Bienvenue sur la Zone

Le 04/02/2004
-
par nihil
-
Thèmes / Editos / 2004
Euh oui, enfin le titre c'est du second degré hein, vous aviez compris ? Un édito qui se la joue prospectus publicitaire pour vanter les mérites illusoires de la Zone.
Bienvenue sur la Zone, le premier site à vocation auto-biodégradable.
Oui, aujourd’hui je vais me la jouer prospectus publicitaire, après tout pourquoi pas : un édito ça sert à rien et tout le monde s’en fout, alors autant faire n’importe quoi. Je le sais, c’est à peu près le soixante-dixième qui paraît sur la Zone. Si ça c’est pas une preuve de l’inutilité des éditos…
Détendez-vous… Le site sur lequel vous êtes entrés est un monde de barbarie, de violence gratuite et de débilité méchante, vous vous y sentirez donc inexplicablement à l’aise. Viendez, viendez vous faire défoncer la gueule par nos hôtesses d’accueil hystériques, ramassez-vous quelques vannes thermonucléaires administrées délicatement (et entièrement gratuitement) par nos spécialistes. Dans un cadre désagréable et une ambiance plombée vous y découvrirez tous les plaisirs du sadomasochisme relationnel et les joies du sectarisme et de la manipulation communautaire.

Suivez le guide : vous pouvez voir ici un superbe exemplaire de Lapinchien, modèle récent tout juste sorti de nos chaînes de montage d’Hybrides. Superbe pièce de collection réalisée en laboratoire, à mi-chemin entre le virus informatique et le gramophone déglingué qui tourne en boucle. Ce spécimen continue à poster bien régulièrement ses incompréhensibles articles de six pages en moyenne, et bombarde les textes des autres de commentaires grand format et embrouillés. En plus il lance des initiatives sur le forum… Des initiatives qui marchent, pour vous dire que cette bête ne fait rien comme tout le monde.

Admirez notre nouvelle page d’accueil, entièrement démontée à la main par notre webmaster Bouc et votre serviteur, rendue à la fois plus jolie et plus laide, à la fois plus complète et plus vide, à la fois plus conviviale et moins conviviale. Remarquez comme tous les éléments qui ne servent à rien (tels que les news, le guide, le moteur de recherche) ont été mis en évidence. Appréciez ce parfait mauvais goût de rehausser des gadgets tels que boutons animés et menus déroulants par une absence totale de couleurs. Tout cela fait partie d’un plan concerté, rassurez-vous, celui de faire de la Zone le premier site en voie de disparition perpétuelle mais qui ne crève jamais.

Vous pouvez applaudir ici un superbe modèle d’Arkanya bivalve à propulsion inverse, subtil mélange de confusion et de manque d’inspiration total. Et que dire de ce Maltchik, ambassadeur de la faute d’orthographe dans la littérature moderne et de l’imitation de Britneyspearophile en chaleur ? Sans parler de ce spécimen rare d’Herpès, encore plus tenace et pénible que la maladie du même nom. Je vous rassure tout de suite, tous les autres auteurs de ce pitoyable site sont encore plus nazes.

Admirez l’alchimie incompréhensible du pourrissement permanent d’une communauté qui engendre la sublimation de son contenu par l’uniformisation et l’esprit de compétition. En effet, avant d’être intéressants, les textes que vous aurez l’occasion de lire ici sont avant tout marqués par un désir de leur auteur de ressembler aux autres, et si possible de faire mieux, de battre son voisin sur son propre terrain. C’est ce qui explique qu’on a parfois un peu de mal à distinguer les auteurs les uns des autres. C’est tout à fait normal, ceux-ci se sont adaptés et refusent toute innovation personnelle pour se joindre à la grande fratrie clonesque de la Zone. Ainsi j’ai tendance à imiter le style de Lapinchien, d’Arkanya ou d’Aka tandis que eux m’imitent, tout en copiant simultanément Tulia, Clax ou Kirunaa eux-même inspirés de moi ou d’Arkanya, le tout dans une gigantesque partouze ou même une raton-laveuse ne saurait retrouver ses petits. N’est-ce pas magnifique ?
Etonnez-vous de la sublime putréfaction d’un univers clos depuis trop longtemps, qui tel un village trop isolé, s’enferme dans la consanguinité. Observez la parade amoureuse des nouveaux qui s’auto-insèrent dans un carcan stylistique et philosophique prémâché, regardez les perdre progressivement toute forme d’individualité pour mieux coller aux standards de la Zone.
Passionnez-vous pour le manège des auteurs inactifs qui en leur temps se sont eux aussi conformés et ont plié leur caractère ou leur style, Gwen, Relou-le-Gueux ou Arwen, qui repassent régulièrement. Nostalgiques bien que périmés, ils tentent de faire valoir une place imaginaire d’anciens respectés alors qu’ils ont été broyés par une machine absurde encore plus conne que le système qui régit notre société.
Observez par vous-mêmes les mécanismes bizarres de la déliquescence la plus magnifique, l’agonie la plus permanente qui engendre des perles de décrépitude littéraire malsaine. Unique au monde !

Ce ne sont que quelques unes des merveilles que vous pourrez applaudir sur cette gigantesque simulation de secte dopée à l’ennui et à l’instinct grégaire qu’est la Zone. Venez !

Ou mieux, enfuyez-vous sans vous retourner, ça vaudra mieux pour tout le monde.
La Zone - Un peu de brute dans un monde de finesse - https://www.lazone.org/