LA ZONE -
Résumé : Du fait qu'il y a un peu d'action et quelques insultes, cet épisodes est nettement plus digeste que son prédecesseur. Je rappelle l'histoire : des mecs ont enlevé un copain de l'héroïne et se mettent en relation avec elle sur Internet. Konsstrukt en profite pour inventer le viol virtuel. Ca traine en longueur dans les grandes largeurs si j'ose dire, mais c'est lisible.

Minutes (3)

Le 22/03/2006
par Konsstrukt
[illustration] 16 :46

vas-y fais un sourire dans la caméra salope
je souris
souris mieux salope je veux un vrai sourire un sourire de pute
j'étire mon sourire
mes doigts sont figés au-dessus du clavier
je ne sais pas quoi écrire
il n'y a rien à écrire
lui il écrit
des nouvelles phrases apparaissent
allez enlève ton haut salope
montre-nous tes nichons
je reste sans bouger
il tape de façon colérique
allez montre nous tes nichons salope
il sors de sa poche un cutter
il le montre bien devant la caméra
je déboutonne mon chemisier
son visage s'épanouit
il a un sourire très étiré
mon chemisier est presque entièrement déboutonné
il se passe la langue sur les lèvres
ses yeux sont écarquillés et brillants
j'enlève mon chemisier
je le pose sur le dossier de la chaise
je dégraffe mon soutien gorge
je l'enlève
il défait sa braguette
il sort son sexe
il commence à se masturber
j'ai honte
c'est bizarre
ce sentiment de honte
il m'envahit avec violence
je détourne les yeux
je me demande où sont ses complices
du texte arrive
regarde-moi salope
je le regarde
son sexe est dur
il le masturbe avec rage
il a un sourire plein de haine

16 :47

ses yeux sont fixés sur les miens
c'est horriblement gênant
il cesse de se masturber pour écrire encore
touche-toi les seins salope
je ne sais pas trop quoi faire
je pose une main sur chaque sein et je les palpe
il écrit
son sexe ramollit
mieux que ça salope touche-toi les seins comme une chienne
il reprend son sexe en main
j'essaie de me rappeler les films pornos de mon adolescence
je ne sais pas trop quoi faire
je me presse les seins
je me sens tellement mal à l'aise
il se masturbe
son sexe redevient dur
je me presse les seins
mon regard va de son visage à son sa main qui s'agite sur son sexe
je ne sais pas ce qui est le pire
il s'interromp de nouveau
il écrit de façon rageuse
cette fois son sexe reste dressé
fais mieux que ça salope fais mieux que ça sinon ton pédé de copain je lui coupe les couilles tu saisis touche toi les seins merde salope touche toi les seins et souris moi
il me montre de nouveau le cutter
j'ai peur
je souris
je passe la langue sur mes lèvres parce que j'ai peur
il aime bien

16 :48

ça on dirait
il sourit d'un air mauvais
il recommence à se masturber
je recommence à me masser les seins
je dois faire des efforts pour ne pas répéter machinalement le même mouvement
c'est bizarre c'est hypnotique
je ne pense plus à mes mains
je ne pense plus à son sexe
je le regarde sans le voir
j'imagine julien
il doit être très près
juste en dehors du champs de la caméra
il doit être ligoté
ou alors c'est les autres qui le surveillent
il s'arrête de se masturber
il écrit rapidement
il est en sueur
il se lèche les lèvres
son front brille
je m'arrête de me caresser les seins le temps de lire
fous toi à poil salope je veux voir ta chatte
je me sens rougir
une bouffée d'angoisse m'empêche de respirer
je ne bouge pas
son sexe se ramollit un peu
il écrit
allez salope allez magne toi salope
je me lève
il me montre le cutter d'un air furieux
je tourne la caméra pour qu'il voie bien mon bassin
je défaits les boutons de mon jean
un par un
je vais lentement
mon but est de gagner du temps
je pense que ça doit l'exciter

