Archives Menstruelles

séparateur
séparateur

Graphiques

Tableaux

Recherche d'articles par mois

  1. Jack, les neuroleptiques et la vodka-Javel | chap. 4 | Mort par Zone Forum - (01/01/1970)

    Mort, dernier chapitre de Jack, les neuroleptiques et la vodka-Javel | écriture ludique d'un texte collectif en tour par tour et insertion de paragraphes générés aléatoirement sur ce site ( enneagon.org/phrases ) et légèrement retouchés pour qu'ils collent au contexte. ça se passait ici, viens c'est marrant : forum.lazone.org/index.php?topic=3767 | Résumé des épisodes précédents : Sortant de chez son psychiatre qui lui a prescrit des antipsychotiques expérimentaux, Jack est lynché par la foule. Les badauds inexplicablement irrités lui font boire de grandes quantités d'alcools avant de le bazarder dans le vide. Jack meurt bien avant que son corps ne percute le plancher aux vaches.

  2. Featuring #Pirate par Kolokoltchiki, Zbooba - (01/01/1970)

    Rendons à Kolokoltchiki, ce qui appartient à Kolokoltchiki, Robert Louis Stevenson et Gore Verbinski. Le zine De L'Encre et Des Tripes avait lancé bien avant la Zone un appel à contributions pirates (textes ou dessins), pour son dernier numéro déjà disponible dans toutes les bonnes quincailleries à coté des œils de verre, jambes de bois et crochets à moignons. Kolokoltchiki a donc défié Zbooba en duel pour l'honneur : une rap battle pirate impitoyable s'en est suivie, précédée d'un grand cri "bà bla borbage !", un sabre entre les dents. Le site a ensuite essuyé une belle salve de boulets de canon. Fluctuat nec mergitur, la Zone cela dit. "On n'est jamais mieux sabordé par le fond que par soi-même", Aura-t-on appris aux mutins. Tous les pirates furent raccompagnés, ligotés et bâillonnés, à la planche pour un grand plongeon au milieu des requins affamés.

  3. Ingénues flexions par Dourak Smerdiakov - (01/01/1970)

    Texte publié le 21/08/2017, dans le cadre de son Marathon de la connerie en solitaire par Dourak Smerdiakov dont le titre me donne envie de lancer une grande Semaine de la braderie des calembours, des jeux de mots et du tetrahydrocannabinol. Peut-être que ça fera revenir Castortillon sur le site ? Tiens dernièrement j'ai écouté un rap qui se concluait par "Si tous les Muslims sont terroristes alors tous les catholiques sont pédophiles." ça m'a choqué mais j'arrive pas trop à savoir pourquoi.

  4. Featuring #Pirate 2 par Kolokoltchiki, Zbooba - (01/01/1970)

    Le zine De L'Encre et Des Tripes avait lancé bien avant la Zone un appel à contributions pirates (textes ou dessins). Kolokoltchiki l'a donc bien en travers de la glotte et a défié Zbooba en duel pour l'honneur : ici le second round d'une rap battle pirate impitoyable. Kolokoltchiki tient la corde avec son style IAM de Seine Saint Denis sur Lez. Zbooba qui faisait croire à une coopération de featuring dans la première partie switche quant à lui dans un egotrip Macroniste totalement à l'Ouest. La WWF veut nous racheter les droits de retransmission, et il ne s'agit pas de la fédération de Catch Américain mais bien de la Worldwide Wildlife Fund for nature and biodiversity of lemurs. Kolokoltchiki exige un enregistrement sur bande magnétique. Fin de non recevoir de Zbooba. Le suspense est à son comble.

  5. Histoire du chien jaune par LePouilleux - (01/01/1970)

    Le présent texte ne parle ni de porte-avion, ni du célèbre jeu de cartes. Non, Le Pouilleux nous fait le coup de la fausse feuille volante tirée d’un faux manuscrit, évidemment très ancien, rédigé par un faux auteur mais entreposé dans une vraie bibliothèque (ouf!). Le style est propre, bien mené, malgré quelques lourdeurs intrinsèquement liées à l’emploi de l’imparfait. Un témoignage rapporté, qui mêle sang et os comme vrai et faux, et qui appellent donc vos interprétations, culturés lecteurs. Personnellement, j’y ai vu une allégorie du Veau D’or mais façon Batman Origins ou la genèse trouble de la véritable sauce tomate italienne. Ou encore, si j’en crois la cyclologie, une synthèse cosmique de la chute de Rome, du Grand Soir et de Mai-68. Mais j’imagine me fourvoyer, et j’espère que l’auteur se fera un plaisir d’expliquer le pourquoi du comment de la chose, pour ne point laisser nos âmes dans la tourmente.

