LA ZONE -

la nuit noire (8)

Le 11/10/2008
par Konsstrukt
[illustration] 37 : 30

Au lycée, je n’en foutais pas une. Je ne séchais aucun cours, mais, en classe, j’étais inexistant. Je ne parlais à personne. Je n’écoutais rien. Je ne répondais pas quand on m’interrogeait.
Au début, les professeurs écrivaient à ma grand-mère, mais ils ont vite compris qu’elle ne viendrait jamais à leurs rendez-vous. Alors, ils m’ont foutu la paix et je suis devenu l’homme invisible. Il y a eu des affrontements avec d’autres élèves mais vu mon gabarit ça n’est pas arrivé souvent. Il y avait un gros lard qui s’appelait Serge. J’étais plus fort que lui. Je lui foutais des coups de poings dans le bide, pour le plaisir. Il y avait un sportif bien habillé, qui s’appelait Guy. J’aimais bien vider son cartable dans les escaliers, et le tabasser, de temps en temps. Il ne bronchait pas. Des fois, les autres se marraient. Mais en fait, ils me craignaient. Ils pensaient que j’étais fou. Je faisais peur.
Les démons étaient partis. Des fois, je me demandais si j’avais vraiment tué ma mère ou si j’avais inventé toute cette histoire juste parce que la vérité était trop pourrie.
Les bagarres, c’était surtout au cours de la première année. Après, j’ai ignoré les autres, et ils ont eu trop peur de moi pour me provoquer physiquement. Mais j’étais un objet de mépris. Ils se moquaient de moi dans mon dos. Aux récrés, je restais dans mon coin. Je lisais mes bouquins sur les loups, les tigres ou les ours. J’en empruntais à la bibliothèque. C’était ma nouvelle source d’information. Je dessinais des sanctuaires, aussi. Et des cadavres. Je devenais passif et triste. Je ne pleurais pas pour ne pas terminer comme ma grand-mère. A l’écrit, je m’en sortais. Je ne redoublais pas. A chaque fois je passais de justesse. Je crois qu’ils me faisaient passer parce ce qu’ils savaient que j’étais irrécupérable et préféraient que je devienne fou ailleurs. Ils imaginaient que j’allais me suicider. Ils espéraient que ça se passerait hors du lycée.

38 : 29

Au lycée les filles étaient des putes. Des vraies putes je veux dire. Il n’y avait que l’argent ou les avantages matériels qui les intéressaient. Il y en avait une qui s’appelait Christelle. Elle sortait avec tous les mecs qui l’invitaient au cinéma. Elle roulait des pelles et elle suçait. Il suffisait de payer la place. Je me branlais en imaginant mon tour mais mon tour ne viendrait jamais. De toute façon, moi, je la tuerais. Elle adorerait ça.
Les filles me traitaient de puceau et de pédé. Jamais devant moi. Mais je savais. Quand j’étais en seconde, il y en avait une autre, tout le monde connaissait ses tarifs, pour trente-cinq francs on pouvait la suivre aux chiottes et elle faisait une branlette. J’ai payé, je l’ai suivie. Je n’ai pas bandé. Tout le lycée l’a su. Je regardais les couples se faire, se défaire, et je ne comprenais pas. Je ne connaissais pas la procédure. Il y avait Sabrina, avec des seins volumineux et des lèvres de salope, elle avait un mec, ils passaient les récrés à s’embrasser. Je fantasmais sur eux. J’aurais voulu les enculer, tous les deux, d’abord avec ma bite, et puis avec la sienne et ensuite les tuer, leur rompre la nuque avec mes dents, pendant qu’ils s’embrassaient toujours, découper ses seins, m’enculer avec ses nichons plein de sang, la baiser par les plaies, la baiser elle et l’enculer lui en même temps, jusqu’à n’en plus pouvoir. Mes pensées tournaient n’importe comment, une routine du massacre.
Je ne bandais même pas pour une pute à trente-cinq francs. Je me masturbais dix fois par jour. J’avais mal à la bite. Elle était enflée. Mais je n’étais bien que là, je n’étais bien que dans ma tête. J’avais perdu mon sanctuaire, j’avais perdu ma mère, il ne restait que ça. Je me rendais compte à quel point ma mère était utile, à quel point baiser avec elle était nécessaire. Pour elle comme pour moi. Mais c’était perdu. J’étais triste.