16:49

mon jean est complêtement ouvert
je le fais glisser le long de mes jambes
je ne peux pas regarder l'écran
toute mon attention est retenue par le jean qui glisse le long de mes jambes
j'écoute le tissus crisser contre ma peau
je le vois descendre
je vois mes jambes nues apparaître
par réflexe, je l'ote complêtement
je me dis que j'aurais pu le laisser à mes pieds
je suis presque nue
il ne me reste plus qu'une culotte
j'anticipe la suite et je déteste ça
je lève les yeux vers l'écran
j'essaie de reprendre courage je n'y arrive pas
sur l'écran il y a toujours la tête de ce salopard
il a les yeux grands ouverts
il regarde ma culotte
il sourit
il ne touche pas son sexe
son sexe est dressé
il rit
il dit quelque chose sa bouche s'ouvre
je ne sais pas quoi
je ne sais pas a qui
j'ai l'air conne maintenant debout presque nue
je suis conne et terrifiée
ça prend de plus en plus l'allure d'un cauchemar
il écrit
le message arrive
ta culotte salope enlève ta culotte je veux voir ta chatte
voilà
il l'a demandé
je pose les mains sur l'élastique

16 :50

de ma culotte
c'est une culotte blanche
simple
je tire vers le bas
je découvre le haut de mon pubis
une boule se forme dans ma gorge
j'ai les yeux baissé
il ne faut pas que je pleure
si je pleure ça pourrait être pire
il pourrait s'en prendre à julien
j'essaie de ravaler la boule
elle ne passe pas
je me rend compte que mes mains ne bougent plus
ma culotte ne descend plus
il ne voit que je haut de mon pubis
il faut que je continue
je baisse ma culotte
encore un peu
encore un peu
encore un peu
encore un peu
elle passe la courbure des cuisses
je la lache
elle tombe à mes pieds
je suis complêtement nue
je ne relève pas la tête
je ne relève pas la tête
je relève la tête
il faut bien
il y a trois messages de retard
regarde moi salope
putain de salope tu vas me regarder
putain salope chaque fois que tu baisseras la tête ton pédé de mec en prendra plein la gueule
il attrape quelque chose et le montre à la caméra
un poignée de cheveux collés par du sang
j'ai un frisson et un

16 :51

haut le coeur
il n'est plus en érection
il a toujours le sexe dehors
j'ai un haut le coeur je crie de surprise et de peur
les cheveux de julien
une pleine poignée engluée par le sang
je m'assied
je tape sur le clavier
laissez-le tranquille ne lui faites pas de mal
il lit
il rit
il lance le pied fort hors champs
il touche quelque chose je le sais
il rit
il écrit
je lis
salope me parle pas ta gueule salope sinon il en prendra encore plus dans la gueule le pédé
la boule est trop trop forte
les larmes coulent d'elles-mêmes
il recommence à se masturber
je vois mal à travers les larmes
son sexe redevient dur très vite
je bloque ma respiration
la boule ne veut pas partir
j'arrête de pleurer
il se masturbe toujours
il s'interromp
il écrit
le message arrive
je lis
montre moi ta chatte mieux que ça salope approche toi de la caméra
je m'approche
il continue à écrire
écarte ta chatte salope je veux tout voir de ta chatte de pute
j'attrape mes lèvres entre mes doigts
j'écarte
je montre mon vagin ouvert à la caméra
il se masturbe
il sourit

16:52

il se masturbe plus vite
il sourit plus fort
il serre les dents
il s'interromp
son sexe est très tendu
une goutte de sperme suppure au bout de son gland
je ne peux pas détacher mes yeux de ça
je serre les dents
j'ai envie de vomir
il écrit
je lis le message
mets toi un doigt salope allez doigte toi doigte toi
je reste paralysée
il reprend son sexe
il se masturbe plus vite
il me regarde d'un air féroce
j'approche un doigt de l'entrée de mon vagin
je le passe sur l'entrée
je suis complêtement sèche
ça va me faire mal
je touche mon clitoris
j'appuis un peu
je me sens honteuse
honteuse à un point que j'aurais jamais imaginée
il ouvre la bouche
il se masturbe plus vite
il devient frénétique
il ferme les yeux
ferme la bouche
crispe les mâchoires
j'enlève mon doigt
il éjacule
son sexe se contracte
se tend
se détend
un jet de sperme gicle et retombe sur son jean
d'autres jets giclent de façon rapprochée
il giclent moins loin
du sperme coule par gouttes épaisses depuis son gland
il continue à se masturber
il me regarde
il arrête de se masturber
il

