LA ZONE -

Ses seins valent en teint l’ambre du ciel

Le 08/12/2007
par LCBeat
[illustration] Je l’inviterai au restaurant afin de respecter les codes d’une façon totalement réglementaire et grégaire, et de pouvoir regarder mes prochains et suivants dans les yeux.
Bien sûr j’envisageai une récompense hautement charnelle. J’imaginais déjà la carte des cocktails, et la carte des vins. J’imaginais ses rires, ses clins d’œil, sa larme face à la rose, ses jambes écartées, mon sexe en elle.
Vêtu comme pour un baptême je lui ferai une cour suprême. Des aveux dans les yeux. Mes yeux évitant ses seins. Je caresserai son visage, glisserai sa mèche rebelle derrière son oreille. Je la baiserai en dommages et intérêts.
Elle portera une robe, élégante un papillon naissant. Je lui clamerai de sournoises poésies faussement romantiques. Elle frémira. Je l’enivrerai encore. Tant en temps que les heures seront de courte durée. Elle voudra payer sa part, je la laisserai faire.
Il y aura des musiciens qui joueront des airs de joue contre joue, d’amour perdu, d’amour toujours. Je ne mettrai rien dans leur chapeau. Les saluant à peine de la contre-performance.
J’aurai préalablement préparé une chemise cartonnée pleine de mes poèmes. Elle aimera autant qu’elle subira. L’amour est soumission.
Je lui raconterai ma mère, mes pertes de mémoire sur un passé désuet, semblable à des tiges de fleurs fanées, elle sera émue par mon humanité. Je lui dirai ce n’est pas la taille qui compte. Pudique elle ne répondra pas.
Je l’écouterai me parler d’elle, de ses vies antérieures, tu crois à la vie après la mort ?, tu penses que nous sommes seuls dans l’univers ?, alors tu ne crois pas en Dieu ?
Je lui demanderai sa première fois, le nombre de garçons qu’elle a embrassé, si elle aime le jazz, si ce soir on innovait ?
Je lui dirai mon cœur est un champ de ruines, elle sera tendre. Je me sens totalement inadapté dans ce putain de monde qui ne me ressemble pas ! Qu’il n’y a que ses yeux qui en valent la peine. Que mon monde se résume en la couleur de ses yeux.
Je te baise maintenant ou tu préfères finir tes profiteroles ?
Il y aurait des nappes pourpres, des néons roses, des guirlandes inhumées, et toujours des chansons d’amour.
Et elle glissera son pied entre mes jambes, mon érection nous fera rougir.
Elle me donnera un petit nom, sa déformation de linguiste l’entraînera à m’expliquer ce qu’est une tournure hypocoristique. Je lui répondrai par un sourire, qu’elle me croit touché, émue de l’avancée de notre relation.
Tu veux un café ? Oui. Merde.
Souhaitons que mes draps ne resteront pas inhabités toute la nuit. Je me vois déjà devoir écrire un poème à la force de mon sexe en érection. La frustration mène à de drôles de concepts.
Après avoir partagé l’addition, elle aura payé le supplément de vin que je n’aurai pas manqué de consommer en abus nécessaire à une sociabilité déjà pesante.
Ca va que nous sommes le quatorze février.
Ses parents doivent s’inquiéter alors elle voudra que je la raccompagne. Re-merde. Trop peu enclin à des négociations circulaires, je me sentirai obligé d’accéder sans résistance à sa requête. Elle prendra un air vexé. Tant mieux, à chacun ses frustrations.
On se revoit bientôt ?
Mouais.
Devant sa porte j’arriverai tout de même à lui rouler une pelle d’enfer. Histoire qu’elle se souvienne de moi cette nuit. C’est faible comme rémunération. Mais après tout m’attendais-je réellement à mieux ?
Je me masturberai en repensant à son pied sur mes couilles. A ma langue dans sa bouche. A sa manière de sortir son chéquier.
De l’art de se contenter du peu auquel on à le droit.
M’en fous, la Saint-Valentin c’est tous les ans. Je reviendrai, comme dirait l’autre.


= commentaires =

Carc


    le 08/12/2007 à 16:50:31
J'aime bien. Sans plus, mais j'aime bien.

"Je te baise maintenant ou tu préfères finir tes profiteroles ?". Cette phrase là est quand même à tenter de ressortir en société.
Dourak Smerdiakov


site blog lien tw
    le 08/12/2007 à 19:37:55
À part quelques dérapages ("Tant en temps que les heures seront de courte durée."), c'est correct mais pas follement agréable à lire, et plutôt convenu dans le sujet.

Elle se situe où, la déformation des linguistes ?
Narak


    le 08/12/2007 à 21:05:17
Alors là !

DTCS !