39 : 28

Je me souviens de Florence. Elle avait laissé une lettre sur mon bureau. Elle disait qu’elle voulait sortir avec moi. Elle me donnait rendez-vous dans un couloir du bâtiment C, à dix heures. Je m’y suis rendu. Je me souviens mal. C’était confus, comme un rêve. Il faisait noir. J’ai senti sa main prendre la mienne, et puis plus rien, et sa voix qui criait : « suis-moi ! ». Dans le noir, à tâtons, je l’ai poursuivie. La lumière ne marchait pas, quelque chose comme ça. Je percevais des présences, je ne me sentais pas bien. Il n’y avait plus Florence. Je l’appelais. J’entendais sa voix, et puis plus rien, et quelques rires. Quand la lumière est revenue, ils étaient tous là, toute la classe. Ils se marraient. Florence était avec eux mais au lieu de rigoler elle me regardait avec pitié, ce qui était pire. Elle paraissait atterrée, que j’ai pu marcher dans le canular. L’idée que je puisse penser qu’elle veuille réellement sortir avec moi la consternait. J’ai chopé le connard le plus près de moi, je l’ai cogné au ventre et aux couilles, devant tout le monde. Ils formaient un cercle, ils ne riaient plus.
Je lui ai écrit. Tout ce que j’aimerais lui faire. En détail. Je n’ai pas eu de mal à découvrir son adresse. Ses parents tenaient un camping. Je lui écrivais tous les jours. J’espérais qu’elle se suicide. Son père m’a trouvé un jour à la sortie de l’école. Il m’a menacé.
J’écrivais aussi à des filles qui laissaient leur adresse dans les journaux pour adolescents. Aux femmes qui cherchaient des mecs en postant des petites annonces. Personne ne me répondait. J’étais comme un animal, qui voudrait traquer des proies sans savoir comment. Qui ne sait même pas où elles se trouvent. Ni comment les identifier. C’était pourtant tellement évident. Une fille m’a répondu. Une lyonnaise. Je n’ai pas été au rendez-vous. Je ne pouvais pas. J’ai éjaculé sur sa photo et je l’ai brûlée.

40 : 27

J’avais recrée mon sanctuaire dans ma tête, la nuit, et dans mes dessins. J’étais un loup-garou. Les humaines se jetaient sur moi et me suppliaient de les prendre. Elles m’imploraient de les faire jouir. Je les méprisais. J’écartelais leurs chattes et leurs culs devant leurs amants impuissants. Le sang lubrifiait ma bite acérée. Je détruisais leurs orifices et elles hurlaient de plaisir, comme des salopes, comme des chiennes. Elles se traînaient à mes pieds, elles se souillaient de mouille, de sang et de merde, elles se vidaient de désir pour moi. Mes pattes puissantes déchiraient leur peau, mes crocs s’enfonçaient dans leur viande, broyaient leurs muscles, éclataient leurs os, mes crocs leurs faisaient comme des bites dilatant chaque pore de leur peau à la manière d’un anus avide. Le sang qui bouillonnait et qui lubrifiait, leur peau qui mouillait rouge vif et poisseux, le claquement de mes mâchoires et le goût fade de leur chair qui emplissait ma bouche. Elles hurlaient de jouissance, vidées, exsangues. Après ça, c’était au tour des males. Ils bandaient pour moi, ils n’y pouvaient rien, leur corps échappait à leur contrôle, j’étais trop fort, trop magnétique, leurs anus se dilataient et devenaient gluants, tout leur corps m’appelait, ils brûlaient, ils me voulaient en eux, ils voulaient me sucer, ils voulaient être couverts de mon foutre et que je déchire leur peau, et que je dévore leurs couilles offertes en holocauste ; je prenais tout et ne laissais derrière moi que des corps inutiles et détruits, des bouches ouvertes que rien ne viendra plus combler, des plaies, des flaques. Je leur laissais mes odeurs.
Nuit après nuit je me branlais. J’étais incapable de m’arrêter, en boucle, prisonnier de ces images qui ne m’apaisaient pas beaucoup, et dont le grotesque ne me gênait pas du tout. Cinq, six fois par nuit, hypnotisé par l’espoir qu’en me branlant je tenais l’horreur réelle tout autour de moi, hors du sanctuaire, que mes scènes outrancières me protégeaient du mal. Le collège, ma chambre.