16 :53

essuie sa main sur le jean
il écrit
assieds toi sale pute
je m'assieds
il se lève
il quitte l'écran
je suis complêtement désemparée
j'ai envie de pleurer vomir crier
je ne fais rien de tout ça
je ne fais rien du tout
je n'ai plus de volonté
je regarde mon corps
je me sens pire que s'il m'avait violée
je ne sais pas je n'ai jamais été violée
il revient
son sexe est rentré
son jean est fermé
il écrit
je lis
et maintenant parle moi de toi salope
il écrit encore
je lis
donne moi ton nom
j'écris
valérie lahanche
j'envoie
il lit
il écrit
je lis
t'as quel âge salope
j'écris
22 ans
j'envoie
il lit
il écrit
je lis
tu fais quoi dans la vie
j'écris j'ai la tête vide j'ai l'impression de répondre à un type qui me drague mais merde ça va pas du tout je suis nue je suis nue julien est à côté de lui il est presque mort si ça se trouve merde merde pourquoi est-ce qu'on fait ça qu'est-ce qu'il veut
je suis au chomage
j'envoie
il lit
il sourit
il écrit
je lis
maintenant salope tu vas me raconter

16 :54

la première fois que t'as baisé
je lis
je veux tous les détails
je lis
je vais me branler pendant que tu racontes
je lis
si ça m'excite pas ou si tu arrêtes de raconter pendant trop longtemps je tabasse ton pédé de mec
il écrit
je lis
t'as compris
j'écris
oui
j'envoie
il sourit
il écrit
je lis
tu veux voir la gueule de ton pédé de mec
j'écris
oui
j'envoie
je suis pas sûre de vouloir le voir non pas sure du tout non vraiment pas sure il se penche non je suis pas sure de vouloir le voir il attrappe quelqu'un hors champ non je ne veux pas le voir en fait le tire vers lui non je suis sûre maintenant je veux pas le voir je veux pas non plus c'est julient son visage est tuméfié je veux pas ses paupières sont bleues et ses yeux très enflés avec des cernes chargées de sang sous la peau non je veux pas le voir comme ça sa bouche est éclatée le sang a été essuyé les lèvres sont enflées il y a des coupures je veux pas des entailles je veux pas qu'il me voie comme ça

16 :55

non plus il a le nez cassé ça fait une forme bizarre je pleure je veux pas je veux pas le voir non non il y a du sang brun séché sur la peau sous le nez et à l'endroit de la cassure du sang amassé à la racine des cheveux non je veux pas le voir non je veux pas le voir la pommette est violacée lui il ne me voit pas il n'est pas inconscient non il est juste je sais l'autre lui prends la main et la montre près de la webam non je veux pas je veux pas non faites que ça ne soit pas encore pire non il est pas inconscient mais sonné la main est couverte de sang séché de sang brun deux doigts sont cassés il respire forte il souffre ses yeux souffrent je ne peux pas voir ça je ne peux pas voir ça c'est horrible c'est horrible c'est si horrible l'autre le repousse brutalement hors champs je m'essuie les yeux mon dieu mon dieu faites que ça s'arrête s'il vous plait s'il vous plait il écrit mon dieu ses yeux les yeux de julien les yeux de julien mon dieu mon

