LA ZONE -

kratoievski

Le 16/09/2019
par Khalid EL Morabethi
[illustration]
Les crises sont toujours en cours de constructions. Puis l’opération. Pas d’enfance. Conduire les souvenirs vers une autre province. Pas d’anniversaires. Pour que je sorte. Les crises font des miracles. Il faut que je me noie pour que je me prépare. Il faut que je me noie pour que mon esprit se sépare en 4 parties, 2 parties, 8 parties, 631 parties. Il faut que je me noie pour un remplaçant libre. Puis l’opérateur. Pas de vertige. Pour que je sorte. Les crises suppriment la faiblesse. Il faut que je me noie pour que je ne doute jamais. Il faut que je me noie pour que je sorte de l’autre côté de la construction. Il faut que je me noie pour que je voie le grand regard honnête. Pas de mensonges. Prendre le risque. Pour que je sorte. Les crises pénètrent les consentements. Il faut que je me noie pour que j’articule. Brûler le ventre. Les crises m’apprennent. Arracher la chair. Les crises m’entourent. Voir plus clair. Les crises se présentent comme remède. Pour que je sorte. Pas d’hésitation. Il faut que je me noie pour que je sorte

= commentaires =

Lapinchien


tw
Pute : +1
    le 18/09/2019 à 15:36:04
Pom Pom Tchak. En fait, c'est du beat box. Pom Pom Tchak
Dourak Smerdiakov


site blog lien tw
Pute : +0.66
    le 18/09/2019 à 22:27:12
Tout de même, "arracher la chair", ça doit faire mal à la parturiente.

= ajouter un commentaire =