  6. Débraillés par Dourak Smerdiakov - (01/01/1970)

    Dourak déboule et ravage tout sur son passage. Ouragan de catégorie 6, flood, désolation, fête de la choucroute, de la bière et autonomistes du Tyrol allemand. Circonstance atténuante, cette salve de sonnets fort peu qualitative fut déclenchée involontairement par le camarade Glaüx-le-Chouette dans les commentaires d'un ancien article du même auteur (que la salve): "je préfère le Dourak qui braille au caniveau des sonnets débraillés." (publié le 22/08/2017)

  7. Featuring #Pirate 3 par Kolokoltchiki, Zbooba, LePouilleux - (01/01/1970)

    Dernier volet de la battle entre le zine "De L'Encre et Des Tripes" et la Zone point org. On rappelle que le premier avait lancé bien avant notre site chéri un appel à contributions pirates (textes ou dessins) d'où ce droit de réponse en compensation du préjudice subi. Kolokoltchiki est sur le point de bien clasher Zbooba qui sombre dans une cover remix mashup bootleg variétoche ridicule et c'est alors que Le Pouilleux entre dans l'arène et met tout le monde d'accord. Rappelons que cette rubrique vole tellement haut qu'elle vous passe au dessus de la tête comme le concède Dourak. Est-ce l'épilogue de cette baston générale aléatoire ? Seul l'avenir nous le dira, si I'ouragan Irma ne désintègre pas notre hébergeur. Le cloud c'était moins violent avant.

  8. Merde par pascal dandois - (01/01/1970)

    Ce qu'il y a de bien avec Dandois c'est qu'il nous en apprend tous les jours, aujourd'hui bienvenue dans l'univers champêtre d'un scatophile. Ce qui m'amène à une situation saugrenue : taper dans le moteur de recherche "scatophile" et tomber sur ce genre de forum : "bonjour, j'ai un énorme problème, je crois que mon fils est scatophile et ça m'inquiète beaucoup. il a 16 ans, passe en 1ère scientifique, est assez bon élève (12.7 de moyenne en 2nde) est très gentil, doux et timide. il a peu d'amis mais n'est pas associable. j'ai récemment fait une découverte qui m'a énormément choqué: il cache bien soigneusement en haut de son placard plusieurs boites à chaussures des excrément qu'il façonne de façon à représenter des personnes et parfois des animaux! qu'en pensez vous? dois-je lui en parler? est-ce passager où a-t-il des tendances malsaines?" Finalement, il y a pire que la Zone, oui mes amis bien pire ! Sinon, pour revenir au texte, on prend ce billet, on l'imprime et on se torche le cul avec manière d'être en communion avec le contenu.

  9. Colloque rhumatismal par Dourak Smerdiakov - (01/01/1970)

    Posté initialement dans les commentaires d'un article, ce sonnet constituait une participation à un duel de sonnets sur un thème imposé par Lapinchien : "Encore eût-il fallu que je le susse." (publié le 22/08/2017) Quelque part entre un reboot de licence de Ronsard, un exemple bien fichu illustrant une règle de conjugaison du dernier Bescherelle en date et un gonzo gériatrique.

  10. Guerres (1/2) par Muscadet - (01/01/1970)

    Nouvelles pérégrinations pédestres et mentales de Muscadet en Wallonie puisqu'il nous l'avait promis : "Je n'en dirai pas davantage ce soir, mais j'aurai à dire sur la Sambre en temps voulu." Méfions-nous des promesses de l'auteur puisqu'il sait ce qu'il veut et fait ce qu'il dit, que la moindre phrase lâchée dans les commentaires peut accoucher d'un chef d'oeuvre qu'on retrouve dans la semaine dans les textes en attente. Première partie aujourd'hui de carnets de voyages qui partent en couille littéraire comme d'habitude. Et les amateurs dont je fais partie ne s'en plaindront pas. Entre digressions historiques à Dinant et Namur, drames des noyés de la Sambre (ou serait-ce la Meuse ?) au moyen âge et quelques slaloms de touristes fluorescents, en exclusivité grand arrivage primeur de flashbacks à profusion du jeune Muscadet dansant le MIA sur la planète MARS donnant la réplique à quelques dealers d'anecdotes et autres drogues moins toxiques, le tout saupoudré de réminiscences et souvenirs familiaux qui indubitablement vous rançonneront de quelques larmichettes et hauts-le-cœur. Rollercoaster émotionnel du mardi matin, veuillez bien accrocher vos sangles et verrouiller la barre de sécurité avant de vous engager dans la lecture.