16 :56

dieu il avait l'air d'être terrifié et d'avoir mal partout mon dieu c'est horrible horrible il y a un nouveau message je lis allez raconte salope raconte moi ta première baise je fixe les mots c'est long à comprendre c'est long à venir à mon cerveau je fixe je comprends je regarde l'écran il me regarde il sourit d'un air méchant il me montre sa main elle est tâchée du sang de julien il s'essuie sur son jean je lutte pour pas pleurer il écrit je lis
allez salope écris sinon il va finir dans un trou
il montre le cutter à la webcam
j'écris
j'avais quatorze ans
j'envoie
il lit
j'écris
j'étais amoureuse d'un garçon au collège
j'envoie
il lit
il ouvre sa braguette
j'ai un frisson
j'écris
lui il s'en fichait de moi
malgré moi j'ai des images des souvenirs qui reviennent
j'écris
je peux me rhabiller s'il vous plaît
il lit
il rit
il se lève
son sexe pend
il lance un coup de pied hors champs
il encaisse le choc
je pousse un cri étouffé
je garde la bouche ouverte
il écrit
je lis
continue à raconter salope
je reste un moment sans rien faire
il

16 :57

fait mine de donner un coup de pied
mon visage se crispe
je fais non non non de la tête
il me fait signe d'écrire avec la main
je regarde le clavier
j'écris
j'avais quatorze ans
j'envoie
j'étais au collège et il y avait un garçon dont j'étais amoureuse mais lui s'en fichait
j'envoie
il lit
il attrape son sexe à la main
pour l'instant son sexe est mou
je repose les yeux sur l'écran
j'écris
il aimait bien nirvana alors je l'ai invité pour écouter de la musique
j'envoie
il lit
j'écris
il est venu
j'écris
c'était un mercredi après midi
j'envoie
il lit
des images me viennent à l'esprit
c'est bizarre ça me rassure de penser à ces images
ça m'éloigne
j'écris
on était assis sur mon lit
j'envoie
je regarde le clavier
je ne regarde plus l'écran
c'est mieux comme ça
j'écris
on écoutait nirvana
j'envoie
j'écris
on discutait de la musique
j'envoie
j'écris
et je lui ai pris la main
j'envoie je repense à cette sensation de stress à comme c'était agréable j'arrive presque à éprouver à nouveau tout ça
j'écris
il a fermé sa main sur la mienne
j'envoie
un message arrive
je lis
allez

16 :58

salope plus vite viens en au fait raconte ce que tu lui as fait raconte comment il t'a déchiré
un message arrive
je lis
raconte moi si t'as saigné salope raconte moi si t'as eu mal si t'as pris ton pied
je serre les mâchoires
mes mâchoires tremblent
je ne veux pas qu'il pourrisse ce souvenir
merde
je ne veux pas
il écrit
je lis
allez continue salope continue sinon
il montre le cutter
il passe le doigt sous sa gorge
il commence à bander
il a des yeux plein de rage
il a l'air fou
il écrit
je lis
allez salope raconte
j'écris
je
je m'interromp je ne sais pas comment écrire ça
j'efface
j'écris
on s'est embrassé
j'envoie
j'écris
il a passé ses main sous mon tee shirt
j'envoie
j'écris
je n'avais pas de soutien-gorge
j'envoie
j'écris
mais j'avais déjà des seins bien formés
j'envoie je suis certain qu'il se masturbe je ne veux pas le voir
j'écris
j'étais excitée
j'envoie
j'écris
j'ai enlevé son tee-shirt et j'ai enlevé le mien
j'envoie
j'écris
on s'est embrassé et caressé la poitrine
j'envoie
j'écris
il portait un jean serré
j'envoie
j'écris
et je voyais bien qu'il avait une érection
j'envoie

16 :59

j'étais à la fois gênée et attirée
j'envoie
il y a un message
je lis
il avait quel âge
j'écris
17 ans
j'envoie
il y a un message
je lis
t'étais sa première fille
j'écris
non
j'envoie je lève les yeux vers l'écran il est franchement en érection maintenant il me regarde en se masturbant il a baissé son pantalon d'une main il se masturbe de l'autre il se masse les testicules il me sourit d'un air mauvais je baisse les yeux
j'écris
j'ai commencé à le caresser à travers son jean
j'envoie
j'écris
il a fait pareil en passant la main sous ma jupe
j'envoie
j'écris
ensuite
je reçois un message
je lis
tu portais quoi en dessous
j'efface
j'écris
une culotte
j'envoie
j'écris
ensuite on s'est déshabillé complêtement
j'envoie
j'écris
c'est la première fois que je voyais un sexe d'homme
j'envoie
j'écris
je l'ai pris dans ma main
j'envoie
c'était bizarre
j'envoie
j'écris
il m'a dit qu'il m'aimait
j'envoie
j'écris
j'ai répondu que moi aussi
j'envoie
j'écris
il m'a caressé
j'envoie
j'écris
ça allait mieux
j'envoie
j'écris
je prenais du plaisir à être là et à faire ce que je faisais
j'envoie
j'écris
il m'a souris
j'envoie j'arrive

