz
[illustration] Ingrédients :
2 litres d’essence
2 fagots de brindilles de bois
du papier journal
de la corde solide
un grand couteau de cuisine bien aiguisé
un four.
une chaise
Je vous en prie, prenez place sur la chaise. Vous êtes ici pour un petit bout de temps, alors ne faisons pas de chichis, et mettez-vous à l’aise. Si si, j’insiste. Assieds-toi sur la chaise. Pose ton putain de derrière sur cette chaise à la con TOUT DE SUITE.

Voila qui est mieux. Tu voudrais déjà être ailleurs, mais ce n’est pas le cas. C’est un huis-clos, il n’y a que toi et moi. Imagine le décor que tu souhaiterais. Ferme les yeux et laisse venir les images. Le paysage, les animaux sauvages, les bruits environnants… Imagine tout cela. Ca y est ? Bien. Sache que l’endroit où tu te trouves n’a rien à voir avec ce que tu viens d’imaginer. Tu aurais du t’en douter, tu t’en doutais peut-être. Jusqu’à présent, tu n’as fait que lire des productions destinées à satisfaire ton petit plaisir de lecteur. Chaque auteur a envoyé ses textes dans le but de te plaire. Ils ont peaufiné leurs expressions, pesé leurs mots, soigneusement choisies leurs métaphores et leurs comparaisons. Sauf un, qui t’invitait à ne pas aller jusqu’au bout. Mais tu as choisi de le faire quand même, malgré les recommandations de l’auteur. Tu t’es bien moqué de ce qu’il souhaitait, lui, tu es arrivé à la fin de son putain de texte, tu as tout lu comme un écolier bien sage. Pauvre con. Nous allons bien voir si tu recommences. Cette fois, tous les moyens sont bons pour que ce texte soit le dernier de ta carrière de lecteur. Mon but est qu’il y a un maximum de chances pour que ton expérience de lecture soit la plus désagréable au possible. Je ne reculerai devant rien pour atteindre ce but. Fuates de frappe, phrases pas bien tournées, comparaisons ridicules comme un pianiste, jeux de mots débiles-boquets.

Tu l’as deviné : le con dans l’histoire, c’est bien toi. Inutile de faire durer un suspense qui t’aurait incité à lire ce texte jusqu’à la fin, je veux que si tu lises ce texte jusqu’à son aboutissement, tu en ressortes avec un dégout sans nom, une envie de vomir indicible, un effroi ineffable de relire un texte qui est aussi mauvais avec autant de fautes de concordance des temps. Je t’imagine déjà suant à petites gouttelettes qui dégoulinent de ton menton comme si tu sortais de la douche avec les cheveux trempés. Tu aurais utilisé une lotion capillaire antipelliculaire particulière pour les panthères et les pommes de terre. Oui, même les allocutions désagréables me sont permises dans cette œuvre - que dis-je, ce monument au déplaisir de lire. Je veux que tu ressentiras de la terreur en lisant ces mots, que le moindre passage à la ligne suivante soit une source intarissable et infinie et sans fin d’angoisse quant à la prochaine horreur littératographique dont tu seras ma victime.

Intermède 01
Arrosez-vous avec l’essence.
Mettez le feu.
Reprenez la lecture, si vous le pouvez encore.

Le narrateur relut ses deux premiers paragapges d’un air contrit. Ce n’était pas assez. Le lecteur, aussi con qu’il put être, était certainement en train de lire ces lignes, preuve qu’il n’avait pas réussi à le décourager. Il tente maladroitemnte de fiare quelques fautes de frappe mais sans grand espoir de succès. Il pleura beaucoup en constatant cela. L’idée lui. Vint de faire également ; des erreurs dans la ponctiation. Il avait déjà essayé cette, méthode dans un précédent texte, et se souvenait. Du potentiel déroutant d’une ponctuation, hasardeuse. Derrière lui, la télévision allumée faisait du bruit. C’était sans doute un film, mais il savait plus trop quoi, parce qu’il n’avait pas regardé le programme télé. Il se retourne et demanda à sa sœur ce qu’elle était en train de regarder. Et elle lui réponda, mais cela ne regarde que le narrateur, donc je ne vous le dirai pas.

