Mathilde (lamentation)

Le 08/10/2017
-
par Dourak Smerdiakov
-
Rubriques / Marathon de la connerie en solitaire
Mathilde posait sur les gens
Un regard trop souvent candide
Que brouillaient le besoin d'argent
Et les élans d'en bas du bide.
Vers la vie âpre, bouche avide,
Coeur trop ouvert aux inconnus,
Elle était partie intrépide.
Mathilde ne reviendra plus.

Mathilde était comme une enfant
Devant le monde infanticide
Et le vaste ricanement
De ses multitudes turpides.
Dans cette humanité sordide,
Ce grand clapotement de pus,
Elle a passé comme un bolide.
Mathilde ne reviendra plus.

Un soir de décembre accablant,
Sous l'or triste des Géminides,
Elle a lancé son cri dolent
Vers les célestes Atlantides.
Dans le ciel à jamais placide,
Têtus, les astres se sont tus
Et ce silence fut limpide.
Mathilde ne reviendra plus.

ENVOI
Sachez ! Ô grouillements fétides,
Qu'un jour elle n'a plus voulu
Errer dans vos marais putrides.
Mathilde ne reviendra plus.

La Zone - Un peu de brute dans un monde de finesse - https://www.lazone.org/