17 :00

à me laisser prendre par le souvenir j'arrive à m'enfuir à ne plus être là
j'écris bon dieu c'est bon c'est bon c'est comme si j'étais protégée
il a pris les choses en main
j'envoie
j'écris
il m'a allongée
j'envoie
j'écris
il s'est allongé sur moi
j'envoie
j'écris
il a commencé à me pénétrer
j'envoie
il y a un message
je lis
attends salope je veux te voir te mettre des doigts
il y a un message
je lis
suce toi deux doigts suce-les comme s'il s'agissait de ma queue
il y a un message
je lis j'ai le coeur qui bat trop fort comme s'il j'étais sur le point d'avoir un accident inévitable
regarde moi dans les yeux salope pendant que tu me suces
je lève la tête
son visage est rouge et en sueur
il se masturbe frénétiquement d'une main l'autre est posée à côté du clavier
je porte à la bouche l'index et le majeur joints
je mime une fellation
je trouve ça ridicule et écoeurant
le souvenir a volé en éclat
je fais aller et venir les deux doigts dans ma bouche
je les couvre bien de salive
autant qu'ils soient lubrifiés si je ne veux

17 :01

pas avoir trop mal après
ça m'écoeure de penser à ça
il écrit
je lis
lèche les salope suce mieux que ça sinon
son regard va hors champs je sais qu'il regarde julien
je mime la fellation de façon plus érotique
c'est encore plus grotesque et encore plus écoeurant
je sors les doigts de la bouche
j'en lèche les extrémités
je suce rapidement le bout de doigts
je recommence un va et viens plus profond dans ma bouche
il ne me quitte pas des yeux
il est horrible
on dirait que son visage va éclater
pourvu qu'il éjacule vite
il écrit
je lis
allez maintenant doigtte toi salope
il écrit
je lis
et je veux que tu te doigtes bien profondément écarte bien les cuisses je veux tout voir
il écrit
je lis
appuies-toi les cuisses sur les accoudoirs de ta chaise sale pute
j'ouvre largement les jambes
je continue à humecter mes doigts
j'anticipe déjà la douleur
l'humiliation pas la peine de l'anticiper
mon vagin est très ouvert
la position est inconfortable
il me fait signe de bouger la webcam
je bouge la webcam
elle est cadrée sur mon vagin
mon visage est hors champs
tant mieux
je le

17 :02

regarde comme l'ordure qu'il est
mes yeux sont remplis de haine
j'enfonce mes doigts dans mon vagin
ça fait mal
j'enfonce
je ressors
j'enfonce
je ressors
j'enfonce
je ressors
je le hais
je le hais
j'enfonce
je ressors
il se masturbe de plus en plus vite
j'enfonce
je ressors
ça fait mal merde
il éjacule
il éjacule moins fort que tout à l'heure
je continue à enfoncer
je continue à ressortir
il éjacule encore un peu
je ressors les doigts
il écrit
je lis
tu mouilles
j'écris
non
j'envoie
il lit
il balance un coup de pied
il écrit
je lis
tu mouilles
j'avale ma salive
j'ai une boule au fond du ventre
j'écris
oui
j'envoie
j'ai le coeur qui bat fort
il lis
il écrit
son sexe mollit
je reçois
je lis une goutte perle au bout de son gland
salope sale pute tu vas voir je vais te faire jouir moi
j'ai la gorge serrée
j'ai mal aux cuisses
j'ai mal au vagin
il se lève
il quitte le champs
je m'assieds normalement
je n'ai plus envie de penser à ma première fois
je ne sais pas à quoi penser
je me sens mal
je me sens souillée

