LA ZONE -
Résumé : Je sais, c'est pas fait play, mais il faut absolument que je cite ce passage du texte ci-joint : 'Elle était au rayon des légumes et prenait un paquet de pommes de terres pelées et précuites. Dans son chariot, il y avait des yaourts allégés, du café soluble et des produits surgelés. J’ai eu une érection.' Merci, au revoir.

La nuit noire (10)

Le 03/11/2008
par Konsstrukt
[illustration] 49 : 18

Au supermarché. Je m’y suis rendu une autre fois, pour choisir par laquelle je commencerais, le moment venu. Quand l’entraînement avec Florence serait terminé. J’ai bien cherché, et je l’ai enfin trouvée, au rayon presse.
Son aspect physique me fascinait. Elle aurait pu être la sœur de ma mère, en plus sexy encore. Elle portait un pantalon rouge sombre qui lui moulait les fesses et l’entrejambe, des baskets noires et un pull informe vert clair qui masquait sa petite poitrine. Elle avait des bagues de pacotille, un collier doré, et elle était maquillée comme une pute ou une lycéenne. Elle avait les yeux clairs, les lèvres fines, la peau sèche et un reste d’acné. On voyait les racines châtain de ses cheveux teints en blond vénitien. Ses cernes et ses yeux envapés lui donnaient un air vaseux.
Je me suis installé près d’elle. J’ai feuilleté des magazines de filles, je ne sais plus quels titres. Je me souviens par contre avoir éprouvé de l’angoisse, parce que c’est à ce moment précis que j’ai constaté qu’il y avait ici tellement de sources lumineuses que personne n’avait d’ombre. Ni moi, ni personne. Dès cette découverte, j’ai cessé d’aimer les supermarchés. J’avais lu quelque part, dans un livre, que les sorciers peuvent voler l’ombre de quelqu’un en marchant dessus ; ensuite, lorsqu’ils possèdent l’ombre, ils peuvent faire ce qu’ils veulent de la personne. La faire agir comme une marionnette, influencer ses émotions et ses pensées, provoquer des maladies, et même la tuer. J’ai compris, en voyant l’absence des ombres, que les supermarchés et les écoles poursuivaient le même but : me réduire, me trancher. M’aliéner.
Pendant ce temps, elle avait bougé. J’ai interrompu le fil de mes pensées pour la retrouver.
Elle était au rayon des légumes et prenait un paquet de pommes de terres pelées et précuites. Dans son chariot, il y avait des yaourts allégés, du café soluble et des produits surgelés.
J’ai eu une érection. C’était elle. Je l’ai suivie jusqu’à sa voiture.

50 : 17

La nuit, j’ai pensé à elle. Je me suis soulagé dans la bouche de ma grand-mère en imaginant cette femme. Je l’appelais Nicole. Le prénom de ma mère. Je lui faisais tout. Ca se passait d’abord dans sa voiture. Je récitais sa plaque d’immatriculation que j’avais apprise par cœur. J’avais savonné et huilé la bouche et la chatte de ma grand-mère. Je criais le prénom de ma mère, je récitais en criant les chiffres de la plaque d’immatriculation. Comme une incantation. J’essayais de visualiser son domicile. Tous les détails. Le programme télé. Elle lisait Téléstar. Elle avait des cassettes de films d’action et de polars. Elle écoutait Cabrel. Je lui prenais le cul en l’insultant. J’imaginais chaque détail de son corps, je faisais appel à mes souvenirs. L’étroitesse de la chatte de ma mère. Ses seins plus petits que mes mains. Son cul qui se cambrait vers moi quand je la prenais en levrette.
Nicole. Le couvre-lit. Le parfum qu’elle utilisait. L’odeur de ses pieds une fois les chaussures enlevées. Des chaussettes en coton blanc. L’odeur de sa chatte, l’odeur de sa sueur. Sa langue. Les cris rauques qu’elle poussait quand elle jouissait. Le bruit de gorge qu’elle faisait en avalant mon sperme étalé sur sa langue, en une seule fois. Son haleine, chargée de tabac et de whisky.
Je me suis retiré de ma grand-mère et j’ai continué seul. Je me suis branlé encore cinq ou six fois. Je ne pensais pas seulement à des scènes sexuelles mais aussi à la mort de cette femme, à la façon pas encore très précise dont j’allais la tuer. Est-ce que les démons allaient revenir ? J’avais peur d’être déçu. Je suis retourné quelques fois encore au supermarché. Sans entrer dedans. J’ai juste cherché la voiture. J’ai attendu toute la journée. Deux fois elle est revenue. Je me suis dit qu’elle faisait les courses tous les deux jours. Elle venait vers dix-huit heures. Peut-être après son travail. J’étais excité et je pensais aussi à Florence.

