= TOUT ET N'IMPORTE QUOI = > = BAC A SABLE =

Je suis gentil

(1/6) > >>

Berzelius:
... mais aussi poli, couperosé de frais et je sens la nostalgie enfantine, à l'instar de ces rêveries de naguère où on se levait le dimanche, père et moi, dans notre résidence secondaire dont la plage privée, mais pas de sable fin, heurtait paisiblement le maigre ressac d'un lac brumeux, tandis que mère s'affairait déjà à faire fondre le beurre salé sur le pain fraichement cuit que nous allions déguster tendrement au petit-déjeuner, complices, avant d'entamer tous ensemble, accolés de mon petit frère autiste (dont le seul avantage est de savoir quand fermer sa gueule, c'est à dire tout le temps) et de Groseille, la matrone tout en seins et aux yeux ovins suintant le Picon et l'incrédulité, d'entamer tous ensemble, donc disais-je, sous nos rires silencieux le rituel dominical consistant à sodomiser des poules et à pondre, en excuse, des phrases emphatiques trop longues, meurtrissant la ponctuation et dénuées d'intérêt.

Le bon vieux temps, la bonne vieille zone...

Je me souviens encore des commodités d'usage : je suce, oui ; j'avale, oui ; je ne me soumets pas, non ; et promis je ne recommencerai pas, non...



Carc:
putain, Mill est de retour!

Berzelius:
Et cette fois-ci, putain ça va chier ! Je vais tout répandre sur les murs et y'en aura jusque dans la cuvette des chiottes (comme si ça changeait quelque chose...) !
(c'est quoi Mill ?)

lapinchien:
Bonjour, c'est un cercle privé ici, tu as ta carte de membre du club Dorothée ?

Dourak Smerdiakov:
En tous cas ça prouve qu'il y a moyen de s'inscrire sur ce forum.

Navigation

[0] Index des messages

[#] Page suivante

Utiliser la version classique