Tu as encore un peu de flammes derrière l’oreille. Non, n’éteins pas ! j’allais mettre de l’essence… t’es vraiment un con, toi, hein. Mais c’est pas grave, on va continuer de te tourmenter comme un arracheur de dents. T’es la pour ça, t’as le cul sur cette chaise pour ça, et t’en redemandes encore. Salope, va. A croire que les abberations littéraires ça te fait bander comme des yeux bandés. Tu en auras pour ton argent, ne t’inquiète pas : tu n’as rien payé, tu auras un texte qui ne vaut rien. Un texte que bernard pivot baptiserait à l’eau bénite de peur qu’il soit possédé par le diable. La rédaction que tu aurais du écrire quand t’avais quatorze ans pour que ton prof il mort d’une crise cardiaque. Mais à cet âge-là, t’étais déjà trop con pour y penser - ou alors tu le faisais, mais même pas exprès, et dans ce cas ça compte pas. Non, j’ai dit ça compte pas, c’est pas du jeu quand on le fait pas exprès. N’essaie pas de tricher, sinon je dirai tout et tu seras puni. Tu aimes être puni ? Ca se voit. A ton acharnement terre à peu tique. A la présence de tes yeux sur ces mots, d’ailleurs, tu les abîmes. Je devrais te faire payer de souiller mes mots de tes yeux sales comme une salle mal balayée. Parce qu’en ce moment même, tu ne paies pas assez. Le désagrément de lecture n’est pas une note assez salée ni poivrée ni pimentée ni currysée pour toi. Il te faut pire. Il te faut…

Intermède 02
Disposez les journaux sur le sol.
Etendez les fagots de bois pardessus.
Allongez-vous sur le tout.
Allumez les journaux à l’aide d’allumettes ou d’un briquet ou d’un bec bunsen ou d’un lance-flammes ou d’une grenade incendiaire ou de deux silex frappés l’un contre l’autre.

Tu es encore là. Les membres calcinés, tu appuies frénétiquement sur la touche « bas » ou fais défiler la molette de ta souris, pour finir tant bien que mal cette abomination lecturienne. Tu sais pourtant que c’est de la connerie. Non pas du courage, ni de la curiosité. Toutes mes

Il fallait bien que je replace, une fois de moins, ma fin de paragraphe inachevée. Je te devais bien cette frustration de la phrase dont on ignore la fin, cette frustration de la répétition d’une figure de style digne des pires tentatives d’auteurs en manque d’inspiration. Que veux-tu, l’insatisfaction chronique me pousse à tendre vers le pire car non, décidément, ce texte ne t’apportera aucune satisfaction à toi non plus. Je vas continuer mes maladresses que je fais exprès, pousser le ridicule dans les côtes pour le faire atteindre des sommets de ridiculisme pathétique, et toc ! L’estocade pitoyable avec mon clavier pour fleuret, ce qui me fait me demander si un joueur d’escrime serait content s’il se verrait offrir un bouquet de fleurets. Je n’hésite pas à poser ici les questions insensées qui me passent par la tête, je peux remplir ce texte de n’importe quel contenu, tant qu’il est inintéressant et que je le décris de la manière la plus pas bien qui fut. C’est d’ailleurs tellement nullissime que les superlatifs sont impropres à retranscrire l’inanité de mon texte, tout comme ils sont incapablement pas possibles de décrire la connerie qui t’épithète (de cheval). Il n’y a pas d’autre solution : pour en être encore à lire ces mots, tu DOIS être le con de cette saint-con, par ailleurs tu remarqueras que je t’ai invité par deux fois à périr dans les flammes. Mais je suppose que tu ne l’as pas fait : con comme tu l’es, tu as préféré la lecture de cette atrocité au sort de Jeanne d’Arc. Je n’ai pourtan pas plus rien à te dire, la vision de ton visage se tordant de douleure à chacune des faute, grimaçant à chaque transition ratée et à chaque erreur. De ponctuation me fait tout chaud dans le bas-ventre, oh, c’est doux, et agréable, Gotlib dirait « Raah lovely », une james bond girl dirait lascivement « oooh Jaaames ! », mais moi, je dis que t’es con.

On le saura.

Conclusion :
Prends la corde, fais un garrot autour d’un te tes bras et de tes deux jambes. Avec le membre non garroté, découpe à l’aide du grand couteau de cuisine les membres garrotés, et reserre les garrots s’il y a trop de sang qui s’écoule.
Prends les membres découpés et mets-les à cuire au four, thermostat 7 (200°c).

Normalement, il te reste un bras, le tronc et la tête. Profites-en pour te mettre des claques, ça m’évitera d’avoir à le faire, et ça te fera sans doute moins mal.

Ensuite, deserre les garrots, et meurs d’une hémorragie.
Paix à mon âme, un con de moins sur cette putain de planète.
N’oublie pas de faire passer ce texte à toute ta liste de contact, sinon tu deviendras l’exemple vivant (enfin, pas vraiment) des lois de murphy - et j’aime autant te dire que ce type, il avait tout compris à la vie, lui au moins.

= commentaires =

Taliesin


    le 11/04/2005 à 16:36:44
Eddy Murphy ?