17 :03

j'attends
j'essuie mes doigts
j'ai envie de me rhabiller
je sais pas si je peux
alors j'attends
j'attends les ordres
je regarde mon corps
je me sens bizarre
je n'arrive pas à organiser mes pensées
ma tête est vide
je regarde mes cuisses
je regarde mon ventre
je passe les mains sur mon ventre
mes mains sont froides et sèches
je regarde mes mains
mes doigts
les plis de mes doigts
je replie les mains
je les replie un peu
lentement
je regarde les rides se former dans la paume
je replie complêtement
les ongles touchent la peau
je repense à tous ces romans où l'héroïne se plante les ongles dans la peau jusqu'au sang
déjà avant je trouvais ça ridicule
maintenant je trouve ça complêtement con
je déplie les mains
j'ai froid
je regarde l'écran
il est toujours vide
je regarde le décor
il y a une chaise une vieille chaise de cuisine aux pieds métalliques
derrière c'est une pièce vide
un sol carrelé on dirait
le mur que je vois est gris blanc
je ne vois pas de fenêtre
il revient
il s'assied
son pantalon est reboutonné
il me regarde
je baisse les yeux
il écrit
je ne

17 :04

parviens pas à soutenir son regard
en fait je ne me pose même pas la question
je baisse la tête c'est tout
le message arrive
je lis
je dois te laisser un petit moment pétasse
mais tu seras pas seule t'inquiète
ton pédé de copain sera là pour te tenir compagnie
mais sans la cam
vous parlerez juste
à plus tard salope
et à la moindre entourloupe
quand je rentre je découpe ton pédé de copain en morceaux
l'image devient noire
j'écris
julien tu es là
j'envoie
je suis nerveuse
j'ai peur
je fixe l'écran
rien ne se passe
je me rends compte que je suis encore nue
je me regarde des seins aux pieds
je ne sais pas quoi penser
je n'arrive pas à penser
je me regarde mais rien ne se passe dans ma tête
j'écris
julien tu es là réponds s'il te plaît
j'envoie
je sais bien que c'est stupide de répéter le message
ce n'est pas comme si on parlait
ça me fait du bien
enfin du bien si on veut
ça me permet d'exprimer ma peur
ça me permet d'exprimer mon inquiétude
je suis nue
je regarde mes jambes
je regarde mes pieds
je croise

17 :05

mes mains sur mon ventre
je tords mes doigts
j'ai une boule au ventre
pourquoi est-ce que julien ne réponds pas
l'autre a dit qu'on pourrait parler
je regarde l'image noire de la webcam débranchée
il faut que je me rhabille
je me lève
je récupère ma culotte
je l'enfile
quelqu'un est en train d'écrire
j'attrape mon haut
le message arrive
j'enfile mon haut
je lis
oui je suis là
je me précipite sur la chaise
je tape vite
je suis obligé de revenir sur mes mots pour corriger les fautes
j'écris
tu es là tu es là oh mon dieu tu vas bien
j'envoie
je regarde la fenêtre de dialogue
je suis tétanisée
il est en train d'écrire
je me rappelle que je tiens un vêtement entre les mains
je l'enfile
il est toujours en train d'écrire
je n'ai plus envie de me rhabiller juste de rester là à parler avec lui juste voir qu'il est en vie pas qu'il va bien il ne peut pas aller bien on ne peut pas on ne peut plus aller bien juste en vie juste en vie
je suis au bord des larmes
j'ai les yeux fixes
il n'écrit plus
le message

