La journée commence qu'on voudrait déjà qu'elle finisse...

Le 05/01/2008
-
par Quelqu un
-
Thèmes / Polémique / Système
Sous ce titre mal gaulé se cache un texte mal gaulé, qui part dans tous les sens à coups de réfléxions rase-mottes sur la décrépitude de la société et l'asservissement du pékin moyen. Le tout sur un ton sautillant avec de la gouaille de supermarché et de la fausse poésie en prose tendance hip-hop. Avec des passages qui frisent le bizarroïde agréable, et d'autre qui se vautrent dans la stupidité. Pas convaincant mais pas dégueu non plus.
Piting de vie de con...
La journée commence qu'on voudrait déjà qu'elle finisse...

Je me lève, je suis toujours vivant, ça fait bizarre... Pas que j'aurais voulu être mourru, tout rétendu, mais ailleurs ! Je jette un oeil dehors, façon de parler parce que j'y tiens, et que vois-je, pluie et brouillard, couleurs fades et grises, mines renfrognées des gens..., ceux qui vont au turbin râlent d'en avoir, du turbin..., ceusses qui n'ont pas de travail râlent de ne pas aller au turbin..., personne sourit, rigole, se marre ouvertement, même Bruel toujours à sourire bêtement pour anoner "Ya d'la joie", ben...: il crie sa joie dans le poste qu'il reverra Drucker dans 10 ans, la belle affaire...

Mes rapports à l'humanité se limitent à l'observer... Entre vous qui lisez ceci et moi c'est bien suffisant... Ça foisonne ! Microbes ! Bactéries ! Parasites ! D'ailleurs, c'est bien ce qui m'a valu les pires emmerdes, de trop l'observer. Quoiqu'on en dise, l'humanité est prête à exister et à se perpétuer dans les pires conditions dans la mesure où on ne lui montre pas la tristesse de son état... Bien fait pour elle !

Question psychanalytique de l'État sociétal (en double sens, c'est pareil), je ne peux vous dire grand-chose, sauf qu'en tant que psychanalysé, j'ai rencontré des psychanalystes de réputation, entre autres, mais je m'y suis attardé seulement par curiosité..., par voyeurisme si vous saisissez le tableau... Un con exécutant de nouvelles conneries comme une danseuse exécutant de nouvelles figures !...

C'est un truc dont je ne me soucie pas, une forme d'auto mutilation cérébrale dont, en tant qu'être déshumanisé, je ne suis pas friand. La paix de mon âââme remplaçant le charlatanisme des ceusses qui dirigent le monde vers son néant/séant, écoutez-les en radio et en télévision, partout... Ils bafouillent le même langage. L'acceptation ! La résignation ! La soumission ! Les masses massives devant subir, attendre...

Encore une journée de con et de conneries à supporter...
Après moulu, le café bout, trop bouillu de bouilloire, comme les gens, noir, amer..., un filet de laid pour faire beau, pour être buvable pas oublier de sucrer...
La journée commence qu'on voudrait déjà qu'elle finisse..., qu'on en connasse déjà la faim, la faim de la connerie est insatiable... Moi, je vais nulle-part, encore, j'ai un boulot autre, attendre le client en commerce, c'est comme tout, on nait tousses des putes, on en est tous, des putes, nés pour attendre le client qui attend aussi..., devoir accepter qu'il mate, touche, discute, palpe, branle ses conneries, se déloque la tête, raconte ses histoires, écoute les bobards, puis propose toujours moins que besoin..., par plaisir d'enculer..., puis se fait enculer en retour dans d'atroces douleurs jouissantes de discussions inutiles, pour passer le temps...

Les ceusses d'autres, ils subissent tout ça..., baise, baise, bordel..., jouit, paie, paie..., du moment que tu craches des sous, du flouze, vas-y, spermate...!
C'est que ça, piting, la vie..., parfois c'est pire dans des trucs miteux, genre crade et compagnie..., les ceusses de trucs miteux qui enculent à tour de bras, profond, souvent que t'es obligé de douiller pour souffrir de le sentir passer..., paye, paye, paye... Tes ronds, ton flouze, jamais assez, toujours plus, et quand tu crois que ça pourra plus être pire... ça continue, plus gras, plus fort, plus profond... Pas de morale, si t'as pas le moral il te faut aussi enculer les autres, pareil, à l'infini, tout le monde encule tout le monde, partouze géante universelle, avec des évêques, chamans, mollah et autres, pape, prophètes, généraux, présidents, dicteurs-dictateurs... Tous ils crient : allez-y, la grande enculade et paye, paye, paye, ramène ton flouze, tes pépètes...T'auras le paradis, des vierges, la paix universelle le bonheur d'être mort et d'avoir été con aussi, d'avoir agité des drapeaux, crié vive le roi, vive le président, vive la connerie, plus fort, plus profond, faut pas qu'elle crève la patrie pour que la connerie puisse continuer, toujours plus loin, toujours plus profond...

Piting... Déjà midi, faut bouffi, de la merde, mais chaire payée pour cher cochon de payant, bouffe ta merde, pain garni, ravioli, paye, paye, bouffe, bouffi ! Café encore, en final, comme bouquet... Puis vas-y, retourne au turbin, comme faire tapin..., tapine !
Re-belotte, après-midi pareil que matin, faire la pute, jouer la pute, fonctionnaire pour emmerder la moitié des autres, commerce pour commercer la patrie, payer, payer, payer, taxes, impots et compagnie...

