LA ZONE -
Résumé : Dourak n'aime pas être inactif, alors il poste un nouveau sonnet à rajouter à sa discographie de chansonnier transgénique. Le format sonnet n'aide pas le lecteur à s'immerger vraiment dans le truc, à peine le temps de se prendre quelques vers brutaux et élégants dans les dents et c'est déjà fini. Dommage, ça méritait une épopée, un truc pareil.

Inondation XVIII

Le 03/11/2006
par Dourak Smerdiakov
[illustration] Au dépeceur de Mons.
A l'instant de jouir je me suis souvenu
Comme le loup traqué redécouvre un chemin
Du cadavre anonyme sous la bâche - maint
Ver blanc dégoulinait sur le sol - Malvenu,

Mon plaisir a décru, hideux, circonvenu.
J'ai tout revu. Le sang. Dents que l'on crache, mains
S'arrachant les lambeaux de derme parchemin.
Puis les spasmes d'un corps passant aux aveux, nu.

Et j'ai pensé recta m'extirpant du rectum
À l'Éternel retour, à la Grâce, au fatum.
Ma bite retombait, je me suis senti fort.

Mais soudain j'ai gerbé tout l'enfer à pleins feux
J'ai gueulé "palimpseste !" et renié mes voeux.
Au matin dans les bois je hurlais à la mort.

= commentaires =

Abbé Pierre


    le 03/11/2006 à 12:27:23
L'avant-dernier vers m'a fait gueulé "petit pois" dans ma baraque.
Excellent.
MantaalF4ct0re


    le 03/11/2006 à 13:42:08
pas désagréable ..
Winteria


    le 03/11/2006 à 17:59:25
Très bon.
Ange Verhell


    le 03/11/2006 à 19:52:27
Avant et après ? C'était de la nécrophilie ?
Aka


    le 04/11/2006 à 03:06:14
Si vous permettez, trop de rejets dans la première strophe font perdre le rythme. Ca ne facilite pas la lecture.
C'est pas dégueu pour un sonnet. Et j'aime bien l'image aussi.

Trop bien mes commentaires.
nihil


    le 04/11/2006 à 19:40:55
Bah moi je trouve que c'est une petite merveille, mais faut aussi préciser qu'en ce moment j'aime tout et tout le monde d'un amour tendre et sincère. Juste que quatorze fois douze pieds, c'est trop restreint comme format, j'aurais bien vu la même chose en deux-mille vers de six-cent pieds chacun.
Glaüx-le-Chouette


    le 04/11/2006 à 19:45:59
C'est superbe.

C'est con et magnifique à la fois. Chef d'oeuvre. Génie. Ascenceur.
Imax


    le 05/11/2006 à 06:51:48
Il est vraiment sympa ce poème, parfaitement débile mais superbement écrit.

*s'incline et lèche très fort les pieds de Dourak Smerdiakov*


Maintenant la seule critique que je ferai si il y en a une à faire, c'est que les images et les descriptions sont un peu usées sur ce présent-site; loup, cadavre, vers blancs, bites en forme de bisounours, etc... mais l'association avec d'autres idées plus lolilol rend la chose parfaitement comestible. Donc bravo.
Imax


    le 05/11/2006 à 06:54:17
Ha puis tout de même c'est beau comme un ragondin, follement maîtrisé alors que ça a dû être écrit en quelque minutes. J'en veux encore.
Abbé Pierre


    le 05/11/2006 à 11:03:47
gueuler*
Glaüx-le-Chouette


    le 05/11/2006 à 11:20:05
Je crois que l'Abbé Pierre est devenu autonome.
Abbé Pierre


    le 05/11/2006 à 11:55:51
CMB.
D'ailleurs, elle est chiante à me bouffer mes poils de couilles sans arrêt.
Lapinchien


tw
    le 05/11/2006 à 12:06:25
un concentré lyophilisé de perfection. On aurait envie d'y verser un peu d'eau bouillante.
Mill


site lien fb
    le 27/02/2007 à 17:41:13
C'est joli. Mais le rythme est un peu chaotique. Par contre, les rimes sont chiadées.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 27/02/2007 à 19:07:47
Bah, en fait, si on gratte, non. Circonvenu-malvenu-souvenu, c'est chaque fois le participe passé d'un verbe composé de "venir". Pas si riche que ça. À la base ce truc-là est né dans le forum au milieu des sonnets éthylo-collaboratifs, mais comme je l'avais achevé tout seul, il a fini par me servir à quitter la liste des inactifs.
Mill


site lien fb
    le 28/02/2007 à 18:18:40
Certes, mais employer "maint" comme rime, faut le faire, et j'aime bien aussi "fatum/rectum".

commentaire édité par Mill le 2007-3-1 12:28:46

= ajouter un commentaire =