17 :06

arrive
je lis
c'est horrible ici ils sont tous morts à part moi et lui
il écrit
tous morts comment ça tous morts de quoi parle-t-il tout devient confus j'ai les mains au dessus du clavier mais je ne sais pas quoi écrire
lui il est en train d'écrire
il est en train d'écrire
mon dieu tout le monde est mort sauf lui
mon dieu
il n'écrit plus
le message arrive
je lis
oui tous morts tous morts on est arrivé là ils se sont disputés et l'autre celui qui s'appelle josé il les a tué avec une hache avec une hache il les a tué tous les deux et il m'a montré la hache et il m'a dit qu'elle serait pour moi si tu ne lui obéissait pas
il est en train d'écrire
je ne peux plus penser
il est en train d'écrire
j'ai le cerveau bloqué par l'horreur
il est en train d'écrire
j'essaie de ne pas imaginer la scène de ne pas imaginer les corps mais je ne peux pas
il a terminé d'écrire
le message arrive
je lis
je ne peux pas m'enfuir j'ai les pieds menottés à la chaise pour l'instant il ne m'a pas

17 :07

vraiment fait mal mais il est fou il est complêtement fou je crois que je vais mourir
je relis
je ne peux pas m'enfuir j'ai les pieds menottés à la chaise pour l'instant il ne m'a pas vraiment fait mal mais il est fou il est complêtement fou je crois que je vais mourir
je relis
je crois que je vais mourir
j'écris
non
j'envoie
j'écris
non tu ne vas pas mourir
j'envoie
j'écris
on trouvera quelque chose
j'envoie
on trouvera une solution
j'envoie
il écrit
je regarde le clavier
je regarde l'écran
mes yeux survolent la conversation sans comprendre
il écrit
il n'écrit plus
le message arrive
je lis
je ne sais pas si on s'en sortira j'ai peur j'ai très peur ne fait rien de ton côté fais juste ce qu'il te dit fais juste ça
il écrit
il écrit
il écrit
je suis hébétée
il n'écrit plus
le message arrive
je lis
je sais que je ne peux pas te demander ça
il écrit
il écrit
il écrit
il n'écrit plus
le message arrive
je lis
je sais que c'est horrible et dégradant mais je ne veux pas mourir
il écrit
il écrit
il n'écrit plus
le

17 :08

message arrive
je lis
je ne veux pas mourir
il écrit
il écrit
il n'écrit plus
le message arrive
je lis
JE NE VEUX PAS MOURIR
les larmes me montent aux yeux
ho merde
ho saloperie de merde
je donne un coup de poing sur le clavier
je donne un coup de poing sur le bureau
je crie
merde
meeeeeeeerdeeeeeeee
ça ne change rien
ça ne change rien
je suis prostrée
j'écris
non tu ne mourras pas
j'envoie
j'écris
ça finira bien
j'envoie
je tape les lettres lentements
j'ai le souffle coupé
j'écris
je te le promet
j'envoie
j'ai le souffle court
il n'écrit pas
je n'écris pas
je ne sais pas quoi écrire
je veux le voir
en fait je ne veux pas le voir tel qu'il est vraiment
j'ai peur de le voir
j'ai peur de lui demander dans quel état il est
à quoi il pense
à quoi il pense en cet instant précis
j'écris
à quoi tu penses
j'envoie
il écrit
il n'écrit plus
le message arrive
je lis
à chez moi
je serre les mâchoires pour le pas éclater en pleurs
j'ai le ventre lourd
je me lève
je détache mon regard de l'ordinateur
je

17 :09

finis de m'habiller
j'accomplis les gestes au ralenti
je suis molle
je suis abattue
je me tiens debout dans la pièce
je regarde l'ordinateur
il n'écrit pas
il n'écrira plus
c'est peut-être la dernière fois que je lui parle
je retourne m'asseoir
j'ai l'estomac noué
j'écris
j'aimerais être avec toi
j'envoie
il écrit
il n'écrit plus
le message arrive
je lis
oui
mes yeux restent bloqués sur le oui
je me sens lasse
de plus en plus lasse
je reste sans bouger
je n'ai pas la force de répondre
je suis prostrée
comment est-ce que ça va finir
comment est-ce que ça va finir
c'est la seule pensée que je parviens à formuler
je fixe la fenêtre de dialogue
le dialogue s'est terminé sur oui
je l'imagine les pieds menottés à la chaise
son visage tuméfié
mon dieu
les deux cadavres à côtés de lui ou dans une autre pièce
mon dieu
le dialogue est terminé
je n'ai pas la force d'écrire autre chose
je ne sais pas quoi lui écrire
quels genre de phrases idiotes écrire pour lui redonner de l'espoir alors que de l'espoir il n'y en a plus
si il reste une chose à dire encore
j'écris

