Rêves et cauchemars

Le 10/11/2005
-
par Ieyasu
-
Thèmes / Polémique / Système
Encore un qui appelle de ses voeux l'extinction de l'humanité. Ce texte s'intéresse aux dernières pensées juste avant la catastrophe globale. Une sorte de manifeste nihiliste sous-developpé, pas très mature, mais plein de spontanéité.
Ce serait une douce revanche de l'univers.
Blam, une bonne météorite pleine de sales bactéries inconnues dans le coin de ta sale gueule. Ca me ferait carrément marrer.
Non, ce serait encore mieux si on pouvait donner une minute à tout le monde avant de mourir pour avoir le temps de penser, penser à tout ce qu'ils veulent.
A quoi ils penseraient ?
A leurs vie de merde, ce qu'il en on fait, ce qu'il en ont pas fait, ils se rendrait compte qu'ils servent à rien.
Certains se croyaient puissants, d'autres faibles. Certains avaient des amis, d'autres non. Certains baisaient avec trois bonnasses minimum à la fois, et pourtant, il va se rendre compte que son corps va de déchirer en petits lambeaux, puis en poussière, puis en rien du tout comme celui de tous les autres cons qui traînent sur Terre.
Il se rendrait compte que tout le bonheur ou malheur qu'ils ont réussis à s'accaparer et à accumuler au dépend ou au bénéfice des autres ne les empêche pas plus de mourir qu'il empêchera la Terre - ce qu'il en restera - de continuer à faire le tour de son orbite.
Maître du monde ou larbin, tous se rendrait compte - dommage pour eux - que leur existence insignifiante ne fut rien d'autre qu'une douce berceuse, une illusion bâtie sur de la merde. On est tous de la merde, moi aussi, mais ça me ferait bien marrer quand même.
Voir leurs faces dégoûtées «Non J'ai économisé des années pour enfin avoir le bonheur, et je perd tout" Tu avait rien accumulé, connard, et tu crève comme rien. C'est la vie, tu croyais que ton bonheur valait quelque chose, tu croyais que ta thune valait quelque chose. Manque de pot, ça vaut rien, crève connard ! Muahahahaha !
Oui, y'a moyen de se taper un bon délire. Toute ces face de cons qui pour une fois aimerait tant se retrouver à la place d'animaux. Il ne fallait pas que l'homme soit capable de comprendre qu'il comprenait, c'est un pas de trop, un pas vers la souffrance, mais t'inquiète, bientôt, plus de problèmes. Tout va rentrer dans l'ordre, on comprendra plus rien du tout. Le reste de l'univers va pouvoir repasser en mode Grande vitesse de lecture, puisque il n'y aura plus rien d'aléatoire à observer, des galaxies qui se barrent, des étoiles qui se forment, d'autres qui pètent, et tout le monde qui s'en fout, qui laisse continuer ce joli manège sidéral, pourquoi ? Plus personne pour penser, observer. Plus personne pour rêver, pour se battre, pour gagner ou perdre.
Mais personne ne pensera à ça, à ce calme enfin retrouvé. Tout le monde pensera à ce qu'ils perdent. Leurs vies, leurs capacités à penser et se rendre compte qu'ils vivent. Ces capacités dont ils se sont servis pour construire, à partir d'un tas de merde - leur vie - un monde de rêves et de cauchemars, créé par eux et pour eux. Un monde dans lequel ils se déplacent, gagnent et perdent de l'argent. Un monde ou ils aiment, ou ils détestent leurs homologues qui eux aussi les détestent ou les aiment, voir s’en foutent.
"Je n'ai pas eu le temps de lui dire que je l'aimait ! J'ai lâchement continuée à vivre ma pourriture de vie sans oser briser les règles pour aller le voir et lui avouer." Oui, vous vous serez mariez, vous aurez eu des enfants, vous aurait était heureux pour un temps, tu aurait fini par crever de la même façon que tu le fait maintenant. Quelle différence ?
Un château de carte qui prend feu au lieu de s'écrouler.
Oui, on va bien rire. Même si ça ne sera qu'un rêve, ou un cauchemar.
La Zone - Un peu de brute dans un monde de finesse - https://www.lazone.org/