41 : 26

J’étais un loup, j’étais un robot parfois ; un robot tueur, un programme, ma force était supérieure, mes réflexes, supérieurs, mon intelligence entièrement dirigée vers la mort.
En tant que robot, je disposais de moyens de tuer incroyables et sophistiqués. Je pouvais tuer en baisant. Ma mission était de faire parler des espionnes. J’avais une bite en acier, actionnée par un vérin, je pouvais en faire varier la vitesse, je pouvais faire sortir ou enter des aspérités, des ergots, des aiguilles, des hameçons ; je pouvais décider de sa taille, vingt, trente, quarante centimètres. Elle pouvait tourner sur elle-même, pivoter à sa racine. Elle pouvait tout faire, et elle rendait folles les espionne. Je les violais, et elles me suppliaient de recommencer.
J’étais un loup-garou, aussi bien.
J’étais un loup-garou, en érection permanente, je saillais des immeubles, des quartiers entiers, je sautais dans un jardin, je traversais une fenêtre, j’étais dans une chambre, trois filles dormaient, trois sœurs, et l’une après l’autre je les rendais folle de plaisir, et je les tuais. Elles s’accrochaient à ma fourrure, me griffaient, ma queue qui ne débandait jamais prenait leur chatte et leur cul, une après l’autre, un après l’autre, et puis au tour des parents, le père, la mère, et je sautais à la maison suivante, à l’appartement suivant, je changeais d’immeuble, de quartier...
C’était la guerre totale, la guerre contre les humains, j’étais un loup ou un robot, j’étais un monstre, je n’étais pas comme eux, et mon arme pour les réduire à la mort, c’était ma bite, ma bite incroyable qui les liquéfiaient, tous, hommes, femmes, enfants, vieux, tous, ma bite, mes couilles, mon sperme...
Toute la race humaine, tous étaient en mon pouvoir, tous voulaient mourir, crever de plaisir, couiner et crever entre mes bras, empalés sur ma bite par où je voulais, tout ce qui me plaisait, tous gémissaient, me suppliaient de goûter mon sperme, de téter mes couilles, tous me suppliaient d’être leur dernière image, leur ultime expérience, leur fin...