Sinon, m'en fous, j'ai une combinaison ignifugée et j'ai bouffé un sac de 20kgs d'amiante à midi. En plus, j'suis tétraplégique, même pas mal quand j'me coupe les bras et les jambes.
nihil


    le 11/04/2005 à 16:49:06
Aïeuh putain ça fait mal. Tu connais d'autre spositions du yoga, mais en plus cool ? Sans démembrement par exemple ? Bon très très bien ce texte, j'ai failli applaudir avant de me rendre compte que j'avais plus qu'un bras.
Bertha     le 11/04/2005 à 16:52:58
Voui nickel on s'en prend plein la gueule comme on aime toussssssssssssssss, pas vrai ?
Narak


    le 11/04/2005 à 19:22:50
Super idée de départ.
Super écriture.
Super justification pour se lacher au niveau des figures de styles, mises en abimes foireuse et jeux de mots à la con.
J'adore.

Un de mes textes préféré de cette St Con. Peut être même mon préféré qui sait...
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 11/04/2005 à 19:35:46
Tout lu jusqu'au bout et, pourtant, ça me laisse assez froid. Je me sens toujours aussi intelligent. D'ailleurs, j'ai cru remarquer quelques fautes farcies par là. Pas facile de taper les majuscules avec une seule main.
Aka


    le 11/04/2005 à 22:30:23
Ouais pareil que tous ceux d'avant.
Bobby-Joe


    le 11/04/2005 à 22:59:38
Haaaa, bha ça on peut dire que c'est pas une mauvaise idée, mais j'sais pas, j'accroche pas, j'suis pas dans l'truc, j'me suis limite senti exclu, comme si les vannes étaient pas pour moi quoi... J'dis pas que j'suis pas le con de cette St Con, tout ça, j'dis juste que j'ai l'impression que t'a écrit un mail à un pote (attention, un bon mail, bien écrit hein), et que vous êtes que deux à en comprendre la véritable portée...
Enfin moi j'dis ça, j'dis rien...
Archibald O'     le 11/04/2005 à 23:05:49
Je trouve les sous-entendus de Bobby-Joe très inconvenants.
Bobby-Joe


    le 11/04/2005 à 23:08:15
BHa va aux toilettes...
Karolus O'     le 11/04/2005 à 23:12:09
T'as pas peur quand on tire la chasse ?
Bobby-Joe


    le 11/04/2005 à 23:13:10
Si si, peur de t'perdre
Aka


    le 11/04/2005 à 23:50:51
Je préfèrais ta vanne sur les SMS que celle sur les mails. Putain de nouvelles technologies.
Bobby-Joe


    le 12/04/2005 à 00:01:38
Ouais enfin j'ai pas un stock de vannes prètes à l'emploi...

Sauf "mais t'etais ou le jour de la distribution de cerveaux ?", dont la contre-vanne est, petit secret, "bha devant toi j'ai pris le dernier", mais j'ai pas encore trouvé de contre-contre-vanne valable...
Taliesin


    le 12/04/2005 à 00:03:01
c'est beau la plomberie
    le 12/04/2005 à 00:07:32
Vous pouvez pas faire une pause bordel? Y'en a qui veulent dormir merde.
Kirunaa


    le 12/04/2005 à 13:30:55
J'adore ce texte.
Mais y a pas de feu à la fin...
Anthrax


    le 12/04/2005 à 15:35:36
je suis partie en vacances pour la saint con, normal, mais voilà le premier texte qui me dérouille la machoire, pour le feu au con je me débrouille seule merci
Arkanya


    le 12/04/2005 à 18:23:57
mon texte préféré de la Saint-Con, quels que soient mes autres commentaires !

Commentaire édité par Nounourz.
Nounourz


    le 12/04/2005 à 20:15:47
rien de tel que le "do it yourself" même pour la saint con
Glaüx Le Chouette     le 12/04/2005 à 20:46:19
J'ai bloqué trois minutes douze sur le paragraphe pas fini.
Bravo.

*wouch*
Johnny


Mon premier commentaire    le 12/04/2005 à 22:57:45
Excellent texte, Nournourz !

Une vraie petite perle !
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 12/04/2005 à 23:31:07
Anthrax, quand tu ramènes des souvenirs de vacances bien tarte, tu pourrais leur donner un nom correct. Johnny... c'est vraiment n'importe quoi.
Lapinchien


tw
    le 13/04/2005 à 13:44:25
Impressionnant le morphing entre Nourz et El Def ! çà vaut l'oscar des effets speciaux
Nounourz


    le 13/04/2005 à 15:20:35
et encore c'est pas si facile de se forcer a écrire mal, j'ai du réfléchire pour penser a les tournures de phrases mauvaisement construites.
Anthrax


    le 13/04/2005 à 16:23:31
pas compris l'histoire du nom correct pour la tarte
sinon heu, bonne sein con bite cul
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 13/04/2005 à 21:37:36
'Tarte' était ici employé comme adjectif, épithète du mot 'souvenirs', discrètement appuyé par l'adverbe 'bien'. Dans le cadre d'une tentative d'humour caractérisée, je feignais de prendre Johnny, dont l'irruption fugace sur la zone coïncide avec ton retour, pour un souvenir de vacances.