51 : 16

La nuit précédant la veille des vacances j’ai rêvé de ma mère. Elle était nue, à l’exception de collants blancs. Elle était allongée sur le lit, les yeux fermés, et elle souriait. Elle avait l’air détendue comme si elle venait de jouir. J’étais présent moi aussi. En érection. Au réveil je me souvenais de l’érection mais je n’arrivais pas à savoir si j’étais enfant ou si j’avais dix-sept ans. Je me suis frotté sur les collants jusqu’à l’éjaculation. Il y avait du sperme sur le ventre et le nombril. Après cette scène j’étais habillé. Ma mère était allongée et portait toujours les mêmes bas blancs, rien d’autre, et du sperme formait une flaque sur la totalité de son visage. J’avais des ciseaux à la main. J’ai découpé les collants à partir de l’entrejambe, vers le haut. Les bouts pointus des ciseaux ripaient contre la chair. Du sang maculait petit à petit le nylon. Ma mère ne disait rien ; elle souriait toujours. Les collants une fois découpés en deux, j’ai ensuite découpé sa chatte de la même manière, de bas en haut tout le long de la fente. Il y a eu cette fois-ci un flot de sang épais et chargé de grumeaux noirs. J’ai laissé les ciseaux et j’ai écarté les deux pans de chair, le plus possible, pour y entrer ma tête. J’ai introduit ma tête tout entière dans la chatte déchirée de ma mère. Je me suis réveillé à ce moment-là.
J’ai laissé passer un peu de temps et je me suis levé. Ensuite j’ai enduit la main de ma grand-mère d’eau savonneuse et je me suis fist-fucké avec tout en me branlant. La jouissance a été très forte, et strictement physique. Sans aucune image. Quand j’ai retiré le poing, il y avait un peu de sang à moi dessus, et des traces de merde. J’ai senti. J’ai aimé le mélange de mes odeurs avec celles de la chair corrompue. Ca a été mon dernier rapport sexuel avec ce corps.

52 : 15

En allant à la gare pour retrouver Florence, un autre rêve m’est revenu. Je dormais avec ma mère dans un grand lit. Il y avait des insectes partout sur le lit, le sol, les murs, le plafond, noirs, mous, certains pourvues de pattes, d’autres avec des ailes, toutes différentes. Ceux du plafond tombaient un par un et parfois en grappes molles. La couverture, couverte d’une masse animée, était bordée aux trois côtés du lit. Seule ma tête dépassait. Je bougeais les jambes pour les faire partir mais ils ne partaient pas. Ils grouillaient simplement pour s’éloigner du mouvement puis revenaient après que j’ai abandonné. Ma mère dormait toute nue sur la couverture. Elle s’en fichait des insectes, ils rampaient et marchaient sur elle, elle disait que ça la chatouillait. Elle souriait. Elle m’a conseillée d’enfouir ma tête sous la couverture et c’est ce que j’ai fait, mais je ne pouvais pas fermer les paupières car j’avais trop peur que des insectes se glissent dessous et me dévorent les yeux. La lumière de la chambre était allumée, de sorte que le pouvais voir la silhouette de ma mère se détacher en noir sur la couverture rouge sang. Les insectes étaient invisibles, comme s’ils laissaient passer la lumière à travers leurs corps, mais je sentais toujours leur mouvement et leur présence. Ma mère se tortillait et gémissait, elle se masturbait, elle baisait avec les insectes. Je me suis glissé sous elle pour frotter mon sexe entre ses fesses à travers la couverture et nous avons joui ensemble.
Je savais que Florence prenait le train pour aller passer les vacances avec son père. J’avais écouté les conversations, au lycée. Toutes ces putes qui se racontent leurs vies de merde, pauvres filles. Il y avait foule à la gare. Les départs en vacances. Personne ne verrait rien. J’avais piqué une voiture une demi-heure avant sur le parking de Carrefour, à un client qui venait de la quitter, il ne constaterait pas le vol avant un bon moment.