42 : 25

J’aimais la cave. J’y installais mon sanctuaire, mon nouveau sanctuaire. Dans ma tête. La nuit. Quand je me branlais, je me projetais à la cave, et de la cave, je retrouvais mon sanctuaire. Ca semble compliqué, lourd, aujourd’hui ; ça ne l’était pas. L’imagination, les pensées, je n’existais plus, j’étais dans ma tête. Dans la cave. Quand je tuerai à nouveau, ça sera ici. J’emmènerai une fille, Virginie, ou Florence, une des deux. Les deux, et je les regarderais. Elles me supplieraient de les laisser partir, elles m’imploreraient. Jureraient de faire tout, tout ce que je veux. Me sucer la bite. Toutes les deux. L’une après l’autre, et puis ensemble. Jouer avec mon sperme, d’une bouche à l’autre, les deux langues qui s’enroulent, mon sperme blanc, en filaments. Se lécher l’une l’autre, et moi je me branlerai, je jouirai sur leurs chattes. La langue de l’une, chargée de mon foutre, qui glisse dans la chatte de l’autre, poisseuse de mouille. Elles me supplieront mais en vérité elles ne voudront pas partir. Elles voudront rester, devenir mes choses pour toujours, se nourrir uniquement de mon sperme, de ma pisse, de ma merde. Pisser dans la bouche de Florence, et voir ma pisse passer d’une bouche à l’autre, chier dans la chatte de Virginie, que Florence écartèle pour que la merde aille bien au fond ; regarder Florence lécher la chatte de Virginie pleine de ma merde, ma merde qui s’étale sur la fente, les poils, ma merde sur toute la bouche, les dents, la langue. En enculer une, puis deux, fist fucker les deux en même temps, qui chient et pissent de plaisir, qui saignent. Les regarder nettoyer avec leurs langues leurs corps couverts de sperme, de chiasse, de pisse, de sang, de salive, de sueur ; des semaines, des semaines durant, et puis les manger à la fin, les dévorer entièrement, une seule d’abord, tandis que l’autre me suce, me doigte le cul, me lèche, et puis manger l’autre. Virginie et Florence. Mortes.

= commentaires =

Lemon A


    le 11/10/2008 à 13:31:51
Bon.

Je n'ai pas lu tous les épisodes mais j'avais plutot bien accroché sur les 2 ou 3 premiers.

Celui-ci me laisse assez sceptique. Pas que ce soit mal ecrit (ni tres bien d'ailleur), pas que ce soit pas suffisement degueu, mais ça m'a paru un peu répétitif, sans trame veritable, redondant, si bien qu'à la fin j'en suis venu à sauter des lignes puis, pour les 3 derniers paragraphes, à lire carrément en transversal.

Je trouve que ça tourne en rond, sans avancer, sans suspens + des éléments de psychologie m'ont géné, le hero oscille entre l'effacement complet, la morbidité, la frustration sans que ça me paraisse trop naturel. Disons qu'à un moment donné on a l'impression qu'il y a une surenchère pour faire genre "trop trash tu vois". Comme l'impôt, quand c'est trop élevé ça ne marche plus. Là où Brett easton Ellis arrive a provoquer un sentiment d'ecoeurement a force d'en ajouter et d'en ajouter avec un ton blanc, tu echoues. Au bout d'un moment on s'ennuie et, du coup, on a l'impression que ton texte se regarde le nombril.

En lisant tes textes, même les plus chiants, j'ai toujours apprécié un certain ton, une sorte d'écriture naturelle, assez clinique, courte et impactante. Je ne la retrouve pas ici, comme si tu forcais le style pour palier, finalement, au manque d'inspiration. Un peu ado, un peu vain... Ca ressemble au bout de la route, il faut une vrai histoire, un elan romanesque.

commentaire édité par Lemon A le 2008-10-11 13:32:29

commentaire édité par Lemon A le 2008-10-11 13:33:31
M. Yo


    le 11/10/2008 à 13:36:46
Un élan ? Mon cul ouais ! Ni un élan, ni un castor. Un canard.
Putsch


    le 11/10/2008 à 16:23:27
Un canard romanesque? Merde.
Aesahaettr


    le 11/10/2008 à 17:25:27
"Une fille m’a répondu. Une lyonnaise. Je n’ai pas été au rendez-vous. Je ne pouvais pas. J’ai éjaculé sur sa photo et je l’ai brûlée."

lol


Bah, ça avance le lecteur dans la trame -la suite directe de sa vie de merde, donc- et dans la psychologie du perso; et c'est intéressant de voir qu'il a de plus en plus de mal à penser sans une récurrence de "bite" "chatte" ou "sperme" tous les trois mots, c'est comme un crescendo, le suspens y est complètement, ce mec va flipper et ça sera pas beau à voir.
Sinon j'ai trouvé ça fluide et pas chiant pour un sou, comme tous les épisodes jusqu'ici.
J'aime beaucoup le choix des prénoms féminins. Aussi "Guy" et "Serge" qui doivent être deux des prénoms les plus crétins de l'histoire.
Konsstrukt


    le 11/10/2008 à 19:23:10
ces deux sales connards de guy et serge sont autobiographiques, je tenais à le préciser.