Il est trop beau celui là.
Le Duc


    le 08/12/2007 à 21:16:50
Mouais pas mal, ça me renvois à ma propre frustration donc forcément ce texte me dérange, comme les 3/4 des mecs. Mais je trouve pas que ce texte soit zonard, même si il est sympa
Dourak Smerdiakov


site blog lien tw
    le 08/12/2007 à 21:22:24
Il y avait fort longtemps qu'on ne m'avait pas complimenté sur mon cul, en effet.
Lapinchien


tw
    le 09/12/2007 à 00:50:02
j'aimerais lever toute ambiguité. LCbeat, ça n'a rien a voir avec mon entrejambe plongé dans un encrier et même si je trouve son texte d'un déprimant realisme, j'en redemande parce que la déprime, j'en suis junkie.
Dourak Smerdiakov


site blog lien tw
    le 09/12/2007 à 12:30:40
C'est sordide de lever des ambiguités le samedi soir.
Massime


    le 09/12/2007 à 14:04:09
on le savait deja mais c'est tellement vrai le coup de la rémunération. tristement vrai.
Aesahaettr


    le 09/12/2007 à 17:46:27
"Vêtu comme pour un baptême je lui ferai une cour suprême. "

Arrrrghhh.... aaarh, aarrhh, je fonds, areeeeehh.

Le reste est bien mieux, je tente hasardeusement de dire que ça fleure bon le Bret Easton Ellis et que j'aime ça.
Aesahaettr


    le 09/12/2007 à 17:47:04
Par contre je me sens pas trop concerné par le mec qui se prend la tête avec les gonzesses.
Nico


    le 09/12/2007 à 20:59:47
L'image est sympa.
Nico


    le 09/12/2007 à 21:00:16
CMB, du reste.
Omega-17


    le 10/12/2007 à 03:45:39
Il y a autant de rapport entre ce texte et Lunar Park qu'entre un vélo d'intérieur et un sac de chataignes.
LCBeat


    le 10/12/2007 à 19:47:35
je n'en dirais pas plus
je me rallie à l'avis de tous
nihil


    le 10/12/2007 à 20:09:12
Oh ! C'est François Bayrou ! Lapidons-le !
Rouage


    le 10/12/2007 à 20:11:16
"Il y a autant de rapport entre ce texte et Lunar Park qu'entre un vélo d'intérieur et un sac de châtaignes."



Le texte = ? -> Lunar Park = 15 €

Vélo d'intérieur = 1629 € -> Un sac de châtaignes de l'arbre d'Anne Frank = 1680 €


Le texte = (Lunar Park x Vélo d'intérieur)/(Le sac de châtaignes de l'arbre d'Anne Frank) = (15 x 1629)/1680 = 14,544642857142857142857142857143 €
Rouage


    le 10/12/2007 à 20:12:57
C'est à chier comme rapport.
LCBeat


    le 10/12/2007 à 20:56:46
tout à fait
Omega-17


    le 11/12/2007 à 00:36:07
Doit y avoir une erreur, ce texte vaut beaucoup moins que ça.
LCBeat


    le 11/12/2007 à 08:36:50
évidemment, mais en même temps on s'en branle
Marquise de Sade


    le 11/12/2007 à 11:08:10
Surtout Oméga
Omega-17


    le 11/12/2007 à 11:35:01
L'intervention supérieure permet d'observer à quel point mon pseudonyme s'accorde à la perfection avec un adverbe.

C'est tout de même flagrant.
Winteria


    le 11/12/2007 à 21:54:49
CMBDTCS en continu.
Winteria


    le 11/12/2007 à 21:55:22
Pauvre merde, j'ai oublié pauvre merde.
LCBeat


    le 14/12/2007 à 19:08:27
c'est tout un vocabulaire
Omega-17


    le 14/12/2007 à 19:35:45
Ca t'apprendra à venir de manière suicidaire sur La Zone avec une prose de Bercy Village afin de contrer l'ennui absolu que t'inspire ta copine à tête de footballeur américain.

commentaire édité par Omega-17 le 2007-12-14 19:39:33
Glaüx-le-Chouette


    le 14/12/2007 à 20:00:04
Omega 17 qui donne des cours de bon comportement zonard, on aura tout vu putain ; ça me donne envie de cramer mon écran et de bouffer mon modem, ça.

Pauvre mec.
Omega-17


    le 15/12/2007 à 17:07:18
En réalité, c'est plutôt un cours de positionnement : LCBeat est un poète confiant, un peu comme Zeller. En conséquence, il nécessite un recadrage régulier.
Winteria


    le 15/12/2007 à 17:28:16
CMBDTCS bis.

À ton service.
LCBeat


    le 15/12/2007 à 23:58:18
je m'enrichis à vue d'oeil
evariste galeux     le 18/12/2007 à 06:00:16
J'aime bien ces textes qui sont assez précis pour me faire m'imaginer une émotion inconnue, ce type ça n'est pas moi, mais il est assez homme pour que je comprenne. Ca me plait, sans plus, mais c'est surtout que je repense à M. Aguev. Un texte qui me fait me souvenir de ce Roman avec Cocaïne qui est coincé dans ma mémoire mérite que je le trouve bien.
Mill


site lien fb
    le 28/12/2007 à 14:06:04
Dommage que ce soit écrit avec deux pieds gauches. Après tout, y a de l'idée et j'apprécie le ton désabusé du narrateur.
Omega-17


    le 17/01/2008 à 14:51:41
C'est valable pour celui-là aussi, quoique plus récent.
En moins affligeant, c'est vrai.

L'aléatoire a des remords, il tente de se racheter.
C'est un demi-échec.

= ajouter un commentaire =