Puis c'est la fin, journée inutile, retour dans la cohue, métro ou auto même chemin..., du monde partouze, bousculade, fais gaffe à ton cuir ! Contredanse sans musique, paye, paye, paye, ou tickets divers, paye, paye, paye, dans la foule, stressante, stressée...
Conneries, la vie ça devrait pas être ça... Je crois que la liberté devrait être complète, absolue ! Totale ! Qu'elle dérape ! S'éclate ! Se contorsionne ! Enfonce le décor ! Explose en feux d'artifice ! Bengale ! Multiples ! Atomique ! Qu'elle éclabousse !... Du temps pour le romantique, un poil de lubrique, du temps pour faire le con, pas pour être con, surtout le con des cons, des autres... Peu importe le propos, au populo de se démerder avec la futaille. D'ailleurs, y en a rien à foutre, le populo de ces histoches. Bien peinard, il préfère carburer au pinard et dompter ses mômes à coups de gnons sur la tronche !... Ça ne joue pas dans la dentelle, bonjour la cisaille de la vie.

Et c'est pas fini, tu crois que c'est fini alors que ça fait que commencer, non, paye, paye, paye... quelques courses en magasin, magazine, magazine, paye paye, merde en boites, merdes en conserves, salades sous plastique, tout aseptisé, même pas sur que c'est du vrai, du recomposé, du chimique... Manger avec un masque pour être sur, suri comme citron, con écrase, écrabouille ta bouille de con... Bouffe ta merde, après tout c'est toi qui l'a fabriquée tout le jour en collaborant aux conneries du turbin... Après bouffi ta merde, faut la vider, tu merdes, re-merdes, c'est le bonheur, moment ou tu payes pas, plus... Pousse, plus fort tes conneries de la journée, regarde les conneries télévisées, ça aide...

Après c'est Druckerisation et compagnie, déjà tu l'as vu le week-end, tu crois qu'il est plus là, ben non... Mais ouiiiiiiiii.... Jouissance, extase, transe... Il y est toujours, il prépare ses coups, son coup, partouze, monte en hélicoptère, pense à toi, c'est sur, citron, bouche bée devant ta télévision, crédit, paye, paye... Puis va dormir, essaye d'oublier, branle, branle, fais des Hop-hop-hop-hop-hop... Pathétique, jouissance, enculades royales, Jésus, my gode, profond... Foutre plein la gueule, fabule, venge-toi des conneries, pense à ce que tu n'as pas, les seins de Paméla, la zigounette de Bradd, sans Pitt, qui lui n'en a rien a foutre, Madonna non plus, du moment que tu payes, payes, payes pour qu'il et elle engrangent, bateaux, villas, châteaux, limousines, hélicos et jet-set... Regarde, tu sais faire que ça, bave, branle comme con et conne, t'auras que ça du gateau, eux gateau, toi gâteux, gateuse, vieille , vieux, fini...

T'as raté l'express, pas même eu l'omnibus, le tram de la connerie, place debout, turbin, tu dors, tu rêves, c'est bon moment, puis réveil, sonnent les cloches, retour à l'enfer, pas à la vie, douche, mélancolie, les conneries... Après ce sera pire, les mouflets, d'autres emmerdes, paye, paye, paye... T'as voulu jouir, t'as le mouflet en prime..., alors travaille double, encore, encore, pense à tes vacances à rôtir comme un steak grillé au soleil, un peu pile, un peu face, partouze fait pareil, des millions tous serrés à faire pareil, grillés, et c'est pas gratis, c'est cher pour chair faisandée... Ruiné, toutes les maigres économies pour un hale de cancer de peau, puis partouze embouteillage, retour à la normale, turbin, tapin... tapine...

Une vie de con, inutile, c'est pour cela que les grands te prennent pour un fion, quantité négligeable, juste bon à copuler et payer, payer, payer... Si t'es en panne, Hop ! La casse, on jette... Y en a des millions qui n'attendent que prendre la place pour faire pareil... Peut-être ne suis-je pas l'ogre que l'on voudrait... mon ressentiment vital vient de l'acharnement des hommes à réduire les autres à des peaux de chagrin. Mes cris scribouillés gènent... Ils voudraient bien me rayer de leur liste pour pas devoir se regarder... À tout jamais, n'avoir jamais existé. Éliminé !
Bruler Quelqu'un, ses texticules, ses couillonnades aussi, ses couilles pareillement, hop ! Alors, toutes griffes dehors... J'écume ! Je rage ! Je défends mon intégrité d'homme et l'intégrité des autres aussi, même s'ils s'en f...., les autres !.

Soyez assuré, vous qui lisez, que je sais apprécier les quelques approbations venant de mes lecteurs... Il est vrai que je me méfie des acclamations... un peu !... À tellement d'occases on m'a trahi ! Lâchement poignardé dans le dos que je garde une incrédulité permanente envers des exclamations mal dosées... Question de survie.
Voyez-vous..., non ? C'est trop de boulot... peaufiner... rayer... reprendre. Vendre ma camelote dans les étals des shows comme boucherie de conneries... La préoccupation des réflexions désabusées de tant de gâchis, les gnous s'en branlent de satisfaction ... C'est une histoire qui ressemble à un million de milliards d'autres, toujours torchées dans le même sens... Je n'incite à rien du tout. Je montre l'absurdité de toute cette merde, les guerres, les massacres... boucherie ! Tueries ! Hécatombes à perpette. Voilà tout.... Jamais personne ne m'a démontré que j'avais tort.

La Zone - Un peu de brute dans un monde de finesse - https://www.lazone.org/