Le con du port

Le 18/04/2007
-
par Vanvan
-
Thèmes / Polémique / 2007
Encore un texte récupéré juste à temps dans ce vide-ordures qu'est le Zine lapin.org. Celui-là, j'ai même pas demandé à son auteur l'autorisation de le publier. On va quand même pas se laisser monter sur les pieds par des animaux de compagnie. Après longue interrogation quand au choix de son con, Vanvan se dirige vers le port pour mettre à éxécution son sinistre plan...
« Brûlez un con ! » qu’ils disaient.

Quelle bonne idée. On a beau rêver de quelque chose des années durant, il faut souvent attendre que quelqu’un d’autre l’énonce à voix haute pour qu’on réalise à quel point c’est cela qu’on voulait. Il faut brûler les cons.

La liste est longue. Par qui commencer ?
Par les politiques ou par leurs animaux de compagnie ?
Ou par ces vieux cons, qui même quand ils sont encore jeunes, savent si bien nous expliquer pourquoi ils ont raison quand ils nous cassent les couilles, et pourquoi on aurait tort d’espérer avoir seulement parfois raison sans se ranger inconditionnellement à leur avis ?
Ou encore ces jeunes branleurs qui croient que ma moto est un paillasson, qui râlent quand je les réveille en la démarrant avant midi et qui le soir venu, jettent leur canettes sur mon balcon ?
Et puis y a les autres là, aussi, qui n’arrêtent pas de me coller des prunes dès que je les croise, sous prétexte que je fais trop de bruit, que mon échappement n’est pas réglementaire. Et leur sirène, elle ne fait pas de bruit peut-être ? Et je ne parle pas du bruit des pneus qui crissent quand ils démarrent au feu rouge !
Et les commerçants ? Ceux qui tirent une tronche d’enterrement, même lorsque tu vides chez eux le contenu de ton maigre portefeuille ? Qui t’expliquent qu’ils font le plus dur métier du monde…’z ont qu’à faire marin pêcheur, tiens, ils verront bien comment c’est facile, se dorer la pilule au soleil en titillant le bar ou la dorade. Surtout de nuit dans des creux de quatre mètres, sous une pluie glacée…

La liste est longue, mais on pourrait en mettre plusieurs, dans le même feu.
Je pourrais cramer la maison d’un con par exemple, avec sa famille, pour éviter qu’il ne se reproduise.
Ou la mairie ? Mieux ! Les permanences politiques ! En plus, vu le vent qu’il y a ce soir, si je fous le feu chez les fachos, je suis quasiment sûr que le bloc de maison brûle jusqu’à la permanence des autres intégristes de l’économie libre…
Je pourrais cramer un bâtiment entier, aussi, comme ça j’en brûle plus d’un coup. Un hospice, une gendarmerie, ou un hôtel quatre étoiles. Là on pourrait commencer à parler de résultat, d’efficacité.

Non…

J’ai mieux. Je crois que là, j’ai trouvé le top… Si je me rappelle bien, leurs grands réservoirs de gaz, sur le port, ils ne sont plus très bien gardés, depuis quelques temps, au milieu de leurs grillages rouillés… Et pourtant, s’ils pètent, ils rasent la ville, ils foutent le feu à tout ce qui se trouve à moins de quinze kilomètres… Même en ne réussissant à atteindre qu’un centième des gens de ce périmètre, on arrive à mille cinq cent cons brûlés ! La vache. Ils vont être verts les autres, quand ils vont s’avoir combien j’en ai cramés…

En plus il va bientôt faire nuit, avec presque personne dehors. Je n’ai qu’à remplir les bidons, et je file les allumer sous les soupapes et les tuyaux sortant des réservoirs. Ça devrait suffire.

Yeepee !!!

***

"Suicide ou accident ?

Un jeune homme a été retrouvé brûlé vif dans sa voiture cette nuit aux abords du port de commerce. Le coffre de la voiture aurait été rempli de bidons d'essence qui auraient pris feu, probablement pendant que le conducteur fumait une cigarette, d'après les renseignements des services de Police. Une enquête est en cours pour savoir s'il s'agit d'un accident, mais la thèse du suicide reste privilégiée."
La Zone - Un peu de brute dans un monde de finesse - https://www.lazone.org/