53 : 14

Florence a été facile a enlever. Je pesais vingt-cinq kilos de plus qu’elle. Elle a voulu s’enfuir, me mordre, crier. Je l’ai tabassée et étranglée. Je bandais.
On a roulé hors de la ville, pas très loin. Je voulais rentrer à pieds. Je l’ai tapée et violée toute la journée pour passer le temps. Je bandais sans pouvoir m’arrêter. Je lui ai cassé des dents en raclant son visage contre les cailloux sur le sol. A la fin, elle ne réagissait plus. Un sac sanguinolent, une poupée gonflable. Elle avait un cul agréable et bien serré. Elle me regardait en pleurant, ses yeux dilatés de terreur, son maquillage détruit, le visage enflé et plein de sang et de terre. Un vrai sac de merde. Elle m’excitait, je n’en pouvais plus. Trois ans d’abstinence sexuelle. A la nuit tombée, j’ai saccagé la voiture et j’ai attendu qu’il soit vraiment tard. Je l’ai violée une dernière fois puis je l’ai ramenée à la maison. Elle se laissait faire. Du sang lui coulait sur les cuisses. Je me souviens qu’à un moment je l’avais violée par le cul avec ma bite et par la chatte avec une branche. Je l’avais un peu déchirée à l’intérieur et la fois suivante, quand je l’ai prise par la chatte, c’était chaud et moelleux, j’étais bien.
On est arrivé à la maison vers trois heures du matin. Aux premières habitations elle a essayé de faire du bruit. Je l’ai bourré de coups de poings dans les nichons, ça lui a coupé le souffle et elle n’a plus rien tenté. Je l’ai enfermée dans la cave, je lui ai lié les mains et les pieds avec du papier collant, je lui ai enfoncé un torchon dans la bouche pour qu’elle ne puisse pas appeler et je l’ai maintenu avec encore du papier collant. J’en ai mis une dernière sur ses yeux et je suis monté me reposer un peu. J’ai mangé, dormi. J’ai repris des forces en prévision de la suite.

54 : 13

Je l’ai torturée pendant une semaine. J’ai commencé par lui montrer les restes de ma grand-mère. Un à un, j’ai vidé les sacs et déballé les morceaux. Elle voulait hurler mais le scotch l’en empêchait. Elle s’est pissée et chiée dessus. Je lui ai expliqué que c’était ça qui l’attendait. Que sa seule manière de retarder cet événement, c’était de me donner du plaisir. De me distraire. J’ai lu le désespoir dans ses yeux. C’était bon. Je lui ai raconté ma vie tout en la violant, depuis mon enfance jusqu’à maintenant, je lui ai parlé des démons.
J’ai expérimenté des trucs. Je l’ai forcée à faire un cuni à ma grand mère. Le vagin était gélatineux et grouillait de vers. Elle a vomi. Je lui ai violé la chatte à l’aide du poing qui m’avait servi quelques jours plus tôt. La merde et le sang séchés avaient attiré la vermine.
Rapidement, ses plaies et ses blessures se sont infectées. Je ne la nourrissais ni ne lui donnais d’eau. Elle était fiévreuse et était en train de crever. Elle passait son temps à trembler. Je me demande ce qu’elle pensait, alors. Est-ce qu’elle espérait survivre ? Elle n’avait plus la force de rien. Je ne l’attachais plus, je ne la ligotais plus non plus. Elle restait là, libre parmi les morceaux décomposés de ma grand-mère et en compagnie des insectes. Elle n’avait plus la force ni la volonté de crier ni même de mettre fin à ses jours. Elle restait prostrée dans un coin, frissonnante, et de temps en temps régurgitait un peu de bile.
Je lui ai fait tout ce que mon imagination me dictait. Je ne me souviens pas de tout. Je pense l’avoir violée au moins une cinquantaine de fois et de toutes les manières possibles. A la fin elle était toute molle. Son corps était couvert d’abcès purulents et elle avait probablement une septicémie. Elle ne tremblait plus.
Il était temps de la mettre à mort. Je savais comment procéder.

