Tinch

Le 08/02/2019
-
par Twadi
-
Thèmes / Divers / Pangolins et licornes
Dans la série auteurs à fort potentiel de confusion mentale, on poursuit sur notre lancée avec ce texte de Twadi qui nous raconte l'évolution chez le narrateur d'un très gros cancer du cerveau.
Je voulais pas que les plume de mouettes devient plein de bactéries pour moi je voulais pouvoir encore cueillir les plantes que j'connais et les manger et à la secondes où j'écris il y a le doute que déjà il s'en désintéresse. J'aurais aimé des mots serrés qu'il peut pas s'empêcher d'aspirer. J'attends la fièvre. Un peu plus de rigueur. Des étoiles qui m'ont pénétrer ma fontanelle grande ouverte. Mon coeur brûlant qui a rafraichi ta Vie. Mon coeur qui a l'écume au bord des lèvres comme un chaudron qui bouille, de vouloir tout te dire. Ma fille de 13 ans qui a la voix de Christina Aguilera et Christina Aguilera s'en calisse et tout ce qui tue faut pas se laisser tuer et Marc Dupré qui m'a volé un lyrics. Je parle de pop artists avant je m'aurais détesté pour ça? Je peux faire ça longtemps. Je te parlerai pas de rectum tout de suite. Tout la place que j'ai pris là et quand je dis là c'est ton Coeur et là je suis gênée de le dire c'est sacré, au pire prends ce que je dis pour du vomi tsé des fois quand un concept te traumatise et te fait douter encore plus de toi. Mais tue pas. S'il y avait du petit piano qui joue j'écrirais que c'est comme des petites perles. Voilà. Pouloulou.

À la thérapie quand on fume il y a une énorme cathédrale sur la rue Lionel-Groulx un réel monument, j'avoue que je l'aime bien... Il fait chaud le ciel est lourd je mangerais bien une crème à glace avec toiieeé Marxcalepto

Tout me gosse déjà. C'est un tout nouveau programme. Je suis toute mais l'ange éh.

22 juin
Aujourd'hui bonne journée je parle anglais avec les filles elles sont anglos.

Moi avec mon soulier tout croche sur le pont à Chambly la fille folle qui cherche son homme tous les autos me voisent. Après j'ai fait la Salutation au soleil dans le parc.

Avec Lui il y avait tout, des poils de chat partout et sur les vêtements, les odeurs, sucrées et vinaigrées des choses qu'il cuisinait et l'iode irisée de cette vie était étrangère à mon écriture noire mais je pouvais pas m'empêcher. Sa musique dans son sang et son rire fou et quand il jouait la plage avec le hamac et les palmiers et les grands blés qui fuissaient et moi j'écoutais comme une petite écolière avec deux tresses et ce yoga parfait. Comme il se déployait et disait tout et donnait à s'en épuiser à en cracher le sang mon Loup mon Rama. Je suis impudique quand j'écris mais j'ai peur de ma mémoire et l'absence me déchire. À chaque expiration je sens son absence.
La Zone - Un peu de brute dans un monde de finesse - http://www.lazone.org/