connards, hein, pas canards.

lemon a : le bout de la route, comme tu dis, concernais la méthode d'écriture que j'utilisais avant ; ici c'est plutôt un nouveau début, avec les maladresses que ça suppose. et je me suis trouvé (pour autant que l'avis de mon nombril ait un intéret) plutôt inspiré, sur ce bouquin.
Hag


    le 11/10/2008 à 19:27:05
Un peu pareil qu'Asa, l'évolution depuis le mec tortué et imaginatif vers le psychopathe mono-cogitif (j'aime bien ce mot, je l'ai inventé à l'instant, il est apparu dans ma mémoire comme la fleur qui ouvre ses pétales pour receuillir la rosée du matin, ce qui permet aux insectes de faire leur boulot d'insecte, et aux moines zen de faire des comparaisons ridicules que personne n'ose remarquer parce que soit on les confonds avec les disciples shaolin, soit on trouve politiquement incorrect de se moquer de gens qui ont l'air intelligents, quand on ne les confond carrément pas avec des tibétains, qui sont eux beaucoup plus poilus, avec des grandes cornes et une hauteur au garrot pouvant atteindre deux mètres).
J'attends de voir comment ça va évoluer, pour l'instant ça reste de la balle, mais poursuivre longtemps sur cette lancée risque d'être difficile à la longue. Par ailleurs, se moquer des tibétains c'est mal, ce sont de brave gens produisant de la viande, du fromage, et des bouses séchées que les indigènes (appelés chinois) utilisent comment combustibles. On remarquera que les chinois essaie de s'acclimater au Tibet sans succès depuis de longues années, mais ils ne sont pas encore assez poilu pour supporter l'hiver et produire du fromage. C'est pourquoi je le dit bien fort, non aux canards, et vivent les tibétains.
M. Yo


    le 12/10/2008 à 04:45:32
EN fait perso, je trouve pas que ça tourne en rond.

C'est flippant de voir que ce mec peut, malgré le fait de penser au viol toute la journée, vivre en toute tranquillité malgré ce qu'il a (déjà) fait. Et c'est flippant que voir que sa pseudo-normalité (depuis sa "renaissance") lui fait mal, alors même qu'il reste un gros taré.

Pour moi, qui vient de découvrir l'oeuvre dans son ensemble en un seul coup, ça ne tourne pas du tout en rond.
nihil


    le 19/10/2008 à 00:01:21
Non bah moi je trouve pas que ce soit toujours aussi bon. Les fantasmes de massacre sont très kitsch, mais mis dans la bouche d'un ado frustré, ça passe, c'est réaliste. C'est pas ça.
C'est juste que le style labellisé Konsstrukt refait des siennes : on se remet à tout survoler à la va-vite, sans précision, sans profondeur. Ceci dit, si la psyché de ce bonhomme ne consiste qu'en viols et massacres au lieu de la complexité psychologique qu'on peut supposer crédible, alors j'aime autant qu'on passe vite.
Ca c'est essouflé à mon gout. Ca s'est essoufflé depuis un moment, depuis que les jeux malsains se sont changés en fantasmes de série Z et en rituels gore outrés.
Koax-Koax


    le 20/08/2009 à 21:44:45
La série, la psychologie du personnage, tout prend une tournure différente, ou plutôt, éclaircie. Je me demande, à l'instar du "héros", si les chapitres précédents n'étaient pas que des rêves, pulsions, si tout ceci n'était qu'un moyen au héros d'échapper à une réalité sordide, de symboliser ses maux.
Son arme est sa bite, tiens, ça me rappelle le Hitler géant et psychopathe d'une bande dessinée réalisée sur paint, par un allemand disjoncté.
Tellement aussi jouissif, que j'en passe à la suite.

= ajouter un commentaire =