Laissez-vous mener en bateau

Le 02/04/2002
-
par nihil
-
Thèmes / Fight / Critiques de sites
Premier dézinguage de site par le patron de « La Zone ».
Les cibles les plus faciles sont souvent les plus agréables à shooter. Ou bien c'est le contraire je ne me souviens plus trop.
Tuer un site déjà mort, c'est un plaisir de fin gourmet.


Remarque, je ne suis pas sur que le site Scout-net news (http://www.webzinemaker.com/scoutisme59) soit réellement si mort que ça. Un article tous les mois à peu près, le dernier datant de février. Faut dire que des infos aussi pointues, c'est pas si facile à dénicher.

On s'attendra à ce que je fasse des jeux de mots minables sur la sexualité en milieu traditionnello-religieux, que je developpe de beaux exposés sur la scoutophilie ou les joies du bateau, que je m'amuse à relever toutes les petites phrases qui pourraient s'entendre à double sens (titre de l'article : "bien installer sa tente", oups, me suis laissé aller là), mais très peu pour moi. Je suis un être autrement digne, moi. Je me contenterai donc de faire un petit tour intéressant de ce qui peut intéresser un vrai scout.

1/ la bouffe : "On dit souvent 'frais et printanier'... Petits légumes, salades, verdure et légèreté...inondez (sans mauvais jeu de mots) vos assiettes de fraîcheur et vos papilles de bonheur". C'est eux qui ont commencé ! Et après on voudrait que j'aille pas nous pondre un traité sur la meilleure manière d'inonder un scout.

2/ une hiérarchie de fer :" les chefs d'équipes pionniers et compagnons...", "meutes, troupes, équipes et relais", "louveteaux, scouts, pionniers et compagnons". Je ne sais pas si ça me rappelle les croisades ou bien la conquête de l'ouest aux états-unis... Les pionniers : ah c'est beau, ça sent l'aventure, la sueur entremêlée, la fraternité des vrais mâles. En tous cas ça me rappelle bien l'armée. Même si personnellement mon grade militaire est "déserteur".

3/ un langage accessible à tous. Moderne et djeunz, le scout accepte la société actuelle et se plie au goût du jour en matière de langage. On raffole de ces croustillnces subtiles : "jamborée", "codépie", "grand jeu du frotin", "anideps"... Personne ne sait ce que ça signifie, mais ça sonne autrement mieux que "keuf", "dla balle" ou "nique ta reum". Les vrais jeunes sont dans la place !

4/ la vie au grand air : "Débarrasser les pierres, ronces, racines, ... qui risquent de détériorer le tapis de sol et qui empêcheront les campeurs de dormir sereinement. Vérifier aussi l'absence de fourmilières. Éviter les sols humides. ". Il est toujours important de rappeler aux gens les choses importantes. Comme "ne jamais dormir sur une fourmilière". Ca sonne genre : "vérifier que vous ne plantez pas votre tente sur le périphérique". On sait jamais, ces pauvres gosses sont tellement lobotomisés par des enseignements rétrogrades et religieux à 10 centimes d'euro qu'ils finissent par faire n'importe quoi.

5/ la ruralité : une grande ville ne doit pas dépasser 80 habitants. "Rendez-vous fut donner en gare de Phalempin à 14 H 30 aux postes.", "Pays du Ferrain", "l'aérodrome de Bondues", "la ferme des Marins". Ca sent bon la France profonde. Les vraies valeurs qui entrent.

6/ l'éducation par la discussion : "Les camps en France, afin d'élaborer et d'enrichir les idées du poste". Mmh, une petite séance d'endoctrinement, mes enfants ? Genre dis-moi ce que tu en penses, que je te remette dans le droit-chemin à coups de trique dans ta gueule d'acnéique.

7/ et bien sur la religion : "les soeurs de Phalempin", "épiphanie", "Messe le dimanche à 10h30". Ca reste diffus, rien d'agressif ou de dogmatique. Un peu comme le site de Familles de France, bien épuré de tous ces enseignements bigots minables pour éviter de prêter le flanc à la critique.

C'est sympa, c'est convivial, faudrait obliger les délinquants de banlieue à passer par là pour en faire de vrais petits robots sans intelligence mais au service du travail, de la famille, de la patrie ! Des hommes modernes comme la société en a besoin !

Allez une petite phrase pour finir. Je m'étais fixé une ligne de conduite, mais là c'est trop bon : "le campeur recherche les convexités, légères bien sûr, qui lui évitent les risques des bains de minuit". Et après on poursuit de pauvres abbés alors que tout est imputable à une installation de tente déffectueuse !

Allez en paix.
La Zone - Un peu de brute dans un monde de finesse - http://www.lazone.org/