  11. Glisseurs - Le fan revenant par Dourak Smerdiakov - (01/01/1970)

    Qui est qui, qui fait quoi ? Sliders : Les Mondes Parallèles : La Zone est cet épisode non diffusé, le carrefour à dimensions qui vous mène là où bon lui semble, et vous permet d'incarner qui bon vous semble. Dans cet amas coagulé, derrière les pseudos, les poses et les bons mots d'apparat, naissent parfois de belles choses, des amitiés, de l'amour oserais-je, car quand j'enlève mon masque et mon costume, je suis pareil à vous, nu et haletant, désireux de résoudre le plus grand mystère de mon existence; non pas seul, mais mal accompagné, chahuté par toutes ces psychés autres, qui raillent, questionnent, font en sorte que demain soit un autre jour et pas juste une case à cocher. Ici, les baisers volés s'échangent en plein jour. Merci Dourak, merci.

  12. L'Anémone Couronnée par Clacker - (01/01/1970)

    Avec la première contribution à l'appel à textes P.K.Dick-like, Clacker met la barre super haut en évitant toute fioriture. Comme dirait Bob Arctor dans Substance M : "Il se peut que ce soit seulement mon imagination. Quelle que soit la nature de ce qui m'observe, ce n'est pas Humain. À la différence de Donna aux yeux noirs, ça ne bat jamais des paupières. Que peut voir un scanner ? Ce qu'il se passe dans la tête ? Ce qu'il se passe dans le cœur ? Est ce qu'il voit à l'intérieur de moi ? à l'intérieur de nous ? Clairement ? Obscurément ? J'espère qu'il voit clairement parce que moi je n'arrive plus à voir en moi même. Je ne vois que des ténèbres. J'espère pour tout le monde que le scanner fait mieux. Parce que si le scanner ne voit qu'obscurément comme moi, alors je suis maudit... doublement maudit. Et comme ça, on finira tous morts en sachant très peu de choses. Et même ce très peu de choses, on l'aura compris de travers." P.K.Dick avait une sœur jumelle. Décédée de malnutrition âgée à peine de quelques semaines, elle le hantera toute sa vie, surgissant d'innombrables fois dans ses écrits sous les traits d'une belle et jeune femme brune. Souvent une psychotique.

  13. Guerres (2/2) par Muscadet - (01/01/1970)

    Le carnet de voyage gastronomico-historique s’estompe peu à peu, laissant place à une autobiographie dont certains événements grotesques et trop parfaitement touchants qui la composent égratignent la véracité. Mais peu importe au final, que Muscadet existe ou pas, que la vie narrée soit inventée ou non; l’auteur s’engouffre avec malice et macintosh dans les crevasses de la contemporanéité, hante les derniers instants de la civilisation, les ruines qu’il arpente appartenant aussi bien au passé qu’au présent. Dommage cependant que cette plume ne soit au service d’un défaitisme qu’il pense raisonné. Se mêlent ainsi des réflexions pertinentes mais tautologiques sur la guerre remarketée en projet héroïque, l’argent et les réalités sociologiques, des considérations navrantes sur la procréation et la lâcheté que l’auteur pense distribuée équitablement en chacun de nous (auto-validant de la sorte son logiciel de clochard céleste, à moins que cela ne vise le réveil du lecteur ?), ou bien encore cette obsession à vouloir faire de la décence un concept petit-bourgeois. Muscadet semble peu au fait des lourdes sanctions qui frappent les hommes libres ou feint d’ignorer qu’il existe d’autres voies que celle du sous-singe, mais soit. On regrettera donc cette fin à la Tyler Durden.

  14. La rentrée a été inventée pour simuler le coït adultérin… par Le Docteur Burz - (01/01/1970)

    Ce qu'il y a de bien chez Burz, c'est qu'il y a toujours moyen de trouver de l'inspi en lisant ses textes. A gros coups de pelle dans ta tronche, voilà qu'il te défonce avec ses stéréotypes qui en deviennent rasoir. Tout est abordé pêle-mêle si bien qu'on a l'impression de découvrir le pot pourri de l'année dernière, tout y passe : les niaiseries de la télé-réalité, critique du capitalisme, des syndicats (ces gros CONS), de Macron (ce gros CON), de l'environnement et de nos années passées à polluer en se trempant le cul dans l'eau. Bref, une discussion de comptoir classique entre beaufs du dimanche. Dommage que la Corée et ce bon vieux Kim n'aient pas été abordé, actu de base...Que pourrais-je rajouter d'autre ?...Ah si, on pourra retenir l'évocation de Greg le Millionnaire (#années2000) dans ce brûlot politique qui nous prouve une fois de plus que les auteurs de la zone sont des vieilles croutes. Ralala, quel ringard ce Burz !

