Blanc, rouge, noir

Le 23/06/2003
-
par Kirunaa
-
Thèmes / Obscur / Nouvelles noires
Un début à la Barbara Cartland, un milieu à la Amanite et une fin à la zonarde, bref en gros vaut mieux lire que la dernière moitié ! Enfin bon, c'est rigolo quoi, même si c'est peut-être pas sensé l'être.
J’ai toujours trouvé que le rouge t’allait bien.
C’est une couleur particulièrement seyante avec ta peau blanche. Ainsi parée, tu me fais un effet d’enfer. Surtout avec tes sous-vêtements noirs. Le rouge et le noir, c’est fait pour aller ensemble. C’est pour ça que je t’ai offert ces magnifiques perles noires. Pour mettre en valeur tes lèvres. Elles ornent ton coup comme autant de preuves de mon amour éternel. Jamais je ne pourrai t’oublier, jamais. Ta peau blanche comme le lait, tes yeux de braise ardente, tes mains délicates, tes cheveux de jais… Autant de contrastes qui me rendent fou. Tu es belle. Tu es si belle ! Couchée ainsi lascivement sur le sofa, à la lumière du feu, tes bras sensuellement posés sur le dossier et l’accoudoir, tes jambes voluptueusement écartées, m’appelant sans un mot pour me donner le bonheur infini… Je t’ai portée dans mes bras et délicatement allongée, et tu n’as pas protesté, tu n’as pas bougé. Je vois dans tes yeux l’appel de ma passion qui se reflète. Je n’en peux plus, je te veux. Je me jette sur toi, guide tes bras dans mon dos et je sens ta caresse délicate avant de les laisser retomber. Je te prends de toute la force de mon amour, je suis emporté vers les sommets du plaisir. Je cherche tes lèvres mais tu me les refuses. Je prends ta nuque dans ma main, et ma langue parcourt ta bouche en un long baiser langoureux. Le rythme de mes reins s’accélère, ma respiration devient rauque. Tu restes silencieuse. Ta pudeur t’empêche de hurler ton bonheur au monde. Mon sexe gonflé entre et sort, entre et sort, et je le regarde émerveillé. Blanc, noir, rouge… les trois couleurs de la passion. Mon ardeur est de plus en plus incontrôlable, alors que maîtresse de toi-même tu domines tes moindres sensations. Je sens que l’exultation est proche. Je sens que bientôt, le liquide blanc jaillira, fruit de la passion écarlate que tu as si bien su éveiller dans mon âme noire. Je sens que… Aaaahhhhhhhh oui !

C’était bon tu sais, meilleur qu’avec toutes autres. C’est parce que c’est toi qui avais la peau la plus blanche. Merde, il y a encore du sang partout. Bon, je reprends le collier, il ne te servira plus. Je l’offrirai à ma prochaine conquête…
La Zone - Un peu de brute dans un monde de finesse - https://www.lazone.org/