= commentaires =

nihil


    le 03/11/2008 à 18:28:26
H3ADFUCKING WIF STYLE

Sinon, maintenant qu'on en a terminé avec nos espoirs de psychologie subtile et de réalisme millimétré, c'est plutôt drôle.
Aesahaettr


    le 03/11/2008 à 21:25:20
AAAAAAAAAAH
PUTAIIIIIIIN
C4EST PAS TROP TÖT

Enfin voila, la montée fait encore plus apprécier la déflagration, c'est une recette qui marchera toujours.
nihil


    le 03/11/2008 à 21:32:45
Toi t'as du rater trois quatre épisodes, parce que ça fait un moment que le mec tripatouille dans la viande putréfiée sauce sperme.
Zak Blayde


    le 03/11/2008 à 22:30:54
C'est répétitif :/
Ca fait en effet quelques épisodes que tu t'évertues à chercher de nouvelles idées, de nouvelles façons de violer, mais ça se répète, on baigne dans le sang et dans le sperme en continu, et si c'était cool au début, là c'est lassant.
Il est temps de finir ou de trouver un nouveau départ !
M. Yo


    le 03/11/2008 à 23:25:33
Par exemple, le héros pourrait changer de sexe et devenir nonne.
Aesahaettr


    le 03/11/2008 à 23:33:35
Non mais, non. Il violait des cadavres. Là c'est complètement différent. La fille est défoncée vivante plus que la grand-mère morte, c'est, je sais pas, complètement différent.
Konsstrukt


    le 04/11/2008 à 10:01:55
bin, on est dans la logique du récit. je conçois que ça puisse être répétitif. mais enfin, c'est ça que ce bouquin raconte.
nihil : quand un type raconte sa confession en parlant de ses odeurs d'aisselles et de ses fantasmes de hachage familiaux, faut peut-être pas espérer un grand récit dostoïevskien et une analyse très fine. c'est quand même, au départ, la confession écrite d'un taré.

(sinon, ça expédie, non, la diffusion ? c'est rapport aux nouvelles normes, faut vider le syphon ?)
nihil


    le 04/11/2008 à 11:17:54
Ouais, c'est un peu ça, et surtout c'est lié au fait qu'il reste plus beaucoup de textes bouffables, donc la nuit noire revient plus souvent. Ca va trop vite à ton goût ?
Konsstrukt


    le 04/11/2008 à 11:58:12
ho non, pour moi c'est parfait, tout me va.
Traffic


    le 04/11/2008 à 20:18:12
J'ai téléchargé le truc entier et je vais enfin savoir.
M. Yo


    le 04/11/2008 à 21:07:21
Non mais cherche pas, Bruce Willis il meurt à la fin.
Konsstrukt


    le 05/11/2008 à 08:37:13
dis pas bruce willis, ça me donne des frissons partout
Koax-Koax


    le 20/08/2009 à 22:39:33
"Trois ans d’abstinence sexuelle",
"violé la chatte à l’aide du poing qui m’avait servi quelques jours plus tôt. "
Là, c'est incohérent complet. Il a violé le cadavre de sa grand mère, il n'est donc pas abstinent, ça m'a sorti du récit, mais le reste est dans la ligne de départ, bon.

= ajouter un commentaire =