  15. Édito à propos de ta mère par Dourak Smerdiakov - (01/01/1970)

    Bon, ben, ce n'est pas l'édito que certains attendent, mais c'est le meilleur que j'écrirai jamais, jailli spontanément, énervé, alcoolisé, à une heure du matin. Avec toutes les fautes et l'absence de style qui vont avec. Maintenant, là, près de chez moi, il y a les fêtes de Wallonie. Ouais, homo festivus. Ouais, y a pas qu'une citadelle de merde avec ses vieilles pierres, ses canons, et ses fantômes de pauvres types morts pour rien pendant des siècles. Ouais, je cause vulgos. Donc, ce week-end, je fête la Wallonie. Je me bourre la gueule. Je nique vos mères. Et l'emmerdant édito dans lequel je dois me justifier et dont je n'ai pas écrit une ligne quoi qu'en pensent certains, il viendra plus tard. Parce que là, je passe 48 heures loin de la Zone. Je vis.

  16. Dans la petite maison dans la prairie par Khalid EL Morabethi - (01/01/1970)

    Au début je ne voulais pas publier ce texte de Khalid EL Morabethi, car comme d'autres admins, je ne le trouvais pas zonard. Je pourrais parler de manière hypocrite de slam ou de sublime et dire que ça n'est pas mon truc, ni le truc de la Zone, mais en vérité j'ai déjà lu de très bons textes de slam ou de sublime, et ça ça n'en fait tout simplement pas partie. Ce texte pourrait être produit par un algorithme complètement bancal et médiocre, cependant je ne crois pas que ce soit le cas non plus car la suite de mots "La petite maison dans la prairie" est présente 10 fois dans ce "poème", titre compris, et simplement à la fin, il manque l'article avant "prairie" aussi c'est une erreur qu'un algorithme n'aurait pas faite puisqu'un algorithme n'a pas besoin de se relire alors qu'a priori un auteur zonard non plus depuis aujourd'hui. J'ai décidé unilatéralement de publier ce texte et de le ranger dans le dossier P.K.Dick-like parce qu'il me semble cependant que les thèmes abordés sont dickiens : rapport à la réalité, confusion mentale, grande matrice et cerveau global observant tout l'univers. Laura Ingalls faisant partie de l'univers et étant par ailleurs un personnage super flippant pour moi, suscitant des réactions phobiques et paranoïdes équivalentes à celles que provoquent les clowns chez certaines personnes un peu plus saines d'esprit que je le suis, je me dis que je ne dois pas trop être dans le faux. J'ai donc dans ma grille d'évaluation de la dickinité d'un texte assez de croix cochées ici pour crier "Bingo !" et publier "ce bel hommage". Il se peut que ce texte ait cependant été posté par l'auteur avant la parution de l'appel à textes P.K.Dick-like mais ce serait un argument supplémentaire en vérité pour affirmer que ce texte est dickien. Je ne ferai pas l'effort de relire ma présentation, par contre, faut pas charrier.

  17. Babel under the clouds par Lapinchien - (01/01/1970)

    Voici ma contribution à l'appel à textes dickiens. Le résultat n'est pas terrible et je pense que l'utilisation expérimentale du présent de l'indicatif doit y être pour beaucoup. Cela pourrait être vu comme une parodie de blade runner mais ça ne l'est pas vraiment. Je voulais faire une suite car il y a plein de pistes storytelliques ouvertes qui ne servent à pas grand chose dans ce premier volet, mais m'en vais un peu sonder le lectorat avant pour savoir si c'est une bonne idée ou pas. N'hésitez donc pas en commentaires à participer à notre grand jeu "Stop ou Encore".

  18. Les bretzels des pendus ! par HaiKulysse - (01/01/1970)

    HaiKulysse nous gratifie d'une contribution au dossier "Appel à textes P.K.Dick-like". On ne s'en étonnera pas, il utilise à nouveau la méthode du cut up de Burroughs et de l'écriture automatique pour ce faire; ça aurait été un peu choquant même s'il ne s'était plié à sa propre tradition. Du coup je vais recopier le quatrième de couverture du recueil de nouvelles chez Folio "Dans le jardin et autres réalités déviantes" de P.K.Dick et changer quelques mots pour faire de mon descriptif une extension de l’intention de l'auteur relativement à la thématique récurrente du questionnement au rapport à la réalité de Monsieur PKD. "Qui est cet étrange bretzel gourmand à moitié mordillé qui prétend que le monde n'est qu'une projection de son propre esprit pâtissier, destiné à son seul bonheur de viennoiserie teutonne ? Comment se fait-il que personne ne se soucie de ces pendus dans le square dont les poches regorgent pourtant de délices et friandises ? Pourquoi le nouveau moyen de transport instantané qui relie tous les points de la planète en quelques pas, la prostate d'HaiKulysse, semble-t-il habité ? Au fil de ces douze lignes où la réalité a tendance à déraper dans la semoule originelle de l'univers et la gue-dro mal coupée, HaiKulysse nous explique que le rapport entre l'observateur et le réel n'est au fond qu'une question de perception ou d'humeur ou d'ornithorynque."