Pas compris l'histoire de 'sein con bite cul'.
Narak


    le 13/04/2005 à 21:40:17
Saint Con....sein con.

J'ai presque honte d'avoir trouvé.
Nounourz


    le 13/04/2005 à 21:59:10
*jette des pierres sur narak*
Anthrax


    le 13/04/2005 à 23:10:21
faut pas avoir honte narak, cela prouve que tu es cultivé c'est tout
dourak, je suis saint confuse, j'avais pas pigé du tout surtout que jamais je ne ramènerai un souvenir de vacances avec ce nom là... d'ailleurs je déteste les souvenirs de vacances, je les consomme sur place un point c'est tout
ensuite mon mari étant député, je me garde bien de lui parler et de mes souvenirs de vacances et de la zone... pour lui en ce moment je suis au club crochet.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 13/04/2005 à 23:28:04
Je ne saurais trop t'encourager à aller au club crochet. Un cousin de mon arrière-arrière-grand-oncle était député à la Douma sous Nicolas II. Quel hasard !
nihil


    le 13/04/2005 à 23:57:26
Député ? Tu veux dire qu'il se fait payer par des femmes de rencontre pour coucher avec elles ? C'est ça ?
Aka


    le 14/04/2005 à 00:00:31
Passé une certaine heure, il faut éviter de faire de l'humour il me semble.
.Taliesin     le 14/04/2005 à 00:00:52
J'espère que les Bolcheviks l'ont flingué, et qu'ils vont pas tarder à flinguer le dépité d'Anthrax aussi. Tiens, encore un à brûler.
Aka


    le 14/04/2005 à 00:08:48
Toi t'es encore bourré.
Nounourz


    le 14/04/2005 à 00:21:42
"tu t'es relu quand t'as bu?"
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 14/04/2005 à 00:22:55
C'est pas mon genre, les ragots, surtout familiaux. Ce que je veux dire, c'est qu'on n'a pas besoin de savoir que le mari d'Anthrax est député de Mongolie extérieure pour le plaindre, et qu'il finira bien par se flinguer tout seul.
Nounourz


    le 14/04/2005 à 00:37:38
c'est pas si facile de se donner la mort, faut pas croire !
*nounourz, rateur de suicide*
nihil


    le 14/04/2005 à 00:41:34
Ca ça pourrait faire un sacré putain de best-seller, où tout au moins un bon article : "comment bien rater son suicide".
Nounourz


    le 14/04/2005 à 00:44:39
je sais pas si ca ferait un bon best seller, mais pour un article j'y penserai ^^
Anthrax


    le 14/04/2005 à 12:23:01
putain comment qu'il a deviné pour la Mongolie extérieure! sale infiltré kagibiste va!
Le crochet c'est une valeur traditionnelle à perpétuer dans la gueule des dépi et députés, de mes maris s'ils l'osent, et de tout ceux qui aiment pas l'humour passé une certaine heure, non mais!
allez, une droite, une gauche, une droite, une gauche!
nourz     le 15/04/2005 à 19:25:42
ceci est un commentaire factice destiné à augmenter de manière artificielle le nombre de commentaires de mon texte, parce que waouh c'est moi qu'en ai le plus et ça en jette, je suis sur que vous êtes tous jaloux.

J'invite egalement les lecteurs de mon blog a voter pour moi, ainsi que les indécis et les abstentionnistes.

si vous hésitez : nounourz
si vous voulez pas voter : nounourz quand même
nounourz, parce qu'il est trop con.
euh non c'est mon slogan qu'est trop con, la.
Abbé Pierre


    le 08/12/2005 à 22:55:07
J'ai adoré, c'était génial, certainement mon texte préféré de la Saint-Con !

Je vote nourz, quelle que soit la date.

Et parce qu'il m'a occupé aussi, un peu.

Et parce que maintenant que je suis mort une deuxième fois, j'ai perdu mes 200 dollars d'hôpital de GTA mais grâce à la combinaison combo gauche droite double salto arrière califourchon sur une connasse en bikini saute mouton dans ton cul salope rond rond gerbage sur le flic droite salsa mambo vrille avant atterissage sur la gueule d'un arménien cramage de mexicain, j'accède au mode Asian Extrem.
Et je suis vendeur de bolinos.

= ajouter un commentaire =



[Accueil]