D'une histoire ancienne...

Le 19/06/2007
-
par Lussylver
-
Thèmes / Obscur / Nouvelles noires
Texte merdique, d'autant plus frustrant qu'il aurait bien pu donner quelque chose d'intéressant. Le narrateur nous fait redécouvrir l'histoire des Haschichins, cette ancienne secte d'assassins et remet leurs préceptes en application. Le texte refuse tout parti pris et tout manichéisme, c'est plutôt pas mal vu. Seulement c'est maladroit, très mal écrit, déséquilibré. Gâchis total.
Je ne sais plus où j'ai entendu cete histoire.

Il y a trés longtemps, loin en Orient, dans les montagnes perses, vivait un homme dans un immense palais secret. Personne, à part ceux qui vivait, ne connaissait l'existence de ce palais. Et certains d'entre eux n'étaient même pas sûr qu'il pouvait exister. Il était d'une architecture tellement fine et belle que l'on dirait façonné par les anges. Tout se trouvait en abondance et en somptuosité à l'intérieur de ce palais: Nourriture, vêtements, boissons... Il était majoritairement habité par de somptueuses femmes. Le jardin était gigantesque et regorgeait de faune et de flore venant des quatres coins du monde. C'était l'Eden.
L'homme qui y vivait était le seul à pouvoir en sortir car il était maitre des lieux. Il disparaissait pendant quelques jours et revenait avec ce qu'il considérait des invités, qu'il ramenait séparement. Il les choisissait parmi les plus vigoureux et habiles hommes qui existaient en dehors de ce paradis. Beaucoup d'entre eux étaient aussi trés modeste, voir extrémement pauvre. Il se liait d'amitié avec eux, puis, abusant de leurs confiance, les droguaient. Par la suite, il les faisait rentrer dans on palais où il leur faisait goùter les plus grands délices: Femmes, boissons, drogues... il se croyaient mort et au Paradis, car un tel lieu ne pouvait exister sur terre. Ils en était extrémement heureux.

Le bonheur et l'allegresse se poursuit jusqu'à un certain jour, où le maitre des lieux décide de les renvoyer du chateau, et leurs défends d'y rentrer, à moins qu'ils n'accomplissent une certaines missions. Croyant avoir goùté au Paradis, et aussi totalement sous l'emprise et la dépendance des divers drogues qu'ils ont put gouté, ils sont capables de faire n'importe quoi pour retourner dans ce palais, car de toute façon, ils ont été en Eden, et en on été chassé. Il ne peuvent plus rien perdre, et tout à y gagner.

Ils accomplissaient ces missions au périls de leurs vies. Des missions d'assassinat, pour la plupart. Ils n'en revenaient presque jamais.

Du mot Hachich, a été donné le noms de Haschichins pour ces hommes. Il devient plus tard le nom Assassin.

A mon avis, c'était les premier kamikazes, bien avant les japonais.

Mon travail ressemble à celui du maitre du palais, qui vidait la tête de ces hommes pour leurs faire accomplir un travail, une mission qui serait refusé par quiconque de sensé. J'en fabrique des tas, de gens comme eux. Je les prend pour la plupart des couches sociales les plus défavorisés, et je les drogues. Non pas aux substances addictives ou aux plaisirs matériel, mais aux promesses de Paradis et de martyrisation. Je leurs promet soixante douze vierges et des rivières de miel, et eux, sont prêt à donner leurs vies, au nom d'Allah.

Mon travail n'est pas différent de celui des recruteurs de l'armée. Eux aussi vont dans les quartiers populaires, font miroiter la perspective d'une vie meilleure aux jeunes, en échanges d'un petit moment à l'armée. Ou de leurs vies. La différence est que je leurs promet la vie eternelle. Les autres pourront peut être sortir de leur misère. Et ils ont aussi une chance de vivre.

J'ai à mon actif beaucoup d'attentat, réussis ou avortés. J'opéré un peu patout: Maghreb, Proche et Moyen-Orient, Europe... Mon pseudonyme est connu et réputé chez beaucoup de ces organisations à qui l'on impute la responsabilité de ces attentats. Pourtant, je n'appartiens à aucune d'entre elles, et trés rares sont ceux qui pourraient me reconnaitre. Je suis un peu freelance.Je ne veux pas addhérer ces organisations car je ne suis pas comme eux. Je ne crois pas en Dieu et au Paradis. Pour moi, tout cela, c'est des contes de fées. Dieu, s'il a existé, nous a abandonné il y a longtemps. Et maintenant, c'est la guerre.

C'est la guerre, et il n'y a aucune notion de bien ou de mal. Il y a notre coté. Et il y a les autres. Il n'y a plus qu'à choisir lequel prendre, car il n'y a ni redemption ni purgatoire. Il n'y a que des morts de notre coté, et des morts du leurs.
La Zone - Un peu de brute dans un monde de finesse - https://www.lazone.org/