LA ZONE -
Résumé : Voilà qui servira d'introduction au nouveau dossier 'Lettre de rupture'. Sans surprise de la part de Dourak, c'est un sonnet impeccable, une sorte de version pessimiste et dégénérée du 'mignonne allons voir si la rose...' Que du bonheur quoi.

Inondation XIX

Le 06/12/2006
par Dourak Smerdiakov
[illustration] Écrit en collaboration avec Ronsard.
Quand tu seras vieillie, clopante haridelle,
Mie rassise sous vieux siamois, radotant
Sur le prix des liqueurs et des médicaments,
Tu comprendras pour qui existent les bordels.

Lors tu n'auras amant touillant de la poutrelle
Mais vieillard au labour à demi trépassant,
Et, vomissant ta haine et ton ressentiment,
Tu cracheras mon nom comme on sort les poubelles.

Je serai grabataire et, dans les hôpitaux,
Les doctes rebouteux m'affligeront de maux
Que j'aurai mérités en te gâchant la vie.

Regrettant, toi : l'argent ; moi : la gloire et mon chien,
Nous nous accuserons l'un de l'autre pour rien.
Rompons dès aujourd'hui, grognasse, et qu'on s'oublie.

= commentaires =

nihil


    le 06/12/2006 à 22:15:52
Putain pourquoi ces putains de sonnets font que quatorze putains de vers de douze pieds, c'est pas humain, j'en voudrais six fois plus long.

Note collatérale : je vais en chier pour trouver des illustrations pour les textes du dossier Lettre de rupture. Si vous avez des images qui correspondent au thème, faîtes passer.
Glaüx-le-Chouette


    le 06/12/2006 à 22:22:09
Y a moins de souffle que d'ordinaire, moi je trouve. Faut dire aussi qu'on fait mieux que Ronsard, comme Zonard.

Ca reste chouette ceci dit.
nihil


    le 06/12/2006 à 22:27:15
Deux sonnets en un mois ? La vache, Dourak a mis le turbo sur ce coup-là.
Winteria


    le 06/12/2006 à 22:36:04
Le précédent a toujours ma préférence, mais j'aime beaucoup.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 06/12/2006 à 23:24:12
C'est plutôt la version dégénérée de "Quand vous serez bien vieille". Remarquons que je suis loin, moi aussi, d'être un grand amateur de Ronsard, mais j'ai bien aimé l'idée quand je l'ai eue, surtout que je n'en avais pas d'autre.

Par contre, pris d'un doute, j'ai vérifié, et du coup je suis ébloui de ma constatation : le numéro du texte correspond à l'année de publication de l'original. C'est mystique.
Dourak Smerdiakov


lien fb tw
    le 06/12/2006 à 23:32:20
En fait, je suis certain que nihil l'a fait exprès.
Astarté


    le 07/12/2006 à 02:10:55
Je ne comprends pas pourquoi ce sonnet n'a que 5,33/10, trop bien cette adaptation.

"Tu cracheras mon nom comme on sort les poubelles"...

Vais mourir de rire, sérieux j'aime beaucoup
Kirunaa


    le 07/12/2006 à 05:51:36
C'est bieau ! (petite larme)
Aelez


    le 07/12/2006 à 08:56:44
D'ailleurs à propos de ce système de notes : c'est là depuis longtemps (et c'est moi qui ait une vue sélective), ou c'est la nouvelle lubie de nihil que de se retapper tous les textes de la zone pour les noter?

Pour la suite de mon commentaire ultraconstructif, voir celui d'Astarté.

nihil


    le 07/12/2006 à 16:22:06
Pour info, tous les admins peuvent voter, et oui l'idée c'est pas de se focaliser sur la note d'un texte en particulier, parce que ça reste du total subjectif, mais de faire quelques stats marrantes, pouvoir faire un best-of automatiquement avec les meilleures notes du site, pareil pour le worst-of etc...
Glaüx-le-Chouette


    le 07/12/2006 à 17:59:06
et l'orthographe compte
MantaalF4ct0re


    le 07/12/2006 à 18:16:15
c'est presque aussi beau que du vincent delerm
ceacy     le 07/12/2006 à 19:40:11
Je t'aime. Dommage que le chien soit mort.
Lapinchien


tw
    le 10/12/2006 à 19:15:07
de gainsbourg à gainsbarre,
ou de ronsard à ronsourd ?
Lunatik-


    le 29/08/2010 à 15:30:42
Je regrette ces deux vers :
"Lors tu n'auras amant touillant de la poutrelle
Mais vieillard au labour à demi trépassant"

C'est pas que ce soit moche mais les mots coulaient tous seuls quand soudain, paf, Ronsard met son grain de sel, escamote les articles, me donnant l'impression de me retrouver le cul sur un banc d'école plutôt que le groin dans la Zone.

Le reste me réconcilierait presque avec la poésie contemporaine, surtout la dernière strophe.

= ajouter un commentaire =