Un prozac, un déroxate, un xanax...

Le 04/03/2003
-
par Petitclaxon
-
Thèmes / Polémique / Société
L'inondation de la Zone par Petitclaxon se poursuit avec ce texte nettement plus sérieux que d'hab, et, j'ai le regret de l'avouer, assez excellent, à lire pour ceux qui se laisseraient tenter par les substituts chimiques à la vie quotidienne.
PREAMBULE

Non , non…je suis toujours petitclaxon…
Aujourd’hui pas envie de bosser, mais d’écrire….
Pas de scato aujourd’hui ni d’aventures débiles qui me font mourir de rire…
Juste une pensée que j’ai eu ce matin en me plantant devant mon PC de merde…
Pas besoin de gober pour voir Alice au pays des merveilles ou encore la vie avec des pâquerettes…. Un prozac et c’est parti pour une journée d’hallucinations, de trip à la con, et de fleurs roses..

Le bonus dans cette substance licite et en plus remboursée par la CQ, c’est que tu planes gratos en défonçant ce putain de trou de la CQ (un de plus).
Le moins c’est que vu que tu épuises ce trou noir et sombre de la CQ, tu payes plus ta mutuelle et ton médecin…

Un prozac, un déroxate, un xanaz…. C’est presque la même chose ! Ca te rends débile, parfois obscure… Tu comprends jamais rien, tu te retrouves tout peace, tu planes, tu trouves tout le monde cool et con. C’est très paradoxal toutes ces merdes…

Le pire dans tout ca c’est que tu y prends goût et que tu vis dans une bulle de merde, que tu deviens un peu glauque, un peu ci, un peu ca…. Bref pas toi mais tu t’en branles royal, t’es dans ton putain de monde et ça te va.

Tu peux même faire plein de conneries sous prétexte que tu prends ces pilules du bonheurs et du spleen. Personne ne te comprend et n’essaie de compatir … bref tu t’apportes la compassion de tes pseudos amis… et parfois tu profites même de la situation pour te justifier dans tes période de descente, en contre partie certains abusent de toi sous prétexte que t’es pas flower..

Un prozac, un déroxate, un xanaz….et t’es condamné à vivre avec ses merdes toute ta putain de vie… tu planes, tu détruis … tu t’en rends pas compte….mais tu t’en balances t’en ai même pas conscient.

Tout ça, c’est un échappatoire, une fuite, un trou pour tout fuir : la vie ; tes putains d’ambitions fixées quand tu étais jeunes et que tu ne réalises même pas, tes responsabilités, tes problèmes… tout ça pour que personne ne te reproche tes « non-dit », tes « non-fait »… bref pour que personne ne te reproche.

Et puis après avoir surconsommé… tu commences à essayer d’entrevoir la réalité, tu te défais de ta bulle qui malgré tout te colle à la peau, tu atterris, tu essaies de te sevrer et de réparer tes conneries.. mais il est trop tard… qu’une seule possibilité te viens à l’esprit… faire culpabiliser les autres. Tu te justifies de ton mal-être et des « non compréhension ».

Un prozac, un déroxate, un xanaz…..tu te plantes, personne ne veut faire encore des efforts et tu repars dans ta bulle…et finalement tu replanes, tu revois la vie flower .. encore et encore ….en cercle vicieux…

Je vais m’arrêter là, car cette vision des pilules du spleen et de l’idéal, c’est comme leurs effets, c’est un cercle vicieux….

En espérant vous avoir apporté une autre vision sur la consommation des anxiolytiques et antidépresseurs …

Petitclaxon.
(C’est pas une faute d’orthographe, mais une volonté)
La Zone - Un peu de brute dans un monde de finesse - https://www.lazone.org/