= TOUT ET N'IMPORTE QUOI = > = BAC A SABLE =

Hé ! PhScar !

(1/8) > >>

Dourak Smerdiakov:
<bienvenue>

lapinchien:
je partage un mp du concerné. Il y a du level.



--- Citer ---Mon Lapinou,

Je voudrais préciser ma requête, celle-ci n'était que modérément explicite je l'avoue. Voilà. Comme tu le sais depuis que nous nous connaissons, ça me ferait plaisir d'avoir le Prix Nobel de Littérature. Ce serait, et je le dis sans fard, un bon gros kif. Laisse moi poser une main sur ton épaule, approcher ma joue de la tienne, et diriger mon regard avec le tien vers l'horizon.

Imagine, mon lagomorphe ami, ce léger vent glacé de décembre qui caresse nos joues pendant que nous nous tenons sur la grande terrasse de l'hôtel de ville de Stockholm au bord du lac Mälar. Les eaux sont calmes, comme éternelles, et nous faisons l'Histoire. Enfin, moi, je la fais. Je t'ai invité, bien sûr, en souvenir du temps passé, de ces moments intimes où tu posais ton front fiévreux contre mon cou... Et nous partageons en silence ce sentiment d'absolu, cet aboutissement, cette atteinte des sommets où l'oxygène se fait rare et la respiration difficile.

D'ailleurs je rote. Un subtil relent de champagne d'importation vient orner le délicat balancement de nos pensées vespérales. A moins que ce ne soit de l'aquavit ? Non, je ne peux m'y résoudre, je vois mal mémé Silvia valider un tel effondrement du standing. Le risque qu'un académicien en tenue se fasse instagrammer en train de vomir de l'alcool de patate sur le smoking de Carl Gustaf l'en aura probablement dissuadée. Enfin on n'en sait rien. Si ça se trouve c'est une rigolote la Silvia. Elle organise peut-être des orgies où la bière frelatée coule à flot, ou bien elle se tape le Grand Chambellan dans un coin sombre de la bibliothèque. La poussière des livres, mémé, ça l'excite. Et de se faire humilier. Son vieux coeur palpite quand Styrbjörn lui murmure d'enlever sa protection pour qu'elle puisse lui mâchouiller le scrotum. Mais je m'égare.

Donc, vois-tu, un avenir radieux, prestigieux et pécuniairement favorable s'offre à nous. Enfin à moi. Et, mon petit léporidé d'amour, tu ne peux ignorer qu'un projet aussi ambitieux passe inévitablement par la publication de textes sur La Zone, cette matrice incontestée de nos génies des Lettres, ce creuset incandescent des fiers héritiers de Rimbaud, Verlaine et Vincent Delerm, ce majestueux utérus enflammé par les accouchements répétés d'immortels poètes. Ce marigot putride où souvent une bulle verdâtre se déchire en libérant les effluves suffocants de textes visionnaires et interdits. Cette flaque, cette fagne, ce bourbier, ce marécage, que dis-je, cette mangrove où le moindre pandanus est érudit. Non, il n'y a pas de contrepèterie.

C'est alors, mon oryctolague sucré, que se pose un problème procédural. Voici. Un texte j'éructai et via l'idoine formulaire le postai. Mais, bricehortefoutre, oncques ne reçus en ma boiste messagère le sésame chiffré dont j'aurois pu user pour peaufiner mon prime fabliau.

L'était ben embêté. L'était chagrin. L'était presque colère. L'était surtout désemparé. Peut-être, me tige, non me dis-je (je confonds souvent les d et les t, ça pose surtout problème quand je t'offre un toit pour être douillet), peut-être me dis-je, faut-il attendre que le texte soit publié (Gloire ! Joie ! Bonheur !) pour enfin recevoir la clef de ce merveilleux site.

Si c'est le cas, sarkozute, il me faudra bien attendre, comme Pénélope tapissière, que tu te penches augustement sur le fruit de mes méninges. Sinon, c'est que bug il y a. C'est mal. C'est horrible. C'est indigne. Ca mérite la fessée. En public. Cul nul. Non mais. S'il te plaît, viens-moi en aide. Je suis sûr que tu as prononcé le son "z" entre moi et en. Non ? Bravo. Moi si. J'ai honte. Ca mérite la fessée. En public. Bref.

Dans l'attente de ta réponse, mon Lapinou, et de la perspective de pouvoir enfin me badigeonner les tétons avec le suint de tes organes génitaux, je te prie respectueusement de bien vouloir accepter l'expression.

Ton Ph qui t'aime fort.
--- Fin de citation ---

lapinchien:
je ne vois pas d'où peut venir le problème

lapinchien:
ah ok. En fait c'est juste que l'envoi de mot de passe n'est pas automatique et comme tu n'as pas posté de texte à proprement parlé, aucun admin ne s'est occupé de créer ton compte.

Dourak Smerdiakov:
Le Ph trop élevé, sûrement. On est plutôt basiques.

Navigation

[0] Index des messages

[#] Page suivante

Utiliser la version classique