L'arbre blanc

Le 10/08/2017
-
par nihil
-
Dossiers / J'ai fait un rêve
Ai-je rêvé ? A moins que… Non, Nihil, maitre en sa demeure, pousse la lourde porte et va s'asseoir dans son fauteuil en cuir véritable poussiéreux mais toujours placé au même endroit, près de ce grand feu qui n'en finit plus de brûler. Point de cris de joie dithyrambiques ô combien convenus, on connait le bonhomme. Il a bien voyagé et revient nous livrer sa vision, pénétrante et insaisissable, annonciatrice d'une nouvelle eschatologie.
En posant le pied sur la plaine pâle, la première chose que je remarquai fut un arbre unique qui trônait sur un monticule, taillant l’horizon blême à quelques lieues de là. Je me retournai, inquiet, vers le défilé rocailleux et accidenté d’où je venais. Les heures passées à le franchir s’effaçaient déjà de ma mémoire. C’était comme si le passage se refermait derrière moi, il n’y avait pas de retour en arrière possible. Mais déjà ma fatigue s’évanouissait et mes pieds meurtris cicatrisaient. Le cœur léger, j’avançai sur la plaine striée de lumière blanche et je ne me retournai plus. Dans un silence absolu, j’entrepris de traverser une mer de hautes herbes couchées par la brise.
A mesure que je m’approchais de l’arbre, je remarquais la blancheur laiteuse de son feuillage. Je crus un instant que c’était du givre, mais je me trompais. Après avoir gravi le monticule de roche et de terre, je levai le bras et saisis une feuille entre mes doigts : elle était totalement blanche, immaculée. Au centre, je notai une sorte de renflement bombé, irrigué de nervures. Lorsque j’effleurai la surface parcheminée, cette étrange paupière s’ouvrit sur un œil rouge, et je sentis un regard vivant se poser sur moi. Effrayé, je lâchai la feuille qui retourna se perdre dans la frondaison. Toutes les feuilles étaient identiques, toutes portaient un même œil qui s’ouvrait lorsque j’approchais la main, puis se refermait. Sous les ramures ombragées ondulant dans le vent, je laissai alors mes doigts courir, ouvrant des volées d’yeux sur leur passage. Je palpai l’énorme tronc noir et les racines qui s’arrachaient hors de terre. Les branches souples étaient parcourues de veinules qui palpitaient doucement. Accidentellement, je déchirai l’une d’elles de l’ongle et quelques gouttes de sang vinrent s’écouler sur mes doigts. Je sentis soudain une faiblesse dans mes jambes et un voile noir tomba sur ma vision. Je dus m’asseoir quelques instants pour reprendre possession de mes sens.

Contournant l’arbre, je surpris deux jeunes daims albinos qui reposaient, flanc contre flanc, au pied du tronc. Ils ne bougèrent pas lorsque j’arrivai près d’eux, n’eurent pas même un frémissement lorsque j’avançai ma main. Leur peau blanche sans pelage était d’une grande douceur, je contemplai les muscles frêles sous la peau, la finesse des jointures, le cou gracile planté dans leur poitrine d’oiseau. Je frôlai de l’index les petites cornes qui pointaient à peine au sommet du crâne et constatai que plusieurs volées d’yeux fermés, au moins deux dizaines, surmontaient le museau délicat et s’enroulaient en cercles concentriques sur le front et les joues. Peu à peu, assis auprès d’eux, la tête posée sur leur ventre, je m’enfonçai dans le sommeil.

Je m’éveillai quelques heures, ou quelques jours plus tard. Les daims n’avaient pas bougé, et éperdu de fatigue, je me lovai plus encore entre leurs pattes effilées, étreignant leur panse tiède de mes bras, embrassant leur tête, mêlant mon souffle à leur haleine chaude. J’aurais voulu rester là toujours, ne plus jamais me réveiller.

Lorsque j’ouvris les yeux une nouvelle fois, le temps n’avait pas changé : le soleil invisible inondait toujours la plaine de lumière blafarde. La faim et la soif me tenaillaient désormais, il me fallait y remédier sans plus attendre. Après quelques minutes de recherche, j'avisai des grappes de baies sombres cachées dans des buissons, à portée de main. J’en cueillis quelques-unes et les dévorai : elles n’avaient aucun goût, c’était comme avaler de la poussière. Bondissant lestement au pied du monticule, je m’approchai d’une petite mare d’eau rougeâtre, miroir immobile encadré de roseaux pâles. Lorsque je m’accroupis pour y étancher ma soif, j'aperçus mon reflet, et eus l’impression très nette que quelque chose avait changé sur mon visage. J’étais cependant incapable de dire quoi : je n’avais pas le souvenir de m’être déjà vu auparavant. Tâtant alors ma face, je sentis des os étrangement attachés, des renflements, et des creux. Toute la structure de ce visage me paraissait étrange et nouvelle, de manière pourtant indescriptible.

Après avoir lapé l’eau rouge à grandes gorgées, je me relevai pour remonter vers l’arbre. Là, les daims blancs avaient ouvert leurs yeux multiples et m’observaient, avec quelque chose d’un sourire flottant sur leur visage. Je m’immobilisai soudain, décontenancé. Tous deux ouvrirent alors simultanément la bouche et les mots ruisselèrent en filets inarticulés :

" Rêve, rêve bien. Et sois le ver dans le fruit, le fruit pourri sur l'arbre, l'arbre mort dans la forêt. Le rêve se répand dans ton sommeil, sans retour possible, la blessure se remplit de sang. Au nom de l’instinct des bêtes et de la nuit des temps, de la connaissance éteinte, au nom du roulement des vagues sur la grève et de la nuit primale, des animaux cachés. L’œuf a éclos et son contenu contamine le monde. Par l’évolution et la stagnation, par l’ordre et le chaos, rien n’est stable, rien n’est immuable. Apprends-le à tes dépends…"

Alors un vent terrible vint frapper la plaine et le feuillage blanc de l’arbre se mit à luire. Tous les yeux s’ouvrirent en même temps et se braquèrent sur moi. Je voulus tourner les talons et m’enfuir, mais toute énergie avait quitté mes membres et je m’affaissai lourdement, incapable du moindre mouvement. La lueur s’intensifia encore, et les daims se mirent à gémir de douleur à l’unisson. La lumière atrocement blanche recouvrit progressivement toute la scène, tandis que mon cœur explosait de panique. Mes membres cotonneux refusaient de répondre et ma respiration s’emballa subitement.

Peu à peu, la lumière s’arrondit, formant l’œil menaçant d’une lampe de chirurgie suspendue au-dessus de moi. Autour de mon corps squelettique, des formes opaques allaient et venaient sans cesse, brandissant des objets indistincts, palpant mes membres, émettant des paroles incompréhensibles. Je fermai les yeux, fort, plus fort encore, pour oublier.
La Zone - Un peu de brute dans un monde de finesse - https://www.lazone.org/