17:10

je t'aime
j'envoie
j'écris
tu es mon ami
j'envoie
j'écris
tu es mon meilleur ami tu es presque comme mon frère
j'envoie
je regarde l'écran noir
julien n'écrit pas
julien n'écrit pas
j'ai envie de faire pipi
c'est ridicule je me dis
d'avoir envie maintenant
il faut que j'y aille
je me lève
je reste debout à regarder l'écran
j'ai peur qu'il reviennent et que je sois absente
je regarde l'écran
je m'éloigne en continuant à jeter des coups d'oeil à l'ordinateur
je quitte la pièce
je ne peux plus voir l'ordinateur maintenant
je traverse le couloir
j'arrive devant la porte des toilettes j'ouvre la porte je me mets à l'aise je m'assieds je referme la porte
je fais pipi
j'écoute mon pipi couler dans le silence
je n'y avais jamais fais attention à ce point là
je fais pipi et j'écoute mon pipi et ça me distrait de mes pensées
ça éloigne mon angoisse
les dernières gouttes s'écoulent
je tire une feuille de papier
je m'essuie
je me lève
je jette le papier
je me rhabille
je tire la chasse
je regarde le tourbillon
il croit et décroit
il ne reste plus que de l'eau limpide

= commentaires =

Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 22/03/2006 à 12:51:42
C'est insupportable, malgré le caractère raccoleur du sujet qui a vaguement éveillé mon intérêt au départ, j'ai abandonné à la moitié.
Aka


    le 22/03/2006 à 13:14:37
Perso je l'ai trouvé pkutôt lisible celui-là. Me suis pas ennuyée. Mais il est temps que ça se termine.
Abbé Pierre


    le 22/03/2006 à 13:22:20
C'est chiant.
Ca l'est encore plus quand l'autre con de julien est mis devant le pc.
Enfin, c'est toujours mieux que l'autre. Mais je l'ai pas lu, l'autre.
Malax


    le 22/03/2006 à 13:40:19
Ouai parceque la fin sur le pipi et la chasse d'eau, ça le fait pas trop.
Nounourz


    le 22/03/2006 à 13:58:05
j'ai mal à la molette de ma souris.
nihil


    le 22/03/2006 à 14:15:49
Ca c'est du nerd de compétition : il s'est greffé sa souris sous la main et un reseau nerveux s'est developpé entre l'hôte et le greffon. Magnifique biomécanique de la loose.
Aka


    le 22/03/2006 à 14:30:58
Si vous avez aimé la scène des chiottes, vous adorerez la scène de la douche à venir.
nihil


    le 22/03/2006 à 14:45:27
En fait c'est une putain de pub subliminale pour Ikéa cette série.
Imax


    le 22/03/2006 à 14:46:25
Bah ouais des grands coups de molettes DTC. Même les mots bite, nichon et salope ne m'ont pas empêchés de rouleter comme un porc. Impossible d'accrocher à ce truc.

Oh mais que c'est chiant. Mon dieu.
Ange Verhell


    le 23/03/2006 à 08:07:09
Konsstrukt a réussi à inventer la machine à perdre du temps !
Ariankh


    le 23/03/2006 à 19:27:18
Astuce : cliquez avec votre molette vers le haut de l'écran, et descendez votre souris. Cliquez pour arrêter.
kjkh, chatte    le 02/08/2007 à 17:37:50
mon tre nous ta chatte
tass
X-men la machine a réécrire le vide    le 30/11/2010 à 09:24:41
Je connais ce texte de comateen. Je ne perds jamais rien de ce qui je lis. La resucée est tellement mauvaise qu'elle ne peut être de lui. Konsstrukt, ça veut dire plagieur en quelle langue ?
Wilhelm


    le 03/08/2011 à 18:43:45
J'écris un commentaire.
J'envoie.

= ajouter un commentaire =